Eve Ensler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Eve Ensler
Description de cette image, également commentée ci-après
Eve Ensler en 2011.
Naissance (67 ans)
Scarsdale (État de New York)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Dramaturge
Actrice

Eve Ensler, née le à Scarsdale, est une dramaturge et une féministe américaine. Elle est surtout connue pour sa pièce de théâtre Les Monologues du vagin, jouée dans le monde entier.

Biographie[modifier | modifier le code]

Eve Ensler est née en 1953 d'un père juif new-yorkais et d'une mère cherokee[1]. Son père est un important cadre d'une entreprise, alors que sa mère est mère au foyer. Pendant sa jeunesse, son père abuse d'elle[1], alors que sa mère, qui sait, se tait[2]. Elle fait deux fugues, mais est reprise et ramenée à la maison[2].

À 18 ans, cette jeune femme « juive laïque » est étudiante en littérature dans une petite université privée américaine, Middlebury College, dans l'État du Vermont[2].

En 1996, elle crée Les Monologues du vagin[1], texte qui est ensuite joué à Broadway, puis repris dans de nombreux pays.

Elle écrit, en 2005, The Good Body, une pièce sur le corps, fondée sur des témoignages féminins[2].

Ses Monologues du vagin, par les contraintes qu'elle impose — le texte doit être dit par une ou des femmes, jouant bénévolement, et les recettes doivent être versées à une association qui lutte contre les violences faites aux femmes — ont mené à la création de la fondation V-Day, association qui lutte contre les violences faites aux femmes. Différentes sections sont établies un peu partout dans le monde[2].

En 2019, Eve Ensler publie The Apology, une autofiction qui prend la forme d'une lettre d'aveux et d'excuses que lui aurait écrit son propre père par-delà la mort et où il reconnaîtrait et se repentirait pour les viols incestueux, les maltraitances et les humiliations qu'il a infligés à sa fille depuis ses cinq ans, et que l'autrice dédie « à toutes les femmes qui attendent encore des excuses[3] ». L'ouvrage paraît en français en janvier 2020, aux éditions Denoël, sous le titre Pardon et dans une traduction d'Héloïse Esquié[4].

Distinction[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

Autofiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Corine Lesnes, « Eve Ensler, le V victorieux du Vagin », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. a b c d et e Judith Perrignon, « La voix de son sexe », Libération,‎ (lire en ligne).
  3. (en-GB) Arifa Akbar, « The Apology by Eve Ensler review – my father, who abused me », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 11 janvier 2020)
  4. Pardon, Eve Ensler (lire en ligne)
  5. « Docteurs honoris causa depuis 1951 », (consulté le 29 avril 2015).
  6. Brigitte Hernandez, « "Les monologues du vaguin », Le Point,‎ (lire en ligne).
  7. Marine de Tilly, « "Je suis une créature émotionnelle" d'Eve Ensler », Le Point,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :