Agitprop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
La forme ou le fond de cet article est à vérifier (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez-le ou discutez des points à vérifier. Si vous venez d’apposer le bandeau, merci d’indiquer ici les points à vérifier.

Agitprop est une démarche de communication politique qui recouvre des sens différents selon le contexte.

Acception historique[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Agitprop est l'acronyme de отдел агитации и пропаганды (romanisé en otdel agitatsii i propagandy), c'est-à-dire Département pour l'agitation et la propagande, organe des comités centraux et régionaux du Parti communiste de l'Union soviétique. Ce département fut renommé plus tard « Département idéologique ».

Sens[modifier | modifier le code]

Le terme « propagande » ne porte pas en russe la connotation péjorative qu'il a acquise en français et en anglais. Il signifie « diffusion d'un grand nombre d'idées à un petit nombre de personnes ». Aussi l'Agitprop devait-il diffuser les idées du marxisme-léninisme, des explications de la politique menée par le parti unique. Dans d'autres contextes la propagande recouvrait la diffusion de toutes sortes de savoirs utiles, comme des méthodes agronomes.

Quant à l'« agitation », « diffusion d'un petit nombre d'idées à un grand nombre de personnes », elle pressait aussi les citoyens à agir conformément aux aspirations des dirigeants soviétiques.

En d'autres termes, la propagande était censée agir sur les esprits individuels quand l'agitation jouait sur les émotions des foules, bien que les deux aient été utilisées ensemble, d'où le cliché « propagande et agitation ».

Acception contemporaine[modifier | modifier le code]

Mouvements gauchistes et trotskistes[modifier | modifier le code]

Il prit aussi la forme d'un théâtre imaginatif sans moyens, pour produire des saynètes sur des thèmes tirés des actualités, avec des slogans martelés par les acteurs et à la langue directe et crue, facile à comprendre. Forme de « journal vivant », ces représentations étaient jouées dans la rue ou à l’usine, partout où il était possible de toucher le « peuple » comme le fit le groupe Octobre dans les années 1930 autour de Jacques Prévert.

Le terme « agitprop » est aujourd'hui utilisé par extension à toute forme de « médias de masse » qui vise à influencer l'opinion à des fins politiques, commerciales, etc., et particulièrement s'il tente de les persuader en « agitant » leurs esprits à l'aide d'une rhétorique émotionnelle. Il concerne aussi l'art d'utiliser les mêmes « médias de masse » en se faisant remarquer par des actions spectaculaires relevant de la provocation.

Mouvements néo-conservateurs et révolutions néo-libérales[modifier | modifier le code]

Par ailleurs « agitprop » désigne aussi certaines formes d'entrisme. C'est ainsi que, de nos jours, on accuse souvent d'agitprop :

  • l'Internationale socialiste, car elle pallie son manque de présence dans les milieux ouvriers par un grand activisme dans les sphères universitaires ;
  • les journaux, souvent détenus par de grands groupes multinationaux ou aux mains de mouvances idéologiques, et leurs journalistes, car ils diffusent les idées qui leur sont soufflées par les lobbies (voir aussi : désinformation) ;
  • les gouvernements bâtis sur des doctrines politiques radicales et dirigés par des leaders autoritaires et cherchant à propager cette doctrine pour élargir leur influence sur d'autres pays.
  • mais aussi les mouvements intégristes chrétiens américains qui se servent de la musique ou de la littérature comme moyens d'évangélisation.

Un très grand nombre d'agitateurs de l'internationale socialiste, en particulier trotskistes, se sont ralliés à la révolution néo-libérale du mondialisme, et on retrouve les méthodes de l'agitprop largement utilisée par le mouvement néo-conservateur.

Les techniques de l'agitprop sont enseignées et diffusées pour la préparation des révolutions colorées dans des stages de formation à l'utilisation des médias à des fins subversives comme les TechCamps mis en place par les fondations et les ambassades américaines dans les pays que les États-Unis veulent déstabiliser.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]