Matteo Trentin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trentin.
Matteo Trentin
Harelbeke - E3 Harelbeke, 27 maart 2015 (G18).JPG
Matteo Trentin lors du Grand Prix E3 2015
Informations
Naissance
Nationalité
Équipe actuelle
Spécialité
Équipes amateurs
2008Moro Scott Bicycle Line Spercenigo
2009Moro-Scott-Bicycle Line-Spercenigo
2010Marchiol-Pasta Montegrappa-Orogildo
01.2011-07.2011[n 1]Brilla-Pasta Montegrappa
Équipes professionnelles
Principales victoires
Championnat
European champion jersey 2016.svg Champion d'Europe sur route 2018
2 classiques
Paris-Tours 2015 et 2017
7 étapes de grands tours
Tour de France (2 étapes)
Tour d'Italie (1 étape)
Tour d'Espagne (4 étapes)

Matteo Trentin, né le à Borgo Valsugana, (dans la province de Trente) est un coureur cycliste italien, membre de l'équipe Mitchelton-Scott et professionnel depuis 2011. Bon sprinteur, il a remporté des étapes sur les trois grands tours et à deux reprises Paris-Tours (2015 et 2017).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 2006, Matteo Trentin est suspendu deux mois pour un contrôle anti-dopage positif au salbutamol, au mois de décembre[1]. De retour à la compétition en 2007, il est sacré champion d'Italie de cyclo-cross juniors.

En 2011, Matteo Trentin intègre l'équipe cycliste amateur Marchiol-Pasta Montegrappa-Orogildo. Avec celle-ci, il s'illustre notamment en devenant champion d'Italie sur route espoirs, devant Fabio Aru. En juin, la formation Quick Step, devenue, en 2012, Omega Pharma-Quick Step, annonce sa signature[2].

2011-2017 : Quick Step[modifier | modifier le code]

Il fait ses débuts dans le peloton professionnel au mois d'août 2011. À l'aise dans les sprints, ses directeurs sportifs le voient se distinguer dans les classiques[3].

En 2013, Matteo Trentin se fracture le scaphoïde droit, en début de saison, à la suite d'une chute durant le Circuit Het Nieuwsblad[4], le privant de compétition pendant deux mois. Trentin est aligné sur le Tour d'Italie puis sur le Tour de France pour servir d'équipier à Mark Cavendish et lui préparer les arrivées au sprint. Dans l'épreuve française, il profite d'une autorisation de sa direction pour s'immiscer dans une échappée et s'imposer à l'arrivée de la quatorzième étape[3]. De son propre aveu, ne collaborant pas efficacement, fatigué, il profite du retour du groupe sur Julien Simon, parti seul, pour déclencher son sprint à moins de deux cent mètres de la ligne et remporter la première victoire d'un Italien sur le Tour, depuis 2010[5].

En 2015, Trentin est sélectionné pour la course en ligne des championnats du monde de Richmond[6]. Deuxième du Tour du Piémont, il remporte ensuite Paris-Tours après avoir été membre d'une échappée initiée dès la première heure de course. Auteur d'une moyenne de 49,641 km/h ou 49,642 km/h selon les sources, il réalise la moyenne la plus rapide de l'histoire sur une course de plus de 200 kilomètres, obtenant ainsi le Ruban jaune à la place de Marco Marcato qui en était détenteur depuis Paris-Tours 2012[7].

Ses victoires lors du Tour d'Espagne 2017 lui permettent d'avoir remporté une étape sur chaque grand tour, il est le 100e coureur à avoir réussi cette performance[8]. Dans la foulée, il remporte pour la deuxième fois Paris-Tours. Contrairement à ses coéquipiers Julian Alaphilippe et Fernando Gaviria, le coureur italien fait le choix de ne pas prolonger son contrat avec Quick-Step Floors en août 2017 et s'engage avec la formation australienne Orica-Scott pour 2018[9].

Depuis 2018 : Mitchelton-Scott[modifier | modifier le code]

Avec sa nouvelle formation, il termine notamment septième de Gand-Wevelgem, mais est victime d'une lourde chute sur Paris-Roubaix (fracture d'une vertèbre) qui l'oblige à déclarer forfait pour le Tour d'Italie[10]. En août, il devient champion d'Europe sur route à Glasgow[11] puis termine cinquième de l'EuroEyes Cyclassics[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière de coureur, Trentin a poursuivi des études d'économie jusqu'à l'âge de 23 ans[3].

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route et classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Palmarès amateur[modifier | modifier le code]

Palmarès professionnel[modifier | modifier le code]

Podium de l'édition 2015 du Grand Prix E3 : Zdeněk Štybar (2e), Geraint Thomas (1er) et Matteo Trentin (3e).
Matteo Trentin (2e à droite) lors du départ du Paris-Tours 2017 à Brou

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

4 participations

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

2 participations

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

2 participations

Classements mondiaux[modifier | modifier le code]

Année 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
UCI World Tour 215e[13] nc 113e[14] 95e[15] 74e[16] 93e[17]
UCI Europe Tour 143e[18] 98e[19]
Légende : nc = non classé

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Du 1er janvier 2011 au 31 juillet 2011
  2. Du 1er août 2011 au 31 décembre 2011
  3. Après déclassement pour dopage des Polonais Paweł et Kacper Szczepaniak.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Salbutamol: A complicated history in cycling », sur cyclingpub.com,
  2. « Trentin courra avec la Quick Step dès août », sur www.cyclismactu.net (consulté le 24 juin 2011)
  3. a b et c Xavier Colombani, « Trentin ne s'économise pas », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  4. « Fracture pour Trentin », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  5. « Trentin prolonge la fête », article de Manuel Martinez, publié dans le quotidien L'Équipe du dimanche 14 juillet 2013.
  6. (en) « News shorts: Italy name their nine-man team, Keukeleire extends with Orica-GreenEdge », sur cyclingnews.com,
  7. (en) « News shorts: Trentin scoops Ruban Jaune for lightning Paris-Tours ride », sur cyclingnews.com,
  8. « Vuelta : Matteo Trentin le plus fort à Tarragone », sur lequipe.fr, L'Équipe,
  9. « Le journal des transferts du 7 août », sur velo101.com, (consulté le 7 août 2017)
  10. Vélo magazine de mai 2018
  11. Frédéric Gachet, « Championnat d'Europe - Elites Hommes : Classement », sur directvelo.com, (consulté le 13 août 2018)
  12. Nicolas Horlait, « Cyclassics de Hambourg : Elia Viviani conserve son titre », sur cyclingpro.net, (consulté le 20 août 2018)
  13. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  14. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  15. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  16. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  18. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  19. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :