Souffrignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Souffrignac
Souffrignac
Attenante au cimetière, l'église de Souffrignac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Val de Tardoire
Intercommunalité Communauté de communes Seuil Charente-Périgord
Maire
Mandat
Violette Fioleau
2014-2020
Code postal 16380
Code commune 16372
Démographie
Gentilé Souffrignacois
Population
municipale
141 hab. (2015 en diminution de 2,76 % par rapport à 2010)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 35′ 36″ nord, 0° 30′ 19″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 178[1] m
Superficie 9,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Souffrignac

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Souffrignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Souffrignac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Souffrignac

Souffrignac est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente, en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants se nomment les Souffrignacois et les Souffrignacoises[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Souffrignac est une commune de l'est du département de la Charente limitrophe avec celui de la Dordogne, située à 28 km au sud-est d'Angoulême et 14 km au nord-ouest de Nontron, dans la vallée du Bandiat.

Le bourg de Souffrignac est aussi situé à vol d'oiseau 5 km à l'est de Marthon et 9 km au sud de Montbron, chef-lieu de son canton[3].

La commune est desservie par la route départementale 4 d'Angoulême à Nontron qui longe la vallée du Bandiat et par la route départementale 65 qui traverse le bourg et relie la commune à Montbron[4].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Le bourg est minuscule, et la commune compte des hameaux plus importants que lui : la Grauge juste au sud, la Grande Forêt, Pouvrière, le Maine Mathely, le Maine Santy, les Planes au sud, les Balloteries et Biée au nord sur la rive droite du Bandiat[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Souffrignac
Varaignes
(Dordogne)
Feuillade Souffrignac
Mainzac Javerlhac-et-la-Chapelle-Saint-Robert
(Dordogne)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le terrain communal est calcaire et date du Jurassique moyen (Bajocien au nord, à Callovien au sud-ouest). Les plateaux entourant la vallée du Bandiat sont recouverts localement par des colluvions, sables argileux datant du Tertiaire, tandis que le fond est occupé par des alluvions (sable et galets) datant du Quaternaire (Pléistocène)[5],[6],[7].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Une grande partie sud de la commune est occupée par un plateau d'une altitude moyenne de 150 m. Une vallée sèche le traverse et descend vers l'ouest : le Fond des Toulenches. Puis en remontant vers le nord, on trouve la vallée du Bandiat, assez large et peu pentue, qui coupe la commune d'est en ouest. Le relief s'élève sur la partie septentrionale de la commune.

Le point culminant est à une altitude de 178 m, situé sur la limite nord à l'est de la route départementale 65. Le point le plus bas est à 106 m, situé en limite ouest, là où le Bandiat quitte le territoire communal pour entrer sur celui de Feuillade. Le bourg, dominant la vallée du Bandiat sur sa rive gauche, est à 140 m d'altitude[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le barrage de retenue du moulin de Biée sur le Bandiat.

Traversant la commune d'est en ouest, la rivière le Bandiat, affluent de la Tardoire et sous-affluent de la Charente, qui passe aussi à Nontron, passe au pied du bourg de Souffrignac.

Dû à la nature karstique du sol, aucun autre cours d'eau ne traverse le territoire communal[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Soffrinhaco, Soffrinhac, Sofrinhacum en 1321, Choffrignaco[8].

L'origine du nom de Souffrignac remonterait à un nom de personne gallo-romain Sufferinius ou Sophronius auquel est apposé le suffixe -acum, ce qui correspondrait à Sufferiniacum, « domaine de Sufferinius »[9],[10].

Sur la carte de Cassini représentant la France entre 1756 et 1789, le village est identifié sous le nom de Souffraignac[11].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[12]. Elle se nomme Sofrinhac en occitan[13].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge et sous l'Ancien Régime, la paroisse de Souffrignac dépendait de La Chapelle-Saint-Robert, dont les seigneurs prenaient souvent le titre de seigneurs de Souffrignac. Comme une grande partie de Feuillade, elle appartenait à la province du Périgord, et lors de la constitution du département de la Charente à la Révolution, sa population émit des protestations.

Minerai de fer à même un champ labouré, près de la Grauge

Souffrignac et les communes alentour ont longtemps approvisionné en fer des forges locales, puis la fonderie de Ruelle avant l'arrivée du chemin de fer et du minerai lorrain, plus riche, pour faire des canons destinés à la Marine.

Article connexe : Fonderie de Ruelle.

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée dans la commune par deux usines relativement importantes : une scierie mécanique, à Biée, et une fabrique de limes, à Labétour, qui fabriquait principalement les grosses limes utilisées par la fonderie de Ruelle.

Pendant la première moitié du XXe siècle, la voie ferrée d'Angoulême à Nontron et Thiviers passait au pied du bourg, et la gare la plus proche était à Varaignes[14].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1972 René Lacotte - -
1972 mars 2008 Aimé Fauchier - -
mars 2008 en cours Violette Fioleau SE Sans profession

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2015, la commune comptait 141 habitants[Note 1], en diminution de 2,76 % par rapport à 2010 (Charente : +0,58 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
343327347366391384393367379
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
343375339341376321304288260
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
272277276269247261232216212
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015 -
182141148130157130156141-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,8 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,2 %, 15 à 29 ans = 7,6 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 27,3 %, plus de 60 ans = 27,3 %) ;
  • 49,2 % de femmes (0 à 14 ans = 14,1 %, 15 à 29 ans = 9,4 %, 30 à 44 ans = 18,8 %, 45 à 59 ans = 23,4 %, plus de 60 ans = 34,4 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (30,8 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,8 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Souffrignac en 2007 en pourcentage[19]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
1,6 
6,1 
75 à 89 ans
15,6 
21,2 
60 à 74 ans
17,2 
27,3 
45 à 59 ans
23,4 
22,7 
30 à 44 ans
18,8 
7,6 
15 à 29 ans
9,4 
15,2 
0 à 14 ans
14,1 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[20]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les Jardins du Bandiat[modifier | modifier le code]

Les Jardins du Bandiat, au centre du bourg

En 1998, l'association CIDIL (Carrefour pour l'Insertion et le Développement des Initiatives Locales) crée son chantier d'insertion les Jardins du Bandiat avec le soutien de la communauté de communes.

Les salariés en contrat produisent, transforment et vendent des légumes biologiques. Ils aménagent et entretiennent le site et restaurent des outils anciens[21]. La visite est gratuite, des dégustations sont organisées sur place, avec vente de légumes et produits (confitures, ail d'ours...), et déplacements sur certains marchés en été (Montbron, Montembœuf...)[22].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Souffrignac sur le site de l'Institut géographique national (archive)
  2. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 13 juillet 2015)
  3. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  4. a, b, c et d Carte IGN sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. Carte du BRGM sous Géoportail
  7. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montbron », sur Infoterre, (consulté le 12 novembre 2011)
  8. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 166-174, 180, 183, 186, 195, 282
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 662.
  10. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  11. Carte de Cassini sous Géoportail
  12. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  13. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 13 juillet 2015)
  14. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 380
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  19. « Évolution et structure de la population à Souffrignac en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 3 août 2010)
  21. Plaquette d'information des Jardins du Bandiat
  22. CIDIL, « Site des Jardins du Bandiat », (consulté le 19 décembre 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]