Zdeněk Štybar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Štybar
Harelbeke - E3 Harelbeke, 27 maart 2015 (G16).JPG

Zdeněk Štybar lors du Grand Prix E3 2015

Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
2004 Schumacher
01.2005-08.2005[n 1] Selle Italia-Mercedes
Équipes professionnelles
09.2005-12.2008[n 2] Fidea
01.2009-02.2011[n 3] Telenet-Fidea
03.2011-12.2011[n 4] Quick Step
2012-2014 Omega Pharma-Quick Step
2015- Etixx-Quick Step
Principales victoires

Zdeněk Štybar (né le à Planá u Mariánských Lázní) est un coureur cycliste tchèque. Spécialisé dans la pratique du cyclo-cross, il est triple champion du monde en 2010, 2011 et 2014, et vainqueur de la Coupe du monde de cyclo-cross en 2009-2010. En janvier 2011, il débute une carrière sur route et s'engage avec la formation Quick Step qu'il rejoint le 1er mars 2011[1], qui devient en 2012 Omega Pharma-Quick Step puis Etixx-Quick Step en 2015. Il a notamment remporté sur route l'Eneco Tour 2013, le championnat de République tchèque 2014, ainsi qu'une étape sur le Tour de France et le Tour d'Espagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les débuts[modifier | modifier le code]

Zdeněk Štybar commence le cyclisme sur un vélo de BMX. Il obtient ses premiers succès au niveau international, avec notamment la victoire aux championnats du monde de sa catégorie d'âge en 1993[2]. Après 1999, il privilégie le cyclo-cross.

Carrière en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

De 2001 à 2003, il fait partie des meilleurs juniors de la discipline. Il s'adjuge la médaille de bronze à deux reprises lors des mondiaux remportés par Kevin Pauwels et Lars Boom.

En 2005, il devient pour la première fois champion du monde de cyclo-cross espoirs. Depuis la saison 2005-2006, il court pour l'équipe belge Fidea. Il conserve son titre mondial l'année suivante. Il devance au sprint deux futurs champions du monde chez les élites : Lars Boom et Niels Albert[3]. Le 21 octobre 2007 à Kalmthout, il gagne pour la première fois une manche de Coupe du monde chez les élites. En fin d'année, il se classe deuxième du championnat du monde de cyclo-cross derrière Lars Boom. Lors de la saison 2008-2009, il termine troisième du général de la Coupe du monde et à nouveau vice-champion du monde de cyclo-cross, cette fois derrière Niels Albert. La saison suivante, il gagne trois épreuves de la Coupe du monde à Coxyde, Igorre et Roubaix, ce qui lui permet de décrocher la première place au classement général final. Il se présente en tant que favoris aux championnats du monde organisés à domicile, à Tabor. Bien que Stybar soit victime d'une crevaison peu après le départ, il se détache à la mi-course et creuse rapidement un écart important. Il gère la fin de course pour assurer la première place devant les Belges Klaas Vantornout et Sven Nys[4].

Lors de la saison suivante (2010-2011), Stybar entame sa saison en dominant ses adversaires durant les premières courses. Néanmoins, une tendinite du genou l'écarte des compétitions durant le mois en décembre. Il se présente aux mondiaux sans victoires internationales depuis trois mois. Il revient en grande forme et gagne la course après avoir lâché Sven Nys, son dernier adversaire, à quatre tours de l'arrivée[5].

Après son deuxième titre, il décide de mettre petit à petit de côté le cyclo-cross pour se concentrer sur la route. Cela ne l'empêche pas de décrocher un troisième titre en 2014, à l'issue d'un duel intense avec le champion du monde sortant Sven Nys[6]. Pourtant, la préparation de Stybar n'avait pas été optimale. Il avait couru quelques cyclo-cross et avait pris le départ de l'épreuve en cinquième ligne.

Il compte à son palmarès six titres de champion de République tchèque de cyclo-cross chez les élites (2008, 2009, 2010, 2011, 2012 et 2013).

Carrière sur route[modifier | modifier le code]

2006-2012 : premiers succès[modifier | modifier le code]

Zdeněk Štybar lors des Quatre jours de Dunkerque 2011.
Zdeněk Štybar lors du départ de la 1re étape du Tour de Wallonie 2014 à Frasnes-lez-Anvaing.

Initialement, Zdeněk Štybar prend part à des compétitions de cyclisme sur route pour préparer la saison de cyclo-cross. À l'époque, il obtient quelques victoires, comme une étape du Tour des Pyrénées et du Tour de Lleida en 2006 ou le prologue du Tour de Slovaquie en 2010. Après avoir remporté un deuxième titre mondial en cyclo-cross, il se sent moins motivé à continuer cette discipline, et peu à peu il se dirige vers une carrière sur route.

À partir de 2011, Štybar se consacre progressivement au cyclisme sur route jusqu'à privilégier celui-ci à partir de 2013. Rejoignant Quick Step en 2011, une équipe détenue majoritairement par son compatriote Zdeněk Bakala, Štybar termine troisième de sa première course avec cette équipe, les Quatre jours de Dunkerque[7]. Il gagne en 2012 sa première victoire pour l'équipe, devenue Omega Pharma-Quick Step, lors de la quatrième étape des Quatre jours de Dunkerque qui se termine au mont Cassel[8]. Le Tchèque est deuxième du classement général derrière le Français Jimmy Engoulvent. Il gagne également en 2012 la troisième étape du Tour de Pologne, sa première victoire en World Tour, le plus haut niveau du cyclisme sur route.

2013-2014 : victoires sur l'Eneco Tour et la Vuelta[modifier | modifier le code]

En 2013, il découvre Paris-Roubaix et est le seul coureur avec Sep Vanmarcke à pouvoir suivre Fabian Cancellara dans les secteurs pavés les plus difficiles. Victime d'une chute avec un spectateur dans le Carrefour de l'Arbre, il termine finalement sixième d'une course remportée par le Suisse[8]. En août, lors de l'Eneco Tour, il gagne tout d'abord la troisième étape. Ayant limité sa perte de temps lors du contre-la-montre gagné par son coéquipier Sylvain Chavanel, il devient chef de file de son équipe lors de la sixième étape, au profil des classiques ardennaises, qu'il termine deuxième. Le lendemain, il remporte la dernière étape, correspondant aux classiques flandriennes, à Grammont et remporte cet Eneco Tour[8]. Štybar participe ensuite au Tour d'Espagne et y remporte son premier succès sur un grand tour en attaquant dans le final de la 7e étape en compagnie de Philippe Gilbert qu'il bat au sprint de quelques centimètres.

Lors de la saison 2014, il confirme ses bons résultats. Au printemps, il se classe notamment cinquième de Paris-Roubaix et septième de Milan-San Remo.
En essayant de défendre son titre lors de l'Eneco Tour 2014 et après avoir gagné la deuxième étape, il percute les barrières en fer lors de l'arrivée de la quatrième étape et doit subir une hospitalisation. En chutant, il casse et perd deux de ses dents avant. À son retour, il se plaint à l'UCI que les mêmes obstacles dangereux ont été utilisés lors du Grand Prix cycliste de Québec. Sa première victoire après son retour est Binche-Chimay-Binche, où il attaque à deux kilomètres de l'arrivée sur une petite montée pavée après avoir été lancé par son coéquipier Niki Terpstra au pied de la bosse. Stybar s'impose en solitaire avec deux secondes d'avance sur John Degenkolb et les autres sprinteurs.

2015 : victoire sur le Tour et podium à Roubaix[modifier | modifier le code]

En 2015, Stybar remporte en force la semi-classique italienne Strade Bianche[9]. Il réalise une bonne campagne de classiques. Une hésitation lui coûte la victoire sur le Grand Prix E3, où il se classe deuxième derrière Geraint Thomas[10]. Lors du Tour des Flandres, ses fausses dents de devant se détachent lors d'un mont pavé et il est obligé de les enlever pendant l'ascension. Il réussi à terminer la course en neuvième position. Il échoue à la deuxième place de Paris-Roubaix, devancé par le sprinteur allemand John Degenkolb dans le vélodrome de Roubaix. Il est sélectionné par son équipe pour prendre part à son premier Tour de France. Il gagne la sixième étape grâce à une accélération dans la dernière montée située à quelques centaines de mètres avant la ligne. Il conserve quelques mètres d'avance sur Peter Sagan et franchit la ligne avec un avantage de deux secondes d'avance sur ses poursuivants[11]. Il est le premier Tchèque à remporter une étape du Tour depuis Ján Svorada en 2001.

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Palmarès par saisons[modifier | modifier le code]

Classements[modifier | modifier le code]

Épreuve / Édition 2007/2008 2008/2009 2009/2010 2010/2011 2011/2012 2012/2013 2013/2014
Championnat du monde 2e 2e 1er 1er 13e - 1er
Coupe du monde 6e 3e 1er 11e 3e 46e
Superprestige 4e 8e 1er 3e 3e 19e
Trophée GvA 3e 3e 2e 2e 2e 13e
Championnat de République tchèque 1er 1er 1er 1er 1er 1er

Palmarès sur route et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Podium de l'édition 2015 du Grand Prix E3 : Zdeněk Štybar (2e), Geraint Thomas (1er) et Matteo Trentin (3e).
Podium de l'édition 2015 de Paris-Roubaix : Zdeněk Štybar (2e), John Degenkolb (1er) et Greg Van Avermaet (3e).

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

1 participation

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
UCI World Tour 180e[12] 26e[13] 57e[14]
UCI Asia Tour 120e[15]
UCI Europe Tour 1134e[16] 571e[17] 1092e[18] 1201e[19] 606e[20]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Cycliste tchèque de l'année : 2014

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2005 au 31 août 2005
  2. Du 1er septembre 2005 au 31 décembre 2008
  3. Du 1er mars 2009 au 28 février 2011
  4. Du 1er mars 2011 au 31 décembre 2011

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Stybar rejoint officiellement Quick Step », Velochrono.fr, 25 janvier 2011.
  2. Palmarès sur zdenekstybar.com
  3. Championnat du Monde Espoirs : la surprise Stybar sur velo101.com/
  4. Couronné sur ses terres sur velo101.com/
  5. Un retour en grâce sur velo101.com/
  6. Championnat du Monde — Un duel de titans sur velo101.com/
  7. « STYBAR Zdenek - 2011 », sur cqranking.com (consulté le 25 août 2013)
  8. a, b et c Baptiste Bouthier, « Stybar, ce surdoué », sur velochrono.fr,‎
  9. Strade Bianche - Zdenek Stybar s'impose, L'Equipe
  10. Geraint Thomas (Sky) remporte le GP E3 2015 lequipe.fr
  11. Tour de France - La 6e étape pour Zdenek Stybar, chute du Maillot Jaune Tony Martin lequipe.fr
  12. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2012)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 1 novembre 2014)
  14. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 14 octobre 2014)
  15. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  16. « Classements Route UCI 2005 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  17. « Classements Route UCI 2005-2006 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  18. « Classements Route UCI 2006-2007 », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 27 février 2015)
  19. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 11 janvier 2015)
  20. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur uci.html.infostradasports.com, UCI (consulté le 12 janvier 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :