Bellevue-la-Montagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bellevue-la-Montagne
Rue traversant le village avec l'église en rénovation à gauche et la mairie au fond.
Rue traversant le village avec l'église en rénovation à gauche et la mairie au fond.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Le Puy-en-Velay
Canton Saint-Paulien
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Puy-en-Velay
Maire
Mandat
Michel Filere
2014-2020
Code postal 43350
Code commune 43026
Démographie
Population
municipale
413 hab. (2015 en diminution de 11,75 % par rapport à 2010)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 18″ nord, 3° 49′ 15″ est
Altitude Min. 600 m
Max. 1 061 m
Superficie 32,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de Haute-Loire
City locator 14.svg
Bellevue-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de Haute-Loire
City locator 14.svg
Bellevue-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bellevue-la-Montagne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bellevue-la-Montagne

Bellevue-la-Montagne est une commune française située dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Des puits funéraires gallo-romains[1] ont été découverts sur le territoire de la commune.
  • Bellevue-la-Montagne : toponyme dit "révolutionnaire" en 1793. La commune s'appelait Saint-Just auparavant. Elle prendra le nom de Saint-Just-près-Chomelix en 1801 mais reprendra son nom actuel en 1896.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 avril 2014 Jean-Claude Recipon dvg  
avril 2014 en cours
(au 26 août 2014)
Michel Filere[2]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2015, la commune comptait 413 habitants[Note 1], en diminution de 11,75 % par rapport à 2010 (Haute-Loire : +1,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 310 1 133 1 365 1 424 1 536 1 651 1 616 1 609 1 547
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 415 1 563 1 582 1 607 1 653 1 695 1 433 1 410 1 720
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 758 1 544 1 576 1 370 1 280 1 256 1 149 1 054 893
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
775 687 580 521 487 479 504 467 420
2015 - - - - - - - -
413 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le philosophe français Guy Debord, propriétaire d'un mas au lieu-dit Champot Bas, s'y est suicidé le .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. description des puits funéraires gallo-romains de Saint-Paulien in Louis Simonnet, docteur en archéologie, Les puits funéraires gallo-romains en Velay et à Saugues (1ère partie) : in Cahiers de la Haute-Loire 1975, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne) et Louis Simonnet, Les puits funéraires gallo-romains en Velay et à Saugues (2ème partie) : in Cahiers de la Haute-Loire 1976, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, (lire en ligne)
  2. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 26 août 2014).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :