Forêt de Dirac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Forêt de Dirac
Image illustrative de l’article Forêt de Dirac
Vieux chêne au Pouyaud à Dirac
Localisation
Position Dirac, Dignac,
15 km sud-est d'Angoulême
Coordonnées 45° 35′ 30″ nord, 0° 16′ 00″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Département Charente
Géographie
Superficie environ 1 500 ha
Longueur 6 km
Largeur 3 km
Altitude
 · Maximale
 · Minimale
160 m
183 m
100 m
Compléments
Statut Forêt privée française
Géolocalisation sur la carte : Charente
(Voir situation sur carte : Charente)
Forêt de Dirac
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Forêt de Dirac

La forêt de Dirac est un vaste massif boisé de la Charente, en France, située au sud-est d'Angoulême.

Géographie[modifier | modifier le code]

Elle est située à 15 km sud-est d'Angoulême et couvre principalement la commune de Dirac, mais aussi quelques petites parties des communes de Dignac, Garat, Torsac, Sers [2].

La forêt recouvre un vaste plateau entre les vallées de l'Anguienne au nord-ouest, les Eaux-Claires au sud-ouest, et l'Échelle à l'est. Elle est prolongée par la forêt d'Horte à l'est de cette vallée et au sud-est de Dignac. Elle fait environ 6 km de long sur 3 km de large, mais est entrecoupée de vastes clairières dont le village de Dirac, ce qui représente une surface entre 1 000 ha et 2 000 ha.

Ce plateau est à une altitude d'environ 160 mètres. Le point culminant est de 183 m situé à proximité de Dignac. Le pied de la forêt est à environ 100 mètres d'altitude.

La forêt est coupée en son centre par la route d'Angoulême à Périgueux (D.939, ancienne N.139), la D.104 Sers-Dirac-Puymoyen, et la D.101 Torsac-Dirac.

La forêt marque aussi la limite entre langue d'oïl à l'ouest (Dirac, Torsac et Garat), et occitan à l'est (Sers et Dignac) [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La forêt de Dirac faisait partie avant le XIIe siècle de la grande forêt de Gros Bosc (d'où le nom de l'abbaye qui porte encore ce nom) qui a été fractionnée par les défrichements entre la forêt de la Braconne, la forêt de Bois Blanc et la forêt d'Horte[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

La forêt constitue le parement végétal d'une vaste plaque détritique miopliocène qui recouvre un substratum calcaire crétacé[5],[6].

À une période tertiaire mal précisée paléontologiquement, des sables argileux à galets en provenance du Massif central, se sont accumulés sur les terrains sédimentaires avoisinants. Les buttes crétacées les plus élevées portent les vestiges de ces « graviers à plateaux » sur lesquels se développent des forêts et des landes ou brandes à végétation silicole[7]

Le calcaire laisse place progressivement à ce sol formé de sable, d'argile et de galets au-dessus d'environ 150 m d'altitude, et la végétation change totalement.

Végétation[modifier | modifier le code]

Taillis et taillis sous futaie, avec une composition variant avec l'altitude, donc le sol.

Nature[modifier | modifier le code]

La forêt de Dirac est une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique de classe 1 (petits espaces homogènes) [8].

Lieux[modifier | modifier le code]

La fontaine miraculeuse de Bellevau
  • Fontaine miraculeuse, à Bellevau (commune de Sers), avec chapelle monolithe et ermitage du VIe siècle[9]
  • Camp militaire le long de la D.939 (commune de Dirac)
Le Chêne du pendu
  • Chêne du pendu, chêne pédonculé âgé de 150 ans, au milieu de la D.101 (route de Torsac à Dirac)
  • chêne pédonculé âgé de 300 ans, au Pouyaud (Dirac)[8]
  • voie antique Angoulême-Périgueux (le Pouyaud, le Perchet, les Maisons Blanches), embranchement du chemin Boisné
  • champignonnières le long de la vallée de l'Échelle
  • lavoirs et fontaines en têtes des vallées
  • le Trou du Loup, petit gouffre situé au sud de la commune de Dirac
  • hameau ancien de Saint-Jean-de-Grâce (limite communes Dirac et Dignac)

Sentiers de randonnée[modifier | modifier le code]

Proche de l'agglomération d'Angoulême, la forêt, bien que privée, est sillonnée de plusieurs dizaines de kilomètres sentiers de randonnée[10]. On peut citer sur la lisière nord, aux Ribondaines ::

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées prises sous Géoportail
  2. « La forêt de Dirac et les limites communales » sur Géoportail.
  3. Limite oil-oc en Charente
  4. L-F. Alfred Maury, Les forêts de la Gaule et de l'ancienne France, Ladrange, Paris, , 501 p. (lire en ligne), p. 368
  5. « Carte géologique de la forêt de Dirac (BRGM) » sur Géoportail.
  6. Stations de surface des bordures Sud et Sud-Ouest de la forêt de Dirac (Charente), Bulletin de la Société préhistorique française, 1960, vol.57, num.1-2, p. 114-119, J.Massaud
  7. Carte géologique de la France (BRGM), feuille d'Angoulême 1/50.000, livret explicatif p. 10
  8. a et b Observatoire de l'environnement, « L'environnement à Dirac », (consulté le 19 septembre 2009)
  9. Abbé L. Petit (1950), « Notre-Dame de Bellevau », JM. Deroin (paroisse de la Vallée de l'Échelle), (consulté le 20 septembre 2009)
  10. Office du tourisme du Pays d'Angoulême, « Dirac », Constellation, (consulté le 19 septembre 2009)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]