Mira Nair

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mira Nair
Description de cette image, également commentée ci-après

Au Zanzibar International Film Festival, en 2013.

Naissance (57 ans)
Bhubaneswar (Inde)
Nationalité Drapeau de l'Inde Indienne
Profession Réalisateur
Films notables Salaam Bombay !
Le Mariage des moussons

Mira Nair, née le à Bhubaneswar dans l'État de l'Orissa en Inde, est une réalisatrice de cinéma indienne, aujourd'hui installée à New York.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mira Nair naît dans une famille de la classe moyenne, la cadette de trois enfants. Son père est fonctionnaire et sa mère travailleur social. Elle fait ses études de sociologie dans les universités de Delhi et de Harvard qu'elle rejoint à l'âge de 19 ans avant d'en devenir boursière.

Elle commence sa carrière de réalisatrice au début des années 1980, en réalisant plusieurs documentaires, dont elle conservera une veine sociale et réaliste quand elle passe à la fiction, à la fin de la décennie.

Consécration critique[modifier | modifier le code]

Son premier film, Salaam Bombay !, drame réaliste et poignant tourné avec des acteurs non professionnels dans les rues de Bombay, lui vaut la Caméra d'or au Festival de Cannes en 1988.

Sur la lancée de cette réussite cannoise, Mira Nair réalise Mississippi Masala, un film qui raconte l'amour d'une jeune indienne pour un Afro-américain joué par Denzel Washington, qui est également salué par la critique.

En 1995, elle propose The Perez Family, elle approfondit les thème de l'immigration et du choc culturel à travers la vie de réfugiés cubains aux États-Unis, interprétés par Anjelica Huston et Alfred Molina.

L'année suivante, elle retourne tourner en Inde, pour Kama Sutra (Kama Sutra: A Tale of Love).

En 2001, elle poursuit cette plongée dans la culture indienne avec Le Mariage des moussons — qui raconte un mariage indien panjâbî qui tourne au drame. Le film est acclamé par la critique, et récompensé par le Lion d'or à la Mostra de Venise cette année-là.

Elle participe également au projet collectif 11'09"01 - September 11, dont elle signe le segment Inde.

Passage à Hollywood[modifier | modifier le code]

L'année suivante, elle s'éloigne pour la première fois de ses thématiques de prédilection pour livrer Hysterical Blindness un téléfilm pour la chaîne câblée HBO, dont le rôle-titre est interprété par l'actrice américaine Uma Thurman. La distribution compte aussi Gena Rowlands, Juliette Lewis et Ben Gazzara.

En 2004, elle consacre un second long-métrage à un portrait de femme. Elle adapte en effet roman-éponyme du romancier britannique William Makepeace Thackeray, avec Reese Witherspoon dans le rôle principal d'une jeune femme tentant de se faire une place au sein de la haute-société londonienne du début du XIXe siècle. Vanity Fair : La Foire aux vanités convainc plutôt la critique, mais échoue au box-office [1].

L'année suivante, elle est approchée pour réaliser un autre film en costumes... mais au budget autrement plus conséquent : Harry Potter et l'Ordre du phénix , cinquième volet des aventures du sorcier à lunettes. Elle décline cependant l'offre [2], et c'est finalement David Yates sera choisi. Elle préfère en effet se concentrer sur l'adaptation d'un roman de Jhumpa Lahiri, The Namesake [3].

Sorti en 2006, Un nom pour un autre lui permet de revenir aux thématiques de l'immigration, du racisme, et du déracinement, pour une troisième fois. Le film raconte en effet l'histoire d'un couple d'émigrés indiens s'installant aux États-Unis, interprété par les acteurs indiens Tabu et Irfan Khan. Le film est bien reçu par la critique, et fonctionne bien commercialement[4].

Pour la présentation de L'Intégriste malgré lui à la Mostra de Venise, en juillet 2012.

L'année suivante, elle retrouve l'acteur pour un segment du film à sketches New York, I Love You.

En 2009, elle poursuit son cycle consacré aux femmes modernes avec le biopic Amelia, qui retrace la vie de de l'aviatrice Amelia Earhart, avec l'actrice oscarisée Hilary Swank dans le rôle titre. Elle connaît cependant son premier véritable échec critique et commercial [5].

En 2012, elle revient à la question de l'immigration, avec une approche plus politique : L'Intégriste malgré lui (The Reluctant Fundamentalist), adaptation du roman éponyme de Mohsin Hamid, publié en 2007. Le film fait l'ouverture de la Mostra de Venise cette année-là [6]. Il est toujours inédit en France.

En 2013, elle enseigne à l'Université Columbia à New York [7].

En 2015, elle tourne un nouveau biopic : Queen of Katwe, avec l'actrice oscarisée Lupita Nyong'o dans le rôle de la jeune championne d'échecs ougandaise Phiona Mutesi [8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :