Michał Kwiatkowski (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kwiatkowski.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le coureur cycliste. Pour le chanteur, voir Michal (chanteur).
Michał Kwiatkowski
Fourmies - Grand Prix de Fourmies, 6 septembre 2015 (B068).JPG

Michał Kwiatkowski lors du départ du Grand Prix de Fourmies 2015.

Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Coureur tous terrains (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Trophée Flandrien international (d) ()
Croix d'or du Mérite (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Équipes amateurs
2008-2009 MG-KVis-Norda Whistle
Équipes professionnelles
Principales victoires

Michał Kwiatkowski, né le à Chełmża, est un coureur cycliste polonais. Professionnel depuis 2010, il est membre de l'équipe Sky. En 2014, il est le premier Polonais à devenir champion du monde sur route professionnel. Il a également remporté l'Amstel Gold Race en 2015, le championnat de Pologne sur route en 2013 et du contre-la-montre en 2014, et le championnat du monde du contre-la-montre par équipes en 2013 avec Omega Pharma-Quick Step.

Biographie[modifier | modifier le code]

Années junior et espoir[modifier | modifier le code]

Michał Kwiatkowski brille en catégorie juniors (moins de 19 ans) en 2007 et 2008. Il est double champion d'Europe et champion du monde juniors du contre-la-montre. Il est aussi à l'aise dans les contre-la-montre que sur les courses par étapes. En 2007, il remporte la dernière édition de la Coupe du monde UCI Juniors. En 2008, il remporte trois épreuves de UCI Coupe des Nations Juniors, ce qui permet à la Pologne de terminer deuxième du classement général.

En 2009, il remporte une étape du Tour de Slovaquie et le championnat de Pologne sur route espoirs. Aux championnats du monde des moins de 23 ans à Mendrisio, il est 43e du contre-la-montre[1] et abandonne lors de la course en ligne[2].

Début de carrière professionnelle (2010-2011)[modifier | modifier le code]

En 2010, il est membre de l'équipe continentale espagnole Caja Rural. Il participe à nouveau aux championnats du monde sur route dans la catégorie espoirs. Il y est 38e du contre-la-montre[3] et 77e de la course en ligne[4].

Il est recruté en 2011 par l'équipe américaine RadioShack. En mars, il se classe troisième des Trois jours de Flandre-Occidentale, derrière ses coéquipiers Jesse Sergent et Sébastien Rosseler, et des Trois jours de La Panne remportés par Sébastien Rosseler.

Chez Omega Pharma-Quick Step (2012-2015)[modifier | modifier le code]

2012-2013[modifier | modifier le code]

Kwiatkowski avec le maillot de meilleur jeune sur le Tour de France 2013

En 2012, il rejoint la formation belge Omega Pharma-Quick Step. Il gagne le prologue des Trois jours de Flandre-Occidentale en début d'année. Au printemps, il dispute son premier grand tour, le Tour d'Italie, puis se classe deuxième du championnat de Pologne du contre-la-montre. Il se distingue au mois d'août sur deux épreuves UCI World Tour, en terminant respectivement deuxième et huitième du Tour de Pologne et de l'Eneco Tour. Entretemps, il représente la Pologne lors de la course en ligne des Jeux olympiques de Londres, qu'il termine dans le peloton, à la 60e place.

Lors de la saison 2013, après une deuxième place au Tour de l'Algarve, il se montre à son avantage lors de la campagne des classiques de printemps. Tout d'abord, en s'échappant avec un petit groupe à 120 kilomètres de l'arrivée du Tour des Flandres, et surtout en étant le dernier à résister au retour des favoris de l'épreuve, à savoir Fabian Cancellara et Peter Sagan, avant de craquer sur la fin, ne terminant que quarantième dans une course où il réalise d'abord un travail d'équipe. À 22 ans, il devient le leader de l'équipe lors des classiques ardennaises, terminant quatrième de l'Amstel Gold Race et cinquième de la Flèche wallonne[5].

Vainqueur ensuite de son championnat national, Kwiatkowski participe à son premier Tour de France. D'abord, il termine troisième de la deuxième étape arrivant à Ajaccio devancé au sprint par Peter Sagan et par Jan Bakelants qui gagne en solitaire ; il se pare du maillot blanc de meilleur jeune[6]. Il perd ensuite du temps dans les étapes pyrénéennes mais profite du contre-la montre du Mont-Saint-Michel dont il finit cinquième pour reprendre le maillot blanc à Nairo Quintana[7]. Finalement, il se classe onzième[5] et troisième meilleur jeune.

En fin de saison, il gagne avec Omega Pharma-Quick Step le championnat du monde du contre-la-montre par équipes.

2014 : le titre mondial[modifier | modifier le code]

Sur le podium des championnats du monde sur route, le 28 septembre 2014 à Ponferrada.

En 2014, Michał Kwiatkowski reprend la compétition à l'occasion du Challenge de Majorque, gagnant le Trofeo Serra de Tramuntana après avoir lâché son dernier compagnon d'échappée Sergio Henao[8]. Il se rend ensuite au Portugal pour disputer le Tour de l'Algarve où il s'impose lors de la deuxième étape à l'issue d'une ascension puis lors de la troisième, un contre-la-montre lors duquel il bat Adriano Malori et Tony Martin[9]. Terminant troisième de la quatrième étape arrivant au sommet du Alto do Malhao, il conserve la tête au classement général avec dix-neuf secondes d'avance sur Alberto Contador[10] et remporte donc sa première course à étapes chez les professionnels. Deux semaines plus tard, il participe aux Strade Bianche, une semi-classique italienne qui comporte plusieurs portions non asphaltées. Seul à suivre l'attaque de Peter Sagan à plus de vingt kilomètres de l'arrivée, il place un démarrage en montée dans les derniers hectomètres et devance celui-ci pourtant adepte de ce type d'arrivée[11]. En préparation des classiques ardennaises, il court d'abord le Tirreno-Adriatico. Grâce à la victoire de son équipe durant le contre-la-montre par équipes, il s'octroie un premier avantage sur ses concurrents pour le classement général. Lors de la deuxième étape, il prend la deuxième position d'un sprint remporté par Peter Sagan à l'issue d'un dernier kilomètre en légère montée[12], et profite des différentes cassures pour s'emparer du maillot de leader et creuser l'écart au général. Il conserve la tête du général au soir de la troisième étape qui s'achève au sommet de Selvarotonda, en finissant septième, mais voit Alberto Contador, vainqueur, revenir à seize secondes[13]. Il est dépossédé du maillot de leader lors de l'étape suivante, lors de laquelle il se fait décrocher lors du principal col de la journée, le Passo Larciano, arrivant six minutes après Contador[14]. Il prend la dix-huitième place finale de ce Tirreno-Adriatico. Après Milan-San Remo conclu par un abandon[5] et un repos de quelques semaines, il poursuit sa saison au Tour du Pays basque dans lequel il se classe troisième des trois premières étapes. Lors de l'étape reine arrivant à Arrate, il limite la perte de temps à une poignée de secondes face à Alberto Contador et Alejandro Valverde et aide son coéquipier Wout Poels à remporter la victoire tout en restant dans le top 10 au général[15]. Après deux nouveaux podiums, lors d'un sprint et du contre-la-montre, il prend la place de deuxième au général à Valverde, à 49 secondes de Contador[5]. Kwiatkowski participe ensuite aux classiques ardennaises, son objectif majeur de début de saison[5]. Cinquième de l'Amstel Gold Race, il est ensuite troisième de la Flèche wallonne puis de Liège-Bastogne-Liège[16]. Sur sa lancée, il participe au Tour de Romandie dont il prend la tête à l'issue de sa victoire au prologue. Distancé dans l'étape la plus difficile, il est ensuite non-partant[17]. En juin, il est champion national du contre-la-montre pour la première fois. Lors du Tour de France, où il est désigné leader de son équipe après l'abandon de Mark Cavendish, il obtient la troisième place de la deuxième étape comme meilleur résultat ainsi que la 28e place au classement général final[18]. Il renoue avec la victoire en septembre lors du Tour de Grande-Bretagne en gagnant la quatrième étape en puncheur[19], et termine deuxième du classement général. Le , il devient le premier Polonais champion du monde sur route professionnel après une attaque décisive dans l'avant-dernière descente mouillée par la pluie, tout en résistant au retour du groupe de favoris[20],[21].

2015 : La première classique ardennaise et le départ chez Sky[modifier | modifier le code]

Michal Kwiatkowski arbore cette nouvelle saison avec le maillot de champion du monde. Il la commence tout d'abord par le Tour de San Luis où il finit à la 66e place mais en finissant tout de même deuxième du contre-la-montre de 17,4 km à 5 secondes de l'Italien de la Movistar Adriano Malori. Un mois après, Kwiatkowski est deuxième du Tour de l'Algarve derrière le gallois Geraint Thomas. Dans le but de préparer la saison des classiques du printemps, Kwiatkowski participe à Paris-Nice. Ses qualités de rouleur lui permettent de s'imposer sur le prologue à Maurepas, dans la même seconde que Rohan Dennis et ainsi de s'emparer du maillot de leader. Trop limité en montagne, il est devancé au général par Richie Porte mais Kwiatkowski finit finalement deuxième de ce Paris-Nice devant Rui Costa et Simon Špilak (les 3 hommes dans la même seconde furent départagés grâce aux millièmes du prologue). Confiant pour la saison des classiques, Kwiatkowski se rend sur Milan-San Remo 2015 avec un statut d'outsider. Présent dans le groupe de tête à l'abord de la descente du Poggio, la chute de Philippe Gilbert anéantit ses chances de victoire ainsi que celles de plusieurs autres outsiders tels que Zdenek Stybar ou encore Gerald Ciolek.

Après cette déception, Kwiatkowski se rend en Belgique trois jours plus tard pour courir Dwars door Vlaanderen. Considéré comme un des favoris de cette classique flandrienne, son statut lui fait préjudice lors des derniers kilomètres où il est le seul à rouler dans un groupe de quatre (dont deux coureurs de l'équipe Topsport Vlaanderen-Baloise). Il finit quatrième de cette épreuve remportée par Jelle Wallays devant son coéquipier Edward Theuns. Après cet essai sur une classique flandrienne, le Polonais participe au Tour du Pays basque. Il est huitième de cette épreuve remporté par le Catalan Joaquim Rodríguez.

Après ces différentes épreuves et avec ces performances, Kwiatkowski se présente comme l'un des favoris à l'aube de la saison des classiques ardennaises. Il assume parfaitement son rang et remporte au sprint la première des 3 classiques ardennaises : l'Amstel Gold Race, en devançant au sprint Alejandro Valverde ainsi que Michael Matthews. Considéré comme favori de la Flèche wallonne et de Liège-Bastogne-Liège, Kwiatkowski ne termine que respectivement 33e et 21e.

En vue du Tour de France, Kwiatkowski reprend la compétition sur le Tour de Suisse dont il se classe 71e place du classement général. Il enchaîne alors 1 semaine après avec le Championnats de Pologne de cyclisme sur route et encore une fois, il déçut. Ses médiocres performances seraient dues à sa situation avec Patrick Lefevere, qui, jugeant ses capacités sur un Grand Tour trop faibles, décide de lui ordonner de ne pas jouer le classement général, prétextant ne pas vouloir revivre l'épisode du Tour de France 2013 où Kwiatkowski "explosa" en dernière semaine pour finir à la porte du Top 10[22]. Kwiatkowski, prétendit qu'il fut beaucoup affecté par cette affaire[23], et, à contre-cœur, il fut obligé de quitter l'équipe belge[24].

Kwiatkowski se présente donc sur ce Tour de France sans réelles ambitions. N'arrivant pas à remporter une étape, il abandonne, malade, lors de la 17e étape (Digne-Les-Bains › Pra-Loup). Durant ce Tour de France, des rumeurs circulent, explicitant l’intérêt que la Sky porterait au polonais de 25 ans, en fin de contrat avec Etixx-Quick Step.

Après ce Tour de France compliqué, le Polonais se présente au Tour de Pologne qu'il abandonne en raison de problèmes gastriques[25]. Vint ensuite la période de préparation en vue de son dernier objectif de la saison : les Championnats du monde de cyclisme sur route à Richmond, aux Etats-Unis d’Amérique. Pour cela, il s’élança sur le Grand Prix de Fourmies puis à la Brussels Cycling Classic et enfin aux deux classiques canadiennes. Montrant un visage rassurant sur son état de forme sur ces 2 classiques, Kwiatkowski s'élança en tant qu'outsider aux championnats du monde. Il termine à la huitième place d'une course remportée par le Slovaque Peter Sagan. Le 27 septembre 2015, son transfert dans l'équipe Sky est officialisé. Pour terminer la saison, le Polonais s'aligne sur le Tour de Lombardie qu'il finit à la 54e place.

Chez Sky (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

2016 : Victoire au GP E3 et déceptions[modifier | modifier le code]

Kwiatkowski démarre sa saison 2016 au Challenge de Majorque fin janvier. Il termine 2e du Trofeo Serra de Tramontana ainsi que du Trofeo Pollença-Andratx, réglant à chaque fois le sprint derrière un échappé en solitaire. Après un Strade Bianche décevant, début mars, il termine 8e de Tirreno-Adriatico où l'étape reine est annulée à cause du mauvais temps et malgré un contre-la-montre final terminé à une décevante 34e place.

Il est l'un des outsiders pour Milan-San Remo. Échappé dans le final, il se fait rattraper à 2km de l'arrivée et termine 40e. La semaine suivante, il remporte facilement le Grand Prix E3 devant le champion du monde Peter Sagan après avoir été échappé 30km avec celui-ci. C'est sa deuxième victoire sur une grande classique World Tour après l'Amstel 2015. Il fait donc naturellement partie des favoris du Tour des Flandres 2016, une semaine plus tard. Il s'échappe à nouveau avec Peter Sagan et Sep Vanmarcke mais coince dans le Vieux Quaremont à 40km de l'arrivée. Il laisse donc Sagan remporter la course et termine 27e.

Il démarre les classiques ardennaises comme l'un des grands favoris mais abandonne l'Amstel, ne participe pas à la Flèche et termine Liège-Bastogne-Liège à la 36e place, n'arrivant jamais à peser sur la course. Dès lors sa saison n'est plus qu'un long calvaire, à l'image de deuxième partie de saison 2015. Il abandonne le Tour de Romandie la semaine suivante, ainsi que le Dauphiné début juin. Il compromet ainsi sa participation au Tour de France.

À la place, il participe à son tour national, le Tour de Pologne. Malade lors de l'étape reine, parcourue sous une pluie battante, il termine à une anonyme 34e place. Échappé lors de la course en ligne des Jeux olympiques de Rio, il est repris dans la dernière montée et termine 62e. Il fait 14e de la course contre-la-montre.

Aligné au départ du Tour d'Espagne, il y gagne la première étape, un contre-la-montre par équipes, avec la formation Sky[26]. Il s'empare d'une journée du maillot rouge de leader le lendemain mais finit par abandonner la course. Il finit sa saison en roue libre à l'ENECO Tour puis au Tour d'Abu Dhabi. Il ne participe pas aux Championnats du monde, préférant se consacrer à la préparation de sa saison 2017[27].

2017[modifier | modifier le code]

Après une saison 2015 en demi teinte et une saison 2016 décevante, Kwiatkowski doit se reprendre lors de saison 2017. Il annonce qu'il ne participera pas aux flandriennes[28] et démarre sa saison au Tour de Valence.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Par années[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]
Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]
Michał Kwiatkowski lors des Trois jours de Flandre-Occidentale 2011
Michał Kwiatkowski avec le maillot jaune après sa victoire sur le prologue de Paris-Nice 2015.

Principales classiques[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant présente les résultats de Michał Kwiatkowski lors des classiques de l'UCI World Tour ainsi qu'à Paris-Tours et aux championnats du monde.

Année Strade Bianche Grand Prix E3 Gand-Wevelgem Tour des Flandres Amstel Gold Race Flèche wallonne Liège-
Bastogne-Liège
Grand Prix de Plouay Paris-Tours Championnats du monde
2011 - - 75e - - - - 96e 82e -
2012 - 41e - - - - Abandon - - -
2013 - 82e - 40e 4e 5e 92e 20e - Abandon
2014 Vainqueur - - - 5e 3e 3e 123e - Vainqueur
2015 - - - - Vainqueur 33e 21e - - 8e
2016 20e Vainqueur - 27e Abandon - 36e - - -
2017

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

3 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

  • 2016 : abandon (7e étape), vainqueur de la 1re étape (contre-la-montre par équipes), Jersey red.svg maillot rouge pendant 1 jour

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015
UCI World Tour nc[29] 48e[30] 23e[31] 16e[32] 26e[33]
UCI Europe Tour 437e[34] 392e[35]
Légende : nc = non classé

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Bobridge takes Under 23 Worlds time trial », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 7 juillet 2010)
  2. (en) « Sicard wins world Under 23 road title », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 7 juillet 2010)
  3. (en) « Phinney claims rainbow bands for USA », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 7 juillet 2010)
  4. (en) « Australia's Matthews grabs home turf title », sur cyclingnews.com,‎ nil (consulté le 7 juillet 2010)
  5. a, b, c, d et e Antoine Plouvin, « Michal Kwiatkowski, futur "boss" du peloton ? », sur cyclismactu.net,‎
  6. Rodolphe Desseauve, Classement TDF 2013 : Jan Bakelants en Jaune pour une seconde, sur chronofoot.com, le 30 juin 2013
  7. Kwiatkowski maillot blanc, sur lequipe.fr, le 10 juillet 2013
  8. (en) Nigel Wynn, Michal Kwiatkowski wins Trofeo Serra de Tramuntana, sur cyclingweekly.co.uk, le 11 février 2014
  9. Le chrono pour Michal Kwiatkowski, sur 100pour100velo.com, le 21 février 2014
  10. Tour d'Algarve : Contador derrière Kwiatkowski, sur franceinfo.fr, le 23 février 2014
  11. Kwiatkowski remporte le Strade Bianche, sur lesoir.be, le 8 mars 2014
  12. (en) Sagan wins Tirreno stage, Kwiatkowski leads, sur usatoday.com
  13. Tirreno-Adriatico. Contador fond sur Kwiatkowski, sur ladepeche.fr, le 16 mars 2014
  14. Tirreno-Adriatico: doublé et coup double pour Contador, sur lavenir.net, le 16 mars 2014
  15. (en) Poels wins Eibar stage of Pais Vasco, sur cyclingnews.com, le 10 avril 2014
  16. Antoine Plouvin, « Kwiatkowski prend date pour l'avenir », sur cyclismactu.net,‎
  17. « Michal Kwiatkowski (Omega Pharma - Quick Step) pas au départ de la 4e étape », sur lequipe.fr, L'Équipe,‎
  18. « Tour de France 2014 : Cavendish à la maison, Kwiatkowski jouit des pleins pouvoirs maintenant », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  19. (en) William Fotheringham, « Michal Kwiatkowski dents Bradley Wiggins’s hopes in Tour of Britain », sur theguardian..com, The Guardian,‎
  20. « Fort comme Kwiatkowski », sur velochrono.fr, Velochrono,‎
  21. « Mondiaux 2014 - course en ligne : Le Polonais Michał Kwiatkowski sacré champion du monde », sur eurosport.fr, Eurosport,‎
  22. http://velonews.competitor.com/2015/04/news/lefevere-kwiatkowski-wont-win-the-tour-de-france_367383
  23. http://www.cyclingpro.net/velopro/road/michal-kwiatkowski-preoccupe-par-le-mutisme-de-patrick-lefevere-recoit-une-offre-du-team-sky
  24. http://www.cyclingquotes.com/news/lefevere_confirms_kwiatkowski_is_leaving_us/
  25. http://www.lequipe.fr/Cyclisme-sur-route/Actualites/Tour-de-pologne-sergio-luis-henao-vainqueur-de-la-6e-etape-prend-les-commandes/580079
  26. « Tour d'Espagne — Le Team Sky en pôle position », sur velo101.com,‎ (consulté le 20 août 2016)
  27. « Cyclisme: les Polonais Majka et Kwiatkowski forfaits à Doha », sur francetvsport.fr,‎
  28. (fr) « Michal Kwiatkowski tire un trait sur les Flandriennes | », Le Grand Plateau,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 29 février 2012)
  30. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  31. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1er novembre 2014)
  32. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  33. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 5 octobre 2015)
  34. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 11 janvier 2015)
  35. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :