Sarniguet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarniguet
Entrée dans Sarniguet
Entrée dans Sarniguet
Blason de Sarniguet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Arrondissement de Tarbes
Canton Bordères-sur-l'Échez
Intercommunalité Communauté de communes Bigorre-Adour-Echez
Maire
Mandat
René Lapeyre
2014-2020
Code postal 65390
Code commune 65406
Démographie
Population
municipale
242 hab. (2013)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 19′ 07″ N 0° 05′ 19″ E / 43.3186, 0.088643° 19′ 07″ Nord 0° 05′ 19″ Est / 43.3186, 0.0886
Altitude Min. 248 m – Max. 257 m
Superficie 2,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Sarniguet

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Sarniguet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarniguet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarniguet

Sarniguet est une commune française, située dans le département des Hautes-Pyrénées en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre dans l'aire urbaine de Tarbes, sur la rive gauche de l’Adour, fleuve qui arrose la vaste et fertile plaine de ce nom et dont les crues et l’étiage sont si variables qu’il est presque impossible d’en fixer le débit. Sa superficie est de 207 hectares et sa distance au chef-lieu de département (Tarbes) est de 11 kilomètres. Le territoire de cette commune est très morcelé. Les prairies sont généralement entourées de bordures sont plantées d’aulnes et de peupliers d’Italie.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Sarniguet et des proches communes.
Communes limitrophes de Sarniguet
Marsac , Tostat
Andrest Sarniguet
Aurensan

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[1] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Sarniguet.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cadastre de Sarniguet[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Sarniguet est consultable sur le site des Archives départementales des Hautes-Pyrénées [2]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur à la tour donjonnée de trois tourelles d'argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, accostée de deux croisettes rompues en tous leurs montants aussi d'argent, surmontées chacune d'une étoile du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie et monument aux morts de Sarniguet.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1997 en cours René Lapeyre PCF  
1966 1997 Gaston Duclos PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Sarniguet appartient à la communauté de communes Bigorre-Adour-Echez créée en janvier 2013 qui réunit 6 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 242 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
288 310 369 354 414 396 415 380 371
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
332 350 313 275 268 260 242 238 234
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
234 238 210 229 234 240 216 237 256
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2008 2012 2013
226 275 259 223 219 244 251 240 242
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre de Sarniguet.
Église de Sarniguet.
Clocher de l'église de Sarniguet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jacquette-Célestine Davezac, fille de Dominique Davezac, cultivateur, était la mère du poète Isidore Ducasse « Comte de Lautréamont ». Elle est née à Sarniguet le 19 mai 1821. 1837-39 : François Ducasse est instituteur et secrétaire de mairie à Sarniguet, où il rencontre probablement Jacquette Davezac, sa future femme. De leur union célébrée à Montévidéo (Uruguay) naîtra le futur « Comte de Lautréamont ».
  • Un Bertrand de Vividaris (du verger), prêtre, était curé de la paroisse dans les années 1400 et a demandé un bénéfice supplémentaire au pape Benoit XIII (Registre des suppliques no 101, f° 159v, archives secrètes du Vatican). Il est possible que ce Bertrand soit de la famille de Dominique de Vividaris, notaire de Jean de Béarn, capitaine de Lourdes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  2. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Sarniguet en 1819
  3. « Liste des juridictions compétentes pour Sarniguet », sur le site du ministère de la Justice
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2007, 2008, 2012, 2013.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]