Deviat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Deviat
Deviat
La façade de l'église et la RD 74.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Tude-et-Lavalette
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Robert Borde
2014-2020
Code postal 16190
Code commune 16118
Démographie
Population
municipale
146 hab. (2016 en diminution de 9,32 % par rapport à 2011)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 07″ nord, 0° 00′ 35″ est
Altitude Min. 74 m
Max. 167 m
Superficie 8,42 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Deviat

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Deviat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Deviat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Deviat

Deviat est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Deviat est une commune du Sud-Charente située à 7 km au sud de Blanzac.

Deviat est aussi situé à 10 km de Montmoreau, 11 km de Brossac, 14 km de Barbezieux, 16 km de Chalais, 21 km d'Aubeterre-sur-Dronne et 28 km d'Angoulême[1].

La route départementale 7 traverse le bourg, qui va de Brossac à Roullet-Saint-Estèphe et Hiersac par Blanzac et va en direction d'Angoulême. La D 24, route de Montmoreau à Barbezieux, limite la commune au sud. La D 21 va en direction d'Aubeterre. La D 74 et la D 128, routes de moindre importance, traversent aussi le bourg d'est en ouest[2].

La gare la plus proche est celle de Montmoreau, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune comporte quelques fermes et hameaux, comme les Morlières au nord, le Champ de Foire au sud du bourg, chez Papillaud à l'ouest, ou Villeneuve au sud le long de la D 21. Le château de la Faye est situé à l'est du bourg[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Deviat
Coteaux-du-Blanzacais
Bessac Deviat Nonac
Poullignac Saint-Martial

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est située dans les coteaux calcaires du Bassin aquitain datant du Crétacé supérieur, comme toute la moitié sud du département de la Charente.

On trouve le Campanien, calcaire crayeux, sur toute la moitié nord de la commune. La moitié sud est recouverte de dépôts du Tertiaire (Lutétien) composés de galets, sables et argiles, propices aux bois de châtaigniers, altérés lors des glaciations du Quaternaire[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est assez vallonné. Il consiste en un plateau et des collines assez hautes, surtout localisées dans le sud, entourées par des vallées qui confluent au nord. Le point le plus bas (74 m) est situé au nord-est, près de l'Arce. Le point le plus haut (167 m) est situé au sud de la commune, à Villeneuve, sur la D 21, en limite avec la commune de Saint-Martial.

La commune de Deviat est assez boisée, avec le bois de la Faye entourant le château de la Faye[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Arce, aussi orthographiée Herse au début du XXe siècle[6], affluent du et sous-affluent de la Charente passe à l'extrémité nord-est de la commune. Le Margerac, affluent de l'Arce, arrose l'ouest de la commune. Le sud-est de la commune comprend de nombreux étangs disséminés dans le bois de la Faye, dont l'étang de Jallevert et l'étang de la Faye duquel s'écoule un ruisseau qui passe au nord-est du bourg et se jette dans le Margerac. Au sud-ouest, un autre affluent s'écoule de l'étang Jeannot.

La commune compte aussi quelques sources dont la Grande Fontaine (source captée)[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Deviaco (non datée)[7]. La commune s'appelait Deviac en 1793[8].

L'origine du nom de Deviat remonterait à un nom de personne gallo-roman Devius, dérivé de devo-, terme de nom propre gaulois, auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Devius »[9],[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les foires de Deviat ont été établies en 1598 par Jacques Goulard, baron de Touvérac et seigneur de la Faye, par lettres patentes du roi Henri IV. Au début elles se tenaient le 6 mai, 24 juin, 29 août et 27 décembre, puis se sont tenues jusqu'au XXe siècle le troisième vendredi de chaque mois[10].

Le château de la Faye était le siège d'une importante seigneurie qui appartenait à la famille de La Touche. Vers 1585, Jacques Goulard, seigneur de Touvérac, épousa Françoise de La Touche et devint ainsi seigneur de la Faye. Puis la seigneurie passa aux mains de la famille de Saint-Simon, qui la conserva jusqu'à la Révolution.

Villeneuve était autrefois une paroisse et le siège d'une seigneurie qui appartenait au XVIe siècle à Claude Jousset, écuyer.

La commune, créée en 1793, a été brièvement un chef-lieu de canton avant d'être rattachée à celui de Montmoreau en 1801[8].

Au début du XXe siècle, Deviat avait encore une laiterie située au Champ de Foire et dépendant de la laiterie Lescure, à Claix.

À cette même époque étaient organisées des rencontres de pêche à l'étang de la Faye, qui avaient lieu tous les cinq ans et attiraient de nombreux étrangers[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Deviat Mairie 2012.JPG
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1989 2008 Étienne Thomas    
2008 En cours Robert Borde SE Commerçant retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2016, la commune comptait 146 habitants[Note 1], en diminution de 9,32 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
371209398472474420445444414
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
410408355356372350334309309
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
302326282309305325292267238
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
257230180156158164165166149
2016 - - - - - - - -
146--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Deviat en 2007 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
6,0 
75 à 89 ans
8,4 
21,7 
60 à 74 ans
21,7 
25,3 
45 à 59 ans
21,7 
25,3 
30 à 44 ans
15,7 
7,2 
15 à 29 ans
14,5 
14,5 
0 à 14 ans
18,1 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[16].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est située dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[17].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école était en 2012 un RPI entre Deviat et Nonac. Deviat accueillait l'école élémentaire et Nonac l'école primaire[18]. Ces deux écoles ont respectivement fermé en juillet 2015 et en juillet 2016.

Le secteur des écoles[19] comme celui du collège est Montmoreau-Saint-Cybard[18].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Château de la Faye (Charente).
  • L'église paroissiale est de style néo-roman, du XVIIIe siècle, au clocher pointu couvert d'ardoises. Elle présente, quatre vitraux dédiés aux soldats de la paroisse tués pendant la Première Guerre mondiale. L'intérieur a été totalement rénové en 2014.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montmoreau », sur Infoterre, (consulté le 2 décembre 2011)
  6. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 245.
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 408
  8. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  10. [PDF] Gustave Babinet de Rencogne, Inauguration d'une foire en Angoumois sous Henri IV, A. Nadaud, , 20 p. (lire en ligne)
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 151
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  15. « Evolution et structure de la population à Deviat en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 31 juillet 2010)
  17. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  18. a et b Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 12 juillet 2012)
  19. « Tude et Dronne, les écoles », sur www.tude-et-dronne.fr (consulté le 27 août 2016)
  20. « Château de la Faye », notice no PA00104584, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]