Tepa (rappeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tepa.
Tepa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
(à 48 ans)
Nom de naissance
Patrick D'HondtVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
TepaVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Rappeur, militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Mysta D (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Partis politiques
Membre de
Les Spécialistes (1997-2005)
Box Office (2008-2009)
Instrument
Label
Partenaire
Condamné pour
Site web

Patrick D'hondt, dit Tepa, né le à Saint-Denis et mort le 14 novembre 2019, est un rappeur, vidéaste, animateur d'émissions-web et militant politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Né d'un père flamand et d'une mère gabonaise, il grandit en Guyane jusqu'à l'âge de treize ans, puis part s'installer en métropole avec sa famille en région parisienne[1]. Dès sa jeunesse, il s'intéresse à la musique, période durant laquelle il découvre le reggae, la soul, le funk, la musique afro et le rap dans les années 1980, pour lequel il va se passionner, via l'émission H.I.P. H.O.P de Sidney et par le biais de son frère aîné Mysta D, qui est producteur de hip-hop[2],[3].

En 1990, il fréquente D.Abuz System, un groupe de hip-hop fondé par son grand-frère et le rappeur Abuz. Il ne rappe pas encore et occupe le rôle de danseur et de backeur au sein du projet, puis fait ses premières scènes. En 1995, il fait la rencontre de Princess Aniès, une jeune rappeuse originaire du Val-d'Oise qui démarre dans la musique après avoir participé à une compilation hip-hop chez Barclay. Cette dernière, qui doit se produire en tournée, contacte D. Abuz System après avoir trouvé les cordonnées dans le magazine de musiques urbaines L'Affiche. Tepa lui propose alors de l'accompagner sur scène[4].

Carrière musicale (1996–2009)[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Il commence à rapper au débuts des années 1990. Sa première apparition en tant qu’artiste solo date de 1996 sur la compilation Guet-Apens, qui est produite, entre autres, par Mysta D. Au cours des deux prochaines années, il travaille dans l’environnement de labels en tant que manager tels Nouvelle Donne ou Neochrome, puis enchaîne en parallèle les collaborations musicales avec D.Abuz System et Princess Aniès sur diverses compilations, dont celles de Cut Killer, ce qui lui permet de partir en tournée avec des groupes en plein essor comme Expression Direkt, et de rencontrer de nombreux rappeurs qui connaîtrons le succès la décennie suivante, dont Rohff et Kery James[5].

Les Spécialistes[modifier | modifier le code]

En 1997, il fonde avec Princess Aniès le groupe Les Spécialistes et rejoignent le collectif Da System qui regroupent plusieurs rappeurs du milieu underground parisien[3]. En mars 1999, ils réalisent en indépendant leur premier EP, Retour de l'enfer, grâce auquel ils se font repérer et obtiennent une licence en major chez BMG. Ils publient, la même année, leur premier album éponyme, Les Spécialistes[6]. On retrouve d'anciens morceaux de leur précédent EP. Parmi les invités, sont notamment présents : Dany Dan et Zoxea des Sages Poètes de la Rue. L'album, produit par Mysta D, obtiendra le prix de « meilleure autoproduction de l'année » au festival XXL Performances. Il est également bien accueilli par le public, en particulier grâce à l'alchimie entre Tepa et Aniès, le groupe étant selon toute vraisemblance, à cette époque, le premier duo homme/femme de l'histoire du rap français[7]. Sans aucune promotion, l'album s'écoule à 20 000 exemplaires, et connaît un succès d'estime qui leur permettent de s'installer dans le paysage hip-hop, où ils gagnent en notoriété[8].

Ils signent en 2003 sur IV My People, le label discographique du rappeur Kool Shen, et sortent l'album Reality Show en mai 2005. C'est notamment grâce à cet album que le groupe rencontre un certain succès[9]. On retrouve notamment sur le projet le morceau La France[10]. Ils feront les premières parties des concerts de Kool Shen dont l'Olympia, Les Francofolies, le Festival de Dour et le Zénith de Paris[11].

Carrière solo et Box Office[modifier | modifier le code]

Tepa sort son premier projet solo en 2006, Dernier survivant. Par la suite, il prépare un album avec Atis, sous le nom de groupe Box Office. Lors d'une interview avec Abcdr du son en 2008, Tepa explique que le groupe est en « stand-by » citant ses projets solos ainsi que ceux d'Aniès. « Mais peut-être qu’un jour on fera comme Kool Shen, on se réunira [...] », explique-t-il[12].

En 2009, il publie son deuxième et dernier projet solo intitulé L’Œil ouvert, puis un album commun avec Atis, Ennemis d'état, avec comme nom de groupe Box Office, après lesquels il se retire un temps de la musique, au profit de la politique et du militantisme, et n'offre que quelques apparitions ponctuelles sur des compilations hip-hop[13].

Militantisme et engagements politiques (2009–2017)[modifier | modifier le code]

Tepa commence le militantisme politique en 2009 et s'intéresse dans un premier à temps à l'association d'Alain Soral, Egalité & Réconciliation. Il s'en éloigne rapidement, trouvant les membres « trop d'extrême-droite », puis rejoint l'UPR le 22 janvier 2011, dans lequel il devient responsable départemental de la section Seine-Saint-Denis et réalise des captations audiovisuelles pour ce parti entre 2011 et 2013. Il prend ses distances avec le parti à l'automne 2013, « ne partageant pas l’un des points fondamentaux du mouvement qui consiste à refuser les débats clivants », selon l'UPR.

Il se présente dans la 1ère circonscription de Seine-Saint-Denis aux élections législatives de 2017 sous l'étiquette « écologiste », via le parti politique Alliance écologiste indépendante. Il fait un score de 0,2% au premier tour[14]. En 2017, il déclare ne plus croire à la politique de partis, et critique les directives de l'UPR à ses délégués et représentants qui demandent de supprimer tout contenu complotisme ou antisioniste de leurs réseaux sociaux. Il interprète ça comme une concession[15].

Activités sur le web (2013–2019)[modifier | modifier le code]

Meta TV[modifier | modifier le code]

Logo de META TV.

En mai 2013, il lance l'association Meta TV, un média alternatif et indépendant, contenant une web-télévision dont sa principale émission est La Libre antenne de Meta TV, animée par lui-même sur Youtube. Bien que Tepa aborde divers sujets, comme le paranormal à ses débuts, cette émission est principalement politique. Elle reçoit des écrivains et essayistes polémiques et est présentée comme étant patriote et « dissidente »[16],[17].

Commence alors une carrière sulfureuse et controversée, qui lui vaudra des inimitiés tant chez ses anciens collègues rappeurs que chez ses nouveaux partenaires « anti-système »[18]. En conséquence, cette émission est rapidement l'objet de critiques en raison de sa particularité de donner une parole libre à des invités, parfois inconnus du grand public, à l'idéologie contestée et souvent controversée, avec notamment des personnalités médiatiques tels Alain Soral, Thierry Meyssan ou Robert Faurisson, et de tout bords politiques, d'extrême gauche comme d'extrême droite, ce qui rend Meta TV polémique de part ses propos houleux tenus lors des entretiens. Cette particularité est appréciée des nationalistes et libres-penseurs boycottés des médias mainstream et chaînes de télévisions traditionnelles, faisant gagner à Tepa en reconnaissance pour ses débats libre d'expression[19],[20]. Les entretiens, qui durent plusieurs heures, se déroulent au domicile de Tepa. L'émission a pour slogan : « Si vous écoutez ce message, c'est que vous êtes la résistance ». Il est l'unique présentateur et interviewer de l'émission, aidé pour le reste de la structure par un technicien[21]. Rudy Reichstadt relève la présence de contenus négationnistes sur son site et dans ses émissions, et voit en Tepa, un « compagnon de route du négationnisme ». Les médias qualifient cette web-télévision, qui rencontre un certain succès sur internet, comme relevant du complotisme et baignant dans la « fachosphère »[22].

Patriote.info[modifier | modifier le code]

En 2017, suite à des différends d'ordre financier avec des membres de Meta TV, il quitte l'association et lance le média en ligne Patriote.info[23]. Il propose plusieurs émissions politiques comme Libéré sur parole et Tepatriote, se déroulant depuis son salon, où il est question de longs échanges et débats, qu'il publie sur ce site et sur Youtube. Ses diverses chaînes Youtube de ses émissions sont suivies par plus de cent milles internautes et sont visionnées plusieurs centaines de milliers de fois.

En novembre 2018, il prend part au mouvement des Gilets jaunes. Le 25 janvier 2019, à Sartrouville, Tepa interpelle le premier ministre français Édouard Philippe au sujet de la création monétaire et de l'Union européenne lors du grand débat national[24].

Suspension de ses activités[modifier | modifier le code]

Le 3 avril 2019, Tepa annonce sur les réseaux sociaux être atteint d'un cancer. Il arrête toutes ses activités le temps de son traitement, et lance un appel aux dons pour pouvoir suivre une thérapie de médecine non conventionnelle[25].

Mort[modifier | modifier le code]

Il meurt le 14 novembre 2019, à l'âge de 48 ans, des suites d'un cancer du côlon[26],[27]. De nombreuses personnalités du hip-hop lui rendent hommage, notamment Princess Aniès (qui est la première à annoncer publiquement son décès, sur Facebook), le journaliste rap Mehdi Maïzi ou Rockin' Squat. François Asselineau dit sa tristesse en n'omettant pas ses désaccords de fond et sa rupture avec l'UPR. Dieudonné, et de nombreux nationalistes, dont Daniel Conversano, saluent également sa mémoire. Un dernier hommage lui est rendu au funérarium de Villetaneuse le 20 novembre[27].

Affaire judiciaire[modifier | modifier le code]

Au début des années 2010, Robert Faurisson accorde un entretien pour Meta TV. Tepa et Robert Faurisson sont tous deux définitivement condamnés en 2018 pour des « propos négationnistes » qui se sont tenus dans cette émission, suite à une plainte déposée par la LICRA en 2016. Lors de son procès, Tepa estime que « le problème en France, c'est la LICRA »[28].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studios et EP[modifier | modifier le code]

Avec Les Spécialistes[modifier | modifier le code]

En solo[modifier | modifier le code]

Avec Box Office[modifier | modifier le code]

Participations[modifier | modifier le code]

  • 1996 : Abuz, Delta, Kertra, Papifredo, Stor.K feat. Tepa – Apocalypse Now (sur la compilation Guet-Apens)
  • 1996 : D.Abuz System, Papifredo, Ruben, feat. Tepa – Ne reste pas de glaces (sur la compilation Mixtape represent de Cut Killer)
  • 1996 : Aimé, Mysta.D, Papifredo feat. Tepa – Au sommet de la gloire [remix] (sur la compilation Guet-Apens)
  • 1997 : Tepa – Service du vice (sur la compilation Mixtape n°20 de Cut Killer et D.Abuz System)
  • 1997 : Tepa – Lâche pas l'affaire (sur la compilation Mixtape n°20 de Cut Killer et D.Abuz System)
  • 1997 : Mouch feat. Tepa – Débarquement (sur la compilation L'Invincible Armada de Mysta.D)
  • 1997 : Abuz feat. Tepa – Aux armes (sur la compilation L'Invincible Armada de Mysta.D)
  • 1997 : Tepa – Réalité (sur la compilation L'Invincible Armada de Mysta.D)
  • 1997 : Tepa – La Terre promise (sur la compilation L'Invincible Armada de Mysta.D)
  • 1997 : Les SpécialistesLa France meurt (sur la compilation My definition of Hip-Hop - French Flavor Vol.1 de DJ Enuff)
  • 1997 : Tepa – La Gueule de l'emploi (sur la compilation My definition of Hip-Hop - French Flavor Vol.1 de DJ Enuff)
  • 1997 : Stor.K, Princess Aniès, Abuz, Jean Michel feat. Tepa – J'avais rêvé (sur la compilation Into The Groove - Vol.8)
  • 1997 : D.Abuz System feat. Les Spécialistes, Ruben, Stor.k, Weedy – Wesh, wesh (sur la compilation Nord vs. Sud de Don Scarper)
  • 1998 : Stor.K, Ruben, Death B, Abuz feat. Tepa – Da System Freestyle (sur la compilation Ten Tape Commandments - Vol.10 de DJ Kost)
  • 1998 : D.Abuz feat. Tepa – (sur la compilation Néochrome Mixtape Vol.1 du label Néochrome)
  • 1998 : Smoothe Da Hustler, Hazza, feat. Tepa – Hustler's Theme [remix] (sur la compilation Illegal Mix de Jmdee)
  • 1998 : L.I.M, Abuz, Princess Aniès, Samy, P'Youth, feat Tepa – Freestyle (sur la compilation Trop De Vibz - Quand Les Phazs Phuzz' de DJ Pray'One)
  • 1998 : Aki, Atis, Amara, Princess Aniès feat. Tepa – Freestyle (sur la compilation Freestyle de DJ Tal)
  • 1998 : Les Spécialistes feat. D. Abuz System – La Grande Famille (sur la compilation Nouvelle Donne)
  • 1998 : Les Spécialistes feat. D. Abuz System – La Voix du peuple (sur la compilation Opération freestyle de Cut Killer)
  • 1999 : Les Spécialistes feat. Scred ConnexionFreestyle (sur la compilation Néochrome Vol.2)
  • 1999 : Princess Aniès, Colaps, Supa, Nixxi Vermine, Abuz feat. Tepa – Freestyle n°2 (sur la compilation Deal With It de DJ Size)
  • 1999 : D. Abuz System feat. Les SpécialistesUnifiés (sur l'album Le syndikat de D. Abuz System)
  • 2000 : Nid 2 Serpents feat. Les SpécialistesCrever l'abcès (sur l'album Reptations du Nid 2 Serpents)
  • 2001 : Dalichar, Jimmy Offa feat. Tepa – Passé, présent, futur (sur la compilation Passé, présent, futur de Ben's World)
  • 2002 : Princess Aniès, Alpha feat. Tepa – Freestyle (sur la compilation Le son qui... tape ! de La Meute)
  • 2002 : Tepa – Black Vador (sur la compilation A la one again de DJ Fredi)
  • 2002 : Aki La Machine, Atis feat. Tepa – No Title (sur la compilation Mizo Point)
  • 2002 : Les Spécialistes feat. Haroun, Sniper, ZoxeaHip-Hop citoyens
  • 2002 : Les Spécialistes feat. Amara, Atis – Freestyle (sur la mixtape Violences urbaines de LIM)
  • 2002 : Les SpécialistesOn s'est fait tout seul (sur la mixtape Liberté d'expression - vol.3)
  • 2003 : Notta Kyl, Aki feat. Tepa – Untitled (sur la compilation 160 minutes de Rap de Label Rouge)
  • 2004 : Flynt, Aki La Machine, Atis feat. Tepa – Dossart 18 (sur la compilation Pousse à fond de DJ Beeb's, DJ R2D2 et DJ Tactik)
  • 2004 : Tepa – Merci à vous (sur la compilation Liberté d'expression 2 de La Conscience)
  • 2005 : Stor.K, Sami, Aki La Machine, Adn feat. Tepa – Bavures policières (sur la compilation Neochrome Collector du label Néochrome)
  • 2005 : Aki feat. Tepa – C'est le B.O.X (sur la compilation Microphone Danger de DJ Akil et D.Syde)
  • 2005 : Les Spécialistes feat. ÄrsenikAu nom de la foi (sur la compilation Neochrome - vol.3)
  • 2005 : Les SpécialistesMélodie en sous-sol (sur l'album IV My People Mission de IV My People)
  • 2006 : Box Office – Tiens ta langue (sur la compilation La Dalle au mic du label Talents Fâchés)
  • 2006 : Tepa – Original box office (sur la compilation Underground Connexion)
  • 2006 : Aki, Ahmed Koma feat. Tepa – Personne n'y gagne (sur la compilation Des hauts et des bas de DJ Veekash)
  • 2008 : Tepa – Têtes de parisien (sur la compilation Département 75)
  • 2008 : Insolan feat. Tepa – Au fil du temps (sur la compilation Attaques verbales)
  • 2009 : Princess Aniès, Moerdock, Amara, Atis feat. Tepa – Le Prix de la liberté (sur la compilation Les voies de la liberté)
  • 2010 : Atis, Aki La Machine, Harry Steed, Dotty feat. Tepa – Pas assez de vérité (sur la compilation Hunter Poles - vol.2 de Asom)
  • 2010 : Tepa – Maître du crime (sur la compilation Puissance Rap spécial)
  • 2011 : Tepa – Quenelles de Septembre (sur la compilation des Cendres aux Enfers - Chapitre 1)
  • 2011 : Atis, Amara, Princess Aniès feat. Tepa – 2002, one shot et une seule piste (sur la compilation La K7 de DJ Tal)
  • 2015 : Tepa – Ma cause (sur la compilation Le Rap Français vu de Pologne)
  • 2018 : Kroc Blanc, Le Maréchal feat. Tepa – Dégâts (sur l'album Echo de Kroc Blanc)[29]

Internet[modifier | modifier le code]

Emissions-web[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « 🎙 FAQ n°7 avec Henry de Lesquen » (consulté le 21 novembre 2019)
  2. Johney Perkins, « Tepa », sur Le rap c’etait Mieux avant (consulté le 21 novembre 2019)
  3. a et b Proctologue, « Interview : Les Spécialistes (Princess Anies & Tepa) [Académie Hip Hop Français, septembre 2000] », sur Mes archives, (consulté le 28 novembre 2019)
  4. « Tepa (Les Spécialistes) | Interview », sur Abcdr du Son, (consulté le 23 novembre 2019)
  5. La Rédac', « Vingt ans après : 1999 en 20 disques de rap français », sur Le Bon Son, (consulté le 28 novembre 2019)
  6. --(Part-2) « Que sont devenus les rappeurs français des 90's ? (Part 2) », sur www.brain-magazine.fr (consulté le 18 novembre 2019)
  7. « Décès de Tepa de Meta TV - », sur Sott.net (consulté le 26 novembre 2019)
  8. « Tepa (Les Spécialistes) | Interview », sur Abcdr du Son, (consulté le 23 novembre 2019)
  9. StreetPress, « Le rap français part en quenelle », sur StreetPress (consulté le 18 novembre 2019)
  10. « Décès de Tepa de Meta TV - », sur Sott.net (consulté le 26 novembre 2019)
  11. Johney Perkins, « Princess Aniès », sur Le rap c’etait Mieux avant (consulté le 21 novembre 2019)
  12. « Tepa (Les Spécialistes) | Interview », sur Abcdr du Son, (consulté le 18 novembre 2019)
  13. « Décès de Tepa de Meta TV - », sur Sott.net (consulté le 26 novembre 2019)
  14. « Département _93 : Résultats des élections législatives 2017 », sur www.les-elections.info (consulté le 18 novembre 2019)
  15. « YouTube », sur www.youtube.com (consulté le 28 novembre 2019)
  16. Yann, « Décès de Tepa, rappeur et militant controversé », sur Hip Hop Corner, (consulté le 28 novembre 2019)
  17. « Après la quenelle, le temps des querelles », sur Libération.fr, (consulté le 28 novembre 2019)
  18. « Tepa, figure du rap français des années 2000, est mort », sur Le Huffington Post, (consulté le 28 novembre 2019)
  19. Golem, « L.E.J de retour avec l’annonce de l’album « Poupées Russes » ! », sur Hip Hop Corner, (consulté le 21 novembre 2019)
  20. Eric Martin, « Hommage à Tepa, défenseur inconditionnel de la liberté d’expression », sur Nouvelles de France Portail libéral-conservateur, (consulté le 21 novembre 2019)
  21. unpeudairfrais, « Mort d’un esprit libre – Un peu d'air frais » (consulté le 21 novembre 2019)
  22. « Comment les thèses de Robert Faurisson continuent d'alimenter la fachosphère », sur Les Inrocks (consulté le 18 novembre 2019)
  23. (en) Booska-p, « Princess Aniès annonce le décès de son binôme Tepa », sur www.booska-p.com (consulté le 18 novembre 2019)
  24. « Tepa interpelle le Premier ministre Édouard Philippe sur la dette et le Frexit », sur AgoraVox, (consulté le 18 novembre 2019)
  25. « Tepa, figure du rap français des années 2000, est mort », sur Le Huffington Post, (consulté le 18 novembre 2019)
  26. BFMTV, « Le rappeur Tepa est mort à l'âge de 48 ans », sur BFMTV (consulté le 21 novembre 2019)
  27. a et b Le Figaro, « Le rappeur Tepa, membre du duo Les Spécialistes, est mort d’un cancer à 48 ans », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  28. « Comment les thèses de Robert Faurisson continuent d'alimenter la fachosphère », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 18 novembre 2019)
  29. « Tepa », sur Discogs (consulté le 27 novembre 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]