Arrondissement de Saint-Jean-d'Angély

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arrondissement de Saint-Jean-d'Angély
Arrondissement de Saint-Jean-d'Angély
Situation de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély dans le département Charente-Maritime.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département et
collectivité territoriale
Charente-Maritime
Chef-lieu Saint-Jean-d'Angély
Code arrondissement 175
Démographie
Population 52 388 hab. (2017)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 41″ nord, 0° 31′ 04″ ouest
Superficie 1 416 km2
Subdivisions
Communes 110

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély est une division administrative française, située dans le département de la Charente-Maritime et la région Nouvelle-Aquitaine.

Situé dans la partie nord-est de la Charente-Maritime, il est l'arrondissement le moins peuplé du département.

Administration[modifier | modifier le code]

La sous-préfète actuelle est Madame Edith Harzic depuis .

Composition[modifier | modifier le code]

Composition jusqu'en 2016[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély regroupe 115 communes qui sont réparties dans 7 cantons.

La composition administrative de l'arrondissement est la suivante (par ordre alphabétique des cantons) :

Composition depuis 2017[modifier | modifier le code]

La composition de l'arrondissement est modifiée par l'arrêté du prenant effet au [1].

Depuis 2015, le nombre de communes des arrondissements varie chaque année soit du fait du redécoupage cantonal de 2014 qui a conduit à l'ajustement de périmètres de certains arrondissements, soit à la suite de la création de communes nouvelles. Le nombre de communes de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély est ainsi de 115 en 2015, 114 en 2016, 111 en 2017 et 110 en 2019. Au , l'arrondissement groupe les 110 communes suivantes[2] :

Historique sommaire[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély succède à l'ancien district de Saint-Jean-d'Angély qui fut supprimé en 1801 lors de la réforme de la carte administrative appliquée sous Napoléon Bonaparte (An VIII du Consulat).

Alors que la réforme Poincaré supprimait l'arrondissement en 1926, ainsi que celui de Marennes, seul l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély a été restauré en 1943.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély occupe le quart nord-est de la Charente-Maritime correspondant à l'appellation historique et géographique de la Basse Saintonge - en opposition à la Haute Saintonge.

À l'ouest, l'arrondissement est limitrophe de celui de Rochefort et au sud de celui de Saintes, arrondissements situés en Charente-Maritime, tandis qu'au nord et au nord-est, il jouxte le département des Deux-Sèvres via l'arrondissement de Niort et à l'est, celui de la Charente via les arrondissements de Confolens et de Cognac.

Hydrographie sommaire[modifier | modifier le code]

Cet arrondissement est arrosé principalement par la Boutonne et son plus long affluent, la Trézence, qui coulent dans sa partie centrale, et par l'Antenne, qui coule dans la partie orientale et qui y prend sa source. Ce sont des affluents de rive droite de la Charente, le fleuve servant lui-même de délimitation naturelle et administrative avec l'arrondissement de Saintes.

Superficie[modifier | modifier le code]

La superficie de l'arrondissement[modifier | modifier le code]

La superficie de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély est de 1 442,15 km2, ce qui le place à l'avant-dernier rang en Charente-Maritime avant celui de La Rochelle, occupant 21,01 % de la superficie totale du département c'est-à-dire 1/5 de l'espace départemental.

Liste des cantons et leur rang par superficie[modifier | modifier le code]

Rang Canton Superficie Nombre de communes
1 Aulnay 333,88 km2 24
2 Matha 289,21 km2 25
3 Saint-Jean-d'Angély 232,01 km2 19
4 Loulay 176,36 km2 15
5 Saint-Savinien 166,25 km2 11
6 Saint-Hilaire-de-Villefranche 122,75 km2 10
7 Tonnay-Boutonne 121,69 km2 11

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély possède trois cantons qui sont classés dans les neuf premiers du département par leur superficie.

Le canton d'Aulnay n'est pas seulement le plus étendu de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély mais il est le plus vaste de la Charente-Maritime.

Si le canton de Matha regroupe le plus grand nombre de communes en Charente-Maritime au nombre record de 25, il se classe néanmoins au troisième rang départemental par sa superficie et occupe la deuxième place dans l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély.

Quant au canton de Saint-Jean-d'Angély, si celui-ci se classe au troisième rang dans son arrondissement, il occupe le 9e rang en Charente-Maritime[3].

Démographie et population[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2017, l'arrondissement comptait 52 388 habitants[Note 1].

Évolution de la population  [ modifier ]
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
56 83154 09752 75551 12450 29251 68153 53252 56352 388
(Sources : Base Insee, population sans doubles comptes à partir de 1962[4] puis population municipale à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Une évolution démographique irrégulière[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély fait apparaître trois phases distinctes de son évolution démographique de 1946 à 2007. Avec l'arrondissement de Jonzac qui est situé dans le sud du département, il fait partie des deux arrondissements de la Charente-Maritime à ne pas avoir dépassé, sinon rattrapé, son niveau de population de l'après-guerre.

Période 1946-1962

Celle-ci correspond à une phase démographique très favorable pour l'arrondissement qui participait au renouveau économique de l'après-guerre et qui s'appliquait d'ailleurs à l'ensemble du département puisque tous les arrondissements affichaient une croissance de leur population. Dans le cas de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély, le gain de population entre 1946 et 1962 est de + 690 habitants, la croissance était certes faible mais elle n'était pas uniforme.

Cette évolution démographique était due à la fois à un solde naturel largement positif qui touchait aussi bien les communes rurales que les villes - phénomène bien connu du "baby boum" de l'après-guerre - et à un solde migratoire favorable grâce au développement urbain remarquable de Saint-Jean-d'Angély dans les années qui ont suivi la dernière guerre. Dans cette période de reconstruction, l'industrialisation et l'urbanisation attiraient de nouvelles populations (cas du canton de Saint-Jean-d'Angély et, dans une moindre mesure, de celui de Saint-Savinien), sinon fixaient pour un temps les populations rurales des autres cantons de l'arrondissement (cas notamment du canton de Matha).

1962-1999

Cette période pourrait être dénommée celle du "marasme" démographique tant la perte de population y est considérable. Dans cette longue période, la chute démographique est de - 8 125 habitants alors que, dans le même temps, le département s'accroissait de + 86 127 habitants!

La proportion de l'arrondissement dans la Charente-Maritime n'a cessé de baisser, passant dans cette même période de 12,4 % en 1962 à 9 % en 1999. Aujourd'hui, moins d'un habitant sur dix réside dans l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély en Charente-Maritime.

Trois raisons majeures expliquent ce mouvement de dépopulation. Tout d'abord, la cause première est à rechercher dans le grave problème de déprise agricole et rurale qui a affecté massivement les jeunes en situation d'emploi et qui ont dû être contraints à quitter la région.

Le second problème résulte de la désindustrialisation de l'arrondissement où beaucoup de petites industries traditionnelles (laiteries, fromageries, minoteries, distilleries, scieries et petites usines du travail du bois, manufactures de chaussures, petits ateliers de confection) ont fermé les unes après les unes et n'ont pas résisté aux différentes crises économiques suscitées par la mondialisation.

Enfin la crise urbaine qui a profondément touché Saint-Jean-d'Angély et même Matha a fortement contribué à accélérer l'exode des habitants.

1999-2007

Cette courte période qui pourrait faire croire à un renouveau démographique n'est en fait qu'un répit dans le processus quasi inexorable de la dépopulation de cet arrondissement.

Certes, six cantons sur sept enregistrent une croissance de leur population mais, en fait, seulement deux d'entre eux, cantons de Saint-Savinien et de Saint-Hilaire-de-Villefranche, peuvent durablement envisager une croissance démographique dans les prochaines décennies grâce à leur proximité des grands centres urbains que sont Saintes et Rochefort.

La décroissance démographique affectera tous les autres cantons en raison du très fort taux de vieillissement de la population et du trop faible taux de natalité. Les ressorts d'une véritable reprise démographique sont en fait cassés, le phénomène du vieillissement de la population de cet arrondissement est inéluctable.

De plus, l'absence d'un véritable centre urbain qui pourrait influer fortement sur son arrondissement crée un véritable handicap pour la poursuite du développement économique et, de fait, démographique. Une ville comme Saint-Jean-d'Angély a peu d'atouts en main pour jouer ce rôle moteur au sein de son arrondissement.

Un arrondissement peu peuplé[modifier | modifier le code]

L'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély est le moins peuplé de la Charente-Maritime. C'est également un arrondissement dont la densité de population, de l'ordre de 36 hab/km2, est particulièrement faible, étant plus de deux fois inférieure à celle du département en 2007.

Dans cet arrondissement peu peuplé, quatre cantons ont une densité de population inférieure à celle de l'arrondissement (Matha (33 hab/km2), Loulay (28 hab/km2), Tonnay-Boutonne (26 hab/km2) et Aulnay (20 hab/km2)) et parmi ceux-ci un canton a la densité la plus faible de la Charente-Maritime. Le canton d'Aulnay affiche 20 hab/km2, soit 4 fois moins que le département.

Cet arrondissement présente un grand nombre d'aspects de la "diagonale du vide" (vieillissement démographique, solde naturel négatif, solde migratoire négatif concernant les jeunes générations, faible densité de population, rural profond et isolé, quasi-absence de centre urbain ou présence de très petites villes peu attractives) qui va de la Meuse jusqu'au Limousin et dont une de ses extrémités se prolonge vers le Centre-Ouest de la France. Le canton d'Aulnay et une partie de celui de Loulay en font déjà partie.

Un arrondissement peu urbanisé[modifier | modifier le code]

Deux unités urbaines sont répertoriées dans l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély. Il s'agit de Saint-Jean-d'Angély avec 8 689 habitants et de Matha avec 2 135 habitants. Leur faible poids démographique influe peu sur le taux urbain qui est de 20,8 %[pas clair], ce qui est nettement inférieur à celui du département de la Charente-Maritime qui est de 58,1 % en 2007. En d’autres termes, 1 habitant sur 5 réside dans les 4 communes urbaines de cet arrondissement qui est le deuxième plus rural du département, après l'arrondissement de Jonzac dont le taux urbain[pas clair] est seulement de 19,6 %.

Saint-Jean-d'Angély fait véritablement office de pôle urbain au sein de son arrondissement tandis que Saint-Savinien et Matha, qui recensent chacune plus de 2 000 habitants, exercent une influence limitée à leur seul canton. Mais ces deux dernières n'occupent que le 50e et 58e rang en Charente-Maritime dans le classement démographique[6].

Cet arrondissement, rural par excellence, ne recense que 4 autres communes dont la population est comprise entre 1 000 et 1 999 habitants, et parmi ces communes, trois sont des chefs-lieux de canton (Aulnay, Saint-Hilaire-de-Villefranche et Tonnay-Boutonne), tandis que la quatrième, Bords, dans le canton de Saint-Savinien, est une grosse commune riveraine de la Charente dans la mouvance urbaine de Rochefort.

Plus des deux tiers de la population vit dans une commune rurale de moins de 1 000 habitants dans l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély, soit 67,44 % de la population en 2007. Ce qui correspond à une proportion très élevée alors que celle-ci n'est que de 24,5 % en Charente-Maritime[7].

Les trois communes de plus de 2 000 habitants de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély sont les suivantes.

Commune Population en 2007 Population en 2010
Saint-Jean-d'Angély 7 463 hab. 7 669 hab.
Saint-Savinien 2 372 hab. 2 432 hab.
Matha 2 135 hab. 2 166 hab.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté n° R75-2016-12-30-002 portant modification des limites territoriales des arrondissements de Charente-Maritime, Bordeaux, 30 décembre 2016
  2. « Composition de l'arrondissement de Saint-Jean-d'Angély », sur https://www.insee.fr (consulté le 4 septembre 2020)
  3. après les cantons suivants : canton d'Aulnay (333,88 km2), canton de Montguyon (322,31 km2), canton de Matha (289,21 km2), canton de Mirambeau (266,86 km2), canton de Gémozac (260,18 km2), canton de Courçon (254,53 km2), canton de Pons (238,63 km2) et canton de Saint-Porchaire (235,54 km2)
  4. Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2013 - Recensements harmonisés - Séries départementales et communales
  5. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années 1968, 1975, 1982, 1990, 1999, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  6. Elles font partie des 60 communes de la Charente-Maritime à compter plus de 2 000 habitants en 2007 (population municipale)
  7. En Charente-Maritime, 412 communes sur 472 que compte le département ont moins 2 000 habitants rassemblant en 2007 39,9 % de la population départementale. Cette proportion tombe à 24,5 % en ne prenant en compte que les communes de moins de 1 000 habitants qui sont au nombre de 345 (148 409 habitants en 2007). Sur ce sujet, consulter l'article détaillé Démographie de la Charente-Maritime.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]