Extrémisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la politique
Cet article est une ébauche concernant la politique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2007).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L'extrémisme (ou jusqu'au-boutisme[1]) est un terme utilisé pour qualifier une doctrine ou attitude (politique, religieuse ou idéologique) dont les adeptes refusent toute modération ou toute alternative à ce que leur dicte cette doctrine.

Les actions extrémistes sont par conséquent des méthodes (pouvant être violentes et agressives) ayant pour but un changement radical de leur environnement.

Mode de pensée[modifier | modifier le code]

Dans de nombreuses positions extrémistes, on retrouve des éléments récurrents : une pensée dogmatique, la préconisation de méthodes violentes et une conspiration.

Pensée dogmatique[modifier | modifier le code]

Une personne adoptant un point de vue extrémiste est persuadée de détenir « la » vérité. Elle considère a priori comme faux ce qui ne va pas dans son sens, sans fournir de preuve ou de raisonnement construit. [réf. souhaitée]

Préconisation de méthodes violentes[modifier | modifier le code]

Comme ces propositions feront toujours face à des adversaires qui y sont par nature opposés, des méthodes radicales violentes sont souvent imaginées, préconisées ou employées pour imposer le système voulu. Il peut s'agir d'attentats, d'assassinats, d'une révolution ou d'un putsch. Pour servir ses idéaux révolutionnaires, le groupe clandestin français Action directe, par exemple, a commis une cinquantaine d'attentats ou d'assassinats. Parmi les actions habituellement considérées comme extrémistes, il est possible de citer l'Inquisition de l'Église catholique, les pogroms, la Nuit de Cristal, la Terreur sous Robespierre ou le massacre de la Saint-Barthélemy.

Annexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définition du CNTRL: http://www.cnrtl.fr/lexicographie/jusqu%27au-boutisme

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre-André Taguieff, La Foire aux "illuminés" : ésotérisme, théorie du complot, extrémisme, Paris, Mille et une nuits, 2005, 612 p.
  • Jean-Pierre Rissoan, Traditionalisme et révolution : les poussées d'extrémisme des origines à nos jours. Vol. 1, du Moyen Âge à 1914-1918, Lyon, Aléas, 2007, 445 p. ISBN 978-1-4092-7779-8. vol.2 : "du fascisme au 21 avril 2002", 416 pages. 2007.ISBN 978-1-4092-7757-6.

Voir aussi[modifier | modifier le code]