Richie Porte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porte.
Richie Porte
Richie Porte (2) - troisième étape du Tour de Romandie 2010.jpg

Richie Porte lors du Tour de Romandie 2010.

Informations
Nom de naissance
Richard Julian PorteVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
Richie PorteVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialités
Équipes amateurs
2007 AC Sammarinese-Gruppo Lupi
01.2008-04.2008[n 1] Mastromarco Sensi Grassi
03.2009-12.2009[n 2] Bedogni-Grassi-Natalini-Gruppo Praga
Équipes professionnelles
Principales victoires

Richie Porte (né le à Launceston en Tasmanie) est un coureur cycliste australien, membre de l'équipe BMC Racing. Spécialiste des courses par étapes, il a remporté Paris-Nice en 2013 et 2015, le Tour de Catalogne en 2015 et le Tour Down Under en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Début de carrière[modifier | modifier le code]

D'abord concentré sur le triathlon à partir de ses 18 ans, Richie Porte ne commence le cyclisme qu'à 21 ans[1]. Il se distingue rapidement alors qu'il n'est qu'amateur, en janvier 2008, en terminant 5e du championnat d'Australie du contre-la-montre, puis 4e du championnat en ligne. Il est sélectionné dans l'équipe UniSA-Australia pour le Tour Down Under, où il s'échappe dès la première étape[2] et prend la neuvième place finale. Il rejoint alors l'équipe australienne Praties, avec laquelle il remporte une étape du Tour de Wellington, avant de partir courir dans une équipe amateur italienne pour la deuxième année consécutive, où il remporte une victoire[1]. De retour en Australie en fin de saison, il termine 5e du Herald Sun Tour. En 2009, il termine sur le podium du Championnat d'Australie du contre-la-montre, puis dixième du Tour de Langkawi grâce à une bonne ascension de Genting Highlands et tout en aidant son leader, Jai Crawford, deuxième à l'arrivée[3]. De retour en Italie, dans l'équipe Bedogni-Grassi-Natalini-Gruppo Praga, sous la houlette d'Andrea Tafi, il remporte une étape du Tour du Frioul-Vénétie julienne et termine sur le podium de la Coppa della Pace remportée par Egor Silin, puis participe au Baby Giro, son principal objectif de la saison, espérant se faire remarquer par une équipe professionnelle[3],[4]. Il y remporte une étape contre-la-montre devant le champion du monde espoirs de la spécialité, Adriano Malori, et termine 14e du classement général. Vainqueur du Grand Prix de la ville de Felino en août, Porte signe pour 2010 dans l'équipe Saxo Bank[5].

Saxo Bank[modifier | modifier le code]

Son nouveau directeur sportif, Bjarne Riis, loue son grand talent, ses « nombreuses victoires sur des terrains variés » et son « caractère de vainqueur ». En mai 2010, il termine septième et meilleur jeune du Tour d'Italie. Auparavant, il remporte une étape du Tour de Romandie.

En mai 2011, il participe à la victoire d'Alberto Contador, nouveau leader de la Saxo Bank-Sungard, au Tour d'Italie. Contador voit cependant cette victoire lui être retirée en janvier 2012 par le Tribunal arbitral du sport, en raison d'un contrôle antidopage positif lors du Tour de France 2010. Porte dispute son premier Tour de France en 2011 au service d'Alberto Contador, et termine 72e du classement général.

Sky[modifier | modifier le code]

2012-2014[modifier | modifier le code]

Richie Porte dispute ses premières courses avec le maillot Sky aux championnats d'Australie, où il est troisième de la course en ligne et cinquième du contre-la-montre. Il remporte ensuite le Tour de l'Algarve, dont il gagne également une étape de montagne. Durant les mois suivants, il est l'un des équipiers de Bradley Wiggins lors de ses succès à Paris-Nice, au Tour de Romandie, au Critérium du Dauphiné. Il se classe parmi les dix premiers de ses deux courses, et est entretemps quatrième du Tour de Bavière, remporté par un autre de ses coéquipiers, Michael Rogers. En juillet, il dispute le Tour de France, dont Wiggins devient le premier lauréat britannique. Au Tour d'Espagne, Porte est équipier de Chris Froome, impressionnant deuxième du Tour de France. Celui-ci termine quatrième de cette Vuelta. Porte se classe deuxième de l'avant-dernière étape, à la Bola del Mundo, et 68e du classement général. Sélectionné en équipe nationale pour les championnats du monde, il dispute la course en ligne qu'il ne termine pas.

Richie Porte lors du Paris-Nice 2013.

En mars 2013, il remporte une grande course à étapes, le Paris-Nice, grâce à sa victoire à la montagne de Lure où il endosse le maillot jaune, puis lors du contre-la-montre du col d'Èze . Il prend part au Critérium international de la route et remporte le contre la montre. Lors de l'ultime étape arrivant au col de l'Ospedale, son coéquipier Christopher Froome remporte l'étape en solitaire ainsi que le classement général, tandis que Porte termine second de l'étape et au classement général. Il est ensuite vainqueur d'étape et deuxième du classement général du Tour du Pays basque. Il est équipier de Chris Froome lors de ses victoires au Tour de Romandie et au Critérium du Dauphiné, et en prend respectivement les huitième et deuxième places. Il aide Froome à remporter à son tour le Tour de France et en prend la 19e place. En septembre, il participe aux championnats du monde sur route à Florence. Avec ses coéquipiers de Sky, il est médaillé de bronze du contre-la-montre par équipes. Il est ensuite 17e du contre-la-montre individuel et ne termine pas la course en ligne. À l'issue de cette saison, il reçoit de la fédération australienne le prix de cycliste sur route australien de l'année[6].

Richie Porte lors du Tour de France 2014.

En 2014, il commence la saison en prenant la troisième place du championnat d'Australie, derrière Simon Gerrans et Cadel Evans. Fin janvier, il gagne l'étape-reine du Tour Down Under[7] et termine quatrième du classement général remporté par Gerrans. Il se classe ensuite deuxième du Tour d'Andalousie, cinquième de l'étape de montagne de Tirreno-Adriatico. Malade, il ne parvient pas à terminer cette course[8]. Les suites de cette maladie le conduisent à abandonner également lors du Tour de Catalogne, de Liège-Bastogne-Liège, du Tour de Romandie, et à renoncer à participer au Tour d'Italie, où il devait être le leader de l'équipe Sky[9],[10].

Il est aligné au Tour de France afin d'y épauler Chris Froome. Après l'abandon de celui-ci, Porte est désigné leader de l'équipe Sky. Après la dixième étape, il est deuxième du classement général derrière le vainqueur de ce Tour Vincenzo Nibali et semble bien parti pour disputer une place sur le podium. Il est cependant malade durant la deuxième semaine de course (il révèle en fin de saison avoir souffert d'une pneumonie bénigne[11]), et perd neuf minutes dès la première étape alpestre, à Chamrousse[12],[13]. Il termine la course à la 23e place du classement général.

Après ce Tour, il n'est de nouveau pas en mesure de terminer les courses qu'il dispute, la Vattenfall Cyclassics et le Grand Prix de Plouay. Ces nouveaux abandons l'amène à mettre fin à sa saison en septembre, et à renoncer notamment aux championnats du monde pour lesquels il était présélectionné[13].

2015[modifier | modifier le code]

Richie Porte champion d'Australie du chrono.

Porte commence sa saison 2015 par une victoire lors du championnat d'Australie du contre-la-montre[14]. Il arrive en forme lors de son premier gros objectif de la saison, le Tour Down Under. Il parvient à remporter en solitaire l'étape reine qui se termine à Willunga[15] et termine deuxième du classement général final[16]. Sur Paris-Nice, il remporte tout d'abord la quatrième étape, ce qui lui permet de se classer deuxième du classement provisoire à une seconde de Michał Kwiatkowski. Subissant une chute lors de la sixième étape remportée par Tony Gallopin, il aborde le contre-la-montre final avec 36 secondes de retard sur le Français. Porte gagne cette course, ce qui lui permet de s'adjuger la victoire finale avec 30 secondes d'avance sur Kwiatkowski[17]. Il a comme objectif suivant le Tour d'Italie où il est leader de sa formation[17]. Il entame sa préparation avec le Tour de Catalogne, où il est aligné avec Christopher Froome au sein de la Sky. Mais dès la troisième étape, Porte accélère et se montre le plus fort de son équipe mais aussi des leaders, au côté d'Alberto Contador. L'étape est remporté par Pozzovivo mais Porte marque les esprits. Il fait ensuite deuxième le lendemain, lors de l'étape reine, et devient le grand favori de la course. Il remporte finalement la course après avoir pris le maillot de leadeur lors de la cinquième étape. Il confirme ainsi son retour en forme après sa fin 2014 médiocre. Il prend quelques semaines de repos puis prend part au Tour du Trentin, où son équipe et lui font deuxième du chrono par équipe de la première étape et où il remporte en solitaire la deuxième, prenant ainsi la tête du classement général d'une course qu'il finit par remporter.

Porte aborde le Tour d'Italie, son objectif principal de l'année, parmi les favoris[18]. Alors troisième du classement général dominé par Alberto Contador, Porte reçoit une pénalité de deux minutes à l'issue de la dixième étape. Subissant une crevaison, il est dépanné par Simon Clarke, membre de l'équipe Orica-GreenEDGE. Ce type de dépannage n'est pas autorisé par le règlement et Porte se retrouve douzième du classement général. Distancé lors de la treizième étape en raison d'une chute collective, le contre-la-montre de 59,4 km de Valdobbiadene et l'étape de montagne du lendemain voient Porte à nouveau perdre du temps. Au terme de ces étapes, il se retrouve 27e à plus de 35 minutes de Contador. Lors de la deuxième journée de repos, il décide de ne pas continuer la course[18].

En juillet, il aide son leader Christopher Froome à remporte le Tour de France. À l'issue de cette course, il annonce son départ de l'équipe Sky, pour rejoindre BMC Racing en 2016, afin d'y devenir leader[19].

Chez BMC depuis 2016[modifier | modifier le code]

Richie Porte vainqueur de la 7e étape du Paris-Nice 2017

Richie Porte annonce viser pour 2016 le Tour de France et les Jeux olympiques. Il commence sa saison en Australie, terminant deuxième derrière son nouveau coéquipier Rohan Dennis au championnat d'Australie du contre-la-montre. Il participe ensuite au Tour Down Under, où il remporte sa première victoire sous les couleurs de l'équipe BMC lors de la 5e étape à Willunga Hill pour la troisième année consécutive. Il se classe également deuxième au classement général. Il connait plus de difficultés lors du Tour d'Oman en février, perdant plus de trois minutes sur chacune des deux premières étapes. Il rebondi en Europe, où il prend la troisième place du classement général de Paris-Nice après avoir attaquer lors de la dernière étape aux côtés d'Alberto Contador, suivie par une quatrième place globale sur le Tour de Catalogne. Après sa troisième place à Paris-Nice, Porte passe une semaine comme numéro 1 mondial, au cours de la période où le nouveau système de classement est mis en place. Après s'être classé quatrième du Critérium du Dauphiné en juin, il entame ensuite le Tour de France avec des ambitions, mais il perd du temps en raison d'un problème mécanique lors de la deuxième étape. Il récupère une partie de son retard lors des étapes montagneuses et des contre-la-montre et termine finalement cinquième au classement général, son meilleur classement sur un grand tour à ce jour. Sélectionné pour la course en ligne et le contre-la-montre des Jeux olympiques, il chute dans la dernière partie du parcours de la course en ligne et se brise l'omoplate droite, ce qui l'empêche de pouvoir participer au contre-la-montre[20]. Il met un terme à sa saison. En fin d'année, il est classé 7e du classement World Tour et 15e du Classement mondial UCI.

En 2017, il commence sa saison au Tour Down Under. Il en remporte le classement général, après s'être imposé lors des deux « étapes-reines » à Paracombe et Willunga. Il participe ensuite au Paris-Nice, où distancé pour le classement général dès les deux premières étapes suite notamment à des bordures, il remporte comme en 2013 et 2015 l'étape-reine de la course, cette fois-ci au col de la Couillole. Il signe ensuite une victoire sur le Tour de Romandie d'abord en réussissant à suivre Simon Yates lors de l'arrivée dans la station de Leysin puis ensuite grâce à une seconde place dans le contre-la-montre de Lausanne le lendemain où il ravit le maillot de leader au coureur britannique. Un nouveau contre-la-montre qu'il remporte sur le critérium du Dauphiné 2017 confirme sa forme et il endosse le maillot jaune à l'issue de l'étape suivante. Cependant il perd sa tunique lors de la dernière étape arrivant au Plateau de Solaison. Lâché au début de cette ascension hors-catégorie, il parvient à reprendre Alberto Contador et Christopher Froome mais pas Jakob Fuglsang qui remporte cette étape de même que le classement général.

Richie Porte se présente comme un des favoris pour le Tour de France 2017, il réalise un bon début de tour de France en figurant dans le top 5 en 1ere semaine, et placé à 39 secondes du leader Chris Froome. .

Lors de la 9e étape il est contraint d'abandonner suite à une lourde chute dans la descente du Col du Chat, il est victime d'une double fracture au bassin et clavicule et est contraint de mettre un terme à sa saison.

Performances et capacités physiques[modifier | modifier le code]

Antoine Vayer considère à partir des calculs de puissances développées dans les cols comme seuil du dopage « avéré » les 410 watts moyens alors qu'il le juge « miraculeux » au-delà de 430 et « mutant » au-delà de 450[21]. Lors du Tour de France 2013, l’ombre du dopage réapparaît[22] : dans la montée vers Ax 3 Domaines lors de la première étape de montagne, Porte développe selon Antoine Vayer une puissance moyenne de 435 Watts[23].

L’interprétation des données de puissance est cependant complexe car elle devrait prendre en compte de nombreux facteurs et les analyses de Portoleau et Vayer sont contestées. Frédéric Grappe, entraîneur dans le cyclisme et docteur en Science spécialisé dans la physiologie de l’entraînement sportif, a mis au point pour la FDJ.fr le PPR (« profil de puissance record »)[24]. Selon Ross Tucker spécialiste en performance sportive, les modèles de calcul de puissances (CPL, DrF, BCR, rst, etc.)[25] ont des résultats différents selon leurs méthodes de calcul des variables environnementales (température, humidité, direction, vitesse du vent, etc.), variables de courses (profil et durée de l'étape, placement de l'étape dans le tour, etc.) ou les performances du coureur (rendement énergétique qui varie de 21 à 27 %, %age d’exploitation de la VO2max, etc.)[26].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

7 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

3 participations

Richie Porte, maillot blanc du Tour d'Italie 2010
  • 2010 : 7e, Leader du classement des jeunes vainqueur du classement du meilleur jeune, Leader du classement général maillot rose pendant 3 jours
  • 2011 : 81e
  • 2015 : non-partant (16e étape)

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

1 participation

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Calendrier mondial UCI 34e[35]
UCI World Tour 150e[36] 64e[37] 10e[38] 74e[39] 11e[40] 7e[41]
UCI Asia Tour 191e[42]
UCI Europe Tour 207e[43]
UCI Oceania Tour 14e[44] 16e[45]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Cycliste sur route australien de l'année en 2013[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2008 au 30 avril 2008
  2. Du 1er mars 2009 au 31 décembre 2009
  3. Du 1er mai 2008 au 28 avril 2009
  4. Alberto Contador, initialement vainqueur de l'étape, a été déclassé en février 2012 par le tribunal arbitral du sport[27]. Richie Porte, initialement deuxième, est alors déclaré vainqueur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Les Clarke, « Opening doors comes naturally for Porte », sur cyclingnews.com, (consulté le 8 février 2010)
  2. (en) « Porte pleased with ProTour debut », sur cyclingnews.com, (consulté le 8 février 2010)
  3. a et b (en) « Porte focused on baby Giro », sur cyclingnews.com, (consulté le 8 février 2010)
  4. (en) Gerg Johnson, « Porte hopeful of professional deal after Babygiro win », sur cyclingnews.com, (consulté le 8 février 2010)
  5. (en) Hedwig Kröner, « Saxo Bank signs Porte », sur cyclingnews.com, (consulté le 8 février 2010)
  6. a et b (en) « Male cyclist of the year », sur cycling.org.au (consulté le 24 novembre 2014)
  7. (en) « Richie Porte claims queen stage at Tour Down Under », sur cyclingweekly.co.uk, (consulté le 9 février 2014)
  8. (en) « Illness forces Porte out of Tirreno-Adriatico », sur cyclingnews.com, (consulté le 20 novembre 2014)
  9. (en) « Porte to skip the Giro d'Italia », sur cyclingnews.com, (consulté le 20 novembre 2014)
  10. (en) « Porte has a lot of work to do, says Sky », sur cyclingnews.com, (consulté le 20 novembre 2014)
  11. (en) « Porte ends season early, looks toward 2015 », sur velonews.competitor.com, (consulté le 21 novembre 2014)
  12. (en) « Porte says Sky has taken an"absolute kicking" at Tour de France », sur cyclingnews.com, (consulté le 21 novembre 2014)
  13. a et b (en) « Porte ends illness marred 2014 season early », sur cyclingnews.com, (consulté le 21 novembre 2014)
  14. Championnat d'Australie — Porte d'entrée sur velo101.com
  15. Tour Down Under — La malédiction de Willunga continue sur velo101.com
  16. Tour Down Under — Wouter Wippert première ! sur velo101.com
  17. a et b Alexandre Philippon, « Richie, on attend la suite ! », sur velochrono.fr,
  18. a et b « Giro 2015 - Richie Porte, blessé, jette l'éponge », sur eurosport.fr,
  19. « Richie Porte quitte Sky et file chez BMC en 2016 », sur lequipe.fr, (consulté le 8 août 2015)
  20. « L'actu du 7 août », sur velo101.com, (consulté le 7 août 2016)
  21. Antoine Vayer, « Tour de France : la montagne, révélateur du dopage », sur lemonde.fr,
  22. Charles Carrasco, « Tour : Froome et l’ombre du dopage », sur Europe1.fr,
  23. Antoine Vayer, « Froome aussi puissant qu'Armstrong et Ullrich en 2003 », sur LeMonde.fr,
  24. Marion Gachies, « Le PPR de la FDJ : mode d'emploi du suivi du "Profil Puissance Record" », sur eurosport.fr,
  25. (en) Ross Tucker, « Froome takes yellow with a commanding climb. What are the implications ? », sur sportsscientists.com,
  26. (en) Power & Speed Models, site du Cycling Power Lab
  27. « Contador suspendu deux ans ! », sur lequipe.fr,
  28. « 16 Apr 2011 - Stage 4 (ITT): Zamora - Zamora », sur uci.infostradasports.com (consulté le 14 juillet 2012)
  29. Tour de France 2011 - Classement général individuel au temps (consulté le 21 juillet 2013)
  30. Tour de France 2011 - Résultats et classements de Richie Porte (consulté le 21 juillet 2013)
  31. Tour de France 2012 - Classement général individuel au temps (consulté le 21 juillet 2013)
  32. Tour de France 2012 - Résultats et classements de Richie Porte (consulté le 21 juillet 2013)
  33. Tour de France 2013 - Classement général individuel au temps (consulté le 21 juillet 2013)
  34. Tour de France 2013 - Résultats et classements de Richie Porte (consulté le 21 juillet 2013)
  35. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  36. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  37. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  38. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  39. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  40. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  41. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  42. (en) « UCI Asia Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  43. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  44. « Classements Route UCI 2007-2008 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  45. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :