La France périphérique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La France périphérique
Comment on a sacrifié les classes populaires
Auteur Christophe Guilluy
Pays Drapeau de la France France
Genre Essai
Éditeur Flammarion
Collection Documents Sc.Hu
Date de parution
Nombre de pages 192
ISBN 978-2-08-131257-9
Chronologie

La France périphérique : Comment on a sacrifié les classes populaires est un essai du géographe français Christophe Guilluy, paru en septembre 2014 chez Flammarion.

Thème[modifier | modifier le code]

Dans cet ouvrage, Christophe Guilluy approfondit une étude lancée en 2004, avec Christophe Noyé, dans leur Atlas des nouvelles fractures sociales, et poursuivie dans son essai Fractures françaises, paru en 2010 et qui avait influencé les thèmes abordés lors de la campagne présidentielle de 2012[1].

La France périphérique dresse le constat de l'exode des classes populaires « françaises de souche » (les « petits Blancs ») vers le rural, le périurbain profond, de plus en plus séparées des banlieues d'immigration récente (maghrébine par exemple) d'une part, et des grandes métropoles « mondialisées et gentrifiées » d'autre part, lieux de résidence des classes dirigeantes et des « bobos »[2],[3],[4].

En réaction à cet exode forcé, cette « France périphérique » s'affranchit de plus en plus, selon Christophe Guilluy, du projet politique des classes dirigeantes, lesquelles « n'ont toujours pas pris la mesure du gouffre idéologique et culturel qui les sépare désormais des classes les plus modestes ». La remise en cause de la politique sociale d'aide aux plus démunis y est notamment devenue majoritaire, ce que Christophe Guilluy explique de la manière suivante :

« Il faut comprendre cette évolution à la lumière d’une société multiculturelle naissante. […] L'immense majorité des Français est convaincue de la nécessité de construire du logement social mais comme ce type de logement tend à se spécialiser dans l'accueil des populations immigrées, on fera tout pour limiter son développement[1]. »

En parallèle de cette défiance à l'égard de l'immigration et des élites mondialisées, Christophe Guilluy rapporte que cette « France des plans sociaux, de l’abstention et/ou du vote FN » s'organise en une sorte de « contre-société », pratiquant la « relocalisation », le « réenracinement social et culturel », « l'attachement à un capital d'autochtonie, à des valeurs traditionnelles ». Toutes choses à l'opposé du projet libéral des partis de gouvernement et de ce qu'il valorise, notamment la mobilité et la diversité. Christophe Guilluy signale par ailleurs que ce phénomène ne concerne pas seulement les « petits Blancs », mais « tous les milieux populaires quelles que soient leurs origines », donnant ainsi lieu à un « vivre-ensemble séparé », afin de se maintenir à l'abri de l'« instabilité démographique et des tensions territoriales liées à l'angoisse de l'autochtone de devenir minoritaire »[1].

Détails[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Des modélisations de la société française ont toujours été proposées par les géographes afin de permettre de comprendre la situation des différentes populations modélisées et donc d'anticiper l'évolution de la société. Les modélisations du XXe siècle insistaient sur la division de la population française en classes sociales : cadres, ouvriers, employés.

Les plus récentes modélisations insistent sur l'importance de l'origine ethnique des populations pour comprendre leur difficultés. Elles séparent notamment les « Français de souche » des autres : « Français ayant acquis récemment la nationalité » et étrangers. Certaines de ces analyses pronostiquent des conflits à venir entre ces deux populations, principalement dans le milieu où elles cohabitent, c'est-à-dire les grandes métropoles. Ces conflits des banlieues (ex : les émeutes françaises de 2005) amplifieraient alors les rejets des partis gouvernementaux et la montée de l’extrême droite.

Toutefois, cette vision est trop schématique, et les conflits n'existent pas qu'au sein des grandes métropoles. Pour mieux comprendre la situation, l'auteur propose alors une autre modélisation : il sépare la France en deux. « France métropolitaine » et « France périphérique ». La France métropolitaine reçoit les bénéfices de la mondialisation et est globalement prospère. La France périphérique, elle, souffre de la mondialisation et est prête à se révolter.

La France métropolitaine[modifier | modifier le code]

La France périphérique[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

L'hebdomadaire Marianne titre en couverture, lors de la parution de La France périphérique, qu'il est le « seul livre que devrait lire Hollande. Mais aussi Valls, Mélenchon, Bayrou, Juppé, Sarkozy ». Manuel Valls s'en est inspiré pour son discours de politique générale, le 16 septembre 2014[5],[3]. Au lendemain de ce discours, le journal Libération consacre également sa une à l'ouvrage de Christophe Guilluy, et Laurent Joffrin écrit, dans son éditorial, qu'il s'agit d'un livre « que toute la gauche doit lire d’urgence », tout en qualifiant les thèses politiques qui y sont développées de « parfois gênantes »[5]. Le Figaro recommande quant à lui la lecture de l'ouvrage à Nicolas Sarkozy[3].

En revanche, le livre a pu être critiqué, moins sur le plan scientifique que politique. Ainsi, Roger Martelli, animateur du courant refondateur du Parti communiste français, dans la revue Regards, décrit la logique de l'auteur comme une « simplification idéologique »[6], tandis qu'Éric Charmes[7], dans la revue La vie des idées qualifie ses thèses de « très discutables »[8]. Il conclut :

« La posture adoptée est loin d’être objective. Christophe Guilluy ne fait pas qu’identifier une force sociale, celle de la France périphérique, il la construit, lui donne un contour. Son discours ne décrit pas la réalité, il contribue à l’engendrer. De ce point de vue, le succès qu’il rencontre montre la force performative de son discours[8]. »

Alain Lipietz, ancien parlementaire européen du parti EELV, critique en 2016 dans Libération les théorisations de C. Guilluy:

« Les métropoles ne seraient pas occupées par la gauche chrétienne (les « catholiques zombie »), mais par les Bobos alliés aux immigrés. Ce bloc, votant PS ou Vert, aurait évincé le Peuple, qui se réfugierait en grande banlieue ou serait bloqué dans le rural. Ruiné par le libre échange imposé par l’Europe et ses tenants locaux (les Bobos), surtaxé par les manies écolos, il n’aurait plus d’autre solution que le vote FN, à moins que la droite Sarkozyste ne regagne ce peuple en déshérence, au lieu de courir comme Juppé le Girondin après les Bobos[9]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Cassely 2014.
  2. Patrice Trapier, « Cette France qui fait sécession », sur Le JDD.fr, (consulté le 20 octobre 2014).
  3. a, b et c Alexandre Devecchio, « La France périphérique : le livre que doit lire Nicolas Sarkozy », sur Le Figaro.fr, (consulté le 20 octobre 2014).
  4. Hervé Algalarrondo, Christophe Guilluy, « Pourquoi la « France périphérique » a-t-elle basculé dans le vote FN ? », sur Le Nouvel Observateur.com, (consulté le 21 octobre 2014).
  5. a et b Gérald Andrieu, Emmanuel Lévy, « La gauche s'ouvre à Guilluy… pour mieux remettre ses œillères ? », sur Marianne.net, (consulté le 20 octobre 2014).
  6. Roger Martelli, « La gauche dans le piège de Guilluy », sur Regards,
  7. Directeur du laboratoire de Recherches interdisciplinaires Ville Espace Société à l'université de Lyon
  8. a et b Éric Charmes, « Une France contre l’autre ? », sur La Vie des Idées, .
  9. A.Lipietz, "François Fillon, ou le retour de la Bourgeoisie pas Bohême " article publié dans le quotidien Libération du 25 novembre 2016

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]