Cette page fait l’objet d’une mesure de semi-protection étendue.

Le Raptor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Raptor
Vidéaste Web
Logo du Raptor.
Informations
Genre Blog vidéo
Nom de naissance Ismaïl Ouslimani
Naissance
France
Nationalité Français
Vidéos populaires Expliquez-moi cette merde
Le Rendez-vous dissident
Inspecteur Raptor
Raptor News
Nombre d'abonnés 690 000 (novembre 2020)
Autres activités entrepreneur, musculation
Chaîne(s) Le Raptor
Chaîne secondaire RaptorVsWild

Ismaïl Ouslimani, dit Le Raptor ou anciennement Le Raptor dissident, né en , est un vidéaste Web et polémiste français. Il s'est fait connaître à partir de 2015 grâce à ses vidéos sur YouTube, dans lesquelles il expose, par exemple, des opinions politiques antiféministes, contre le multiculturalisme ou encore l'immigration. Il est surtout remarqué pour ses prises de position et son style jugés violents ainsi que sa posture viriliste. En janvier 2020, sa chaîne compte plus de 650 000 abonnés.

Généralement classé à l'extrême droite même s'il se revendique apolitique, il est considéré par les médias généralistes et les spécialistes de l'extrême droite comme l'un des membres les plus influents de la « fachosphère » française.

Biographie

Ismaïl Ouslimani[1],[2] est né en 1993, d'une famille algérienne kabyle. Après avoir fait deux années de classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE) au lycée militaire de Saint-Cyr puis au lycée Saint-Louis[2], il poursuit ses études dans une école d'ingénieur à Toulouse[3].

Il crée le 15 février 2015 sa chaîne YouTube et commence à publier des vidéos politiques en utilisant le pseudonyme « Le Raptor dissident »[3],[2] en se montrant sous les traits d'un vélociraptor[4]. En , il atteint les 300 000 abonnés[3] puis, l'année suivante, il dépasse les 500 000[5], tout en cumulant 25 millions de vues en 2017[6]. En septembre 2020, sa chaîne comptabilise plus de 689 000 abonnés[7].

Il monnaye par ailleurs des conseils de musculation[8].

Pour Nicolas Lebourg, « le fait qu’il s’agisse d’un individu non affilié à une organisation politique, semblant n’avoir aucune biographie militante, témoigne du nouvel âge individualiste de la politique — même Fdesouche s’était constitué grâce à un collectif, au-delà de la personnalité de son emblématique fondateur »[9].

Le Raptor dissident débute en , avec Papacito, autre figure de la fachosphère, la création de groupuscules nationalistes partout en France via des lives hebdomadaires sur sa chaîne YouTube. Le projet, alors intitulé MonteUneÉquipe, réunit des centaines de jeunes. Dépassés par le nombre de participants, Le Raptor et Papacito abandonnent leur projet durant l'été. Celui-ci se structure de façon autonome sous le nom de Vengeance patriote et réunit, selon StreetPress, plus de 400 membres en 2020. Selon le même média, Le Raptor et Papacito tentent par la suite « de faire oublier leur implication » dans la fondation d'une telle organisation violente et raciste qui rêve de prendre le pouvoir après un hypothétique effondrement de la République[10],[11].

Vidéos

Adoptant un montage saccadé, Le Raptor réalise notamment ce qu'il qualifie de « revues d’actualité avec une bonne grosse dose de haine »[3]. Il déclare s'être inspiré du vidéaste de tutoriels de musculation Jean-Onche le Musclay et du blogueur Papacito[2]. Il reprend également des symboles de la communauté jeuxvideo.com, en particulier de la « sous-culture réactionnaire » du forum 18-25[4],[12],[6],[8] et inspire à son tour les utilisateurs de ces forums[6].

Le Raptor dénonce régulièrement les « social justice warriors » qui selon lui « prônent tout et n'importe quoi au nom de la tolérance, de la liberté d'être et de s'exprimer, de l'amour de son prochain et du plus faible »[5]. Il s'oppose souvent aux nombreuses personnalités qu'il critique « en déconstruisant [leurs] idées féministes »[7]. Il s'attaque régulièrement aux journalistes de manière générale[5] et à des figures politiques telles que Marine Le Pen qu'il surnomme « Malika Le Pen » et classe ironiquement à gauche[4],[6]. Affirmant « taper » sur tout le monde[6] et revendiquant l'insulte comme moyen d'expression, il se plaint lui-même d'être harcelé[5]. Il a notamment critiqué des vidéastes comme Mathieu Sommet et Dany Caligula[3] — lesquels avaient pris position contre lui — ou encore Usul[4].

Il a rendu des hommages à Jean-Marie Le Pen[4], Éric Zemmour et Henry de Lesquen lorsque celui-ci fut condamné pour provocation à la haine et contestation de crime contre l'humanité[4],[8],[13].

Buzzfeed publie en novembre 2017 un extrait du style d'injures auxquelles Le Raptor a recours :

« Dans une [de ses vidéos], il s'adresse à Annaliese Nielsen, une femme harcelée par l'alt-right nord-américaine après avoir reproché de façon insistante à un chauffeur [...] d'avoir sur son tableau de bord une figurine hawaïenne caricaturale. Voici ce qu'il lui dit : "Toi, par contre, ta grosse gueule, tu l'ouvres, tu l'ouvres, moi, c'est simple si j'étais le conducteur, ça fait un moment je t'aurais mis un coup de frein à main dans la gueule histoire de tester ton port de ceinture, et que je t'aurais balancée sur le bas-côté pour que tu comprennes la différence entre les sièges en cuir de ma caisse et un putain de trottoir froid en béton"[6]. »

Analyse

Forme des vidéos

Pour Valeurs actuelles et L'Express, Le Raptor s'inspirerait de la forme d'« humour Canal+ » et du Petit Journal de Yann Barthès[14],[15]. Jean-Yves Camus le qualifie quant à lui de « sous-produit de la sous-culture qui émerge sur YouTube »[14].

Selon le journaliste Vincent Matalon, « le vidéaste utilise aussi des codes antisémites en faisant apparaître discrètement une photo de Larry Silverstein lorsqu'il évoque le journaliste Patrick Cohen. » Ladite photo de Silverstein est extraite d’un mème Internet populaire sur le Forum 18-25 de jeuxvideo.com qui présente Silverstein comme un juif ironiquement considéré comme « chanceux » puisqu’il fut le propriétaire du bail World Trade Center remboursé de 4,55 milliards de dollars par les assurances après les attentats du 11 septembre 2001[4].

Il a parfois été accusé de manipulation, comme lorsqu'il a prêté à la rédaction de Mediapart des propos écrits sur un blog d'internaute[4]. Le journaliste David Doucet déclare toutefois dans un ouvrage consacré à la fachosphère : « il faut reconnaître au Raptor un certain talent formel et des vidéos assez léchées. Produit de son époque, il sait parfaitement capter les internautes, et c’est pourquoi je connais des gens, pas du tout d’extrême droite, qui ne le regardent que pour le style[8] ».

Propos polémiques sur divers sujets de société

France Info qualifie les prises de position du Raptor comme « au minimum réactionnaires et les injures plus vulgaires les unes que les autres »[4]. Causette juge le discours du Raptor, « youtubeur fascisant fan de gonflette », comme hostile aux féministes, à la bien-pensance, à la « racaille invariablement personnifiée [...] avec des prénoms aux consonances arabes ou africaine » et aux « gauchistes "migrantophiles" ou "cosmopolites" » — deux adjectifs que Causette assimile à « judéophiles »[8].

Buzzfeed le décrit comme un membre d'un groupe de youtubeurs influenceurs aux centaines de milliers d'abonnés diffusant un « discours réactionnaire et antiféministe d'une extrême violence »[6]. Il se revendique lui-même viriliste[15],[8]. Buzzfeed analyse que « plusieurs [de ses] vidéos [...] appellent clairement à la violence contre les femmes »[6]. La RTBF l'accuse de « sexisme » et d'user, dans ces démonstrations antifémisites, « de pseudos-infos sorties de leur contexte »[7]. Il s'oppose également à l'avortement qu'il compare dans un tweet à un génocide[6].

Selon France Info, Le Raptor affiche un mépris envers ceux qu'il nomme « les fragiles », leur reprochant d'avoir des « corps de lâches » associés à la soumission ou à l'homosexualité[4]. D'après l'analyse du journal Les Inrockuptibles, Le Raptor oscille entre « provocations [...] racisme et opinions extrêmes »[5].

Le Raptor est souvent accusé de jouer de l’ambiguïté de ses propos et de leur supposé second degré et est ainsi qualifié de troll par Le Nouvel Obs[3] et les Inrocks[5], ce à quoi l'intéressé répond : « rajouter des insultes, ça a aussi cette capacité de diminuer le niveau, de rabaisser le niveau de la vidéo pour qu'on se dise "bon c'est pas trop sérieux, on rigole", même si les choses sont sérieuses, les idées sont sérieuses[6] ». Pour Valeurs actuelles, l'humour et la dérision font office de « faux-nez, pour faire passer des idées qui n’ont pas droit de cité »[14].

Affiliation à la fachosphère

Même si Ismaïl Ouslimani se revendique lui-même comme étant apolitique[15],[5], de nombreux journalistes et chercheurs le classent clairement à l'extrême droite et dans la fachosphère.

Selon le magazine Marianne, Le Raptor « plaide en partie l'ironie et l'outrance volontaire » et se dit être « assez flou sur ses opinions »[12]. Le magazine se demande toutefois : « peut-on refuser l'étiquette d'extrême droite lorsque l'on rebaptise la présidente du Rassemblement national "Malika Le Pen, femme de gauche" ? Lorsque l'on s'oppose à l'avortement, que l'on prône un virilisme exacerbé, que l'on dénonce le "cosmopolitisme" ou les "fragiles" ? »[12].

Le journaliste David Doucet affilie Ismaïl Ouslimani à la « fachosphère », un vocable que ce dernier réfute. Selon Doucet, « il se rattache bien sûr à ce courant. Il s'attaque à tous les totems que déteste la fachosphère : la gauche en général, le mode de vie parisien, le féminisme ou bien encore le multiculturalisme… »[4],[5]. Plusieurs autres journalistes, dans des articles publiés dans L'Express et Libération, rejoignent cette analyse[16],[17]. Dans Les Inrockuptibles, le journaliste Xavier Ridel estime en 2017 qu'il « semble être en passe de devenir l’un des leaders [...] [de] l'alt-right » et que « beaucoup d’éléments le rattachent [...] à l'idéologue d'extrême droite Alain Soral »[5]. Selon France Info et Libération, le Raptor ferait en effet partie de ceux qui estiment que « le FN est en fait le pire ennemi de l'extrême droite »[4], notamment suite à la défaite de Marine Le Pen à l'élection présidentielle de 2017[17].

L'historien Nicolas Lebourg considère Le Raptor parmi les « réussites du combat culturel d’extrême droite »[9]. Nicolas Lebourg et le sociologue Gérald Bronner le rapprochent à cet égard du dessinateur Marsault[9],[18]. Le journal L'Express pointe, quant à lui, les liens du Raptor avec la youtubeuse Virginie Vota « une monarchiste proche des catholiques intégristes de Civitas »[16].

Le politologue Stéphane François considère que : « Le Raptor Dissident est dans [une] stratégie de banalisation et [de] diffusion des idées d’extrême droite, même s’il préfère se dire de droite, et pas d’extrême droite, car c’est encore un terme disqualifiant »[8]. Toutefois, cette droitisation des esprits resterait passive selon le politologue Jean-Yves Camus : « les gens qui sont abonnés à la chaîne du Raptor se contentent de rester derrière leur écran, en enfilant la lecture de vidéos avant d’aller se coucher. Ça ne débouche pas sur une mobilisation politique, car Le Raptor touche une population qui ne mettrait jamais la main sur un bulletin de vote, encore moins qu’elle ne descendrait dans la rue pour manifester »[8].

Polémiques

Accusation d'incitation au harcèlement

En 2016, Le Raptor est accusé d'incitation au cyberharcèlement envers la vidéaste Marion Séclin[8],[19],[20]. Celle-ci avait publié une vidéo sur YouTube blâmant la drague et le harcèlement de rue[21]. Le Raptor dissident lui répond par une vidéo dans laquelle il critique ses propos en ayant recours à des insultes[3]. Marion Séclin déclare : « [Le Raptor] a fait une vidéo expliquant à quel point j’étais une sale pute, et à quel point j’avais tort dans tout ce que je disais [et] a eu l’intelligence d’envoyer sa communauté de jeunes garçons [...] qui ont commencé à me harceler, tous les jours, sur tous mes réseaux sociaux »[19]. La chroniqueuse Giulia Foïs de France Inter relaie l'affaire[20] et deux vidéos du Raptor dissident sont supprimées par YouTube[3]. Il dénonce une décision « abusive »[3] et fait appel par la suite de cette décision, sans succès[3]. Le youtubeur Dany Caligula a lui aussi souligné le harcèlement dont il a été victime après avoir publié une vidéo où il prit la défense de Marion Seclin en octobre 2016[22],[23]. En 2017, France Info décrit Le Raptor comme « un chef de meute à l'origine de harcèlements »[4].

Le Raptor réfute les accusations et estime : « je ne vois pas où était l’incitation au harcèlement là-dedans. Je n’ai jamais appelé à ceci. Marion Seclin, j’ai un problème avec son discours mais ça ne va pas plus loin. Il faut comprendre aussi que ni moi ni personne ne pouvons maîtriser des communautés, et même quand j’essaye, ils ne m’obéissent pas »[3].

Querelle avec Alain Soral

Le Raptor reçoit dans un premier temps l'approbation de Alain Soral[8] dont il aurait emprunté les méthodes pour capter l'attention de son audience, selon le journaliste de France Info Vincent Matalon[4]. Comme le souligne le philosophe Jean-Philippe Schreiber, au moment de la « réelle perte d'audience de Soral », à la fin des années 2010, Le Raptor devient un farouche critique de la ligne politique de l'idéologue qui l'avait inspiré[24]. Le Raptor dénonce le « marxisme » de Soral et son « obsession antisémite » qui le ferait, selon Le Raptor, « négliger la menace islamiste, au point d’en faire un idiot utile du cosmopolitisme ». En , il propose à Alain Soral un duel en arts martiaux mixtes, une pratique à ce moment interdite en France[25], que ce dernier accepte[8],[1]. Dieudonné propose son aide pour organiser le combat et organise une conférence de presse où se présente seulement Alain Soral. Le Raptor décline l'invitation[8] et le duel n'est jamais planifié, semble-t-il à la suite de désaccords sur l'organisation[26].

Pour le philosophe Michaël Fœssel, leur querelle « se ramène à peu de choses en matière de théorie politique » ; les deux hommes se sont « divisés au moment d’établir la hiérarchie des ennemis à abattre », à savoir que « du côté de Soral, tout le mal vient des Juifs, alors que ledit Raptor réserve sa vindicte imagée aux "arabo-musulmans" »[27]. Pour David Doucet, « la volonté d'en découdre physiquement est assez répandue à l'extrême droite, qui est imprégnée par l'esprit du duel [...] À leurs yeux, le sport et le culte du corps permettent de séparer les vrais hommes des autres, ceux qui sont animés d'une véritable volonté politique et ceux qui acceptent leur propre décadence physique »[4]. Selon Jean-Yves Camus, il s'agit d'une querelle d'ego classique : « Dans cette petite mouvance, ils se font la courte échelle, puis, dans un second temps, s’accusent les uns les autres des pires turpitudes et finissent par se détester »[8].

Notes et références

  1. a et b Mathieu Dejean, « Entre Raptor Dissident et Alain Soral, la polémique finira-t-elle en combat de MMA ? », sur Les Inrocks, .
  2. a b c et d Paul Saverot, « La première confession du “Raptor dissident”, youtubeur le plus influent de la droite 2.0 », sur Valeurs Actuelles, .
  3. a b c d e f g h i j et k Signoret 2016.
  4. a b c d e f g h i j k l m n et o Matalon 2017.
  5. a b c d e f g h et i Ridel 2017b.
  6. a b c d e f g h i et j Darmanin 2017.
  7. a b et c Jehanne Bergé, « Les communautés misogynes (la manosphère) et leur haine des femmes explosent sur internet », sur rtbf.be, (consulté le 8 juin 2020).
  8. a b c d e f g h i j k l et m Cuxac 2018.
  9. a b et c Lebourg 2018.
  10. Naima Coloma, « Vengeance patriote, le groupuscule d'extrême droite qui prépare ses militants au combat », sur StreetPress, (consulté le 28 octobre 2020).
  11. Pierre Plottu et Maxime Macé, « « Séparatisme » : l'extrême droite oubliée malgré ses velléités sécessionnistes », sur Libération, (consulté le 28 octobre 2020).
  12. a b et c Hadrien Mathoux, « Comment Internet a bouleversé la manière de se forger une culture politique », Marianne, (consulté le 30 mars 2019)
  13. Xavier Ridel, « Comment Henry de Lesquen est devenu l'emblème des jeunes d'extrême droite sur internet ? », sur Les Inrocks, .
  14. a b et c Saverot 2018a.
  15. a b et c Paul Conge et Emilie Tôn, « "Nous, petits Blancs" : leurs héros, leurs réseaux, leurs médias », L'Express, (consulté le 31 mai 2020)
  16. a et b Alexandre Sulzer, « "Nation", un parfum aux relents d'extrême droite », sur L'Express, (consulté le 31 mai 2020)
  17. a et b « La gueule de bois de la fachosphère », Libération, (consulté le 31 mai 2020)
  18. Gérald Bronner, Déchéance de rationalité: Les tribulations d'un homme de progrès dans un monde devenu fou, Paris, Grasset, (lire en ligne)
  19. a et b Marion Séclin, Simon Massei et Sandrine Lévêque, « Ce que j’aimerais, c’est rendre le féminisme pragmatique », Le Temps des médias,‎ , p. 209-217 (lire en ligne)
  20. a et b « L’histoire d’un duel », sur France Inter, .
  21. Fanny Marlier, « Du web à France 2, Marion Seclin ose le féminisme », sur Les Inrocks, (consulté le 7 mai 2017).
  22. Perrine Signoret, « "Pédé", "cuck", "autiste" : victime de cyberharcèlement, le youtubeur Dany Caligula "répond à Internet" », sur France 24, (consulté le 3 juin 2030).
  23. Bertrand Mallen, « YouTube, Twitch : quand le métier de rêve vire au cauchemar », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juin 2020)
  24. Jean-Philippe Schreiber, Les formes contemporaines de l'antimaçonnisme : sciences des religions, Bruxelles, éditions de l'Université de Bruxelles, (lire en ligne)
  25. Anthony Hernandez, « Les arts martiaux mixtes (MMA) devraient être placés dans le giron fédéral de la boxe », Le Monde, (consulté le 4 juin 2020)
  26. Vincent Glad, « La première règle du YouTube Fight Club, c'est de faire parler du YouTube Fight Club », sur an-2000.blogs.liberation.fr, (consulté le 31 mai 2020)
  27. Michaël Foessel, « Difficile «gauchosphère» », sur Libération, .

Webographie