Chadurie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chadurie
Chadurie
Vue du bourg depuis le sud-est.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Jean-Michel Arvoir
2020-2026
Code postal 16250
Code commune 16072
Démographie
Gentilé Chaduriens
Population
municipale
511 hab. (2019 en augmentation de 0,39 % par rapport à 2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 29′ 47″ nord, 0° 08′ 18″ est
Altitude Min. 78 m
Max. 201 m
Superficie 16,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Angoulême
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Tude-et-Lavalette
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chadurie
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chadurie
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Chadurie
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Chadurie

Chadurie est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Chaduriens et les Chaduriennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Chadurie est une commune située à 17 km au sud d'Angoulême.

Elle est aussi à 7 km de Mouthiers-sur-Boëme, 9 km de Blanzac, 11 km de Montmoreau et de Villebois-Lavalette[2].

La D 674, route d'Angoulême à Libourne, borde la commune à l'est et passe à 1,5 km du bourg. La D 5, route de La Rochebeaucourt à Barbezieux par Villebois et Blanzac traverse la commune d'est en ouest et passe près du bourg, ainsi que la D 22 de Villebois à Châteauneuf un peu plus au nord.

D'autres routes départementales de moindre importance traversent la commune, dont la D 438 qui passe au bourg, et la D 46 au sud de la commune en direction de Pérignac[3].

La ligne Paris-Bordeaux traverse la commune, mais les gares les plus proches sont celles de Montmoreau et d'Angoulême. La gare de Charmant situé en limite est de commune n'offre plus d'arrêt.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat est dispersé et la commune compte de nombreux hameaux et fermes. Sainte-Aquitière et la Berche sont au pied du bourg sur la route de Villebois à Blanzac. Plus au nord, on trouve Puygâti. Au sud, on trouve chez Bignon, ainsi que Bois-Rond sur la route d'Angoulême à Libourne, et la Meulière au sud-ouest en limite de commune, le Pin à l'ouest du bourg, etc. Le bourg n'est pas plus gros qu'un hameau[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune de Chadurie est dans la zone calcaire du Bassin aquitain datant du Crétacé supérieur, comme toute la moitié sud de la Charente.

On trouve le Coniacien et le Santonien sur la partie nord de la commune, le Coniacien dans les zones plus basses. Le sud de la commune est occupé par le Campanien, et une cuesta assez creusée et par paliers faisant face au nord et qui passe au bourg marque un dénivelé sensible. On peut suivre cet escarpement d'est en ouest dans tout le Sud-Charente, entre Gurat et le sud de Cognac, par Jurignac et Bouteville.

Les sommets boisés au sud et à l'ouest de la commune sont recouverts de dépôts du Tertiaire (Lutétien et Cuisien), composé de galets, sables et argiles. Ces dépôts ont été altérés lors du Quaternaire. On trouve aussi des colluvions du Pléistocène (sables argilo-calcaires) par endroits sur les flancs (chez Baron)[4],[5],[6].

Le relief de la commune est assez vallonné. Le point culminant est à une altitude de 201 m, situé en limite sud près du réservoir de la Croix de Verdelette. Le point le plus bas est à 78 m, situé le long de la Boëme au nord, au pied du logis de Puygâti. Le bourg, construit sur un éperon allongé, est à 150 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Chadurie.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente et le bassin de la Dordogne au sein du Bassin Adour-Garonne[7]. La limite sud-est de commune est aussi la ligne de partage des eaux entre Charente et Dordogne. Elle est drainée par la Boëme, l'Arce et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 11 km de longueur totale[8],[Carte 1].

La Boëme, dont le débit a alimenté moult moulins et usines, prend sa source dans la commune, au sud-ouest du bourg et coule vers le nord. De nombreux ruisseaux temporaires s'écoulant des vallons escarpés à l'ouest du bourg la rejoignent. Elle passe aussi à Saint-Aquitière, la Berche et Vesne, avant d'être rejointe à sa sortie de la commune par le ruisseau des Tempes qui arrive de Charmant. D'une longueur totale de 23,2 km, elle se jette dans la Charente à Sireuil, après avoir traversé 6 communes[9].

L'Arce, d'une longueur totale de 4 km, prend sa source dans la commune et se jette dans le à Val des Vignes, après avoir traversé 9 communes[10].

Le ruisseau de Chaverrut, appelé Arce plus en aval, est un affluent du , sous-affluent de la Charente. Il prend sa source au sud de la commune et se dirige vers le sud-ouest.

Il faut aussi signaler de nombreuses petites retenues d'eau au sud autour de Bois-Rond, favorisées par la nature imperméable du sol sur ces hauteurs et permettant l'irrigation[3].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par les schémas d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente » et « Isle - Dronne ». Le SAGE « Charente», dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[11]. Le SAGE « Isle - Dronne», dont le territoire regroupe les bassins versants de l'Isle et de la Dronne, d'une superficie de 7 500 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin de la Dordogne (EPIDOR)[12]. Il définissent chacun sur leur territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [13].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chadurie est une commune rurale[Note 1],[14]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Angoulême, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 95 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (80,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (78,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (56,7 %), zones agricoles hétérogènes (21,4 %), forêts (19,1 %), cultures permanentes (2,8 %)[19].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Chadurie est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), feux de forêts et séisme (sismicité faible). Il est également exposé à un risque technologique, le transport de matières dangereuses[20]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[21].

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Chadurie est exposée au risque de feu de forêt du fait de la présence sur son territoire du bois de Pérignac – Puypéroux. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été élaboré pour la période 2017-2026, faisant suite à un plan 2007-2016[22]. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par divers arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du règlemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 3],[22],[23],[24].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Chadurie.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 75,6 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 259 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 205 sont en en aléa moyen ou fort, soit 79 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[25],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[26].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1993, 1999, 2012 et 2015. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par la sécheresse en 2003 et par des mouvements de terrain en 1999[20].

Risques technologiques[modifier | modifier le code]

Le risque de transport de matières dangereuses sur la commune est lié à sa traversée par une ou des infrastructures routières ou ferroviaires importantes ou la présence d'une canalisation de transport d'hydrocarbures. Un accident se produisant sur de telles infrastructures est susceptible d’avoir des effets graves sur les biens, les personnes ou l'environnement, selon la nature du matériau transporté. Des dispositions d’urbanisme peuvent être préconisées en conséquence[27].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Chadurie est attesté par les formes anciennes Cadureia en 1030-1044, Catureia en 1110[28], Chadureya en 1298, Chaduria en 1293[29].

L'origine du nom de Chadurie remonterait au mot gaulois caturiea signifiant villa, comme Cadrieu dans le Lot[30].

Une voie romaine traversait le territoire communal. En gaulois, Caturedia signifierait « ville des guerriers montés » : catu-, terme de nom gaulois, combat; -redia-, terme de nom de lieu, dérivé de la racine red, conduire, qu'on retrouve dans reda (voiture à quatre roues)[31], ou, plus simplement « conducteur de char »[32]

Une autre origine du nom a été proposée. Le petit bourg de Chadurie est situé près de la plus haute source de la Boëme et doit à cette position son nom, anciennement écrit Chapdourie (chef du ri, ou chap dou ri en occitan[Note 4] signifiant « tête du ruisseau »)[33],[34]. Toutefois, les formes anciennes infirment cette explication.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chadurie était au bord du chemin Boisné, ancienne voie romaine reliant Saintes à Périgueux, et une ruine, aujourd'hui disparue, d'époque romaine, appelée Prison des Romains et figurant encore sur le plan cadastral, atteste l'ancienneté de ce village[35],[36].

Michon avait retrouvé des traces de cet édifice près de la Berche. Au XIXe siècle, c'était encore un petit édifice carré construit en petit appareil, au sommet d'une colline dominant le chemin Boisné, qui avait encore une salle voûtée[37],[38].

L'archéologie aérienne a aussi révélé à la Berche des traces de fossés antiques. Cet endroit pourrait être le Sarrum de cette ancienne voie romaine[39],[33].

Aux XVIe et XVIIe siècles, Chadurie était le siège d'un fief appartenant à la famille noble de Laage, qui formaient deux seigneuries : Chadurie et Puygaty. Chadurie relevait de la justice de Montmoreau[40].

Pendant la première moitié du XXe siècle, la commune était desservie par la petite ligne ferroviaire d'intérêt local à voie métrique des Chemins de fer économiques des Charentes allant de Blanzac à Lavalette, et un arrêt était situé à Sainte-Acquitière.

C'est aussi à Sainte-Acquitière que se tenaient des foires chaque 17 du mois, depuis longue date[36].

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Chadurie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 1999 En cours Jean-Michel Arvoir   Artisan rural

Chadurie a rejoint la communauté de communes d'Horte et Lavalette le 1er janvier 2013[41].

Auparavant elle a été auparavant à la CC du Blanzacais, puis en 2012 à la CC des 4B[42], et intégrera la communauté de communes Tude et Dronne le 1er janvier 2017[1].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[43]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[44].

En 2019, la commune comptait 511 habitants[Note 5], en augmentation de 0,39 % par rapport à 2013 (Charente : −0,42 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
798766911862809809804764730
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
726732686675662643559560520
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
554595526510521511459470517
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
449408417474484512521509508
2019 - - - - - - - -
511--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[45] puis Insee à partir de 2006[46].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32 %, soit au-dessus de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,8 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 262 hommes pour 246 femmes, soit un taux de 51,57 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[47]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
2,0 
5,0 
75-89 ans
6,9 
22,9 
60-74 ans
18,3 
21,0 
45-59 ans
28,0 
16,0 
30-44 ans
15,4 
17,2 
15-29 ans
15,4 
17,6 
0-14 ans
13,8 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[48]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le sol communal est partagé principalement entre bois et culture céréalière intensive (maïs et blé).

La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[49].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Chadurie possède une école élémentaire comprenant deux classes. Le secteur du collège est Blanzac[50].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Saturnin.

L'église paroissiale Saint-Saturnin a été construite au XIIe siècle. Sa nef fut revoûtée en briques en 1856, puis en 2005. Le clocher, victime de la foudre, fut remonté en 1874. L'une des cloches eut pour parrain le maire d'alors, Antoine Seguin, en 1875. Il est à remarquer que l'abbé Michon, fondateur de l'école des Thibaudières, fut curé de Chadurie en 1837[51]. L'édifice est inscrit aux monuments historiques depuis 1925[52].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le logis de Puygâty a été construit sous Louis XI aux environs de 1465, il devint la seigneurie de Chadurie. Grâce à la famille de Laâge, qui le gardera plus de deux siècles, et à M. de Arceluz, sauveur et restaurateur de ce logis, il a été inscrit aux monuments historiques en 1987[53].

Le logis des Thibaudières est une bâtisse de style Renaissance, avec un toit à la Mansart, ayant appartenu à la famille de La Laurencie. L'abbé Michon y fonda une école pour enfants défavorisés de 1832 à 1838, avant de fonder la congrégation Notre-Dame des Anges à l'abbaye de Puypéroux[51]. Aujourd'hui ce logis est devenu le siège de la congrégation religieuse les Oblates de Saint-Benoît qui l'ont transformé en maison de retraite.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 7 mètres minimum de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  4. Avant les repeuplements du XVe siècle à la suite des ravages de la guerre de Cent Ans en Aquitaine, Angoumois et Saintonge étaient en langue d'oc et la toponymie dans les Charentes en garde de nombreuses traces.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Chadurie » sur Géoportail (consulté le 20 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Delphine Lamy, « La commune continue de veiller sur son école », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montmoreau », sur Infoterre, (consulté le )
  7. « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le )
  8. « Fiche communale de Chadurie », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  9. Sandre, « la Boëme »
  10. Sandre, « l'Arce »
  11. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  12. « SAGE Isle - Dronne », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  13. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le )
  14. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  20. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Chadurie », sur Géorisques (consulté le )
  21. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  22. a et b « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie 2017 – 2026 », sur draaf.nouvelle-aquitaine.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  23. « Arrêté portant classement de massifs forestiers et obligation de débroussaillement. », sur www.charente.gouv.fr, (consulté le )
  24. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  25. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  26. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Chadurie », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  27. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Risque transport de matières dangereuses.
  28. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 36,125
  29. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 58,197,282
  30. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 129.
  31. Georges Dottin, La langue gauloise, , 381 p. (lire en ligne)
  32. F. Maron, Chadurie au fil du temps, 1991.
  33. a et b Auguste-François Lièvre, Les chemins gaulois et romains entre la Loire et la Gironde, Niort, L.Clouzot, , 127 p. (présentation en ligne, lire en ligne), p. 83
  34. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  35. Jacques Duguet, Noms de lieux des Charentes, éd. Bonneton, , 232 p. (ISBN 2-86253-185-5, présentation en ligne), p. 209
  36. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 107
  37. Jean-Hippolyte Michon (préf. Bruno Sépulchre), Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache, (réimpr. 1980), 334 p. (lire en ligne), p. 193
  38. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 73
  39. Jacques Dassié, Archéologie aérienne. Patrimoine archéologique et touristique des Charentes, Joué-lès-Tours, éd. Alan Sutton, , 176 p. (ISBN 2-84253-607-X), p. 52-53
  40. Alcide Gauguié, La Charente communale illustrée, t. I (arrondissement d'Angoulême), Bruno Sépulchre (Paris, 1982), , 411 p., p. 227
  41. « La médiathèque devant les élus communautaires », Charente libre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. « Les élus votent les travaux de l'année », Charente libre,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  44. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  45. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  46. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  47. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Chadurie (16072) », (consulté le ).
  48. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  49. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  50. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le )
  51. a et b Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 95-96
  52. « Église de Chadurie », notice no PA00104270, base Mérimée, ministère français de la Culture
  53. « Logis de Puygâty », notice no PA00104271, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]