Le Salon beige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Logo de Le Salon beige

Adresse lesalonbeige.blogs.com
Commercial Non
Publicité Oui
Type de site Blog d'actualité
Langue Français
Inscription Sans
Siège social Paris
Drapeau de la France France
Directeur de la publication Guillaume de Thieulloy
Lancement 2004
État actuel En activité

Le Salon beige est un blog quotidien d'actualité se définissant comme catholique et créé en 2004. Considéré comme un site influent parmi les milieux catholiques traditionalistes et pro-vie, il s'oppose notamment à l'avortement, au mariage homosexuel et à la théorie dite du genre. Il est généralement classé à l'extrême droite ou proche de celle-ci.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le blog est lancé en novembre 2004[1] par trois laïcs catholiques anonymes et non professionnels des médias en s'inspirant du modèle des États-Unis où, selon Marc Baudriller, l'importante audience de certains blogs catholiques a permis de « peser sur le monde des idées »[2]. Son principal auteur, connu sous le pseudonyme « Michel Janva », exerce la profession de « contrôleur des exportations de matériels de guerre » dans une entreprise d'armement et est de sensibilité traditionaliste[3].

En 2010, Guillaume de Thieulloy rachète le site, en devient le responsable, et rémunère, dès lors, ses chroniqueurs[4]

En 2015, un surveillant du jardin du Luxembourg fait condamner Thieulloy pour diffamation pour la publication en 2013 d'un photomontage intitulé « Les heures les plus sombres de notre histoire » comparant le traitement des militants de La Manif pour tous sur une photo où se trouvait ce surveillant au sort des enfants juifs pendant l'Occupation[5],[6]

Audience[modifier | modifier le code]

La première année, le blog enregistre en moyenne une affluence de 5 000 visites par jour. En 2006, ses auteurs défendent le pape Benoît XVI lors de la controverse de Ratisbonne. Son audience se situe alors entre 6 000 et 8 000 visites par jour, ce qui en fait l'un des blogs d'orientation catholique les plus fréquentés[7],[8]. En 2007, à la faveur de l'actualité politique (l'élection présidentielle française) et religieuse (motu proprio de Benoît XVI), le blog passe à 10 000 visites par jour[7].

En 2008, il frôle les 12 000 visites par jour et atteint les 15 000 visites par jour en 2009, alors que l'actualité catholique est notamment marquée par la levée des excommunications des évêques de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X[7].

En 2011 et 2012, le blog revendique 20 000 visites par jour[9]. Son audience monte à une moyenne de 46 000 visites début 2013 lors des manifestations d'opposition au mariage homosexuel en France. Le 13 mars 2013, lors de l'élection du pape François, le blog atteint un pic d'audience à près de 100 000 visiteurs[1].

Contenu[modifier | modifier le code]

Se définissant d'abord comme catholiques, les contributeurs du blog indiquent fonder leur ligne éditoriale sur trois principes énoncés par Benoît XVI en 2006:

  • respect de la vie ;
  • respect de la famille ;
  • liberté de l'éducation[7].

Le blog traite ainsi de l'actualité nationale et politique, en portant une attention particulière au comportement des élus vis-à-vis des trois principes[10].

Le salon Beige relaie des tribunes opposées au Pape François qui selon La Croix « s’est mis à dos des catholiques de droite et d’ultra-droite »[11].

Classement à l'extrême droite et prises de position[modifier | modifier le code]

La presse classe généralement Le Salon beige comme un blog d'extrême-droite[2] ou proche de l'extrême-droite. Le journal Le Monde le considère ainsi comme « très influent à l'extrême droite » et le classe parmi les « catholiques traditionalistes et intégristes »[12]. Le site Arrêt sur images et le magazine Slate le décrivent comme « proche de l'extrême droite »[13]. Le Journal du dimanche le classe à l'extrême droite[14]. Jacques Leclercq le considère comme « partenaire de Civitas », avec entre autres le quotidien Présent, le Blog de Jeanne Smits et l'Observatoire de la christianophobie[15], et remarque qu'il relaie des billets en provenance d'autres sites « allant du Figaro à la « conscience politique », des traditionalistes catholiques aux franges plus explicites du camp national et nationaliste »[16]. Pour Marc Baudriller, le site « a fédéré avec un succès incontestable toute une frange de catholiques militants dans sa sphère conservatrice »[17][réf. incomplète]

Mediapart le classe dans la « blogosphère d'extrême droite »le décrit comme la « référence première » parmi les « sites traditionalistes, tournés vers la religion catholique et la sauvegarde de ses valeurs »[18].

Selon L'Obs, Le Salon Beige fait partie des sites de la fachosphère qui soutient François Fillon contre Alain Juppé, rebaptisé « Ali Juppé » lors des primaire française de la droite et du centre de 2016. Guillaume de Thieulloy, directeur du Salon beige, considère Alain Juppé comme un « soutien des Frères musulmans », soutenant Jean-Frédéric Poisson qui selon l'Obs « a donné une certaine visibilité à ces théories conspirationnistes et délirantes »[19].

Sujets sociétaux[modifier | modifier le code]

Le Monde estime qu'il bénéficie « d’une influence notable au sein de l’écosystème web des pro-vie »[20] et parle du Salon beige comme du « blog de référence de [la] frange catholique « ultra » » opposée au mariage homosexuel en France[21]..

Au mois de mai 2007, un des contributeurs du blog réalise un classement « pro-famille » des députés français, en examinant les votes de 28 textes entre 2002 et 2007, comme la proposition de loi de Christine Boutin sur la pornographie à la télévision[22].

Le Salon beige s'oppose à la théorie dite du genre[23], et particulièrement aux expérimentations menées en milieu scolaire autour du concept de genre, comme le programme ABCD de l'égalité, lancé à la rentrée 2013[24],[25],[26]. En février 2014, il dénonce, avec le Printemps français, le caractère selon eux idéologique de certains livres proposés aux enfants dans les bibliothèques municipales de plusieurs villes de France en établissant une liste noire, s'indignant que des villes comme Versailles « dans laquelle qu’on pourrait croire que le lobby LGBT ne pénètre pas » en fasse partie. Les ouvrages pris pour cible ont notamment pour titre Papa porte une robe, Tango a deux papas et pourquoi pas ?, Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ? ou encore La fille qui voulait être un garçon. Le site prévois en remplacement des lectures bibliques[27],[28].

Positionnement pro-russe[modifier | modifier le code]

Le salon beige fait partie des sites qui « citent sans distance la propagande officielle de la Russie à propos de l'Ukraine » selon Slate[29]. Pour Libération, le Salon Beige fait partie « des sites prorusses de la fachosphère » relayant entre autre la propagande pro-Bachar el-Assad de la Russie sur la guerre civile syrienne[30].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Antoine Vouillazère, « Les catholiques se bousculent sur Le Salon beige », sur Minute hebdo.fr, (consulté le 1er janvier 2014).
  2. a et b Baudriller 2011, p. [lire en ligne].
  3. Albertini et Doucet 2016, p. 170.
  4. Albertini et Doucet 2016, p. 176-177.
  5. Le salon beige, E-llico.com mis en ligne le 10/12/2015 (avec AFP).
  6. Le responsable du site Le Salon Beige condamné en justice, La Croix en ligne le 11 décembre 2015.
  7. a, b, c et d Baudriller 2011, p. [lire en ligne].
  8. Clara Georges, Étienne Seguier, Olivier Nouaillas et Philippe Merlant, « Présidentielles 2007 : Homos, cathos, Hulot. Quand les lobbies battent la campagne », La Vie, no 3207,‎ , p. 23 (lire en ligne).
  9. Céline Hoyeau, « Les blogs catholiques s'organisent », sur La Croix.com, (consulté le 1er janvier 2014).
  10. Baudriller 2011, p. [114] et [lire en ligne].
  11. Ces catholiques que le pape François dérange, La Croix, 17/10/2016
  12. Abel Mestre, Caroline Monnot, « Les familles de l'extrême droite sur le Net », sur Le Monde.fr, (consulté le 1er janvier 2014).
  13. « Homosexualiste »/ diffamation : Pierre Bergé menace un site, sur @rrêt sur images, (consulté le 30 décembre 2013).
  14. Stéphane Joahny, « Toutes les chapelles de l'extrême droite se mobilisent », sur Le JDD.fr, (consulté le 1er janvier 2014).
  15. Leclercq 2012, p. 177.
  16. Leclercq 2012, p. 197.
  17. Baudriller 2011, p. [réf. incomplète].
  18. Olivier Clairouin, « Blogosphère d’extrême droite : cartographie des réseaux d’influence », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  19. Primaire de la droite : face à "Ali" Juppé, la fachosphère vote Fillon, L'Obs, 22/11/2016
  20. « Le web de l’avortement : pro VS anti », sur Blog de Linkfluence (Le Monde.fr), (consulté le 23 janvier 2014).
  21. Samuel Laurent, « Comment une partie de la « Manif pour tous » a voulu occuper les Champs-Elysées », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  22. Baudriller 2011, p. [114].
  23. Il n'y a pas de « théorie du genre » mais des « études de genre » (de l'anglais Gender Studies).
  24. AFP, « ABCD de l'égalité » : qu'est-ce que c'est exactement ?, sur Le Point.fr, (consulté le 1er mars 2014).
  25. Olivier Monod, « ABCD de l'égalité: « La mixité à l'école a été décrétée sans être pensée » », sur L'Express.fr, (consulté le 1er mars 2014).
  26. « Expérimentation des « ABCD de l'égalité » dans 10 académies volontaires », sur Éducation.gouv.fr, (consulté le 1er mars 2014).
  27. Vincent Leconte, « Le Printemps Français s’attaque aux bibliothèques », sur Le Nouvel Observateur.com, (consulté le 28 février 2014).
  28. Éléonore Prieur, « Bibliothèques municipales et Printemps Français : fausse alerte d'Aurélie Filippetti », sur Le Figaro.fr, (consulté le 28 février 2014).
  29. Cyrille, le bras religieux du nationalisme de Poutine, Slate, 8/12/2014
  30. Propagande prorusse sur Alep : qui est cette «journaliste indépendante» qui cartonne sur le Web ?, Libération, 15/12/2016

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]