Natasha Lyonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Natasha Lyonne
Description de cette image, également commentée ci-après
Lors de la cérémonie des Peabody Awards 2014.
Nom de naissance Natasha Bianca Lyonne Braunstein
Naissance (39 ans)
Drapeau des États-Unis New York, New York (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Actrice
Réalisatrice
Séries notables Orange Is the New Black
Poupée russe

Natasha Bianca Lyonne Braunstein dite Natasha Lyonne est une actrice, productrice et scénariste américaine née le à New York, New York (États-Unis).

Elle débute notamment en jouant dans Everyone Says I Love You de Woody Allen. Par la suite, elle se démarqua dans de nombreux films indépendants dans lesquels ses prestations furent saluées comme dans But I'm a Cheerleader et Slums of Beverly Hills.

Elle se fait aussi remarquer suite à sa participation à quelques volets de la série de films American Pie.

Elle accède à la notoriété en jouant l'un des rôles principaux de la série Orange Is the New Black (2013-2018). Parallèlement à ce succès, en 2017, elle fait ses débuts en tant que réalisatrice pour une publicité de la marque Kenzo puis pour le court métrage Cabiria Charity Chastity.

En 2019, elle est la vedette de sa création, la série comique Poupée russe[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts précoces[modifier | modifier le code]

Elle est de confession juive orthodoxe, ses grand-parents maternels sont de confession juive, ils étaient des survivants de l'Holocauste. Elle a un frère, Adam[2].

Elle passe ses premières années à Great Neck et commence sa carrière dans le milieu du divertissement alors qu'elle n'est qu'une enfant. En effet, elle suit ses parents en Israël et ils lui décrochent un contrat dans un film pour enfants alors qu'elle n'a que six ans. Par la suite, elle est inscrit dans une agence de mannequins[3].

De retour aux États-Unis, elle poursuit sa carrière et apparaît dans divers films et séries télévisées dont Pee-wee's Playhouse, La Brûlure, Denis la Malice[3].

Elle est inscrit dans une école privée juive mais se fait expulser pour avoir vendu de la marijuana[2].

Sa famille déménage ensuite à Miami où Natasha ressort diplômée de la Miami Country Day School. Elle fréquente par la suite l'Université de New York pour y faire ses études dans le domaine du cinéma et de la philosophie[2],[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Cinéma indépendant et rôles secondaires (années 2000)[modifier | modifier le code]

Elle a 16 ans lorsqu'elle décroche son premier rôle d'envergure dans Tout le monde dit I love you de Woody Allen, commercialisé en 1996. C'est durant cette période qu'elle décide de s'émanciper et abandonne alors ses études avant même d'avoir fini le lycée[3].

En l'espace de dix ans, la jeune actrice va être très active, en jouant notamment dans près de 30 films, dont de nombreux sont pour un cinéma indépendant[5].

En 1999, elle décroche le rôle de Jessica, une jeune femme libérée dans la comédie American Pie qui rencontre un franc succès. L'humour sarcastique du personnage est apprécié et attire la sympathie des fans[5]. C'est ainsi qu'elle ré apparaîtra dans deux autres volets de cette série de films très lucrative[3]. La même année, elle porte la comédie dramatique indépendante Les Taudis de Beverly Hills. Ce film semi-autobiographique de Tamara Jenkins est salué par les critiques[6] et lui vaut une proposition pour le CFCA Awards du meilleur espoir féminin lors de la cérémonie des Chicago Film Critics Association Awards 1999 ainsi que pour un Teen Choice Awards, cérémonie populaire chez les adolescents[7].

Ensuite, elle est à l'affiche de nombreux longs métrages, dans des rôles secondaires, tels que la parodie Scary Movie 2, jouant l'adolescente possédée dans la scène d'introduction, un clin d’œil à L'Exorciste, mais aussi la comédie sortie directement en vidéo, Plan B avec Paul Sorvino et Diane Keaton ainsi que The Grey Zone, Kate et Léopold, The Robbery et Party Monster.

En 2004, elle est à l'affiche du deux films d'horreur : dans l'un des premiers rôles de Madhouse avec Joshua Leonard et Jordan Ladd et un second rôle de Blade: Trinity, troisième volet des aventures vampiriques menées par Wesley Snipes. Le premier passe inaperçu, lorsque le second est le moins rentable de la trilogie.

En 2005, elle doit jouer dans le film d'horreur The Devil's Rejects mais elle est finalement remplacée par Tara Price[4].

Il s'en suit de nombreux rôles dans des films plus ou moins confidentiels ainsi qu'une participation au film d'animation Robots (2005) où encore un rôle dans un téléfilm comique qu'elle produit, Old School (2003) de John Whitesell ainsi que le drame romantique Un mariage de raison (2009) avec Lauren Ambrose et Adam Kaufman.

Entre-temps, elle se démarque dans son genre de prédilection, avec l'indépendant Un modèle pas comme les autres qui lui vaut le prix de la meilleure actrice au festival international du film de Monaco 2008[8].

Diversification et télévision (années 2010)[modifier | modifier le code]

Lors de l'édition 2014 du PaleyFest pour la promotion de la série Orange Is the New Black.

Elle débute la décennie 2010, en acceptant un second rôle dans le film de science-fiction présenté en compétition au Festival du film de New York et à la Mostra de Venise, 4 h 44 Dernier jour sur Terre avec Willem Dafoe et Shanyn Leigh, puis, en retrouvant le personnage de Jessica, pour une dernière fois, dans American Pie 4. Dans le même temps, elle est aussi un second rôle dans la comédie Imogene et apparaît dans les séries télévisées New Girl et Weeds.

En 2012, elle joue dans un pilote pour le réseau FOX, qui raconte l'histoire d'une jeune femme sevrée qui retourne auprès de sa famille, mais la chaîne prend finalement la décision de ne pas commander la série[3].

En 2013, elle décroche le rôle de Nicky Nichols dans Orange Is the New Black, la nouvelle série produite et diffusée par Netflix, à partir de 2013. C'est l'une des deux premières séries produites par Netflix avec House of Cards, elle rencontre un succès important, elle est l'une des séries les plus plébiscitées par le public et la critique de ces dernières années. Elle a, par exemple, remporté des prix lors de la cérémonie des Screen Actors Guild Awards et lors des Emmy Awards (l'équivalent des Oscars pour la télévision)[9]. La série est considérée comme un show peu conventionnel qui libère les clichés sur les femmes et l'univers carcéral[10].

Ce rôle d'une détenue addict entretenant une mauvaise relation avec son père (à l'image de l'actrice[3]) lui permet de prétendre au Primetime Emmy Award de la meilleure actrice invitée dans une série télévisée comique lors de la 66e cérémonie qui se déroule en 2014. Un prix finalement attribué à sa consœur, Uzo Aduba qui incarne Suzanne 'Crazy Eyes' Warren dans la série. La même année, elle profite de cette exposition pour jouer les guest star dans la série Girls[11] et pour se grimer en Beetlejuice pour le site Funny or Die dans le court métrage Beetlejuice 2[12].

Lors de la 73e cérémonie des Peabody Awards, en 2014, pour la série primée Orange Is the New Black, avec Adrienne C. Moore, Selenis Leyva, Dascha Polanco et Danielle Brooks.

En 2015, elle joue dans la comédie romantique Jamais entre amis avec Jason Sudeikis, Alison Brie et Adam Scott, l'année où elle remporte l'Actor de la meilleure distribution pour une série télévisée comique lors de la 21e cérémonie des Screen Actors Guild Awards[13]. Elle est aussi à l'affiche de deux films dirigés par des femmes : la comédie Addicted to Fresno de Jamie Babbit avec Judy Greer et le film d'horreur Horror de Tara Subkoff.

L'année suivante, c'est dans un mélange des deux qu'elle incarne un petit rôle pour le film Yoga Hosers avec Lily-Rose Depp, Vanessa Paradis et Johnny Depp. Un long métrage qui fait suite à Tusk, sorti en 2014. Elle est aussi à l'affiche de la première réalisation de l'actrice Clea DuVall, la comédie dramatique The Intervention.

En 2017, elle réalise le court métrage Cabiria, Charity, Chastity, considéré comme un film féministe[14], onirique, mettant en cause les inégalités hommes et femmes. Il sert aussi de vitrine pour la collection hivernale de la marque Kenzo. Elle y dirige Maya Rudolph. Une collaboration née de l'amitié entre Natasha Lyonne et les directeurs artistiques de la marque, Carol Lim et Humberto Leon, qui déclareront à ce sujet :

« Nous sommes des fans inconditionnels du parcours de Natasha et nous la côtoyons depuis de nombreuses années. C’est une actrice formidable, d’une intelligence remarquable pour quiconque la connaît personnellement. Ce sont les deux raisons qui nous ont donné envie de la voir travailler pour nous, de voir ce qu’elle ferait pour Kenzo[15]. »

En 2019, Orange Is the New Black s'arrête à l'issue de la septième saison et l'actrice s'engage aussitôt sur la comédie noire Poupée russe dont elle est l'héroïne[16]. Une série dont elle est productrice, et aussi, l'une des créatrices aux côtés d'Amy Poehler et Leslye Headland, pour la plateforme Netflix. Dans cette première saison de huit épisodes, elle incarne le personnage principal, la déjantée Nadia qui, invitée à sa fête d'anniversaire, va se faire heurter par une voiture après s'être enfui. Elle va alors revivre sans cesse sa mort à l'image des films Un jour sans fin[17],[14] et Happy Birthdead[3].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle vit en toute indépendance depuis ses 16 ans. Elle s'est achetée son premier appartement alors qu'elle n'avait que 18 ans. Elle est restée proche de sa mère mais pas de son père, qu'elle n'a pas revu suite au divorce de ses parents, et qui est décédé en 2013[2],[4].

Elle a vécu deux ans avec l'acteur américain Edward Furlong.

Rufus Wainwright lui dédie l'une de ses chansons, Natasha, issue de l'album Want One[4].

Elle est en couple, depuis 2014, avec l'acteur et scénariste Fred Armisen.

C'est une amie de longue date de l'actrice Clea DuVall[4].

Elle a été arrêtée pour conduite en état d'ivresse et tapage nocturne[4]. Elle a également été opérée du cœur. Durant cette période, ses problèmes judiciaires et médicaux l’empêcheront de tourner autant qu'elle le souhaiterait. Ce qui explique une réduction du temps de présence à l'écran de son personnage, Nicky Nichols, alors envoyée en quartier haute-sécurité dans la série Orange Is the New Black[3].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Clips vidéo[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Films d'animation[modifier | modifier le code]

Séries d'animation[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section proviennent de la base de données IMDb[13].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Orange Is the New Black : dans quoi pourrez-vous retrouver les actrices ? », sur AlloCiné,
  2. a b c et d « Biographie de Natasha Lyonne », sur Hypnoweb
  3. a b c d e f g et h « Natasha Lyonne: Sa biographie - AlloCiné », sur AlloCiné
  4. a b c d e et f (en) « Natasha Lyonne Biography », sur IMDb
  5. a et b CT, « American Pie, Orange Is the New Black, Poupée russe … retour sur le parcours de Natasha Lyonne », sur AlloCiné,
  6. (en) « Les taudis de Beverly Hills (1998) Critic Reviews », sur IMDb
  7. (en) « Les taudis de Beverly Hills (1998) Awards », sur IMDb
  8. (en) « Un modèle pas comme les autres (2008) Awards », sur IMDb
  9. « "Orange is the New Black" : on fait le point », sur Europe 1,
  10. Alice Ancelin, « Orange Is The New Black, les raisons de son évident succès », sur Radio Londres,
  11. « Girls saison 4 : Natasha Lyonne d'Orange is the New Black en guest star », sur Premiere,
  12. « Natasha Lyonne (Orange is the New Black) en Beetlejuice pour Funny or Die », sur Premiere,
  13. a et b (en) « Natasha Lyonne Awards », sur IMDb
  14. a et b « Poupée russe (Netflix) : qui est Natasha Lyonne ? », sur Télé 7 Jours,
  15. Henri Delebarre, « Cabiria, Charity, Chastity : le film féministe de Natasha Lyonne pour Kenzo », sur Marie Claire
  16. « "RUSSIAN DOLL" : LA MORT VA SI BIEN À NATASHA LYONNE DANS CETTE NOUVELLE SÉRIE NETFLIX », sur Glamour,
  17. Charles Martin, « Poupée russe, la série Un jour sans fin de Netflix : Bande-annonce », sur Premiere,
  18. Ce court métrage est un segment du long métrage Sex Revelations. Un drame divisé en trois parties dont la réalisation est assurée entre Jane Anderson, Martha Coolidge et Anne Heche.
  19. a b et c (en) « Natasha Lyonne Other Works », sur IMDb

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :