Momères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Momères
L'église Saint-Christophe.
L'église Saint-Christophe.
Blason de Momères
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Canton Moyen-Adour
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées
Maire
Mandat
Jean-Marie Tapie
2014-2020
Code postal 65360
Code commune 65313
Démographie
Gentilé Momèriens
Population
municipale
735 hab. (2014)
Densité 314 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 10′ 43″ nord, 0° 05′ 28″ est
Altitude Min. 361 m – Max. 395 m
Superficie 2,34 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte administrative des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Momères

Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées

Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Momères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Momères

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Momères

Momères est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Momèriens et les Momèriennes.

Géographie[modifier | modifier le code]

 Momères  dans les Hautes-Pyrénées
Localisation de Momères dans le département des Hautes-Pyrénées.
65 HP 00 8351.jpg

Situation[modifier | modifier le code]

Commune du piémont pyrénéen située en Bigorre, dans la vallée de l'Adour, dans l'aire urbaine de Tarbes, voisine des communes de Horgues, Odos et Salles-Adour au nord, de Saint-Martin et de Bernac-Debat au sud et à l'est, de Hibarette à l'ouest. La plus grande ville à proximité de Momères est la ville de Tarbes, située au nord de la commune, à 6 km.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Adour est le principal cours d'eau qui traverse le village de Momères. Les canaux du moulin et de la Gespe, qui dérivent de l’Adour, viennent fertiliser et y entretenir la verdure et la fraîcheur.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Momères et des proches communes.
Communes limitrophes de Momères
Odos, Horgues Salles-Adour
Momères Bernac-Debat
Saint-Martin

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Hautes-Pyrénées.

Le climat est tempéré de type océanique, dû à l'influence proche de l'océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Données climatiques à Momères.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[1].


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 293[2].
Parmi ces logements, 91.4  % sont des résidences principales, 1.1  % des résidences secondaires et 7.5  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Momères au nord de Montgaillard.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[3] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Momèras.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il est difficile d’établir sur des bases solides et même sur des documents précis l’étymologie du nom de la commune. Il est permis cependant, étant donné le caractère de la population, de supposer une étymologie rationnelle. Le nom de Momères pourrait bien avoir pour origine Momerie. Cette hypothèse semble puiser un certain crédit dans le fait que la commune actuelle était autrefois, en partie, propriété d’un couvent de bénédictines, dont chaque habitant recevait toutes les semaines trois petites miches. De là vient sans doute l’origine du surnom dont on a gratifié les Momériens « croque michetas de Momères ». Quoi qu’il en soit, c’était là une condition qui devait imposer aux habitants certains devoirs religieux rigoureusement remplis, ces devoirs n’eussent-ils pas été tout à fait à leur goût. De ces dehors obligés à l’idée de Momerie, il n’y a qu’un pas, et ce pas a dû être vite franchi dans un pays où la raillerie est peut-être le principal caractère de la population.

L’existence du couvent des bénédictines rappelle une légende très vague comme tout ce qui est légende. On parle d’un combat que le prieur du couvent, à la tête des Momériens, aurait livré à un ennemi qui serait venu l’attaquer. Quel était cet ennemi, quelle est la date du combat, on n’en sait absolument rien. Quelque éloignée que soit déjà de nous cette lamentable époque, les événements qu’elle a vu s’accomplir appartiennent à l’histoire. Il faut évidemment remonter plus haut et atteindre les incursions des Sarrasins, du moins les luttes qu’on avait l’habitude de se livrer entre voisins puissants dans les cours du XIIe siècle ou la présence des Anglais dans le pays pendant la guerre de Cent Ans.

Le prieuré fut établi au XIIe siècle à Momères par les Dames de Fontevrault, ordre placé sous les règles de l'ancien chevalier-croisé Robert d'Arbrissel. Et l'on sait que Pétronille, comtesse de Bigorre de 1191 à 1253 fut l'un de ses plus ardents soutiens. Ce prieuré eut à souffrir des guerres de religion et ses titres furent malheureusement brûlés en 1569 par les troupes de Montgomery. Il resta cependant actif jusqu'à la Révolution.

Il s'agit du village natal de Monseigneur Peyramale, dont le père et le frère furent médecins de la commune.

Bernadette Soubirous y séjourna du lundi 3 octobre au samedi 19 novembre 1864, avant son départ pour Nevers. Ce sont les seules et uniques vacances de sa vie. Ce séjour, aux dires de sa cousine Jeanne védère, institutrice de l'école des filles, restera pour elle « une oasis de bonheur ». Chaque jour, elle priait devant la Vierge en bois polychrome de l'église paroissiale, datant de l'époque des Dames de Frontevrault. 

Monographie[modifier | modifier le code]

Cadastre napoléonien de Momères[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Momères est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1995 2008 Pierre Vrain    
mars 2008 en cours Jean-Marie Tapie SE  

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, quarteron de Tarbes, canton de Tarbes (1790), Tarbes-Sud (1801), de Séméac (1973), de Laloubère (1982)[6].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Momères appartient à la communauté de communes Gespe Adour Alaric créée en décembre 2004 et qui réunit huit communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 735 habitants, en augmentation de 12,9 % par rapport à 2009 (Hautes-Pyrénées : -0,31 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
405 455 499 534 635 666 660 668 662
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
651 618 610 575 560 531 510 510 484
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
480 447 382 393 420 415 417 405 392
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014 -
471 510 517 535 589 605 661 735 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

L’école primaire.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017[12].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'Église Saint-Christophe.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Mgr Dominique Peyramale, curé de Lourdes à l'époque des dites apparitions de la Vierge Marie à Bernadette Soubirous, y est né.
  • Bernadette Soubirous, qui possédait de la famille à Momères : sa cousine, Jeanne Védère, y fut institutrice et son grand-père y possédait un moulin. La mère de Jeanne Védère était la sœur ainée de François Soubirous, père de Bernadette.
  • Le général Deffis, commandant de l'école militaire de Saint-Cyr en 1881.
  • Jérémy Rimbaud a grandi à Momères.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'argent à la croix aux extrémités pattées d'azur pommetée de 8 pièces d'or ; au chef d'azur chargé de 3 croissants d'or.
Commentaires : Blason officiel vérifié auprès de la mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Le Monument aux morts municipal.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le 25 septembre 2016).
  2. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Momères
  3. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2).
  4. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Monographie de Momères en 1887
  5. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Momères en 1819
  6. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  7. « Liste des juridictions compétentes pour Momères », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 17 décembre 2015)
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 juin 2017).