Saint-Adjutory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Adjutory
L'église Saint-Maixent.
L'église Saint-Maixent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Confolens
Canton Val de Tardoire
Intercommunalité Communauté de communes Bandiat-Tardoire
Maire
Mandat
Patrice Boutenègre
2014-2020
Code postal 16310
Code commune 16293
Démographie
Population
municipale
460 hab. (2014)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 45′ 57″ nord, 0° 28′ 32″ est
Altitude Min. 119 m – Max. 293 m
Superficie 14,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Adjutory

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Adjutory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Adjutory

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Adjutory

Saint-Adjutory (Sent Aitòre en occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Adjutory est une commune de l'est de la Charente, située à 7 km à l'est de La Rochefoucauld et 28 km au nord-est d'Angoulême.

Saint-Adjutory est aussi à 6 km à l'ouest de Montembœuf, le chef-lieu de son canton, 7 km au sud de Chasseneuil, 11 km au nord de Montbron et 32 km au sud de Confolens[1].

La commune est à l'écart des grands axes routiers, mais elle est desservie par la D 162, route est-ouest de Montembœuf à Taponnat qui passe au bourg. La D 60, route de La Rochefoucauld à Saint-Claud par Vitrac-Saint-Vincent passe à l'ouest de la commune, ainsi que la D 62, route de Montbron à Chasseneuil par Orgedeuil et Yvrac[2].

Les gares les plus proches sont celles de La Rochefoucauld et de Chasseneuil, desservies par des TER à destination d'Angoulême et de Limoges.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune n'a qu'un gros hameau, les Mas, situé sur la D.60 au nord-ouest du bourg, et de nombreux hameaux et fermes. On peut par exemple citer le Ménieux, Chabrun, l'Épardelière, Puimeau, Russas, Étampes, etc[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Adjutory
Chasseneuil Vitrac-Saint-Vincent
Taponnat-Fleurignac Saint-Adjutory Montembœuf
Yvrac-et-Malleyrand Mazerolles

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement la commune est à la limite du Bassin aquitain et du Massif central. Elle se trouve au nord-ouest du Massif de l'Arbre, premier mont du Massif central de roche métamorphique. Le sol est principalement constitué d'argile rouge sableuse à silex, de l'époque tertiaire, coulées détritiques du massif. Ce substrat recouvre une roche calcaire jurassique qu'on retrouve dans les flancs des vallées[3],[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

La commune occupe un vaste plateau assez fortement incliné vers le nord-ouest. Il est entaillé au sud par la vallée de la Bellonne, qui passe au pied du bourg.

Le point culminant de 293 m se trouve à l'extrême sud de la commune, en limite avec Mazerolles. Le bourg est à 198 m d'altitude. Le point le plus bas, 119 m est au nord de la commune à Russas.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par la Bellonne, ruisseau affluent de la Tardoire mais qui disparaît dans le karst de La Rochefoucauld en aval de Taponnat. La Bellonne coule dans une vallée assez creusée et passe au pied du bourg au sud. Elle prend sa source sur la commune voisine de Mazerolles.

Au nord-est de la commune et en limite avec Vitrac coule le ruisseau de la Retessière. Le plateau est aussi sillonné de ruisseaux temporaires, et le sol argileux favorise aussi de petites retenues d'eau.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain dégradé, car la commune se situe aux abords de la Charente limousine.

Article connexe : Climat de la Charente.

Végétation[modifier | modifier le code]

La commune est boisée à 40 % environ, et le reste est occupé par de la culture fourragère et de l'élevage.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est attesté sous la forme ancienne latinisée Sancto Adjutorio en 1281[6].

Adjutory est la forme savante (le "y" final était jadis atone); les formes populaires sont : Ajoutre, Ajudou, Ustre (en Poitou). Adjutor (« celui qui aide ») serait le véritable nom de saint Maixent « qui aurait pris ce surnom après avoir quitté Agde, sa patrie, pour échapper aux recherches de sa famille »[6]. Maixent, saint poitevin, est mort en 515[7],[8].

Dialecte[modifier | modifier le code]

La commune est dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et le dialecte est limousin[9]. Elle se nomme Sent Aitòre en occitan[10].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1648.

Au début du XXe siècle, d'importants gisement d'argiles situés près de la Vacherie alimentaient la tuilerie de Péruzet à Rivières[11]. Dans la seconde moitié du siècle, l'argile y était acheminée grâce à une voie ferrée métrique particulière, depuis la carrière et Chante-Caille (commune voisine d'Yvrac-et-Malleyrand)[12].

Administration[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2014 Pierre Chambon SE Chef d'entreprise
2014 en cours Patrice Boutenègre    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 460 habitants, en augmentation de 20,73 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
560 690 711 816 791 771 796 779 757
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
744 762 648 682 726 695 693 650 637
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
654 598 559 494 447 450 478 441 437
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
418 388 361 334 349 314 381 460 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Saint-Adjutory en 2007 en pourcentage[17].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,0 
7,7 
75 à 89 ans
6,6 
18,0 
60 à 74 ans
19,7 
19,7 
45 à 59 ans
16,7 
25,7 
30 à 44 ans
20,2 
15,3 
15 à 29 ans
17,7 
13,1 
0 à 14 ans
18,2 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale Saint-Maixent, en limite du bourg, surplombe le vallon de la Bellone. Sa cloche en bronze date de 1627 et porte l'inscription « +IHS MARIA. S.MAISSANT DE SESTORY 1627. CLAUDE DAUPHIN, ESCUYER, SIEUR DE LA KADOVE, PARIN. DAMOYSELLE SUSANNE BARDOUNEAU, FAME DE CHARLES JULIEN CHEVALIER SEIGNEUR DU MENYER ». Elle est classée monument historique au titre objet depuis 1944[19].
L'église Saint-Maixent
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.
Le sentier de la Bellonne
  • Le sentier de la Bellonne, en contrebas de l'église, est un lieu de promenade agréable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  2. a et b Carte IGN sous Géoportail
  3. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de La Rochefoucauld », sur Infoterre, (consulté le 6 novembre 2011)
  6. a et b Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. II, Angoulême, imprimerie Roux et Despujols, , 588 p., p. 110
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 583.
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  10. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 27 mars 2015)
  11. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 311-312
  12. Carte Michelin 72, année 1960
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  17. « Evolution et structure de la population à Saint-Adjutory en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er août 2010)
  19. « Cloche de l'église Saint-Maixent », notice no PM16000253, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]