Bessac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bessac
Bessac
Le bourg de Bessac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Jean-Claude Chevalier
2020-2026
Code postal 16250
Code commune 16041
Démographie
Population
municipale
113 hab. (2020 en diminution de 3,42 % par rapport à 2014)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 51″ nord, 0° 01′ 05″ ouest
Altitude Min. 62 m
Max. 162 m
Superficie 10,55 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Tude-et-Lavalette
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bessac
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bessac
Géolocalisation sur la carte : Charente
Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Bessac
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Bessac

Bessac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Bessac est une petite commune du canton de Blanzac, située à 6 km au sud-ouest de Blanzac et à 28 km au sud d'Angoulême.

Située à l'extrémité sud-ouest du canton, elle est aussi à 11 km de Barbezieux et de Brossac, et 12 km de Montmoreau-Saint-Cybard[1].

La commune est à l'écart des grandes routes. La route la plus importante, la D 24 de Barbezieux à Montmoreau limite la commune au sud et passe à 1 km du bourg. La D 46, au nord, va de Reignac à Saint-Aulais-la-Chapelle. La D 58 et la D 74 traversent la commune d'est en ouest et vont vers Barbezieux. La D 130, nord-sud, venant de Poullignac, limite la commune à l'ouest. La D 7, à l'est de la commune, va vers le nord à Blanzac et Angoulême[2].

La gare la plus proche est celle de Montmoreau, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

La commune se situe à proximité du parc naturel régional Périgord Limousin.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg a la particularité de n'être qu'une mairie située à un petit carrefour où est aussi située l'église.

Paysage au lieu-dit le Menot.

La commune compte de nombreux hameaux : le Maine Blanc, les Trois Maines, les Voûtes, et de nombreuses fermes disséminées[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est dans le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux et marneux, qui occupe une grande partie du Sud Charente. Les sommets et crêtes au sud et à l'ouest de la commune sont occupés par des dépôts du Tertiaire, consistant en sable kaolinique, argile blanche ou brune et galets. Ces terrains, plus pauvres, sont boisés[3],[4],[5].

Le territoire communal a un relief assez vallonné. La vallée de l'Arce traverse l'est et les hauteurs se regroupent à l'ouest et au sud. Le point culminant de la commune est à une altitude de 162 m, situé à l'extrémité sud-ouest (borne IGN, près de l'ancien moulin à vent du Canton du Treuil). Le point le plus bas est à 62 m, situé le long de l'Arce en limite nord. Le Bourg est à 96 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Réseau hydrographique[modifier | modifier le code]

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Bessac.

La commune est située dans le bassin versant de la Charente au sein du Bassin Adour-Garonne[6]. Elle est drainée par l'Arce, le Margerac, le ruisseau des Aunais et par divers petits cours d'eau, qui constituent un réseau hydrographique de 9 km de longueur totale[7],[Carte 1].

L'Arce traverse la commune sur sa bordure orientale et coule du sud-est au nord. D'une longueur totale de 4 km, il prend sa source dans la commune de Chadurie et se jette dans le à Val des Vignes, après avoir traversé 9 communes[8].

Le Margerac, ruisseau naissant au sud de la commune et alimenté en partie par la fontaine de l'Ebaupin, limite la commune au sud-est et se jette dans l'Arce sur sa rive gauche, où se jette aussi sur sa rive droite le ruisseau des Aunais descendant de Cressac-Saint-Genis[2].

Gestion des cours d'eau[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Charente ». Ce document de planification, dont le territoire correspond au bassin de la Charente, d'une superficie de 9 300 km2, a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est l'établissement public territorial de bassin Charente[9]. Il définit sur son territoire les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection quantitative et qualitative des ressources en eau superficielle et souterraine, en respect des objectifs de qualité définis dans le troisième SDAGE du Bassin Adour-Garonne[6] qui couvre la période 2022-2027, approuvé le [10].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bessac est une commune rurale[Note 1],[11]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[12],[13]. La commune est en outre hors attraction des villes[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (57,5 %), zones agricoles hétérogènes (16,4 %), forêts (14,2 %), cultures permanentes (6,4 %), prairies (5,5 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 2].

Risques majeurs[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune de Bessac est vulnérable à différents aléas naturels : météorologiques (tempête, orage, neige, grand froid, canicule ou sécheresse), feux de forêts et séisme (sismicité faible)[17]. Un site publié par le BRGM permet d'évaluer simplement et rapidement les risques d'un bien localisé soit par son adresse soit par le numéro de sa parcelle[18].

Bessac est exposée au risque de feu de forêt du fait de la présence sur son territoire du bois de l'Homme mort et château de la Faye. Un plan départemental de protection des forêts contre les incendies (PDPFCI) a été élaboré pour la période 2017-2026, faisant suite à un plan 2007-2016[19]. Les mesures individuelles de prévention contre les incendies sont précisées par divers arrêtés préfectoraux et s’appliquent dans les zones exposées aux incendies de forêt et à moins de 200 mètres de celles-ci. L’arrêté du règlemente l'emploi du feu en interdisant notamment d’apporter du feu, de fumer et de jeter des mégots de cigarette dans les espaces sensibles et sur les voies qui les traversent sous peine de sanctions. L'arrêté du rend le débroussaillement obligatoire, incombant au propriétaire ou ayant droit[Note 2],[19],[20],[21].

Carte des zones d'aléa retrait-gonflement des sols argileux de Bessac.

Le retrait-gonflement des sols argileux est susceptible d'engendrer des dommages importants aux bâtiments en cas d’alternance de périodes de sécheresse et de pluie. 80,1 % de la superficie communale est en aléa moyen ou fort (67,4 % au niveau départemental et 48,5 % au niveau national). Sur les 93 bâtiments dénombrés sur la commune en 2019, 70 sont en en aléa moyen ou fort, soit 75 %, à comparer aux 81 % au niveau départemental et 54 % au niveau national. Une cartographie de l'exposition du territoire national au retrait gonflement des sols argileux est disponible sur le site du BRGM[22],[Carte 3].

Par ailleurs, afin de mieux appréhender le risque d’affaissement de terrain, l'inventaire national des cavités souterraines permet de localiser celles situées sur la commune[23].

La commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par les inondations et coulées de boue survenues en 1982, 1983, 1999 et 2009. Concernant les mouvements de terrains, la commune a été reconnue en état de catastrophe naturelle au titre des dommages causés par des mouvements de terrain en 1999[17].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Becciaco en 1400[24], Bessiaco (non daté)[25].

Comme Bessé au nord du département, l'origine du nom de Bessac remonterait à un personnage gallo-romain Bessius (ou Bettius, ou Beccius) auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait au « domaine de Bessius »[26].

Histoire[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Bessac.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1988 ? Alain Boisliveau    
depuis 1992 En cours Jean-Claude Chevalier SE Arboriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2020, la commune comptait 113 habitants[Note 3], en diminution de 3,42 % par rapport à 2014 (Charente : −0,6 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
529523466534441509500523502
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
456391404378362379310313307
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
310316261264260250256236213
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017
189152147139131128127123107
2020 - - - - - - - -
113--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 14,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (30,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 52,4 % la même année, alors qu'il est de 32,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 55 hommes pour 54 femmes, soit un taux de 50,46 % d'hommes, largement supérieur au taux départemental (48,41 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[31]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ou +
1,9 
20,4 
75-89 ans
24,5 
25,9 
60-74 ans
32,1 
14,8 
45-59 ans
20,8 
22,2 
30-44 ans
7,5 
7,4 
15-29 ans
5,7 
9,3 
0-14 ans
7,5 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2018 en pourcentage[32]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,5 
8,9 
75-89 ans
11,8 
20 
60-74 ans
20,3 
21 
45-59 ans
20,8 
16,9 
30-44 ans
16,2 
15,6 
15-29 ans
13,7 
16,6 
0-14 ans
14,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignoble près du bourg.

L'activité agricole sur la commune concerne la polyculture, la viticulture et la production animale.

Appellations d'origine contrôlée[modifier | modifier le code]

La commune de Bessac est située sur le territoire des appellations d'origine contrôlée (AOC) pour le beurre Charentes-Poitou, le pineau des Charentes blanc, rosé et rouge, les eaux-de-vie cognac Fins Bois, et l'Esprit de Cognac[33],[34].

Indications géographiques protégées[modifier | modifier le code]

Bessac se trouve aussi dans le périmètre des indications géographiques protégées (IGP) pour le veau du Limousin, l'agneau de Poitou-Charentes, le porc du Limousin, le jambon de Bayonne, ainsi que les vins de pays charentais blanc, rosé et rouge[33].

Polyculture (maïs, blé et tournesol) en été.

Commerces et artisans[modifier | modifier le code]

Les secteurs d'activité représentés sur la commune concernent aussi l'immobilier et la fabrication de meubles.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale fortifiée Saint-Jean-Baptiste date initialement du XIe siècle. L'origine de la cure est inconnue. L'édifice a été plusieurs fois remanié au cours de son histoire. Le clocher effondré en 1765 fut reconstruit avec des dimensions plus petites. La voûte du chœur en croisée d'ogives a été refaite en briques en 1891. La façade, simple et coiffée d'un fronton triangulaire, est entourée de restes d'échauguettes[35].
  • Le moulin à vent de la Paille date de 1791 et il est l'un des mieux conservés de la Charente. Il était utilisé comme moulin à farine[36]. Propriété privée, il est inscrit monument historique depuis le 12 décembre 2002[37]. Le maître de l’œuvre est Pierre Glemet.

Catastrophes naturelles et risques de la commune[modifier | modifier le code]

Le risque sismique sur la commune de Bessac est faible.

Les risques naturels répertoriés sont les feux de forêt.

Les catastrophes naturelles passées à Bessac sont les inondations et coulées de boue en décembre 1982, décembre 1999 et mai 2009[38].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Le débroussaillement s'applique notamment aux abords de constructions, chantiers, travaux ou installations sur une largeur de 50 mètres (selon un principe du droit des assurances, tout propriétaire est tenu d’assurer la protection de ses biens), et de 7 mètres minimum de part et d’autre des voies privées y donnant accès.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Bessac » sur Géoportail (consulté le 20 juin 2022).
  2. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  3. « Cartographie interactive de l'exposition des sols au retrait-gonflement des argiles », sur infoterre.brgm.fr (consulté le )

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Barbezieux », sur Infoterre, (consulté le )
  6. a et b « Cartographie du bassin Adour-Garonne. », sur adour-garonne.eaufrance.fr (consulté le ).
  7. « Fiche communale de Bessac », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Poitou-Charente-Limousin (consulté le )
  8. Sandre, « l'Arce »
  9. « SAGE Charente », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  10. « Caractéristiques du SDAGE Adour-Garonne 2022-2027 », sur https://www.occitanie.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. a et b « Les risques près de chez moi - commune de Bessac », sur Géorisques (consulté le )
  18. BRGM, « Évaluez simplement et rapidement les risques de votre bien », sur Géorisques (consulté le )
  19. a et b « Plan départemental de protection des forêts contre l’incendie 2017 – 2026 », sur draaf.nouvelle-aquitaine.agriculture.gouv.fr (consulté le )
  20. « Arrêté portant classement de massifs forestiers et obligation de débroussaillement. », sur www.charente.gouv.fr, (consulté le )
  21. « Dossier départemental des risques majeurs de la Charente », sur www.charente.gouv.fr (consulté le ), chapitre Feux de forêts.
  22. « Retrait-gonflement des argiles », sur le site de l'observatoire national des risques naturels (consulté le )
  23. « Liste des cavités souterraines localisées sur la commune de Bessac », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le )
  24. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 201
  25. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 395
  26. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 77.
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  31. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Bessac (16041) », (consulté le ).
  32. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Charente (16) », (consulté le ).
  33. a et b IGP/AOC par commune sur le site de l'INAO, consulté le 29 novembre 2013.
  34. « Décret n° 2009-1146 relatif à l'AOC Cognac », sur legifrance, (consulté le )
  35. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 70-71
  36. http://www.annuaire-mairie.fr/monument-historique-bessac.html
  37. « Le moulin de la Paille », notice no PA16000022, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. Bessac, sur l'annuaire des mairies

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]