Orival (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Orival.

Orival
Orival (Charente)
Le village vu du sud.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Tude-et-Lavalette
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Prith Appasawmy
2014-2020
Code postal 16210
Code commune 16252
Démographie
Population
municipale
153 hab. (2016 en diminution de 1,29 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 40″ nord, 0° 04′ 21″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 154 m
Superficie 5,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Orival

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Orival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orival

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orival

Orival est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le sud du département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Commune très vallonnée du Sud-Charente, Orival est située 3 km à l'est de Chalais et 42 km au sud d'Angoulême, non loin du département de la Dordogne.

Orival est aussi 8 km à l'est d'Aubeterre, 14 km au sud de Montmoreau, 10 km au nord-ouest de Saint-Aulaye. Libourne est à 47 km, Périgueux à 52 km et Bordeaux à 70 km[1].

La route principale est la D 2, de Chalais à Aubeterre, qui passe 0,7 km au sud du bourg[2].

La ligne Paris-Bordeaux borde la commune à l'ouest, et la gare la plus proche est celle de Chalais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune compte des fermes et petits hameaux comme chez Pinaud et chez Laurent au nord, Morthoumé, Château Roy, le Petit Maine et le Mas à l'ouest, le Grand Chizet et Touzinat au sud, Puy Gouffier au nord-est, etc. Le bourg n'est pas plus gros qu'un de ces hameaux[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Orival
Montboyer Courlac
Chalais Orival Rouffiac
Saint-Quentin-de-Chalais

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La commune est occupée par le Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux qui occupe une grande partie du Sud Charente. La vallée de la Tude est occupée par des alluvions récente du Quaternaire[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune occupe le versant oriental de la vallée de la Tude. Le relief y est assez prononcé car de nombreuses combes y descendent d'est en ouest depuis la crête.

Le point culminant de la commune est à une altitude de 154 m, situé sur la limite orientale en haut de Beaumont. Le point le plus bas est à 45 m, situé le long de la Tude en limite ouest. Le bourg, construit sur un épaulement à mi-pente, est à 100 m d'altitude[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée à l'ouest par la rivière la Tude qui se jette dans la Dronne, elle-même affluent de l'Isle et sous-affluent de la Dordogne.

Le Guinelier, petit ruisseau affluent de la Tude, limite la commune au nord.

La commune possède quelques fontaines, comme la Font Grand près de la Tude, la Font Vignière, et des sources au pied des collines[2].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est Aurivalle au XIIIe siècle[6].

L'origine du nom d'Orival remonte au latin aurea vallis qui signifie « vallée d'or »[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Château Roy était une seigneurie d'où est originaire la famille Martin de Chateauroy. Jacques Martin était seigneur de Châteauroy en 1600[8].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1990 mars 2008 Jean-Paul Letard    
mars 2008 décembre 2011 Christine Duval    
janvier 2012 2014 Daniel Dumas    
mars 2014 En cours Prith Appasawmy    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 153 habitants[Note 1], en diminution de 1,29 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
389341335350350358353353371
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
345319322301293290269258238
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
251232215214222204183174129
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 -
123143173177153160155153-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, Orival comptait 155 habitants (soit une stagnation par rapport à 1999). La commune occupait le 29 537e rang au niveau national, alors qu'elle était au 28 757e en 1999, et le 343e au niveau départemental sur 404 communes.

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Orival en 2007 en pourcentage[13].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
6,0 
75 à 89 ans
6,6 
25,0 
60 à 74 ans
21,1 
25,0 
45 à 59 ans
34,2 
16,7 
30 à 44 ans
15,8 
9,5 
15 à 29 ans
10,5 
17,9 
0 à 14 ans
11,8 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[14].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Orival ne possède pas d'école. Le secteur scolaire est Chalais.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Adorateur est romane et date du XIIe siècle, avec son abside en cul de four, son portail XIXe siècle, ses fonts baptismaux octogonaux.

L'église d'Orival

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a b c et d Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ribérac », sur Infoterre, (ISBN 2-7159-1757-0, consulté le 30 décembre 2011)
  6. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 128
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 511.
  8. Jean-Marie Ouvrard, « Martin de Chateauroy », (consulté le 27 février 2015)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Evolution et structure de la population à Orival en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  14. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]