Courgeac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Courgeac
Courgeac
Église de Courgeac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Sebastien Claude François Piot
2020-2026
Code postal 16190
Code commune 16111
Démographie
Gentilé Courgeacois
Population
municipale
179 hab. (2018 en diminution de 12,25 % par rapport à 2013)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 23′ 42″ nord, 0° 05′ 08″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 177 m
Superficie 18,42 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Tude-et-Lavalette
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Courgeac
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Courgeac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Courgeac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Courgeac

Courgeac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Courgeacois et les Courgeacoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Le village vu depuis la D 24.

Courgeac est une commune du Sud Charente située 4 km à l'ouest de Montmoreau, le chef-lieu de son canton.

La commune est aussi située à 10 km au sud-est de Blanzac, 14 km au nord de Chalais, 21 km à l'est de Barbezieux et 29 km au sud d'Angoulême[2].

La route départementale 24 allant de Montmoreau à Barbezieux traverse la commune d'ouest en est et passe à 300 m au nord du bourg. La D 70 et la D 141 se croisent au bourg. La D 10, route de Montmoreau à Blanzac, Châteauneuf et Cognac passe en limite nord de commune près de Saint-Eutrope. La D 674, route d'Angoulême à Libourne, passe à Montmoreau[3].

La gare la plus proche est celle de Montmoreau, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte quelques petits hameaux comme, au nord, Bourné, son château et son ancienne abbaye, Chabreville et son château, le Dinet, et au sud du bourg, Valy, ainsi que de nombreuses fermes[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Courgeac
Nonac
Courgeac Montmoreau
Saint-Martial

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est située dans les coteaux calcaires du Bassin aquitain datant du Crétacé supérieur, comme toute la moitié sud du département de la Charente.

On trouve le Campanien, calcaire crayeux, sur une grande partie de la surface communale. Les sommets au nord, à l'ouest et au sud sont recouverts de dépôts du Tertiaire (Lutétien et Cuisien) composés de galets, sables et argiles, propices aux bois de châtaigniers[4],[5],[6].

Le territoire communal est vallonné et fait partie des coteaux du Montmorélien. Le point culminant est à une altitude de 177 m, situé au nord sur la route de Blanzac en limite avec Saint-Eutrope. Le point le plus bas est à 74 m, situé le long de la Gaveronne au sud-est. Le bourg est à 100 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est situé dans le bassin versant de la Dordogne. La Gaveronne, affluent de la Tude qui passe à Montmoreau et Chalais, traverse le sud de la commune d'ouest en est. Le ruisseau du Plain descend de Chabreville et passe à l'est du bourg, où il rejoint la Charmille qui descend du nord-ouest avant de se jeter dans la Gaveronne[3]. La Gaveronne était aussi orthographiée la Cavronne au début du XXe siècle[7].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Courgeac est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[8],[9]. La commune est en outre hors attraction des villes[10],[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes attestées sont Corgiaco au XIVe siècle[12], Gorgiaco[13].

L'origine du nom de Courgeac remonterait à un nom de personne Gorgius, gallo-romain dérivé d'un nom gaulois gorgo-, ou latin Curvius, auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Gorgius »[14],[15].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les ruisseaux faisaient autrefois mouvoir quelques moulins, disparus bien avant le XXe siècle[7].

Le territoire de Courgeac abritait l'abbaye du Bournet. Située dans un vallon au lieu-dit Château de Bourné, elle fut fondée en 1113 par Géraud de Salles et fut bénédictine puis cistercienne.

La paroisse de Courgeac faisait partie du diocèse d'Angoulême et de l'Angoumois. Elle dépendait de la seigneurie de Montmoreau.

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie-école de Courgeac.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 1983 En cours Michel Touzeau SE Retraité agricole
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 179 habitants[Note 2], en diminution de 12,25 % par rapport à 2013 (Charente : −0,48 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
725637677636696681685625615
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
602565555530538494419420423
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
413392349346316328319318302
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
249219205174175194197199204
2018 - - - - - - - -
179--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Courgeac en 2007 en pourcentage[20].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
1,0 
10,6 
75 à 89 ans
15,2 
10,6 
60 à 74 ans
13,3 
24,5 
45 à 59 ans
25,7 
18,1 
30 à 44 ans
10,5 
22,3 
15 à 29 ans
19,0 
13,8 
0 à 14 ans
15,2 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[21].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une petite partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Bons Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[22].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale, du XIIe siècle, est inscrite comme monument historique depuis 1925 (chœur et abside)[23].
  • Les vestiges de l'abbaye du Bournet se trouvent au nord de la commune, en direction de Nonac.
Château de Chabreville.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 19 juillet 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. Carte du BRGM sous Géoportail
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montmoreau », sur Infoterre, (consulté le 2 décembre 2011)
  7. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 148
  8. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  9. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  10. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 7 novembre 2020)
  12. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 194
  13. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 340
  14. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 220.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Evolution et structure de la population à Courgeac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  22. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le 7 novembre 2020)
  23. « Église de Courgeac », notice no PA00104346, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]