Hibarette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hibarette
Hibarette
Paysage dans les environs du village de Hibarette
Blason de Hibarette
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées
Maire
Mandat
Stéphane Noguez
2020-2026
Code postal 65380
Code commune 65220
Démographie
Gentilé Hibarettois
Population
municipale
245 hab. (2018 en augmentation de 3,81 % par rapport à 2013)
Densité 160 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 09′ 56″ nord, 0° 02′ 07″ est
Altitude Min. 333 m
Max. 462 m
Superficie 1,53 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tarbes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Ossun
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Hibarette
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Hibarette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hibarette
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hibarette

Hibarette est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Hibarettois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Hibarette est située en Bigorre, dans le piémont pyrénéen, dans la partie nord-ouest des Hautes-Pyrénées avec les Pyrénées-Atlantiques à moins de 10 km à l'ouest. Tarbes est à 10 km au nord, Lourdes à 14 km au sud-ouest[1]. L'aéroport de Tarbes est à 3,5 km au nord-ouest[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Seulement quatre communes sont limitrophes à Hibarette[2] :

Communes limitrophes de Hibarette
Louey
Lanne Hibarette Saint-Martin
Bénac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de l'Échez (affluent gauche de l'Adour) et son affluent l'Aube traversent la commune du sud au nord en son centre. L'Aube conflue avec l'Echez au nord-est du bourg[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré de type océanique dû à l'influence proche de l'Océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Données climatiques à Hibarette.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[3].


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est accessible par trois routes principales. Depuis Bénac en passant par la D3 (Hibarette-Sud) ou la D7 (Hibarette-Ouest). Depuis Lanne en passant par la D16. Depuis Louey en passant par la D7. Depuis Saint-Martin en passant par la D16.

Le bus scolaire est le seul transport en commun desservant Hibarette (un ramassage à 7H et trois dépôts entre 16 heures et 19 heures).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hibarette est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tarbes, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 153 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (53,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (71,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (28,8 %), prairies (20,8 %), terres arables (18,4 %), zones urbanisées (17,5 %), zones agricoles hétérogènes (14,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 89[10].
Parmi ces logements, 89.9  % sont des résidences principales, 1.1  % des résidences secondaires 9.0  % des logements vacants.

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

65 HP 00 7955.jpg
Hibarette et Montgaillard sur la carte de Cassini (entre 1756 et 1789).

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[11] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Étymologie : du latin Ripa fracta = rive escarpée.
Nom occitan : Hibarèta.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Grands ateliers de taille de silex

Des ateliers de plein air paléolithiques ont exploité le silex du flysch de Montgaillard depuis le Paléolithique moyen jusqu'au Néolithique. Le Paléolithique supérieur est surtout marqué pendant l'Aurignacien, le Solutréen et le Magdalénien (ancien, moyen et supérieur) ; mais le Châtelperronien, le Gravettien et l'Epipaléolithique ont aussi laissé quelques traces de passages. Les ateliers de taille de la région, parmi lesquels ceux d'Hibarette et de Montgaillard sont des plus importants, débitent du silex de bonne qualité en très grandes quantités et leurs productions se retrouvent dans toutes les Pyrénées[12].

Dans les environs immédiats d'Hibarette, ces ateliers sont répartis sur les communes de Bénac (las Sablas, la Décharge, bois du Bécut), Hibarette (Lasvignes), Saint-Martin (Biouès, Pého, Coustaret) et Visker, soit une surface de 1 500 × 800 m. Las Sablas est le seul de ces gîtes situé dans la vallée ; les autres se trouvent sur les hauteurs au nord-est de l'Aube[13].
Sur Montgaillard (à 7 km au sud-est d'Hibarette), ce sont la carrière Dussert à 900 m à l'est de l'Adour et les poudingues de Vieille-Adour à environ 2,3 km au nord de Montgaillard[13].

Ces blocs de silex sont dans la couche géologique nomenclaturée « m3-p » (en jaune clair sur la carte)[14]. Ils se sont mis en place après le dernier soulèvement de la chaîne, qui a amené un « épisode de creusement des vallées » suivi d'une forte sédimentation au Miocène supérieur, avec formation d'une nappe détritique contenant les silex[15]. Ils proviennent de la silicification[n 1] des calcaires du flysch[16].

Coustaret, fréquenté par les Solutréens, a fourni le plus grand nombre de feuilles de laurier du site[17].

À l'extrémité sud-ouest du gisement, sur Visker (au nord de ce bourg), se trouve un très gros dépôt de colorant rouge vif[18].

Cadastre napoléonien de Hibarette[modifier | modifier le code]

Le plan cadastral napoléonien de Hibarette est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[19].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie en 2014.
Le foyer rural en 2016.

La commune fait partie de l'aire urbaine de Tarbes.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
avant 1988 ? Michel Buffat    
mars 1995 mars 2007 Francis Luby    
mars 2007 mars 2020 Denis Depond    
mars 2020 en cours Stéphane Noguez    

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Historique administratif[modifier | modifier le code]

Pays et sénéchaussée de Bigorre, quarteron de lourdes, marquisat de Bénac, canton d'Ossun (depuis 1801)[20].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Hibarette fait partie de la Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées créée en et qui réunit 86 communes.

Services publics[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23]. En 2018, la commune comptait 245 habitants[Note 3], en augmentation de 3,81 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,14 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
114176178210220239205214227
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
225223223203207184182193195
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
188173139134145139116128133
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
121124157164187220235239245
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[25].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et société[modifier | modifier le code]

L'école élémentaire en 2017.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d'une école en 2017[26].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Louey abrite un club sportif de football (U.S. Marquisat) et un de rugby à XV (R.C. Louey Marquisat) comptant des joueurs dans une dizaine de villages dont Hibarette.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hibarette Blason
Parti : au 1er de gueules à une fouine passante d'argent, au 2d d'or à deux ours passants de sable[27].
Détails
La fouine renvoie à l'ancien surnom des habitants d'Hibarette : ets haginés, « les fouines » en gascon.
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Azambre et al. 1989] Bruno Azambre, Fernand Crouzel, Élie-Jean Debroas, Jean-Claude Soulé et Yves Ternet, Notice explicative de la feuille Bagnères-de-Bigorre à 1/50000 no 1053, Orléans, BRGM, 80 p., sur ficheinfoterre.brgm.fr (ISBN 2-7159-2053-9, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 15 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  1. La silicification est l'ajout d'oxyde de silice (SiO4), c'est-à-dire la précipitation de silice sur des structures existantes.
Notes sur la démographie

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hibarette », sur google.fr/maps. Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) – cliquer sur "Itinéraires".
  2. a b et c « Hibarette, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  3. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur infoclimat.fr, association InfoClimat (consulté le 25 septembre 2016).
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 2 avril 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 2 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Tarbes », sur insee.fr (consulté le 2 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 2 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 15 avril 2021)
  10. Insee : Rapport statistique communal pour la commune de Hibarette
  11. Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes Pyrénées intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Conseil Général des Hautes Pyrénées, 2000.
  12. [Barragué et al. 2001] Jean Barragué, Élisabeth Barragué, Marc Jarry, Pascal Foucher et Robert Simonnet, « Le silex du Flysch de Montgaillard et son exploitation sur les ateliers du Paléolithique supérieur à Hibarette (Hautes-Pyrénées) », Paléo, no 1,‎ , p. 29-52 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 7 février 2021).
  13. a et b Barragué et al. 2001, paragr. 5, dont fig. 2.
  14. « Hibarette, carte géologique interactive » sur Géoportail..
  15. Barragué et al. 2001, paragr. 7.
  16. Barragué et al. 2001, paragr. 8.
  17. Barragué et al. 2001, paragr. 6.
  18. Barragué et al. 2001, paragr. 5, fig. 2.
  19. « Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral de Hibarette en 1816 », sur archivesenligne65.fr (consulté le 7 février 2021).
  20. « Archives départementales des Hautes-Pyrénées », sur archivesenligne65.fr (consulté le 7 février 2021).
  21. « Liste des juridictions compétentes pour Hibarette », sur le site du ministère de la Justice (consulté le 7 février 2021)
  22. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  26. « Annuaire : Résultats de recherche », sur education.gouv.fr, ministère de l'Éducation nationale (consulté le 28 juin 2017).
  27. « 65220 Hibarette (Hautes-Pyrénnées) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 25 mai 2021).