Mur de Huy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Mur de Huy
Image illustrative de l’article Mur de Huy
Le virage au niveau de la troisième chapelle du chemin.
Altitude 204 m
Coordonnées 50° 30′ 56″ nord, 5° 14′ 48″ est
PaysDrapeau de la Belgique Belgique
Ascension depuisHuy
Déclivité moy.9.8 %
Géolocalisation sur la carte : Belgique
(Voir situation sur carte : Belgique)
Mur de Huy

Le mur de Huy, chemin des Chapelles de son vrai nom, est une rue de la localité de Huy en Belgique donnant sur la plaine de la Sarte. Il constitue la fin du pèlerinage de Notre Dame de la Sarte, au cours duquel les pèlerins s'arrêtent devant les six[1],[2] ou sept[3] chapelles qui le bordent. Il doit son surnom à la Flèche wallonne, qui l'emprunte à trois reprises et se termine à son sommet. Ses vingt-six pour cent d'inclinaison dans un virage font de ce passage l'un des plus ardus d'Europe[4].

Chapelles[modifier | modifier le code]

Les six chapelles qui émaillent ce chemin sont inscrites au patrimoine immobilier classé de Huy[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Altitude : 204 m.
  • Départ : Huy (76 m).
  • Dénivellation : 128 m.
  • Longueur : 1,3 km.
  • Pente : 9,8 %, avec un maximum de 26 % à la corde de la chicane[5]

La Flèche wallonne[modifier | modifier le code]

Le mur de Huy est pour la première fois au programme de la Flèche wallonne en 1982, mais il ne sert pas encore d'arrivée. Il faut attendre l'édition 1985 pour voir la course se terminer au sommet du mur. Cette année-là, la victoire revient à Claude Criquielion, qui a depuis 2015 une stèle en son honneur, à l'endroit où la pente dépasse les 20 %[6],[7]. Depuis 1998, la Flèche wallonne féminine se termine également en haut du mur.

Records[modifier | modifier le code]

  • Le meilleur temps de montée pour le mur de Huy est détenu par Alejandro Valverde, qui en 2014 parcourt le dernier kilomètre à la vitesse de 22,36 km/h[8], soit en 2 minutes et 41 secondes en remportant la Flèche wallonne. En 2021, ce record est égalé par Julian Alaphilippe à l’occasion de la même classique.
  • Le , le Mur de Huy a été grimpé 67 fois d'affilée en une trentaine d’heures par un cycliste amateur cinquantenaire, Michel Thomé, dans le cadre d'un Everesting Challenge, c’est-à-dire un défi exigeant de totaliser 8848 mètres de dénivelé, soit l’altitude de l’Everest [9],[10],[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Friebe et Pete Golding, Sommets mythiques : Cyclisme, les 50 cols incontournables d'Europe, GEO, , 224 p. (ISBN 978-2-8104-0296-0), p. 14-15

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Classement des chapelles
  2. Memo Huy
  3. Aux petits soins pour les chapelles du Mur, sur dhnet.be, 9 juin 2012
  4. « Cyclism'Actu a testé pour vous ... le Mur de Huy ! », sur cyclismactu.net,
  5. « Présentation du Mur de Huy », Vélo-Club, (consulté le )
  6. Anne-Catherine Croufer, « Mur de Huy: inauguration d'une stèle en mémoire de Claudy Criquielion », sur rtbf.be, .
  7. « Flèche Wallonne : la revanche pour Alaphilippe, tenant du titre », sur france3-regions.francetvinfo.fr, .
  8. Alexis Rose, « Mur de Huy - A. Valverde bat le record d'ascension », sur www.cyclismactu.net, (consulté le ).
  9. Barthélémy Gaillard, « CyclingHeroes - L’homme qui a gravi le mur de Huy 67 fois d’affilée », sur fr.cyclingheroes.com,
  10. (en) « Everesting Hall of Fame », sur everesting.cc.
  11. « Everesting Mur de Huy », sur www.everesting-murdehuy.be/.