Vaux-Lavalette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaux.

Vaux-Lavalette
Vaux-Lavalette
Mairie de Vaux-Lavalette.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Tude-et-Lavalette
Intercommunalité Communauté de communes Lavalette Tude Dronne
Maire
Mandat
Gilbert Parnaudeau
2014-2020
Code postal 16320
Code commune 16394
Démographie
Population
municipale
99 hab. (2016 en augmentation de 3,13 % par rapport à 2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 18″ nord, 0° 14′ 04″ est
Altitude Min. 72 m
Max. 188 m
Superficie 6,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Vaux-Lavalette

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Vaux-Lavalette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-Lavalette

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-Lavalette

Vaux-Lavalette (Vau en occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Vue des collines vers le sud-ouest, près de la D 143, direction Gurat

Vaux-Lavalette est une commune du Sud Charente, du pays de Lavalette, limitrophe du département de la Dordogne, située à 8 km au sud-ouest de Villebois-Lavalette et 26 km au sud d'Angoulême.

Le bourg de Vaux-Lavalette est aussi à 8 km au nord-est de Montmoreau, 13 km au nord-ouest de Verteillac en Dordogne, 18 km au nord d'Aubeterre, et 21 km de Ribérac[1].

La commune est traversée par la D 17 et la D 19, routes nord-sud qui passent sur les côtés de la commune, la D 17 dans la vallée de la Lizonne à l'est et la D 19 sur la crête séparant la Lizonne de la Tude à l'ouest. Le bourg est desservi par une route transversale, la D 143[2].

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat est très dispersé en fermes. Le bourg n'est qu'un hameau.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Vaux-Lavalette est limitrophe de quatre autres communes, dont une dans le département de la Dordogne.

Communes limitrophes de Vaux-Lavalette
Gurat
Montmoreau Vaux-Lavalette Vendoire
(Dordogne)
Salles-Lavalette

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement, la commune est située dans les coteaux calcaires du Bassin aquitain datant du Crétacé supérieur. On trouve le Campanien, calcaire crayeux, sur toute la surface communale. La crête à l'extrême ouest de la commune est recouverte de dépôts du Tertiaire (Lutétien et Cuisien) composés de galets, sables et argiles, propice aux bois de châtaigniers.

La vallée de la Lizonne, à l'est, est occupée par des alluvions récentes du Quaternaire composées de sable et tourbe[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief est assez prononcé entre le bas de la commune situé à l'est dans la vallée de la Lizonne (72 m), et le sommet situé sur la crête à l'ouest, 188 m, occupé par un point géodésique IGN et un réservoir d'eau. Le bourg est situé sur une crête secondaire reliant la vallée de la Lizonne à la crête principale à l'ouest.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Vaux-Lavalette est située sur la rive droite de la Lizonne; elle est de forme allongée d'ouest en est, assez petite en surface et entourant une petite vallée affluent de la Lizonne de sa source à son confluent: le Rivallis, qui se jette face aux tourbières de Vendoire.

Le bassin hydrographique est celui de la Dordogne ou Gironde.

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté par la forme ancienne latinisée de Vallibus vers 1300[6],[Note 1].

Le nom de Vaux a pour origine valles, mot latin féminin signifiant « les vallons »[Note 2]. Le masculin est plus tardif[7].

La paroisse puis commune est orthographiée Vaux sur les cartes de Cassini (XVIIIe siècle) et d'État-Major (XIXe siècle)[2].

Créée Vaux en 1793 à partir du nom de la paroisse, la commune s'est appelée Vaux-Lavalette vers la fin du XIXe siècle, probablement pour la distinguer de Vaux près de Rouillac.

Le nom Lavalette provient de Villebois-Lavalette, chef-lieu de son canton, c'est-à-dire du duché de La Valette datant de 1622, du nom de Jean-Louis Nogaret de La Valette, duc d'Épernon, gouverneur de l'Angoumois et seigneur de Villebois[Note 3].

Limite dialectale[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est proche du limousin. Elle marque la limite avec la langue d'oïl à l'ouest[8]. Elle se nomme Vau en occitan[9].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, l'église était rattachée au diocèse de Périgueux. La paroisse était à la limite de l'Angoumois et du Périgord, et même de la Saintonge en 1650[10],[Note 4].

Au tout début du XXe siècle, l'industrie était représentée par une petite centrale électrique à la Barde[11].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
depuis 2001 En cours Gilbert Parnaudeau SE Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2016, la commune comptait 99 habitants[Note 5], en augmentation de 3,13 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
322466289313333296298272287
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
280260253255256216201215200
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
211207220192171174164152151
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
131961011069090999999
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 7,8 %, 15 à 29 ans = 19,6 %, 30 à 44 ans = 17,6 %, 45 à 59 ans = 25,5 %, plus de 60 ans = 29,4 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 10,4 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 8,3 %, 45 à 59 ans = 31,2 %, plus de 60 ans = 33,3 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (31,3 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,5 % au niveau départemental).

Pyramide des âges à Vaux-Lavalette en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90 ans ou +
0,0 
5,9 
75 à 89 ans
10,4 
23,5 
60 à 74 ans
22,9 
25,5 
45 à 59 ans
31,2 
17,6 
30 à 44 ans
8,3 
19,6 
15 à 29 ans
16,7 
7,8 
0 à 14 ans
10,4 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une petite partie de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[18].

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Vaux-Rouillac a la même forme ancienne dans le livre des fiefs.
  2. Dont dérive valls, en occitan valls.
  3. Voir aussi Magnac-Lavalette-Villars et Salles-Lavalette.
  4. Montmoreau et Aubeterre étaient en Saintonge en 1650.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a et b Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Montmoreau », sur Infoterre, (consulté le 2 décembre 2011)
  6. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 201
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 694.
  8. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  9. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 1er août 2015)
  10. Carte de la Guyenne, Angoumois, Saintonge, Limousin... en 1650
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 395
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. « Évolution et structure de la population à Vaux-Lavalette en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2010)
  17. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 5 août 2010)
  18. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]