Équipe cycliste Ineos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Team Ineos
Team Ineos logo.svg
Informations
Statuts
Code UCI
SKY (du au ) et INS (depuis le )Voir et modifier les données sur Wikidata
Discipline
Pays
Création
Saisons
10Voir et modifier les données sur Wikidata
Budget
45 millions d’€ (2019)
Marque de cycles
Pinarello (depuis 2010)
Encadrement
Directeur général
Dave Brailsford (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Directeurs sportifs
Gabriel Rasch (depuis le )
Xabier Artetxe Geruzaga (d) (-)
Kurt Asle Arvesen (-)
Dario Cioni (depuis )
Carsten Jeppesen (d) (depuis )
Servais Knaven (depuis )
Nicolas Portal (depuis )
Brett Lancaster (depuis )
Xabier Zandio (depuis )
Sean Yates (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dénominations
-
Sky
depuis le
Ineos

L'équipe cycliste Ineos (anciennement connue comme le Team Sky) est une équipe cycliste britannique qui effectue sa première année en compétition en 2010. Créée à l'initiative de British Cycling, la fédération britannique de cyclisme, en partenariat avec l'opérateur de télévision par satellite BSkyB, elle a le statut d'équipe World Tour. Elle est dirigée par Dave Brailsford. Son effectif comprend notamment Christopher Froome et Michał Kwiatkowski. Elle a remporté sept Tours de France avec Bradley Wiggins (2012), Christopher Froome (2013, 2015, 2016 et 2017), Geraint Thomas (2018) et Egan Bernal (2019) . Par le biais de Christopher Froome, elle a également remporté les Tours d'Espagne 2011 et 2017 et le Tour d'Italie 2018.

Après neuf saisons passées sous le nom du Team Sky, la société de médias britannique Sky UK décide de ne pas renouveler son parrainage. L'équipe est reprise par le groupe de chimie britannique Ineos et est renommée Team Ineos à partir d'avril 2019.

Sponsors et financement de l'équipe[modifier | modifier le code]

Logo de l'équipe utilisé de 2010 à avril 2019.
Une des Jaguar XF peu après le départ de la 4e étape du Tour de France 2014 au Touquet-Paris-Plage.

L'équipe Sky est la propriété de British Sky Broadcasting, ou BSkyB, opérateur de télévision par satellite britannique. BSkyB apporte 30 millions de livres sterling sur quatre ans. Son engagement porte jusqu'à la fin de la saison 2013[1].

BSkyB est partenaire de British Cycling depuis juillet 2008 dans un programme quinquennal visant à favoriser la création d'équipes d'élite et l'émergence de coureurs talentueux. Ce partenariat, à l'origine, ne comprend pas le projet d'équipe professionnelle sur route de British Cycling[2]. Il débouche entre autres sur la création de l'équipe de cyclisme sur piste Team Sky+ HD[3], le programme Skyride, visant à promouvoir l'utilisation de la bicyclette par les Britanniques par des manifestations cyclistes ouvertes à tous[4],[5]. L'engagement de Sky dans le projet d'équipe professionnelle sur route est annoncé par British Cycling le 26 février 2009[6].

Adidas a fourni les vêtements jusqu'à fin 2012. Rapha Performance puis Castelli ont ensuite remplacé la marque allemande.

Pinarello fournit au Team Sky ses cadres et ses fourches jusqu'en 2013[7].

La firme Jaguar fournit les automobiles des mécaniciens et des directeurs sportifs jusqu'en 2015. En 2016, Ford devient partenaire de l'équipe en fournissant notamment des modèles focus, transit ou S-max[8].

Le 19 mars 2019, il est annoncé qu'Ineos, une multinationale de produits chimiques appartenant à Jim Ratcliffe, devient le nouveau sponsor principal à compter du 1er mai 2019. L'équipe est renommée Team Ineos.

Équipement Sponsor Autres sponsors
Vélos Pinarello (2010-)[9] Kask (casques)
Pro (finition kits)
Fi'zi:ik (selles)
Oakley
Elite
Muc-Off
Park Tool
iProspect
Véhicules d'équipe Jaguar (2010-2015)
Ford (2016-)[10]
Vêtements Adidas (2010-2012)
Rapha (2013-2016)
Castelli (2017-)
Groupe Shimano (2010-)
Capteurs de puissance Stages (2014-)[11]
Nutrition CNP Professional Sports Nutrition[12]
Science In Sport (2016-)
Healthspan Elite (2016-)
Home trainer/trainer intelligents Wahoo Fitness (2014-)[13]
Saison Budget par saison
(£ millions)[14],[15]
2010 14.603
2011 16.680
2012 21.398
2013 22.060
2014 24.479
2015 24.442
2016 31.084
2017 34.496
2019 40.000

Encadrement de l'équipe[modifier | modifier le code]

Scott Sunderland, directeur sportif de l'équipe

L'équipe est dirigée par le directeur de la performance de British Cycling, David Brailsford. L'Australien Scott Sunderland, qui a participé au montage de l'équipe, occupe le poste de directeur sportif à sa création. Il a été directeur sportif du Team CSC de 2005 à 2008. Il quitte l'équipe en , indiquant vouloir passer plus de temps avec sa famille[16].

Les directeurs sportifs de l'équipe sont Marcus Ljungqvist, Sean Yates, Steven de Jongh, Servais Knaven et Nicolas Portal. Les trois premiers sont présents dans l'encadrement dès 2010, les deux autres les rejoignent en 2011. Yates est directeur sportif d'équipes cyclistes depuis 1998, notamment au sein des équipes Team CSC (2003-2004), Discovery Channel (2005-2007) et Astana (2008-2009). Ljungqvist et De Jongh commencent en 2010 leur carrière de directeur sportif. Ils ont auparavant été coureurs professionnels respectivement de 1998 à 2009 et de 1996 à 2009. Servais Knaven, coureur professionnel de 1994 à 2010, a commencé sa carrière de directeur sportif en fin d'année 2010 chez Team Milram. Nicolas Portal a effectué sa dernière saison en tant que coureur chez Sky en 2010, et a dû mettre un terme à sa carrière à cause de problèmes cardiaques.

L'Australien Shane Sutton est responsable de l'entraînement (head coach). Il a couru au sein de la dernière équipe britannique avant Sky à avoir disputé le Tour de France, en 1987. Il a été entraîneur de l'équipe nationale galloise puis, depuis 2001, de l'équipe nationale britannique. Trois entraîneurs complètent l'encadrement de Team Sky en 2010 : Rod Ellingworth, directeur de la British Cycling Academy, centre d'entraînement et de formation pour les jeunes coureurs de la fédération britannique créé en 2004 et basé à Quarrata en Italie depuis 2006[17], « véritable patron sportif » de la formation d'après Stéphane Mandard, journaliste au Monde[18] ; Maximilian Sciandri, coureur professionnel de 1989 à 2004 et médaillé de bronze aux Jeux olympiques de 1996, et responsable de l'entraînement de la British Cycling Academy ; et Dan Hunt, entraîneur au sein de la fédération britannique depuis 2005, qui a notamment pris en charge Rebecca Romero et Wendy Houvenaghel. Hunt et Sciandri ne sont plus présents en 2011. Bobby Julich intègre l'équipe d'entraîneurs en 2011, en provenance du Team Saxo Bank. Oliver Cookson est  coordinateur de la performance  de l’équipe[18].

Histoire de l'équipe[modifier | modifier le code]

La création de l'équipe est annoncée le 26 février 2009, avec le parrainage majeur fourni par BSkyB. La société recherchait un sport dans lequel elle pourrait avoir un impact positif et diversifié grâce à son sponsoring. British Cycling a débuté sa relation avec BSkyB en 2008 avec un financement de 1 million de livres sterling pour l'équipe de cyclisme sur piste « Sky Track Cycling » après les Jeux olympiques d'été que les pistards britanniques ont dominé. Après une visite en 2008 du vélodrome de Manchester, siège du centre national du cyclisme, le président de BSkyB, James Murdoch, s'est rapidement intéressé à ce sport[19]. Au cours de l’été 2008, British Cycling a fait du lobbying auprès de BSkyB pour qu'elle lance une équipe britannique de cyclisme sur route qui participerait aux principaux événements du calendrier[20]. BSkyB a accepté de financer l'équipe dans le but de permettre à un coureur britannique de remporter le Tour de France d'ici cinq ans[21].

L'intention initiale du Team Sky est de constituer une équipe de 25 coureurs avec un noyau de cyclistes britanniques[22] et d'encourager les jeunes talents[23]. Les six premiers coureurs confirmés sont Geraint Thomas, Steve Cummings, Chris Froome, Russell Downing, Ian Stannard et Peter Kennaugh, tous des coureurs britanniques[24]. Le 10 septembre 2009, dix coureurs étrangers sont confirmés : Edvald Boasson Hagen, Thomas Lövkvist, Kurt Asle Arvesen, Simon Gerrans, Juan Antonio Flecha, Kjell Carlström, John-Lee Augustyn, Greg Henderson, Lars Petter Nordhaug et Morris Possoni[25]. D'autres ajouts à l'équipe, notamment Chris Sutton et Bradley Wiggins de Garmin-Slipstream, Michael Barry et Ben Swift de l'équipe Katusha ont été réalisés avant le début de la saison 2010[26],[27],[28]. Avant leur première saison, six maillots sont testés à l'écran pour assurer la visibilité lorsque les coureurs sont filmés en course[20].

2010-2011 : les premières saisons, succès rétroactif sur la Vuelta 2011[modifier | modifier le code]

Chris Froome (à gauche) lors du Tour d'Espagne 2011, premier succès sur un grand tour pour l'équipe.

Dès sa première saison, l'équipe obtient une licence d'UCI ProTeam, qui lui permet de participer aux courses du ProTour et de demander des wild-cards pour participer aux épreuves historiques du calendrier mondial UCI. L'équipe remporte une victoire lors de sa première course en janvier 2010, la Cancer Council Helpline Classic, en Australie, avec Greg Henderson et Chris Sutton prenant respectivement les première et deuxième places[29] . Le premier événement ProTour auquel elle participe est le Tour Down Under en janvier[30]. La formation est également invitée à participer aux trois grands tours, via des invitations[31],[32]. En février 2010, Juan Antonio Flecha gagne la semi-classique belge Circuit Het Nieuwsblad après une attaque en solitaire[33],[34],[35].
Le 9 mai, Bradley Wiggins devient le premier coureur de l'équipe à porter le maillot de leader d'un grand tour, après son succès sur le prologue d'ouverture du Tour d'Italie. Le même mois, Ben Swift remporte le Tour de Picardie, la première victoire sur course par étapes pour le Team Sky. Lors du Tour de France, Geraint Thomas termine deuxième sur les pavés de la troisième étape et porte le maillot blanc en tant que leader du classement des jeunes[36]. Le Tour est cependant une déception pour l'équipe. Thomas Lövkvist se classe premier coureur à la 17e place du classement général (Wiggins termine à la 24e place). Lövkvist est le leader désigné sur le Tour d'Espagne, mais l'équipe se retire après la septième étape, à la suite du décès du soigneur Txema González[37]. Au total, le Team Sky comptabilise 22 victoires lors de sa première saison, avec 50 podiums[38].

L'année 2011 est plus réussie. Ben Swift remporte deux étapes du Tour Down Under et termine troisième au classement général. Bradley Wiggins se classe troisième de Paris-Nice et remporte le Critérium du Dauphiné, alors que Geraint Thomas gagne le Tour de Bavière. Sur le Tour de France, Edvald Boasson Hagen gagne deux étapes, tandis que Wiggins abandonne après s'est fracturé la clavicule lors de la septième étape. Après le Tour, Boasson Hagen poursuit sur sa bonne forme en remportant la Vattenfall Cyclassics et l'Eneco Tour, deux épreuves du World Tour. L'équipe domine le Tour d'Espagne, le dernier grand tour de l'année, où Christopher Froome se révèle. Christopher Sutton et Froome gagnent chacun une étape, alors que Froome et Wiggins terminent respectivement deuxième et troisième au classement général, devancés par Juan José Cobo. Ce dernier est suspendu pour dopage en juillet 2019 et perd ses succès obtenus sur la Vuelta. Christopher Froome remporte donc le Tour d'Espagne huit ans après. Il s'agit du premier grand tour pour l'équipe. Pour sa deuxième année d'existence, l'équipe Sky se classe deuxième du World Tour et Wiggins huitième du classement individuel.

2012 : victoire de Wiggins sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

Bradley Wiggins portant le maillot jaune lors du Tour de France 2012.

L'équipe fait signer huit nouveaux coureurs dont les grimpeurs Richie Porte et Sergio Henao, le sprinteur Mark Cavendish, ainsi que son poisson-pilote Bernhard Eisel notamment. Cavendish et Eisel étaient coéquipiers chez HTC-Highroad qui a disparu fin 2011. Rigoberto Urán termine septième et meilleur jeune du Tour d'Italie. Bradley Wiggins remporte Paris-Nice, le Tour de Romandie et le Critérium du Dauphiné avant de devenir le premier Britannique à remporter le Tour de France. Il s'impose devant son coéquipier Christopher Froome et l'Italien Vincenzo Nibali. L'équipe remporte également 6 étapes grâce à Wiggins (2 étapes), Froome (1 étape) et Cavendish (3 étapes dont la dernière étape des Champs-Élysées à Paris). Wiggins devient par la suite champion olympique du contre-la-montre devant Tony Martin et Froome. Le 9 septembre, l'équipe obtient sa 100e victoire grâce à la victoire de Lars Petter Nordhaug au Grand Prix cycliste de Montréal. Edvald Boasson Hagen remporte le Grand Prix de Plouay et Froome termine quatrième du Tour d'Espagne remporté par Alberto Contador. L'équipe domine le classement par équipes de l'UCI World Tour et Wiggins termine deuxième du classement individuel.

L'intersaison est marquée par de nombreux mouvements, avec notamment les départs de Cavendish, Nordhaug, Juan Antonio Flecha et Michael Rogers. Ils sont compensés par les arrivées de Jonathan Tiernan-Locke (vainqueur du Tour de Grande-Bretagne), Vasil Kiryienka et Dario Cataldo, entre autres.

2013 : nouveau succès sur le Tour avec Froome[modifier | modifier le code]

La saison 2013 commence avec le Tour Down Under, où Geraint Thomas remporte la deuxième étape et le classement par points. En février, Froome remporté le classement général, le classement par points et la cinquième étape du Tour d'Oman. En mars, Richie Porte gagne Paris-Nice, y compris deux des trois dernières étapes de la course, l'étape reine et le contre-la-montre final. Christopher Froome remporte une victoire d'étape sur Tirreno-Adriatico. L'équipe réalise ensuite obtenu un doublé au Critérium International avec Froome devant Porte.

Après sa victoire sur le Tour de France en 2012, Bradley Wiggins a débuté sa saison en visant le Tour d'Italie 2013 et avec l'intention de soutenir Froome sur le Tour de France. Sur le Giro, l'équipe a remporté le contre-la-montre par équipes de la deuxième, ce qui a permis à Salvatore Puccio de porter le maillot rose. Wiggins a été gêné par un accident lors de la septième étape, puis a lui-même chuté le lendemain, avant d'abandonner lors de la 13e étape en raison d'une infection à la poitrine. Propulsé leader, Rigoberto Urán gagne une étape et termine deuxième du général derrière Vincenzo Nibali.

Froome poursuit sa saison avec des victoires au classement général au Tour de Romandie en avril et au Critérium du Dauphiné en juin. En juillet, Froome remporte la 100e édition du Tour de France, devant Nairo Quintana. Il a également obtenu trois succès d'étapes à Ax 3 Domaines, au sommet du Mont Ventoux et lors du dernier contre-la-montre individuel. Par la suite, Vasil Kiryienka gagne une étape du Tour d'Espagne. Après la déception du Giro, Wiggins termine sa saison avec une deuxième place lors des championnats du monde de contre-la-montre, terminant à 46 secondes de Tony Martin, l'équipe remportant le bronze sur le contre-la-montre par équipes.

2014 : échec sur le Tour et titre mondial[modifier | modifier le code]

L'intersaison est marquée par les départs de Rigoberto Uran et Mathew Hayman, tandis que Mikel Nieve rejoint l'équipe. La saison 2014 a bien commencé, Christopher Froome conserve son titre sur le Tour d'Oman et Kennaugh remporte la Semaine internationale Coppi et Bartali. Tout au long de la saison, l’équipe subit de nombreuses blessures. Geraint Thomas abandonne Paris-Nice après une chute lors de la septième étape alors qu'il est en tête du classement général. Richie Porte abandonne Tirreno-Adriatico et le Tour de Catalogne et déclare forfait pour le Tour d'Italie.

En avril, Froome remporte le Tour de Romandie, puis Wiggins gagne le Tour de Californie. La malchance revient sur le Critérium du Dauphiné, où Froome chute alors qu'il porte le maillot de leader, même si l'équipe obtient trois victoires d'étape (deux pour Froome et une pour Nieve). Froome termine en dehors du top 10, à plus de 4 minutes du vainqueur Andrew Talansky. En juillet, il défend son titre sur le Tour de France, mais abandonne sur l'étape des pavs. En conséquence, Richie Porte a hérité des responsabilités de leader d'équipe, mais il perd du temps dans les étapes alpine et pyrénéenne. Le meilleur coureur de l'équipe au classement général est finalement Nieve, 18e, à 46 minutes et 31 secondes du vainqueur Vincenzo Nibali, ce qui constitue l'une des pires performances de l'équipe sur le Tour de France. Après avoir abandonné le Tour de France, Froome court le Tour d'Espagne, où il termine en deuxième position, à une minute et dix secondes derrière le vainqueur Alberto Contador.

En septembre, Wiggins devient champion du monde du contre la montre, avec plus de 25 secondes d'avance sur son adversaire éternel, Tony Martin. Il remporte le premier maillot arc-en-ciel de la Team Sky. L'équipe termine seulement neuvième du classement UCI World Tour et ne remporte aucune étape sur les grands tours pour la première fois.

En fin d'année, Edvald Boasson Hagen, Dario Cataldo et Joe Dombrowski ne renouvellent pas leur contrat et quittent l'équipe. Sky recrute Leopold König, Nicolas Roche, Wout Poels, Lars Petter Nordhaug et le sprinteur Elia Viviani. Le 5 janvier 2015, Wiggins signe une prolongation le liant à l'équipe jusqu'à Paris-Roubaix.

2015 : troisième Tour de France et nouveau titre mondial[modifier | modifier le code]

Froome lors de la 13e étape du Tour de France 2015

En janvier, Richie Porte devient champion d'Australie du contre-la-montre et termine deuxième du Tour Down Under. À la fin du mois de février, Ian Stannard obtient une deuxième victoire consécutive sur le Circuit Het Nieuwsblad face à trois coureurs Etixx-Quick-Step : Tom Boonen, Niki Terpstra et Stijn Vandenbergh. Porte s'adjuge ensuite deux étapes et le général de Paris-Nice. La même semaine, Wout Poels a enregistré sa première victoire pour l'équipe lors de la cinquième étape de Tirreno-Adriatico.

À la fin du mois de mars, Geraint Thomas s'adjuge en solitaire le Grand Prix E3, tandis que Porte remporte le Tour de Catalogne. En avril, après Paris-Roubaix, Bradley Wiggins quitte l'équipe et a rejoint sa propre équipe, ce qui lui permet de se concentrer sur les Jeux olympiques de 2016. Porte gagne le Tour du Trentin, grâce à une victoire décisive sur l'arrivée du sommet de l'étape reine et se place en favoris pour le Tour d'Italie. Après avoir limité la perte de temps dans le contre-la-montre par équipes inaugural, Elia Viviani obtient la première victoire de l'équipe dans un grand tour depuis le Tour d'Espagne 2013 et s'empare du maillot rose. Sur la 10e étape, Porte perd 47 secondes et est pénalisé de deux minutes d'amende pour avoir accepté l'aide d'un coureur d'une autre équipe, ce qui le fait reculer à la 12e place au classement général. Après avoir perdu du temps sur les autres étapes, il abandonne lors du deuxième jour de repos, tandis que Vasil Kiryienka remporte le contre-la-montre et que Leopold König se classe sixième du général.

Chris Froome fait son retour au Critérium du Dauphiné, où il remporte le général avec une avance de 10 secondes sur Tejay van Garderen et où l'équipe remporte trois étapes. L'équipe domine le Tour de France. Après une solide performance sur le Mur de Huy, Froome prend la tête de la course. Lors de la première étape en montagne, l'arrivée au sommet de la Pierre-Saint-Martin, il remporte l'étape, ce qui lui permet de bénéficier d'une avance considérable et de la conserver jusqu'au bout. La domination de l'équipe Sky irrite une partie du public, ainsi Porte aurait été frappé aux côtes par un spectateur dans les Pyrénées et Froome aurait reçu de l'urine par un autre spectateur.

Plus tard en septembre, Nicolas Roche gagne une étape du Tour d'Espagne et Vasil Kiryienka devient champion du monde de contre-la-montre avec neuf secondes d'avance sur Adriano Malori. En fin d'année, Richie Porte est le principal coureur à quitter l'équipe, qui recrute Mikel Landa, Gianni Moscon, Danny van Poppel, Beñat Intxausti, Tao Geoghegan Hart et le champion du monde 2014 Michał Kwiatkowski.

2016 : quatrième victoire sur le Tour et première victoire sur un Monument[modifier | modifier le code]

Geraint Thomas vainqueur du Paris-Nice 2016, la quatrième victoire en cinq ans sur cette course pour l'équipe.

En début de saison 2016, l'équipe enchaîne les victoires sur les courses par étapes. Geraint Thomas remporte coup sur coup le Tour de l'Algarve (pour la deuxième année consécutive) et Paris-Nice (quatrième victoire en cinq ans pour l'équipe Sky). La formation britannique est entrée dans la campagne des classiques du printemps dans le but de remporter sa première classique « Monument ». La nouvelle recrue, Michał Kwiatkowski, remporte le Grand Prix E3, une semi-classique. Par la suite, les coureurs de l'équipe terminent successivement deuxième de Milan-San Remo, cinquième du Tour des Flandres et troisième de Paris-Roubaix. Lors de Liège-Bastogne-Liège, Wout Poels apporte la première grande classique pour l'équipe après un succès obtenu lors d'une journée avec des conditions météorologiques difficiles et de la neige.

L'autre recrue Mikel Landa gagne le Tour du Trentin. Il est chef de file de Sky pour le Tour d'Italie et annoncé comme prétendant à la victoire, mais, malade il abandonne au cours de la dixième étape[39]. Mikel Nieve sauve le Giro de l'équipe en gagnant une étape et le classement des grimpeurs. En juin, Christopher Froome remporte son troisième Critérium du Dauphiné et se positionne en favori pour le Tour de France. Lors de la huitième étape, il surprend ses adversaires en attaquant dans la descente du Col de Peyresourde, ce qui lui permet de gagner l'étape et de prendre le maillot jaune. Lors de la 12e étape, il chute en compagnie de Porte et Mollema à cause d'une moto stoppée par des spectateurs alors qu'ils avaient lâchés les autres leaders, il perd presque deux minutes avant d'être reclassé dans le même temps que Mollema au même titre que Porte. Il remporte la 18e étape devant Tom Dumoulin, un contre-la-montre entre Sallanches et Megève passant par la côte de Domancy et remporte son troisième Tour de France. Il devient le quatrième coureur à remporter trois fois le Tour (aux côtés de Philippe Thys, Louison Bobet et Greg LeMond) et le premier depuis Miguel Indurain (en 1995) à défendre avec succès son titre. C'est aussi la première fois que l'équipe termine un grand tour avec ses neuf coureurs.

Fin août, l'équipe remporte le contre-la-montre inaugural du Tour d'Espagne et Peter Kennaugh, puis Michał Kwiatkowski portent le maillot rouge de leader du général. Froome remporte ensuite deux étapes, mais est piégé lors de l'étape de Formigal et perd plus de 2 minutes et demie. Il termine finalement deuxième du classement général à 1 minute et 23 secondes de Nairo Quintana. L'équipe termine la saison au troisième rang du classement par équipes de l'UCI World Tour, Froome étant son coureur le mieux classé avec une troisième place au classement individuel.

2017-2018 : quatre grands tours en deux ans[modifier | modifier le code]

Froome, lors de la 19e étape du Tour d'Italie 2018, en route pour un troisième grand tour consécutif

La saison 2017 est la plus réussie de son histoire. En mars, Michał Kwiatkowski réalise le doublé Strade Bianche-Milan-San Remo et Sergio Henao remporte Paris-Nice. Geraint Thomas remporte étape sur Tirreno-Adriatico et porte le maillot de leader pendant une journée, puis s'adjuge le général du Tour des Alpes. Les résultats de l'équipe sont ensuite freinés par la chute de Thomas lors du Tour d'Italie, et un Critérium du Dauphiné en demi-teinte de Christopher Froome. Mais ce dernier remporte en juillet un quatrième Tour de France, avant d'enchaîner avec un doublé historique lors du Tour d'Espagne, puis une médaille de bronze aux mondiaux du contre-la-montre. Entre-temps, Kwiatkowski remporte une nouvelle classique, la Classique de Saint-Sébastien et Elia Viviani gagne coup sur coup l'EuroEyes Cyclassics et la Bretagne Classic. Sky s'impose au classement par équipes du World Tour. C'est son deuxième succès dans ce classement, après celui obtenu en 2012. Deux de ses coureurs terminent parmi les dix premiers du classement individuel : Christopher Froome, deuxième, et Michał Kwiatkowski, sixième. Au total, l'équipe remporte 34 courses en 2017, ce qui en fait la troisième équipe la plus prolifique de la saison, derrière Quick-Step Floors (56) et BMC (48)[40].

Lors de l'intersaison, l'équipe recrute notamment les grimpeurs Egan Bernal et Pavel Sivakov, ainsi que le champion du monde chez les espoirs Kristoffer Halvorsen, tandis que Mikel Landa, Mikel Nieve et Elia Viviani quittent l'équipe.

En début de saison 2018, Michał Kwiatkowski est l'homme de forme de l'équipe, puisqu'il remporte le général sur le Tour de l'Algarve et Tirreno-Adriatico. Plus tard dans la saison, il porte le maillot rouge de leader pendant trois jours sur le Tour d'Espagne et gagne le Tour de Pologne. De son côté Egan Bernal se révèle au niveau World Tour, en obtenant plusieurs résultats, dont une victoire au général du Tour de Californie. En gagnant le Tour d'Italie, Christopher Froome réalise l'exploit d'être le tenant du titre des trois grands tours. Malgré la domination de Simon Yates et une forme en dent de scie, il prend le pouvoir lors de la terrible étape du Colle delle Finestre, où il part tout seul à 80 kilomètres de l'arrivée pour renverser la course. Avant d'être blanchi en juillet, Froome était sous la menace d'une suspension en raison d'un contrôle anormal au salbutamol réalisé sur la Vuelta 2017. Geraint Thomas remporte en juin le Critérium du Dauphiné. Lors du Tour de France, il se montre le plus solide et régulier et remporte deux étapes et le classement général devant Tom Dumoulin et Froome. Contrairement aux années précédentes, l'équipe Sky n'a pas brillé sur les classiques World Tour et le Tour d'Espagne. En fin de saison, Gianni Moscon s'adjuge le Tour du Guangxi, ainsi que deux semi-classiques italiennes la Coppa Agostoni et le Tour de Toscane. Sky se classe finalement deuxième du World Tour et Geraint Thomas est quatrième du classement individuel.

2019 : arrivée d'Ineos, Bernal gagne le Tour[modifier | modifier le code]

Egan Bernal et Geraint Thomas réalisent le doublé sur le Tour de France 2019.

Le , l'opérateur de télévision par satellite Sky, sponsor principal de l'équipe, annonce à la surprise générale sa volonté de se désengager à l'issue de la saison 2019, après y avoir investi 166 millions d'euros depuis 2010[41],[42]. Cette annonce ne signifie pas pour autant la fin de l'équipe puisque son directeur général, Dave Brailsford, précise être à la recherche d'un nouveau sponsor principal pour la saison 2020. C'est finalement l'entreprise Ineos qui annonce le 19 mars 2019 l'avoir rachetée ; le changement de nom a lieu le 1er mai 2019.

L'équipe Sky face au dopage[modifier | modifier le code]

Politique antidopage[modifier | modifier le code]

Depuis le lancement de l'équipe Sky, en 2010, le manager gallois Dave Brailsford n'a eu de cesse de brandir la tolérance zéro en matière d'antidopage[43],[44]. Pourtant, l'équipe est régulièrement soupçonnée de dopage[45],[46]. Tous ses coureurs et son personnel doivent signer un document dans lequel ils déclarent n'avoir aucune participation passée ou présente dans la prise de substances illégales. Toute personne qui enfreint l'accord à tout moment doit quitter l'équipe[47]. Cette approche a été critiquée par David Howman de l'Agence mondiale antidopage, qui a fait valoir que la peur de perdre leur emploi découragerait les personnes ayant des antécédents de dopage à avouer[48].

Fin 2012, Sky ne renouvelle pas le contrat de son médecin Geert Leinders, alors que le nom de ce dernier est apparu lors d'une enquête de l'agence américaine antidopage (AMA) sur l'implication du médecin dans l'organisation d'un programme de dopage de l'équipe Rabobank. En 2015, Leinders est suspendu à vie par la Cour d'arbitrage américaine pour ses activités de dopage au sein de la formation cycliste néerlandaise[49],[50]. Le directeur sportif Steven de Jongh et l'entraîneur Bobby Julich[51] ont également quitté l'équipe lorsque leur passé de coureur a été révélé.

Bien qu'il y ait eu des spéculations que la tactique et le succès du Team Sky impliquent l'utilisation de substances interdites, Brailsford a vigoureusement nié toute utilisation de substances illégales par l'équipe, citant le succès des pistards britanniques aux Jeux olympiques, comme preuve que vous n'avez pas besoin de dopage pour dominer[52].

En septembre 2013, l'UCI demande à Jonathan Tiernan-Locke d'expliquer une divergence potentielle dans ses données de passeport biologique[53]. En décembre 2013, British Cycling confirme qu'elle est chargée d'engager une procédure disciplinaire contre Tiernan-Locke par l'UCI[54]. Sky déclare que les valeurs de sang en question ont été prises en 2012, lorsque Tiernan-Locke était membre de l'équipe Endura Racing et qu'il est suspendu de toutes les activités de l'équipe en attendant une décision. En juillet 2014, Tiernan-Locke est suspendu par l'UCI jusqu'au 31 décembre 2015, ce qui entraîne la résiliation immédiate de son contrat avec l'équipe[55],[56].

Le 19 mars 2014, l'équipe Sky annonce qu'elle retire Sergio Henao du calendrier des courses de l'équipe pendant huit semaines, après avoir présenté des taux anormaux lors de contrôles effectués en octobre 2013 en altitude. Le manager principal de l'équipe Sky, Dave Brailsford explique que la capacité de l'équipe à interpréter les résultats de Henao est entravée par un manque de connaissance sur les personnes nées en altitude comme lui. Des experts indépendants sont chargés de faire la lumière sur la situation[57]. Par la suite en juin 2014, l'équipe annonce que le programme de recherche, menée par des chercheurs de l'Université de Sheffield, avec la collaboration de l'agence anti-dopage de la Colombie, est achevé. Les résultats sont envoyés à l'Agence mondiale antidopage, l'Union cycliste internationale et la Fédération colombienne de lutte contre le dopage. Henao revient à la compétition lors du Tour de Suisse 2014[58].

Le 20 avril 2016, il est annoncé que Henao est temporairement suspendu par sa formation, après que l'UCI a ouvert une enquête sur son passeport biologique, portant sur les mêmes données qui avaient causé son retrait en 2014[59]. Henao déclare qu'il est « calme et confiant que cette affaire [soit] résolu rapidement » (calm and confident that this [would] be resolved soon), tandis que Dave Brailsford réitère sa confiance en son coureur[60]. Le 31 mai, l'UCI confirme dans un communiqué qu'il ne serait pas poursuivi[61].

En novembre 2017, l'ancien entraîneur du Team Sky, Shane Sutton, reconnaît que l'équipe britannique utilisait certains médicaments qui nécessitent une autorisation à usage thérapeutique et ce pour renforcer les performances des coureurs[62].

En décembre 2017, Christopher Froome, le leader de l'équipe, est soupçonné de dopage suite à un contrôle antidopage anormal au bronchodilatateur salbutamol (produit contre l'asthme) à l’issue de la 18e étape du Tour d'Espagne de 2017[63]. Son seuil est le double du seuil autorisé par l'AMA qui est de 1000ng/mL, ce qui pourrait entraîner une interdiction et la perte de son titre du Tour d'Espagne 2017[64]. En attendant les résultats de l'enquête, il est au départ du Tour d'Italie 2018, qu'il remporte. Alors que les organisateurs du Tour de France indiquaient la veille ne pas souhaiter sa présence sur la grande boucle, il est finalement blanchi par l'UCI le 2 juillet 2018.

AUT, UKAD et retombées[modifier | modifier le code]

Exemptions thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Une étude menée en 2014 par le docteur John Dickinson de l’Université de Kent révèle qu'un tiers des coureurs de Sky souffrent d'asthme à l'effort alors que la moyenne nationale tourne autour des 10 %[65]. Ce pourcentage est cependant à relativiser car les études menées sur le sujet depuis trente ans suggèrent que près de la moitié du peloton cycliste ou des skieurs de fond seraient victimes d’asthme. Dans les sports d’endurance, l’hyperventilation provoque en effet une irritation bronchique qui entraîne un broncho-spasme induit par l’effort[66].

En septembre 2016, des pirates informatiques russes ont piraté le système antidopage ADAMS de l'Agence américaine antidopage (AMA) et publié des données sur un certain nombre d'athlètes, dont Christopher Froome et Bradley Wiggins. Les autorisations d'usage à des fins thérapeutiques (AUT) sont des exemptions médicales que les athlètes peuvent recevoir lorsqu'ils ont besoin d'un traitement pour des conditions médicales préexistantes lorsque les médicaments utilisés dans le traitement figurent sur la liste des produits interdits par l'AMA. La fuite a démontré que Wiggins avait reçu des AUT pour de la triamcinolone acétonide en juin 2011, juin 2012 et avril 2013, soit quelques jours avant le début du Tour de France 2011, du Tour de France 2012 et du Tour d'Italie 2013[67]. Wiggins a également reçu des AUT pour du salbutamol, du fluticasone, du formotérol et du budésonide alors qu'il courait au sein de HTC-Highroad en 2008[68]. Froome a reçu des AUT pour la prednisolone en mai 2013 et pendant le Tour de Romandie 2014[69].

En réponse, Froome a déclaré qu'il n'avait « aucun problème » avec la fuite, tandis que le porte-parole de Wiggins a ajouté qu'« il n'y a rien de nouveau ici »[67],[68].

Enquêtes de l'Agence britannique antidopage[modifier | modifier le code]

En 2016, Bradley Wiggins est au centre d’une enquête de l’agence britannique antidopage (en). Le coureur de Sky bénéficie « d'ordonnances pour des corticoïdes, des médicaments utilisés notamment pour combattre l’asthme et des allergies, mais fréquemment détournés par les sportifs à des fins dopantes, surtout lorsque les médicaments sont prescrits en période d’objectifs[70] ».

En octobre 2016, l'Agence britannique antidopage, UK Anti-Doping (UKAD) ouvre une enquête sur le Team Sky et British Cycling. Il est révélé que l'ancien coureur anglais Simon Cope a livré un paquet, à l'équipe, lors du Critérium du Dauphiné 2011, le remettant au docteur du Team Sky - Richard Freeman - confirmant que le paquet contenait une forme de médicament[71]. Ni l'équipe, ni Cope ne pouvaient confirmer le contenu exact du paquet[72]. L'ancien coureur Jonathan Tiernan-Locke (qui a depuis fait l'objet d'une suspension pour dopage) a affirmé que Freeman avait administré du Tramadol à l'équipe nationale britannique lors des Championnats du monde sur route 2012[73]. À la fin d'octobre, le Parlement a annoncé qu'il ouvrirait une enquête sur la relation entre le colis médical et l'ancien coureur, Bradley Wiggins[74]. En décembre 2016, le président de l'UCI, Brian Cookson, a exhorté à la fois le Team Sky et son directeur général, Dave Brailsford, à donner une « divulgation complète » de ce qui était dans le paquet[75]. Plusieurs mois avant, British Cycling avait mis en garde sur le fait que Cope travaille à la fois avec l'équipe Sky et l'équipe nationale britannique[76].

En décembre 2016, Brailsford annonce que le paquet contenait le médicament légal, Fluimucil - un composé mucolytique qui aide le corps à enlever le mucus collant et épais qui peut souvent être trouvé obstruant les voies respiratoires, entraînant la toux[77]. Les représentants de British Cycling soutiennent qu'ils ne connaissent pas le contenu du paquet[78], tandis que le Daily Mail annonçait que Brailsford avait tenté d'empêcher que l'histoire sorte les médias[79].

En mars 2017, British Cycling a admis avoir manqué à son devoir d'enregistrer correctement le contenu de l'emballage[80], tandis que l'équipe soutenait qu'aucune règle antidopage n'avait été enfreinte[81].

Au début du mois de mars, une rumeurs fait état qu'un certain nombre de coureurs envisagent de demander à Brailsford de démissionner de l'équipe[82]. Cependant, le même jour Geraint Thomas, Luke Rowe, Tao Geoghegan Hart, Peter Kennaugh, Michal Kwiatkowski et Elia Viviani ont apporté leur soutien à leur directeur général[83].

Dans le même temps, l'ancien coureur de l'équipe, Joshua Edmondson, avoue à la BBC qu'il violait la politique « sans aiguille » de l'équipe en s'injectant un cocktail de vitamines deux ou trois fois par semaines[84]. L'équipe a déclaré avoir trouvé les vitamines, qui ne sont pas des composés interdits, et des aiguilles dans la chambre du coureur[85]. Un jour plus tard, l'UCI a demandé à l'Agence britannique antidopage d'évaluer l'admission d'Edmondson[86].

Le 15 novembre 2017, l'UKAD annonce qu'elle a clos son enquête et n'a déposé aucune plainte, alléguant qu'il était impossible de déterminer le contenu du colis. L'équipe Sky et British Cycling ont publié des déclarations saluant sa conclusion[87],[88].

Rapport du gouvernement britannique pour "Combattre le dopage dans le sport"[modifier | modifier le code]

En mars 2018, un rapport parlementaire britannique accuse la Sky d'avoir contourné l'éthique et certaines règlementations antidopages pour remporter le Tour de France 2012. Le rapport reconnait en outre des défaillances de l’agence britannique de lutte contre le dopage[89]. Le rapport intitulé Combattre le dopage dans le sport, indique que Team Sky avait « franchi une ligne éthique » en utilisant des médicaments pour « améliorer les performances des coureurs » et que Brailsford doit « assumer la responsabilité du « scepticisme dommageable sur la légitimité de la performance de son équipe et ses résultats. »[90],[91]. Immédiatement après la publication, Bradley Wiggins, dans une interview avec la BBC, proclame être innocent et n'avoir jamais menti, comme l'avait spéculé le rapport. Des critiques ont également ciblés la source 'anonyme' et le manque de preuves tangibles entourant l'utilisation de corticostéroïdes au sein de l'équipe[92]. Christopher Froome a par la suite soutenu le directeur de l'équipe, Brailsford, rejetant les accusations présentées dans le rapport[93], tandis que Geraint Thomas a déclaré que l'équipe avait même blagué sur l'utilisation de corticostéroïdes[94]. Bernhard Eisel, ancien coureur de l'équipe, interviewé lors de Tirreno-Adriatico 2018, a également nié toute consommation de produits dopants pendant son passage avec l'équipe[95]. Eisel a également critiqué les rapports pour le manque de preuve vérifiable, suggérant en outre que cela avait « créé un vide, dans lequel [Eisel] a estimé que les médias sociaux avaient rempli les blancs » et critiqué les commentaires faits par l'ancien cycliste pris pour dopage, Floyd Landis, concernant la suppression du titre 2012 de Wiggins[96].

Classements UCI[modifier | modifier le code]

Lors sa création en 2010, l'équipe est classée dans le Classement mondial UCI.

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2010 15e Drapeau : Norvège Edvald Boasson Hagen (16e)

En 2011, le Classement mondial UCI devient l'UCI World Tour.

Saison Classement
par équipes
Meilleur coureur
au classement individuel
2011 2e Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins (8e)
2012 1re Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins (2e)
2013 2e Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome (2e)
2014 9e Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome (7e)
2015 3e[97] Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome (6e)[98]
2016 3e Drapeau du Royaume-Uni Christopher Froome (3e)
2017 1re Drapeau du Royaume-Uni Christopher Froome (2e)
2018 2e Drapeau du Royaume-Uni Geraint Thomas (4e)

Principaux résultats[modifier | modifier le code]

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[n 1]

Championnats du monde[n 1]

Courses par étapes[modifier | modifier le code]

Ce tableau liste les victoires majeures de l'équipe sur les courses par étapes.

Date Course Pays Classe Vainqueur
29/05/2011 Tour de Bavière Drapeau de l'Allemagne Allemagne 02 2.HC Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas
12/06/2011 Critérium du Dauphiné Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins
07/08/2011 Tour du Danemark Drapeau du Danemark Danemark 02 2.HC Drapeau : Australie Simon Gerrans
14/08/2011 Eneco Tour Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Drapeau de la Belgique Belgique
01 WT Drapeau : Norvège Edvald Boasson Hagen
11/09/2011 Tour d'Espagne Drapeau de l'Espagne Espagne 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
11/03/2012 Paris-Nice Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins
29/04/2012 Tour de Romandie Drapeau de la Suisse Suisse 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins
27/05/2012 Tour de Bavière Drapeau de l'Allemagne Allemagne 02 2.HC Drapeau : Australie Michael Rogers
10/06/2012 Critérium du Dauphiné Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins
23/07/2012 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Bradley Wiggins
10/03/2013 Paris-Nice Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Australie Richie Porte
24/03/2013 Critérium international Drapeau de la France France 02 2.HC Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
28/04/2013 Tour de Romandie Drapeau de la Suisse Suisse 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
09/06/2013 Critérium du Dauphiné Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
21/07/2013 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
04/05/2014 Tour de Romandie Drapeau de la Suisse Suisse 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
15/03/2015 Paris-Nice Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Australie Richie Porte
29/03/2015 Tour de Catalogne Drapeau de l'Espagne Espagne 01 WT Drapeau : Australie Richie Porte
14/06/2015 Critérium du Dauphiné Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
26/07/2015 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
13/03/2016 Paris-Nice Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas
12/06/2016 Critérium du Dauphiné Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
24/07/2016 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
12/03/2017 Paris-Nice Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Colombie Sergio Henao
23/07/2017 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
10/09/2017 Tour d'Espagne Drapeau de l'Espagne Espagne 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
13/03/2018 Tirreno-Adriatico Drapeau de l'Italie Italie 01 WT Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
20/05/2018 Tour de Californie Drapeau des États-Unis États-Unis 01 WT Drapeau : Colombie Egan Bernal
27/05/2018 Tour d'Italie Drapeau de l'Italie Italie 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Christopher Froome
10/06/2018 Critérium du Dauphiné Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas
29/07/2018 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas
10/08/2018 Tour de Pologne Drapeau de la Pologne Pologne 01 WT Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
21/10/2018 Tour du Guangxi Drapeau de la République populaire de Chine Chine 01 WT Drapeau : Italie Gianni Moscon
17/03/2019 Paris-Nice Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Colombie Egan Bernal
23/06/2019 Tour de Suisse Drapeau de la Suisse Suisse 01 WT Drapeau : Colombie Egan Bernal
28/07/2019 Tour de France Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Colombie Egan Bernal

Classiques[modifier | modifier le code]

Ce tableau liste les victoires majeures de l'équipe sur les classiques.

Date Course Pays Classe Vainqueur
21/08/2011 Vattenfall Cyclassics Drapeau de l'Allemagne Allemagne 01 WT Drapeau : Norvège Edvald Boasson Hagen
26/08/2012 Grand Prix de Plouay Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Norvège Edvald Boasson Hagen
09/09/2012 Grand Prix cycliste de Montréal Drapeau du Canada Canada 01 WT Drapeau : Norvège Lars Petter Nordhaug
27/03/2015 Grand Prix E3 Drapeau de la Belgique Belgique 01 WT Drapeau : Royaume-Uni Geraint Thomas
25/03/2016 Grand Prix E3 Drapeau de la Belgique Belgique 01 WT Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
24/04/2016 Liège-Bastogne-Liège Drapeau de la Belgique Belgique 01 WT Drapeau : Pays-Bas Wout Poels
04/03/2017 Strade Bianche Drapeau de l'Italie Italie 01 WT Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
18/03/2017 Milan-San Remo Drapeau de l'Italie Italie 01 WT Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
29/07/2017 Classique de Saint-Sébastien Drapeau de l'Espagne Espagne 01 WT Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski
20/08/2017 EuroEyes Cyclassics Drapeau de l'Allemagne Allemagne 01 WT Drapeau : Italie Elia Viviani
27/08/2017 Bretagne Classic Drapeau de la France France 01 WT Drapeau : Italie Elia Viviani

Bilan sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Le Tour d'Italie 2010 est le premier grand tour auquel participe l'équipe. Elle remporte une étape dès sa première participation. Au total, elle a pris part à 26 grands tours, en a remporté neuf et compte 36 victoires d'étapes. Lors du Tour d'Espagne 2010, l'équipe ne prend pas le départ de la huitième étape après la mort de l'un de ses soigneurs et plusieurs abandons au sein de son équipe en raison d'un virus[99]. Lors du Tour d'Espagne 2011, l'équipe Sky remporte deux étapes et réussit l'exploit de placer deux coureurs sur le podium : Christopher Froome (déclaré vainqueur après le déclassement pour dopage de Cobo) et Bradley Wiggins. Lors du Tour d'Italie 2012, Rigoberto Urán termine l'épreuve à la 7e place et est le coureur de la formation Sky le mieux placé au classement général. Mark Cavendish remporte quant à lui 3 étapes. Le Tour de France 2012 est le premier Tour de France remporté par un coureur de la Sky. Il s'agit du Britannique Bradley Wiggins qui remporte également deux étapes. Cavendish remporte trois étapes et Froome s'impose à la Planche des Belles Filles et termine second du général. L'équipe Sky est donc l'équipe ayant gagnée le plus d'étapes sur ce Tour de France. L'équipe récidive lors des Tour de France 2013, 2015, 2016 et 2017, du Tour d'Espagne 2017 et du Tour d'Italie 2018 avec cette fois la victoire de Christopher Froome, Geraint Thomas remporte qu'en à lui, le Tour de France 2018.

Course Meilleur coureur au
classement individuel
Classements annexes Victoires d'étapes Classement par équipes
Tour d'Italie 2010 Dario Cioni (17e) 1 : Bradley Wiggins 11e au temps
5e aux points
Tour de France 2010 Thomas Lövkvist (17e) 11e
Tour d'Espagne 2010 Abandon de toute l'équipe[99]
Tour d'Italie 2011 Thomas Lövkvist (21e) 19e au temps
14e aux points
Tour de France 2011 Rigoberto Urán (24e) 2 : Edvald Boasson Hagen 6e
Tour d'Espagne 2011 Christopher Froome (1er) Classement du combiné : Christopher Froome 2 : Christopher Sutton et Christopher Froome 10e
Tour d'Italie 2012 Rigoberto Urán (7e) Jersey white.svg Classement du meilleur jeune : Rigoberto Urán
Prix de la combativité du Tour d'Italie : Mark Cavendish
Azzurri d'Italia : Mark Cavendish
3 : Mark Cavendish 3e au temps
2e aux points
Tour de France 2012 Bradley Wiggins (1er) 6 : Mark Cavendish (3), Christopher Froome et Bradley Wiggins (2) 2e
Tour d'Espagne 2012 Christopher Froome (4e) 5e
Tour d'Italie 2013 Rigoberto Urán (2e) 2 : contre-la-montre par équipes et Rigoberto Urán 1re au temps
2e aux points
Tour de France 2013 Christopher Froome (1er) 3 : Christopher Froome 9e
Tour d'Espagne 2013 Rigoberto Urán (27e) 1 : Vasil Kiryienka 12e
Tour d'Italie 2014 Sebastián Henao (22e) 7e au temps
4e aux points
Tour de France 2014 Mikel Nieve (18e) 7e
Tour d'Espagne 2014 Christopher Froome (2e) Prix de la combativité : Christopher Froome 5e
Tour d'Italie 2015 Leopold König (6e) 2 : Elia Viviani et Vasil Kiryienka 3e au temps
4e aux points
Tour de France 2015 Christopher Froome (1er) Grand Prix de la montagne : Christopher Froome 1 : Christopher Froome 2e
Tour d'Espagne 2015 Mikel Nieve (8e) 1 : Nicolas Roche 2e
Tour d'Italie 2016 Nicolas Roche (24e) Grand Prix de la montagne : Mikel Nieve 1 : Mikel Nieve 5e au temps
12e aux points
Tour de France 2016 Christopher Froome (1er) 2 : Christopher Froome 2e
Tour d'Espagne 2016 Christopher Froome (2e) 3 : contre-la-montre par équipes et Christopher Froome (2) 11e
Tour d'Italie 2017 Mikel Landa (17e) Grand Prix de la montagne : Mikel Landa 1 : Mikel Landa 7e au temps
3e aux points
Tour de France 2017 Christopher Froome (1er) Classement par équipes 1 : Geraint Thomas 1re
Tour d'Espagne 2017 Christopher Froome (1er) Classement par points : Christopher Froome
Classement du combiné : Christopher Froome
2 : Christopher Froome 3e
Tour d'Italie 2018 Christopher Froome (1er) Grand Prix de la montagne : Christopher Froome
Classement par équipes
2 : Christopher Froome 1re
Tour de France 2018 Geraint Thomas (1er) 2 : Geraint Thomas 3e
Tour d'Espagne 2018 David de la Cruz (15e) 9e
Tour d'Italie 2019 Pavel Sivakov (9e) 6e
Tour de France 2019 Egan Bernal (1er) Jersey white.svg Classement du meilleur jeune : Egan Bernal 3e

Championnats nationaux[modifier | modifier le code]

Geraint Thomas vêtu du maillot de champion de Grande-Bretagne en 2010

Team Ineos en 2019[modifier | modifier le code]

Wikidata-logo S.svgEffectif
CyclisteDate de naissancePaysÉquipe précédente
Leonardo Basso25 décembre 1993ITA ItalieGeneral Store Bottoli Zardini (2017)
Egan Bernal13 janvier 1997COL ColombieAndroni-Sidermec-Bottecchia (2017)
Jonathan Castroviejo27 avril 1987ESP EspagneMovistar (2017)
David de la Cruz6 mai 1989ESP EspagneQuick-Step Floors (2017)
Owain Doull2 mai 1993GBR Royaume-UniTeam Wiggins (2016)
Eddie Dunbar1 septembre 1996IRL Irlande
Kenny Elissonde22 juillet 1991FRA FranceFDJ (2016)
Christopher Froome20 mai 1985GBR Royaume-UniBarloworld (2009)
Filippo Ganna25 juillet 1996ITA ItalieUAE Team Emirates (2018)
Tao Geoghegan Hart30 mars 1995GBR Royaume-UniAxeon-Hagens Berman (2016)
Michał Gołaś29 avril 1984POL PologneEtixx-Quick Step (2015)
Kristoffer Halvorsen13 avril 1996NOR NorvègeJoker Icopal (2017)
Sebastián Henao5 août 1993COL ColombieColombia-Coldeportes (2013)
Vasil Kiryienka28 juin 1981BLR BiélorussieMovistar (2012)
Christian Knees5 mars 1981GER AllemagneMilram (2010)
Michał Kwiatkowski 2 juin 1990POL PologneEtixx-Quick Step (2015)
Christopher Lawless4 novembre 1995GBR Royaume-UniAxeon-Hagens Berman (2017)
Gianni Moscon20 avril 1994ITA ItalieZalf Euromobil Désirée Fior (2015)
Jhonatan Narváez4 mars 1997ECU ÉquateurQuick-Step Floors (2018)
Wout Poels1 octobre 1987NED Pays-BasOmega Pharma-Quick Step (2014)
Salvatore Puccio31 août 1989ITA Italie
Diego Rosa27 mars 1989ITA ItalieAstana (2016)
Luke Rowe10 mars 1990GBR Royaume-Uni100% me (2011)
Pavel Sivakov11 juillet 1997RUS RussieBMC Development (2017)
Iván Sosa31 octobre 1997COL ColombieAndroni Giocattoli-Sidermec (2018)
Ian Stannard25 mai 1987GBR Royaume-UniISD-Neri (2009)
Ben Swift5 novembre 1987GBR Royaume-UniUAE Team Emirates (2018)
Geraint Thomas25 mai 1986GBR Royaume-UniBarloworld (2009)
Dylan van Baarle21 mai 1992NED Pays-BasCannondale-Drapac (2017)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Contrairement aux autres courses, les Championnats du monde de cyclisme sur route et les Jeux olympiques sont disputés par équipes nationales et non par équipes commerciales.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Sky to sponsor British Tour de France team », sur guardian.co.uk, (consulté le 4 janvier 2010).
  2. (en) « Sky announced as major British Cycling sponsor », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 janvier 2010).
  3. (en) « British Cycling launches professional track team », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 janvier 2010).
  4. (en) « Sky launches Skyride today in London », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 janvier 2010).
  5. (en) « British Cycling announces 'Whole Sport Plan' », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 janvier 2010).
  6. (en) « Britons announce professional road squad », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 janvier 2010).
  7. (en) « Pinarello named as Team Sky bike sponsor », sur cyclingnews.com, (consulté le 4 janvier 2010).
  8. Cyclisme – Ford nouveau partenaire du Team Sky
  9. « Pinarello extends Team Sky partnership », Team Sky, BSkyB,‎ (lire en ligne).
  10. Team Ineos, « Ford – Team Ineos ».
  11. « Team Sky – Stages Cycling » [archive du ] (consulté le 3 janvier 2017).
  12. (en) « CNP and Team SKy Win Sports Nutrition Award | », sur www.cnpprofessional.co.uk, (consulté le 1er mars 2018).
  13. (en-US) « Team Sky to use Wahoo Kickr power trainers », BikeRadar,‎ (lire en ligne).
  14. « The Finances of Team Sky », sur inrng.com.
  15. « Team Sky report budget of £31 million in 2016 », sur Cyclingnews.com.
  16. (en) « Scott Sunderland leaves Team Sky », sur bikeradar.com, (consulté le 6 février 2011)
  17. (en) « Blood, sweat and gears in Tuscany », sur guardian.co.uk, (consulté le 4 janvier 2010)
  18. a et b Stéphane Mandard, « Entre Sky et l’UCI, des relations consanguines », sur lemonde.fr, (consulté le 25 juillet 2015)
  19. Dan Sabbagh, « James Murdoch was key force behind Sky team's Tour de France victory », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  20. a et b Boulting Ned, How I won the yellow jumper : dispatches from the Tour de France, London, Yellow Jersey Press Random House, (ISBN 9780224092401, OCLC 872702451, lire en ligne)
  21. Brendan Gallagher, « Sky establish GB Tour de France team », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  22. « Team Sky on target », Sky Sports,‎ (lire en ligne)
  23. « Sky to nurture young talent », Cyclingnews,
  24. Alex Murray, « Team Sky names the Brit pack »,
  25. « More stars for Team Sky », Sky Sports,‎ (lire en ligne)
  26. Les Clarke, « Sutton's Sky switch makes good sense », Cyclingnews.com,
  27. Jonathan Turner, « Wiggins signs for Team Sky », Sky Sports,‎ (lire en ligne)
  28. Shane Stokes, « Swift set to move to Team Sky », sur Cyclingnews.com,
  29. Team Sky make stunning race debut with one-two finish BBC, 10:49 GMT, Sunday, 17 January 2010
  30. « Announcing Team Sky – A Professional British Road Cycling Team », BSkyB,
  31. « Tour de France wildcard place awarded to Team Sky », Cycling Weekly,
  32. Stephen Roche: Sky faces steep learning curve Bikeradar, Thursday 22 April 2010
  33. Omloop Het Nieuwsblad, last kilometers Sporza, Saturday, 27 February 2010
  34. Omloop Het Nieuwsblad, Interview Senior Sports Director Scott Sunderland and Juan Antonio Flecha Sporza, De Laatste Show, Monday 29 February 2010
  35. Sunderland hails Flecha Sky Pro Cycling Team, Sunday 28 February 2010
  36. « Pro Cycling | Team | Geraint Thomas » [archive du ], Team Sky, (consulté le 1er janvier 2012)
  37. « Pro Cycling | Vuelta a Espana | Stage 7 | Sky withdraws from Vuelta », Team Sky, (consulté le 1er janvier 2012)
  38. « Cycling Quotient », Cqranking.com (consulté le 1er janvier 2012)
  39. « Giro : Mikel Landa (Sky) abandonne », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  40. (nl) « De zware erfenis van Kittel en co: Quick-Step ziet veel zeges vertrekken », sur sporza.be, (consulté le 29 octobre 2017)
  41. (en) Team Sky, « Sky to bring involvement in cycling to a close after 2019 season », sur www.teamsky.com, (consulté le 12 décembre 2018)
  42. « Coup de tonnerre : Sky va se retirer du peloton à la fin de la saison 2019 », sur Eurosport, (consulté le 12 décembre 2018)
  43. Slater Matt, « Team Sky strive for cycling’s moral high ground », BBC Sport, BBC,‎ (lire en ligne)
  44. Owen Gibson, « Doping expert wants Team Sky's drug stance put under the microscope », The Guardian, (consulté le 24 juillet 2013)
  45. « Dopage : l'équipe Sky prise dans ses contradictions », sur lequipe.fr, .
  46. Suspicion permanente chez Sky, sur cyclisme-dopage.com
  47. Wynn, Nigel, « Team Sky riders and staff must sign anti-doping policy », Cycling Weekly, IPC Media, (consulté le 26 juin 2013)
  48. Magnay, Jacquelin, « World Anti-Doping Agency chief David Howman attacks Team Sky for zero-tolerance policy towards drug cheats », The Telegraph, (consulté le 4 février 2013)
  49. Patrice Capelle, « Le docteur Leinders suspendu à vie », sur sport.be,
  50. Magnay, Jacquelin, « Former Team Sky doctor Geert Leinders interrogated in Belgian doping inquiry », The Telegraph, (consulté le 2 mai 2013)
  51. « Dave Brailsford: Team Sky to take short-term pain for long term-gain », BBC Sport, BBC, (consulté le 26 juin 2013)
  52. Telegraph Sport, « Dave Brailsford hits back at insinuation that Team Sky's success is built on use of performance-enhancing drugs », The Telegraph, (consulté le 2 mai 2013)
  53. « Jonathan Tiernan-Locke: Team Sky cyclist in UCI inquiry », BBC Sport, BBC,‎ (lire en ligne)
  54. « Team Sky's Jonathan Tiernan-Locke to face anti-doping hearing », BBC Sport, BBC,‎ (lire en ligne)
  55. http://www.uci.ch/Modules/BUILTIN/getObject.asp?MenuId=MTU3Mjg&ObjTypeCode=FILE&type=FILE&id=Nzk5OTY&LangId=1
  56. Cycling News, « Tiernan-Locke banned for two years », Cyclingnews.com
  57. Henao, Sky prend les devants sur sports.fr
  58. Cyclisme/Dopage - Sky: retour à la compétition de Henao au Tour de Suisse sur lavoixdunord.fr
  59. Passeport biologique : Sergio Henao suspendu par la Sky
  60. (en) Daniel Benson et Patrick Fletcher, « UCI opens biological passport case against Sergio Henao », Cyclingnews.com, Immediate Media Company,‎ (lire en ligne)
  61. Déclaration de l’UCI au sujet de Sergio Henao
  62. « Dopage : l'équipe Sky prise dans ses contradictions », sur lequipe.fr, .
  63. « Chris Froome soupçonné de dopage : "Quand vous avez de l'asthme, vous ne faites pas de sport !" réagit Jean-François Bernard », sur francetvinfo.fr, .
  64. « Chris Froome returns adverse analytical finding for salbutamol - Cyclingnews.com »
  65. (en) Harry Yorke, « Why do so many professional athletes have asthma – and does it help or hinder them? », sur telegraph.co.uk, .
  66. « Froome et le dopage. Les sportifs asthmatiques, tout sauf anormal », sur ouest-france.fr, .
  67. a et b « Froome has 'no issues' with leaked TUE data from WADA hack », Cyclingnews.com
  68. a et b « Wiggins spokesperson on WADA leak: 'There's nothing new here' », Cyclingnews.com
  69. « Tour de France winners Froome and Wiggins named in confirmed 'Fancy Bear' WADA hack », Cyclingnews.com
  70. Pierre Carrey, « Soupçonné de dopage, le Team Sky fait tousser les députés britanniques », sur liberation.fr, .
  71. « Cope: I don't know what was in the package for Team Sky », Cyclingnews.com
  72. « British Cycling physio faces questions over Team Sky's Dauphine medical package », Cyclingnews.com
  73. « UKAD ramps up investigation into Team Sky and British Cycling », Cyclingnews.com
  74. « Parliament to look into Wiggins 'mystery package' – News shorts », Cyclingnews.com
  75. « Cookson calls on Team Sky to give full disclosure of contents of mysterious Jiffy bag », Cyclingnews.com
  76. « British Cycling warned about Team Sky relationship months before Cope's delivery », Cyclingnews.com
  77. « Brailsford says mysterious package contained legal drug Fluimucil », Cyclingnews.com
  78. « British Cycling deny knowledge of mystery package contents », Cyclingnews.com
  79. « Daily Mail claims Brailsford tried to 'kill' the mystery package story », Cyclingnews.com
  80. « British Cycling admits failures in Wiggins medical delivery », Cyclingnews.com
  81. « Brailsford explains Fluimucil delivery, insists there was no anti-doping rule violation », Cyclingnews.com
  82. « Exclusive: Team Sky riders consider asking Brailsford to resign », Cyclingnews.com
  83. « Team Sky riders voice support for Brailsford », Cyclingnews.com
  84. « Former Team Sky rider admits violating no-needle rule », Cyclingnews.com
  85. « Josh Edmondson: Anti-doping body to assess ex-Team Sky rider claims »,
  86. « UCI asks UKAD to assess former Sky rider Edmondson's injection claims », Cyclingnews.com
  87. « No doping charges to be brought against Team Sky or British Cycling in 'impossible' Jiffy bag investigation - Cycling Weekly »,
  88. « British Cycling and Team Sky issue statements in reaction to UKAD ‘Jiffy bag’ investigation - Cycling Weekly »,
  89. « Cyclisme : « Team Sky a utilisé des médicaments pour améliorer les performances de ses coureurs » », sur Le Monde.fr (consulté le 13 mars 2018)
  90. bbc.co.uk Chris Froome 'completely backs' Team Sky boss Sir Dave Brailsford...
  91. House of Commons Digital, Culture, Media and Sport Committee: Combatting doping in sport
  92. « Bradley Wiggins tells BBC he '100% did not cheat' - Cyclingnews.com »
  93. « Chris Froome firm in support of Brailsford - Cyclingnews.com »
  94. « Geraint Thomas: We've never even joked about corticosteroid use at Team Sky - Cyclingnews.com »
  95. « Eisel: I'm more concerned with losing Cavendish than a Team Sky story from years ago - Cyclingnews.com »
  96. « Landis: I can't see Team Sky surviving to the Tour de France - Cyclingnews.com »
  97. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Team », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  98. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  99. a et b Cyclisme - Vuelta : Sky quitte la course

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :