Strade Bianche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la compétition masculine. Pour la compétition féminine, voir Strade Bianche féminines.
Strade Bianche
Description de l'image Logo Strade Bianche.jpg.
Généralités
Sport cyclisme sur route
Création 2007
Éditions 9 (en 2015)
Catégorie UCI Europe Tour 1.HC
Type / Format course d'un jour
Périodicité annuel (mars)
Lieu(x) Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau de la Toscane Toscane
Statut des participants professionnels
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : République tchèque Zdeněk Štybar
Plus titré(s) Drapeau : Suisse Fabian Cancellara
(2 victoires)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la dernière compétition voir :
Strade Bianche 2015

Les Strade Bianche (littéralement « Routes blanches » en italien), officiellement dénommée Strade Bianche-Eroica Pro, sont une course cycliste italienne créés en 2007, sous le nom de Monte Paschi Eroica. La compétition est une classique disputée le premier ou le deuxième samedi de mars, près de Sienne en Toscane. Environ de 50 des 200 kilomètres de la course se déroulent sur des routes de terre, à l'image du Tro Bro Leon en France. En 2010, elle change de nom et devient la Monte Paschi Strade Bianche avant de devenir les Strade Bianche en 2012.

Malgré son histoire récente, la course est rapidement devenue une épreuve reconnue et prisée des coureurs, notamment en raison de son parcours[1][2]. Elle fait partie de l'UCI Europe Tour dans la catégorie 1.HC du calendrier cycliste professionnel. Elle est organisée par RCS Sport (lié à La Gazzetta dello Sport) et se tient le week-end avant Tirreno-Adriatico, environ un mois avant les classiques pavées du mois d'avril.

Depuis 2015, une épreuve féminine, les Strade Bianche Donne, a lieu le même jour que la course des hommes. La course est tracée sur environ 100 kilomètres, avec 17 kilomètres de chemin de terre, répartis sur cinq secteurs[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Monte Paschi Eroica[modifier | modifier le code]

L'Eroica Strade Bianche (la « course héroïque des chemins blancs ») est créée en 1997 en tant que Granfondo (ou cyclosportive), une course de vélo de loisir pratiquée sur des vélos anciens, sur les chemins de graviers et de terres blanc autour de Sienne. L'événement a encore lieu chaque année le lendemain de la course professionnelle[4].

En 2007, une course professionnelle est détachée de la cyclosportive. L'édition inaugurale porte le nom de Monte Paschi Eroica et elle est remportée par le Russe Alexandr Kolobnev. La course a lieu le 9 octobre, elle commence à Gaiole in Chianti et se termine à Sienne. L'organisateur RCS demande aux icônes cyclistes locales Fiorenzo Magni et Paolo Bettini pour promouvoir l'événement inaugural. Monte dei Paschi, la plus ancienne banque encore active dans le monde, qui a son siège à Sienne, sponsorise la course les quatre premières années.

En 2008, l'épreuve est déplacée début mars, au cœur de la saison des classiques printanières. Le Suisse Fabian Cancellara remporte la deuxième édition. En 2009, les organisateurs changent le nom de la course pour Strade Bianche-Eroica Toscana et en 2010 pour Strade Bianche. Le parcours est également allongé de 9 km et un autre secteur de terre est ajouté, portant le total à 57 kilomètres.

Strade Bianche-Eroica Pro[modifier | modifier le code]

En 2014, le départ de la course est déplacé vers la ville montagneuse de San Gimignano[5]. En 2015, son nom est officiellement changé en Strade Bianche-Eroica Pro après la création de la version féminine. L'épreuve intègre la classe 1.HC au calendrier UCI Europe Tour, soit la plus haute catégorie pour une épreuve d'un jour à l'exception des courses du World Tour. À partir de 2016, Sienne accueille le départ et l'arrivée des Strade Bianche[4]. En raison de la nature de la course et de sa place au calendrier, le peloton présent participe généralement par la suite à Tirreno-Adriatico et Milan-San Remo.

Bien que l'épreuve soit récente, la course a acquis le statut d'une classique assez rapidement, recueillant beaucoup d'attention des médias et devenant une course à ajouter à son palmarès pour les coureurs de classiques. Parmi les gagnants des premières éditions figurent le Suisse Fabian Cancellara, le Belge Philippe Gilbert ou le Polonais Michał Kwiatkowski, soit un palmarès très international[2]. En 2013, Moreno Moser devient le premier vainqueur italien des Strade Bianche. Le spécialiste des classiques, Fabian Cancellara, est le seul coureur à avoir remporté la course deux fois.

Parcours[modifier | modifier le code]

Piazza del Campo à Siena, lieu d'arrivée des Strade Bianche.

Tracé[modifier | modifier le code]

La course commence et se termine dans la ville de Sienne, qui figure au patrimoine mondial de l'UNESCO[4]. Le parcours se compose de 176 kilomètres sur un terrain accidenté en traversant la Province de Sienne en Toscane du sud, dont neuf secteurs de chemins de gravier, soit un total de 52,8 km[6],[7]. L'arrivée se situe sur la célèbre Piazza del Campo de Sienne, après avoir escaladé une montée raide et étroite sur une surface pavée menant au cœur de la cité médiévale[8]. En 2014, Michał Kwiatkowski distance Peter Sagan sur ce tronçon final[9].

Secteurs de graviers[modifier | modifier le code]

Les chemins de gravier blanc, typique de la campagne toscane, fournissent le caractère unique de la course. Ils sont généralement utilisés comme chemins de campagne et chemins agricoles, appelés « strade bianche » ou « sterrati » en italien. Ils sont situés à travers les collines et les vignobles de la région du Chianti[10]. Les plus longs et les plus difficiles secteurs sont ceux à Lucignano d'Asso (9,5 km) et Asciano (11 km)[11]. Certains des chemins de terre sont plats, d'autres sections comprennent des montées raides et des descentes sinueuses, mettant à l'épreuve les capacités de grimpeurs des coureurs et leurs compétences d'agilité sur un vélo. Le positionnement et la connaissance du parcours se révèlent souvent essentiels.

Un des strade bianche dans la province de Sienne, photographié durant l'"Eroica".

Les organisateurs de la course se sont inspirés par les deux plus grandes classiques du Nord, en unissant les particularités du Tour des Flandres avec ses bergs (des courts tronçons de monts escarpés) et Paris-Roubaix avec ses sections pavées exténuantes[12]. Elle est la version italienne des plus emblématiques courses d'un jour de la Flandre, comme en témoigne le slogan publicitaire de l'édition 2015 : « La Classica del Nord più a sud d'Europa » (la classique du Nord la plus au Sud de l'Europe)[12].

Angelo Zomegnan, directeur de RCS, explique avant la première édition en 2007 : « Le cyclisme a besoin de quelque chose de nouveau et les coureurs ont besoin d'une motivation [...] Cette course est unique et spéciale »[13]. De même, le sprinteur italien Daniele Bennati se montre également enthousiaste au sujet de la course, en déclarant : « Ce fut une sensation de retour en arrière dans le temps, je ne penseais pas que des chemins comme ceux-ci, où l'on voit seulement un tracteur de temps en temps, existent encore [...] Ce sera une course importante qui pourrait devenir une classique importante. Je peux déjà imaginer l'atmosphère de l'arrivée dans la Piazza del Palio »[13]. Huiitième en 2014, le Français Warren Barguil considère que la course a tout pour devenir un « Monument du cyclisme »[1].


Palmarès[modifier | modifier le code]

Fabian Cancellara (ici lors de l'édition 2012) remporte la course en 2009 et 2012.

Podiums[modifier | modifier le code]

Année Vainqueur Deuxième Troisième
Monte Paschi Eroica
2007 Drapeau : Russie Alexandr Kolobnev Drapeau : Suède Marcus Ljungqvist Drapeau : Ukraine Mikhaylo Khalilov
2008 Drapeau : Suisse Fabian Cancellara Drapeau : Italie Alessandro Ballan Drapeau : Allemagne Linus Gerdemann
2009 Drapeau : Suède Thomas Lövkvist Drapeau : Allemagne Fabian Wegmann Drapeau : Suisse Martin Elmiger
Monte Paschi Strade Bianche
2010 Drapeau : Kazakhstan Maxim Iglinskiy Drapeau : Suède Thomas Lövkvist Drapeau : Australie Michael Rogers
2011 Drapeau : Belgique Philippe Gilbert Drapeau : Italie Alessandro Ballan Drapeau : Italie Damiano Cunego
Strade Bianche
2012 Drapeau : Suisse Fabian Cancellara Drapeau : Kazakhstan Maxim Iglinskiy Drapeau : Italie Oscar Gatto
2013 Drapeau : Italie Moreno Moser Drapeau : Slovaquie Peter Sagan Drapeau : Italie Rinaldo Nocentini
2014 Drapeau : Pologne Michał Kwiatkowski Drapeau : Slovaquie Peter Sagan Drapeau : Espagne Alejandro Valverde
2015 Drapeau : République tchèque Zdeněk Štybar Drapeau : Belgique Greg Van Avermaet Drapeau : Espagne Alejandro Valverde

Vainqueurs multiples[modifier | modifier le code]

Victoires Coureurs Années
2 Drapeau : Suisse Fabian Cancellara 2008 et 2012

Victoires par pays[modifier | modifier le code]

Victoires Pays
2 Drapeau de la Suisse Suisse
1 Drapeau de la Belgique Belgique
Drapeau de l'Italie Italie
Drapeau du Kazakhstan Kazakhstan
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la République tchèque République tchèque
Drapeau de la Russie Russie
Drapeau de la Suède Suède

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cyclisme : les Strade Bianche, le Paris-Roubaix de Toscane sur lemonde.fr
  2. a et b (en) « Almost as Good as Homemade », sur The Service Course (consulté le 21 novembre 2015)
  3. (en) Stephen Farrand, « Women's Strade Bianche race route revealed », sur cyclingnews.com,‎ (consulté le 24 janvier 2015)
  4. a, b et c « Siena start for Strade Bianche in 2016 », sur CyclingNews (consulté le 6 février 2016)
  5. Stephen Farrand, « Strade Bianche Preview: Sagan, Cancellara, Wiggins and Valverde to clash on the dirt roads of Tuscany », CyclingNews (consulté le 23 novembre 2015)
  6. Strade Bianche Website Retrieved on 2014-06-30
  7. Stephen Puddicombe, « Strade Bianche 2015 preview », sur Cycling Weekly (consulté le 29 novembre 2015)
  8. Gregor Brown, « Preview: Strade Bianche promises to be a strongman’s race », sur Velo News (consulté le 29 novembre 2015)
  9. Daniel Benson, « Kwiatkowski wins Strade Bianche », CyclingNews (consulté le 23 novembre 2015)
  10. David Hunter, « Strade Bianche 2015 Preview », sur Ciclismo Internacional (consulté le 29 novembre 2015)
  11. Stephen Farrand, « Strade Bianche Preview: Cancellara faces Sagan, Nibali, Stybar and Valverde », CyclingNews (consulté le 23 novembre 2015)
  12. a et b Samuele Aiesi, « Strade Bianche: storia, curiosità, statistiche e pronostici », sur Fantagazzetta, Redazione Scommesse Fantagazzetta (consulté le 21 novembre 2015)
  13. a et b Gregor Brown, « First Monte Paschi Eroica presented », sur Cycling News (consulté le 30 novembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]