Arrondissement d'Angoulême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arrondissement d'Angoulême
Situation de l'arrondissement d'Angoulême dans le département Charente.
Situation de l'arrondissement d'Angoulême dans le département Charente.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département et
collectivité territoriale
Charente
Chef-lieu Angoulême
Démographie
Population 197 377 hab. (2014)
Densité 89 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° nord, 0° est
Superficie 2 217 km2
Subdivisions
Cantons 16
Communes 153

L'arrondissement d'Angoulême est une division administrative française, située dans le département de la Charente et la région Nouvelle-Aquitaine.

Occupant la partie centrale et méridionale de la Charente, il en est le deuxième par sa superficie mais il est de loin le plus peuplé du département.

Composition[modifier | modifier le code]

Depuis la réforme de la carte administrative du département de la Charente appliquée le 1er janvier 2008[1], l'arrondissement d'Angoulême comprend dans ses nouvelles délimitations 153 communes regroupées dans 16 cantons.

La liste des cantons (par ordre alphabétique) est la suivante :

(a), (b), (c) : Les cantons d'Angoulême (Est, Nord et Ouest) correspondent en fait à des fractions de la commune d'Angoulême.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le cadre géographique[modifier | modifier le code]

L'Hôtel-de-ville d'Angoulême. La ville est la préfecture de la Charente.

L'arrondissement d'Angoulême occupe la partie centrale et méridionale du département de la Charente où il constitue le cœur de l'ancienne province d'Angoumois, centrée sur Angoulême, sa capitale historique.

Dans le département même, il est limitrophe, au nord, de l'arrondissement de Confolens et, à l'ouest, de celui de Cognac.

À l'est et au sud, il confine avec le département de la Dordogne via les arrondissements de Nontron et de Périgueux.

Enfin, à l'extrême sud, il jouxte sur une faible portion le département de la Charente-Maritime via l'arrondissement de Jonzac où, dans ce dernier, le canton de Montguyon est limitrophe de celui de Chalais.

Un peu d'hydrographie[modifier | modifier le code]

Les Eaux-Claires au moulin du Verger à Puymoyen.

L'arrondissement d'Angoulême repose entièrement sur le bassin hydrographique de la Charente et de ses nombreux affluents de rive gauche dont les plus importants sont d'amont en aval la Tardoire, le Bandiat, la Touvre, les Eaux-Claires...

Dans le plateau du Montmorélien s'écoule la Tude, affluent de rive gauche de la Dronne, qui prend sa source dans l'arrondissement, dans le canton de Villebois-Lavalette, et conflue avec la Dronne tout au sud, en limite de la Dordogne, après avoir arrosé Chalais.

En limite départementale, la Lizonne, affluent de rive droite de la Dronne, sépare cet arrondissement de la Dordogne ainsi que la Dronne sur une faible portion, à l'extrême sud.

La géologie et les sols[modifier | modifier le code]

Dans l'arrondissement d'Angoulême, la Charente sert de délimitation naturelle entre les terrains du Jurassique au nord et ceux du Crétacé au sud. Ces terrains secondaires sont majoritaires, seule échappe la partie la plus méridionale de l'arrondissement qui appartient au Tertiaire, caractérisée par des dépôts d'argiles et de sables de l'Eocène.

Qu'ils soient jurassiques ou crétacés, les sols sont toujours riches en calcaire.

Zone de production du cognac

Les terrains du Jurassique, qui sont exempts d'argiles et de sables, sont propices aussi bien à la céréaliculture qu'à la vigne qui est située dans la zone d'appellation des Fins Bois, tout autour d'Angoulême, et des Bons Bois dans les marges orientales de l'arrondissement (cantons de La Rochefoucauld, Montbron et Villebois-Lavalette), pour la production des eaux de vie de cognac.

À l'est de la grande agglomération angoumoisine, les dalles fissurées du calcaire du Jurassique sont à l'origine de la deuxième résurgence de France avec les sources de la Touvre[2] et ont formé un relief typique de karst, avec notamment le Karst de La Rochefoucauld et ses nombreuses grottes (grottes du Quéroy, grotte de Rancogne, grotte de Fontéchevade), sur lequel reposent de belles forêts de chênes pubescents (Forêt de la Braconne, Forêt d'Horte, Forêt de Dirac, Forêt de Bois Blanc).

Au sud du fleuve, les terrains crétacés comme ceux du plateau jurassique du nord ont favorisé de bonne heure l'implantation du vignoble du cognac qui est situé dans la zone des Fins Bois (cantons de Blanzac-Porcheresse et de La Couronne) et des Bons Bois (canton de Montmoreau-Saint-Cybard). Ces formations crétacées sont représentées par des sols crayeux plus ou moins durs et friables, mêlés d'argiles, qui bien amendés donnent de belles récoltes céréalières. Les forêts y sont moins nombreuses et moins denses.

Enfin, dans la partie la plus méridionale de l'arrondissement d'Angoulême qui concerne les cantons de Chalais et d'Aubeterre-sur-Dronne, les terrains tertiaires, formés essentiellement d'argiles, de grès et de sables prédominent et vont en s'élargissant à partir des vallées de la Dronne et de son affluent, la Lizonne, ainsi que de la Tude. Ici, la vigne est cultivée sur les hauteurs bien exposées et appartient à la zone de production du cognac des Bons Bois tandis que les vallées font alterner les cultures fourragères et les prés pour l'élevage, alors que les collines portent des bois et des forêts.

Superficie[modifier | modifier le code]

La superficie de l'arrondissement[modifier | modifier le code]

La superficie de l'arrondissement d'Angoulême est de 2 217,07 km2, ce qui en fait le deuxième arrondissement de la Charente, occupant 37,22 % de la superficie totale du département[3], soit plus du tiers de la surface départementale.

Dans l'ancienne région Poitou-Charentes - à laquelle appartenait le département de la Charente -, la superficie de l'arrondissement d'Angoulême le classe au 4e rang régional sur les 14 arrondissements, ce qui en fait l'un des plus étendus[4].

Liste des cantons et leur rang par superficie[modifier | modifier le code]

Rang Canton Superficie Nombre de communes
1 Villebois-Lavalette 309,55 km2 17
2 La Rochefoucauld 277,70 km2 16
3 Montbron 236,18 km2 14
4 Blanzac-Porcheresse 228,11 km2 17
5 Montmoreau-Saint-Cybard 199,82 km2 14
6 Saint-Amant-de-Boixe 177,23 km2 16
7 Hiersac 156,57 km2 13
8 Chalais 143,64 km2 13
9 Aubeterre-sur-Dronne 128,66 km2 11
10 La Couronne 110,36 km2 7
11 Soyaux 93,40 km2 5
12 Gond-Pontouvre 77,03 km2 4
13 Ruelle-sur-Touvre 56,97 km2 5
... Angoulême (3 fractions de canton) (*) 21,85 km2 1


(*) : Concernant les trois cantons d'Angoulême (Angoulême-Est, Angoulême-Nord et Angoulême-Ouest), ils correspondent à la commune d'Angoulême[5].

Le château de Villebois-Lavalette. Ce chef-lieu de canton commande le canton le plus étendu de l'arrondissement d'Angoulême

Le canton de Villebois-Lavalette avec 309,55 km2 est le plus étendu de l'arrondissement d'Angoulême et il occupe le deuxième rang départemental après le canton de Confolens-Sud qui avec 316,26 km2 est le plus étendu de la Charente.

Quant aux cantons de La Rochefoucauld (277,70 km2), Mansle (242,13 km2) et Montbron (236,18 km2), ils occupent respectivement les 3e, 5e et 6e rang départemental.

Enfin, le canton de Blanzac-Porcheresse, avec une superficie de 228,11 km2, se situe au dixième rang des cantons du département de la Charente.

Ainsi, sur les dix premiers cantons de la Charente pour leur superficie, cinq sont situés dans l'arrondissement d'Angoulême[6].

Démographie[modifier | modifier le code]

Tableau de l'évolution démographique de 1975 à 2010[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
198 100 202 066 209 647 216 083 219 175 219 826 191 609 193 710 195 100
2009 2010 2011 2012 2013 2014 - - -
194 857 194 779 195 929 196 895 196 993 197 377 - - -
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1962 puis population municipale à partir de 2006[7])
Histogramme de l'évolution démographique

Le tableau démographique ci-dessus est celui de la population des 153 communes - et 16 cantons - qui composent l'arrondissement d'Angoulême depuis la modification administrative appliquée le 1er janvier 2008.

L'arrondissement le plus peuplé de la Charente[modifier | modifier le code]

Le poids démographique de l'arrondissement d'Angoulême est considérable puisqu'il représente à lui-seul 55,4 % de la population départementale en 2010 - comme en 2007 -, c'est-à-dire largement plus de la moitié de la population de la Charente. Or, cette proportion n'a cessé de croître régulièrement depuis 1975, où elle était de 51,4 %, puis elle est passée à 53,8 % en 1990, enfin à 55,2 % au recensement de 1999.

Seuls, en Poitou-Charentes, les arrondissements de Niort et de Poitiers ont un poids démographique aussi écrasant sur leur département que celui d'Angoulême avec respectivement 56,4 % et 51,6 % de la population départementale.

Cette situation particulière est due à la très forte influence d'Angoulême sur son arrondissement et même sur son département puisque l'essentiel de la croissance démographique repose sur le seul arrondissement d'Angoulême.

En effet, alors que le département de la Charente s'est accru de 2 564 habitants entre 1975 et 1999, l'arrondissement d'Angoulême s'est accru de 11 941 habitants dans cette même période.

Cette croissance démographique n'a pas faibli entre 1999 et 2007 puisque l'arrondissement d'Angoulême absorbe à lui-seul 86,4 % de la croissance départementale, soit 8 560 habitants sur 9 907 habitants.

En 2010, la densité absolue de population de l'arrondissement d'Angoulême s'établit à 88 hab/km2 et demeure largement la plus élevée du département. En 2007, cette densité de population qui était de 87 hab/km2 était déjà nettement supérieure à celle du département de la Charente qui était de 59 hab/km2 en 2007 - même densité en 2010 -.

En 2010, la densité de l'arrondissement d'Angoulême est même supérieure à celle de la région Poitou-Charentes qui est de 69 hab/km2. Par sa densité de population en Poitou-Charentes, cet arrondissement occupe une honorable quatrième place régionale, se situant après les arrondissements de La Rochelle (244 hab/km2), Poitiers (122 hab/km2) et Rochefort (117 hab/km2) mais devançant nettement ceux de Saintes (78 hab/km2), Niort (74 hab/km2) et Cognac (62 hab/km2).

D'ailleurs, dans l'arrondissement d'Angoulême, tous les cantons environnant Angoulême au sud et à l'est ont une densité de population particulièrement élevée, largement supérieure à 200 hab/km2 pour trois d'entre eux (canton de Ruelle-sur-Touvre (330 hab/km2), canton de Gond-Pontouvre (245 hab/km2) et canton de La Couronne (212 hab/km2)) et dépassant les 100 hab/km2 pour le canton de Soyaux avec 161 hab/km2. Si deux autres cantons de cet arrondissement ont une densité de population supérieure à celle du département, canton de Hiersac (74 hab/km2) et canton de La Rochefoucauld (66 hab/km2), leurs densités demeurent cependant inférieures à celles de l'arrondissement[N 1].

Par contraste, les cinq cantons ruraux situés dans la partie la plus méridionale de l'arrondissement d'Angoulême et dont quelques-uns sont limitrophes du département de la Dordogne ont des densités semblables à celles qui sont relevées dans l'arrondissement de Confolens, c'est-à-dire autour d'une moyenne de 28 hab/km2, mais aucun d'entre eux n'a une densité de population inférieure à 20 hab/km2[8].

Un arrondissement fortement urbanisé en Poitou-Charentes[modifier | modifier le code]

Vue générale d'Angoulême au centre de la troisième aire urbaine de Poitou-Charentes

Le taux de population urbaine peut être évalué à 3 habitants sur 5 dans l'arrondissement d'Angoulême, ce qui représente une proportion nettement supérieure à celle de la Charente qui est d'à peine la moitié de la population départementale.

Ce poids de l'urbanisation dans l'arrondissement est imputable à celui de l'agglomération d'Angoulême qui est la troisième de la région Poitou-Charentes avec 106 230 habitants, se classant après La Rochelle (119 771 habitants) et Poitiers (127 658 habitants)[9].

Angoulême est également la troisième aire urbaine de la région rassemblant 159 327 habitants[10] soit 83,2 % de la population de son arrondissement en 2006.

Enfin l'arrondissement d'Angoulême possède 8 villes de plus de 5 000 habitants sur les 9 que compte le département et il rassemble 20 communes de plus de 2 000 habitants sur 31 que compte la Charente en 2007.

Seule la partie la plus méridionale de l'arrondissement d'Angoulême qui constitue partiellement le Sud Charente échappe à cette concentration de population et se singularise fortement autant par son caractère éminemment rural où aucune ville n'est signalée, ni aucune commune n'a plus de 2 000 habitants - à l'exception, il est vrai, de Mouthiers-sur-Boëme mais celle-ci est située dans l'aire urbaine d'Angoulême - et où la démographie est particulièrement atone, même si, au dernier recensement, le solde migratoire est devenu positif puisque pratiquement tous ces cantons se caractérisent par une croissance démographique inattendue[11].

  • Liste des 8 villes de plus de 5 000 habitants dans l'arrondissement d'Angoulême (population municipale en 2007).
Vue générale de Soyaux qui est la troisième ville de la Charente.
Ville Population en 2007
Angoulême 42 669 hab.
Soyaux 10 348 hab.
Ruelle-sur-Touvre 7 468 hab.
La Couronne 7 037 hab.
Saint-Yrieix-sur-Charente 6 960 hab.
Gond-Pontouvre 6 044 hab.
L'Isle-d'Espagnac 5 325 hab.
Champniers 5 001 hab.
  • Liste des 13 communes de plus de 2 000 habitants à moins de 5 000 habitants dans l'arrondissement d'Angoulême (population municipale en 2007).
C'est dans cet arrondissement que se situe le beau château de La Rochefoucauld.
La mairie de Mornac, cette commune suburbaine, proche d'Angoulême, occupe la 30e place en Charente.
Commune Population en 2007
Roullet-Saint-Estèphe 3 686 hab.
Brie 3 652 hab.
Fléac 3 518 hab.
La Rochefoucauld 3 089 hab.
Saint-Michel 3 078 hab.
Magnac-sur-Touvre 3 010 hab.
Mouthiers-sur-Boëme 2 442 hab.
Puymoyen 2 401 hab.
Nersac 2 317 hab.
Montbron 2 167 hab.
Mornac 2 114 hab.
Linars 2 068 hab.

L'arrondissement d'Angoulême a donc un poids démographique écrasant sur son département et il est clair que c'est autour d'Angoulême et de son agglomération que repose le fondement de l'avenir démographique de la Charente.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Pour plus de détail, se reporter au chapitre "Densité de population" dans l'article détaillé Démographie de la Charente

Références[modifier | modifier le code]

  1. Modification des limites d'arrondissement au 1er janvier 2008 (version archivée), consultée le 9 février 2012.
  2. Après celle de la Fontaine de Vaucluse
  3. L'INSEE a établi officiellement la superficie du département de la Charente à 5 955,99 km2, ce qui, en chiffres arrondis, donne 5 956 km2, soit 23 % de la superficie totale de l'ex-région Poitou-Charentes.
  4. Superficie des 14 arrondissements de Poitou-Charentes : 1 - Montmorillon (3 000 km2), 2 - Niort (2 792 km2), 3 - Confolens (2 268 km2), 4 - Angoulême ( 2 217 km2), 5 - Châtellerault (2 065 km2), 6 - Poitiers (1 926 km2), 7 - Bressuire (1 623 km2), 8 - Parthenay (1 585 km2), 9 - Saintes (1 546 km2), 10 - Jonzac (1 530 km2), 11 - Rochefort ( 1 528 km2), 12 - Cognac (1 471 km2), 13 - Saint-Jean-d'Angély (1 442 km2) et 14 - La Rochelle (818 km2).
  5. Les services de l'INSEE ne communiquent pas le chiffre de la superficie des fractions de la commune d'Angoulême. Il est donc impossible d'établir la superficie des cantons d'Angoulême-Est, Angoulême-Nord et Angoulême-Ouest.
  6. Liste des dix premiers cantons de la Charente par leur superficie. - 1 - canton de Confolens-Sud (316,26 km2), - 2 - canton de Villebois-Lavalette (309,55 km2), - 3 - canton de La Rochefoucauld (277,70 km2), - 4 - canton de Saint-Claud (277,55 km2), - 5 - canton de Mansle (242,13 km2), - 6 - canton de Montbron (236,18 km2), - 7 - canton de Chabanais (234,51 km2), - 8 - canton de Rouillac (230,97 km2), - 9 - canton de Segonzac (228,54 km2), - 10 - canton de Blanzac-Porcheresse (228,11 km2).
  7. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années [ 2006], [ 2014]
  8. canton de Montmoreau-Saint-Cybard (24 hab/km2), canton de Villebois-Lavalette (24 hab/km2), canton d'Aubeterre-sur-Dronne (25 hab/km2), canton de Chalais (32 hab/km2), canton de Blanzac-Porcheresse (33 hab/km2) selon les données du recensement de 2006
  9. Recensement en 2007 selon les anciennes délimitations de 1999, ces dernières seront révisées en 2010 par l'INSEE.
  10. toutefois dans ses limites de 1999, avant la prochaine réévaluation fin 2010 des aires urbaines métropolitaines par l'INSEE
  11. Seul, le canton de Chalais perd quelques habitants entre 1999 et 2006

Articles connexes[modifier | modifier le code]