Linars (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Linars.

Linars
Linars (Charente)
L'église de Linars.
Image illustrative de l’article Linars (Charente)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Val de Nouère
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Grand Angoulême
Maire
Mandat
Michel Germaneau
2014-2020
Code postal 16730
Code commune 16187
Démographie
Gentilé Linarsais
Population
municipale
2 094 hab. (2016 en augmentation de 1,31 % par rapport à 2011)
Densité 351 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 39′ 30″ nord, 0° 05′ 08″ est
Altitude Min. 25 m
Max. 82 m
Superficie 5,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Linars

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Linars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Linars

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Linars
Liens
Site web www.linars.fr

Linars est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Elle est située à l'ouest d'Angoulême et fait partie de son agglomération.

Ses habitants sont les Linarsais et les Linarsaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Linars est une commune de l'agglomération d'Angoulême située à 6 km à l'ouest d'Angoulême.

Le bourg est aussi à 6 km à l'est d'Hiersac, chef-lieu de son canton.

À l'écart des grands axes routiers, Linars est desservi par la D 120 qui passe au bourg et la D 72 qui longe la Charente. La N 141, route d'Angoulême à Saintes et maillon occidental de la route Centre-Europe Atlantique, passe au nord de la commune[2].

Linars est desservie par les transports en commun d'Angoulême, lignes no 2, 21 et 23.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'important hameau Chez Siret, sur la rive droite de la Nouère, accueille la mairie. La commune comporte d'autres hameaux : Libourdeau et Jarousson à l'ouest, Cheneuzac au sud près de la Charente, la Touche, les Boisdons et la Grange au sud-est, véritables quartiers agglomérés au bourg, la Grelière, Moulède et "Chevanon" au nord[2]. On peut citer encore les îles de Fleurac, connues pour le moulin de Fleurac.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Linars
Saint-Saturnin
Trois-Palis Linars Fléac
Nersac

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Géologiquement la commune appartient aux calcaires du Bassin aquitain, comme les trois quarts ouest du département de la Charente, mais elle est à la limite du Jurassique qui occupe la moitié nord du département et le Crétacé au sud.

Les bords de la vallée de la Nouère et de la Charente appartiennent au Portlandien (Jurassique supérieur). Le Cénomanien (Crétacé supérieur[Note 1]) occupe les plateaux au-dessus d'une altitude de 55 m environ : le bourg et à l'ouest de chez Siret[3].

Les vallées (Charente et Nouère) sont occupées par des alluvions récentes du Quaternaire[4],[5].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le territoire communal englobe la basse vallée de la Nouère, passant au milieu de deux plateaux légèrement inclinés vers le sud, d'une altitude moyenne de 70 m. Le point culminant de la commune est à une altitude de 82 m, situé à l'ouest de la commune, près de Bel-Air et en limite avec Trois-Palis (borne IGN). Le point le plus bas est à 25 m, situé au bord de la Charente au sud. Le bourg, à environ 60 m d'altitude, est construit sur un plateau allongé dominant la Charente au sud et la Nouère à l'ouest[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Linars est située sur la rive droite de la Charente. La Nouère traverse la commune du nord au sud et se jette dans la Charente.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique aquitain et semblable à celui de la ville de Cognac où est située la station météorologique départementale.

Données climatiques
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 2,8 3,8 6,2 9,4 12,4 14,4 14 12,1 8,9 4,7 2,6 7,8
Température moyenne (°C) 5,4 6,7 8,5 11,1 14,4 17,8 20,2 19,7 17,6 13,7 8,6 5,9 12,5
Température maximale moyenne (°C) 8,7 10,5 13,1 15,9 19,5 23,1 26,1 25,4 23,1 18,5 12,4 9,2 17,1
Ensoleillement (h) 80 103,9 153,3 184,5 204,9 239,6 276,4 248,3 199,4 159 96,8 78,8 2 024,9
Précipitations (mm) 80,4 67,3 65,9 68,3 71,6 46,6 45,1 50,2 59,2 68,6 79,8 80 783,6
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale de Cognac de 1961 à 1990[6].
Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont Linars au XIe siècle[7] et au XIVe siècle, Linaria, Linaribus en 1328[8].

L'origine du nom de Linars n'est pas certaine. Elle pourrait remonter à un nom de personne gallo-romain Linarius ou Liénart, ou à un nom commun linarias signifiant terres qui produisent du lin (comme Lignières à l'ouest du département)[9],[Note 2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines de la commune[modifier | modifier le code]

L'humidité de la vallée de la Nouère était favorable à la culture du chanvre. Celui-ci était cultivé en deux endroits, le Chenevaux de la Gamache en contrebas de la Grelière et la Chènevière des Grandes Nouères au niveau de Cheneuzac, comme l'indiquent les feuilles du cadastre de 1828.

Au XIXe siècle, il a été découvert aux Bétonnières au sud du bourg les vestiges d'une ancienne villa romaine. Des colonnes et des chapiteaux ainsi que des pièces d'or de l'époque gallo-romaine ont été mis au jour. On a aussi trouvé près de l'église en 1860 plusieurs sépultures. La tradition fait état d'un cimetière gallo-romain, d'autant plus que le chemin des Anglais reliant Limoges, Angoulême et Saintes passait près de l'église en direction d'Hiersac après avoir traversé la Charente à Basseau[10].

Linars avant la Révolution[modifier | modifier le code]

Les registres de l'état civil de la paroisse puis commune remontent à 1617.

À Chevanon, il y avait un prieuré dépendant de l'abbaye de Saint-Cybard[11].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Bien qu'appréciée de nos jours pour son calme cette petite ville à bien failli disparaître après la Révolution. En 1791, la commune de Linars étant de petite taille, les communes voisines de Fléac et de Saint-Saturnin souhaitaient annexer ce petit village. Cette volonté d'agrandissement de territoire se serait faite en 3 étapes:

  • Le 10 octobre 1791 : le maire et les officiers municipaux de la commune de Fléac décrètent qu'il serait plus légitime que la partie du Bourg, de Fleurac, du village des Nuhins et de la Grelière soit reliée à Fléac, en évoquant les problèmes liés aux crues permanentes de la Nouère (la Noire à l'époque) et à la destruction chronique de la passerelle de bois enjambant la Nouère, qui se situait au niveau de l'actuel pont de l'avenue de la Nouère. Cette passerelle avait pour nom : " la passerelle des Longues Planches" qui donnera ensuite son nom à la rue du même nom. Évoquant cette raison, les officiels fléacois demandent que cette partie de Linars leur revienne.
  • Peu de temps avant, le 7 octobre, le Conseil général de la commune de Saint-Saturnin décrète : « considérant aussy qu'il se peut les dépenses superflues » voulait annexer Cheneuzac, Chez Siret, Libourdeau, Jarousson, Chevanon, les Frégonnières plus ... Hiersat (Hiersac), Champmillon et Trois-Palis.
  • Comprenant ce qui se préparait pour l'avenir de Linars, le prêtre de l'époque décide de financer avec les deniers de la paroisse la construction d'un pont de pierre sur la Nouère visant à unifier les deux parties de la commune. Et de ce fait, Messieurs du Directoire du District ne jugeront pas de suivre ces façons de penser, et Linars continua d'exister[réf. nécessaire].

Au début du XXe siècle, les seules industries dans la commune étaient le moulin à blé de Fleurac sur la Charente, et une scierie mécanique à Chevanon sur la Nouère (à la place du prieuré)[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Linars

La mairie de Linars n'est pas située au Bourg, mais au lieu-dit Chez Siret


Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1815 1830 Jacques Blanchon    
1977 1989 Julien Gimenez S.E. Agent DDE
? 2008 Robert Chabernaud DVG  
2008 En cours Michel Germaneau DVG Technicien

Citoyenneté[modifier | modifier le code]

La commune de Linars dispose de deux bureaux de vote :

  • Bureau no 1 : mairie de Linars - salle du conseil municipal
  • Bureau no 2 : complexe culturel et sportif Julien-Gimenez

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune a été labellisée « deux fleurs » par le Conseil national de villes et villages fleuris de France[12].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Linars appartient au Grand Angoulême qui regroupe 38 communes qui sur son ancien périmètre de 16 communes, pour 2,85 % de la surface du département de la Charente représente 30,14 % de sa population.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2016, la commune comptait 2 094 habitants[Note 3], en augmentation de 1,31 % par rapport à 2011 (Charente : +0,17 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
628647630566590473500501477
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
469454465448448471480411464
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
506506478492506528595582726
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013
8521 6672 2082 1932 1102 0712 0682 0642 080
2016 - - - - - - - -
2 094--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Linars en 2007 en pourcentage[17].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,6 
7,5 
75 à 89 ans
8,6 
21,9 
60 à 74 ans
22,1 
24,9 
45 à 59 ans
25,2 
16,3 
30 à 44 ans
17,9 
12,9 
15 à 29 ans
10,3 
16,3 
0 à 14 ans
15,3 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

La population de Linars a explosé en 1970-1980 de par la croissance de l'agglomération d'Angoulême pour se stabiliser dans les années 2000.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La viticulture occupe une partie de l'activité agricole. La commune est classée dans les Fins Bois, dans la zone d'appellation d'origine contrôlée du cognac[19].

Certains producteurs vendent cognac et pineau des Charentes à la propriété, comme la société Roussille[20].

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Deux garages automobiles.
  • Au centre commercial : un hypermarché, une pharmacie, deux coiffeurs, salon esthétique, une pizzéria, cave à vin, boulangerie, fleuriste.
  • Chez Siret (en allant vers Trois-Palis), une boulangerie.
  • A Cheneuzac (en allant vers Trois-Palis), un horticulteur.
  • À Libourdeau (en allant vers Trois-Palis), un producteur de Pineau des Charentes et Cognac, visite des chais, de la distillerie, visite gratuite toute l'année du lundi au samedi. Fermé dimanche et jours fériés.
  • Les Groies ; route d'Angoulême : épicerie, tabac, presse.

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Le complexe scolaire François Lassagne regroupe école maternelle et école élémentaire.

L'école maternelle, située avenue du Stade, comporte trois classes, et l'école élémentaire, située avenue des Écoles, comporte cinq classes en 2012.

Le secteur du collège est Saint-Michel[21].

Les enfants peuvent bénéficier du restaurant scolaire, de la garderie sous la responsabilité de la mairie.

Sports et activités[modifier | modifier le code]

La MJC Serge-Gainsbourg de Fléac-Linars-Saint Saturnin offre de nombreuses activités : modélisme, informatique, activités sportives.

Le complexe sportif et le plateau polyvalent Julien-Gimenez permettent de pratiquer de nombreux sports.
Courts de tennis couvert permettant la pratique du tennis par tous les temps.

Les clubs sportifs sont nombreux : l'Étoile sportive de Linars (football), le tennis club, le club d'art martial.

Culture[modifier | modifier le code]

Le complexe polyvalent Julien-Gimenez permet l'organisation de toutes sortes de manifestations de grande envergure : concerts, séminaires, représentations théâtrales...

De nombreuses associations proposent des activités culturelles: Le club Musical, Le club de Danse (ADEL), club de peinture sur porcelaine...

Ville numérique[modifier | modifier le code]

Linars est équipé d'un cyberespace doté des meilleures technologies et qui vient de recevoir l'appellation EPN (Espace Public Numérique). Il est possible de suivre des formations personnalisées auprès de formateurs expérimentés. Le cyberespace se situe à proximité de la mairie de Linars, chez Siret.

Santé[modifier | modifier le code]

  • Deux médecins généralistes.
  • Deux kinésithérapeutes.
  • Un dentiste
  • Pharmacie et location de matériel médical.

Cultes[modifier | modifier le code]

Linars appartient à la paroisse de Fléac-Linars-Trois-Palis du diocèse d'Angoulême.
La messe a lieu le dimanche à 10h30 soit à Linars soit à Fléac.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Ils sont assurés par la STGA. Linars est desservie par la ligne n°2. Les principaux arrêts de la commune sont: église, puits de Denin (écoles), Chez Siret (mairie), les Groies, Quatre Routes (centre commercial). Linars est également le terminus (arrêt Quatre Routes) de la ligne 21 reliant Libourdeau et 23 reliant Saint-Saturnin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre

L'église paroissiale Saint-Pierre est romane et date du XIIe siècle. Elle est classée monument historique depuis 1913[22].

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Linars est un village pittoresque à découvrir à pied ou à vélo, qui a reçu en 2012 sa deuxième fleur au concours des villes et villages fleuris et qui l'a encore en 2016[23].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Il n'y a pas de Crétacé inférieur en Charente. Le Crétacé supérieur est directement en contact avec le Jurassique.
  2. Dauzat place dans le même cas Linars (Dordogne), Linars (Lot), Linard (Creuse), Linards (Haute-Vienne), Liniers (Vienne), Liniez (Indre). Des lieux-dits de la région ont aussi ce nom, comme Linard en Dordogne (commune de Borrèze). L'origine est peut-être occitane; on trouve aussi des Linars en Catalogne (Llinars, Linars del Vallès, ...). Avant les repeuplements du XVe siècle à la suite des ravages de la guerre de Cent Ans en Aquitaine, Angoumois et Saintonge étaient en langue d'oc et la toponymie dans les Charentes en garde de nombreuses traces.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 16 janvier 2015)
  2. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Carte du BRGM sous Géoportail
  4. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  5. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille d'Angoulême », sur Infoterre, (consulté le 17 novembre 2011)
  6. « Cognac, Charente (16), 30 m - [1961-1990] », sur Infoclimat (consulté le 22 avril 2012)
  7. Jean Nanglard, Cartulaire de l'église d'Angoulême, t. IX, Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, imprimerie G.Chasseignac, (1re éd. 1180), 296 p. (lire en ligne), p. 71
  8. Jean Nanglard, Livre des fiefs de Guillaume de Blaye, évêque d'Angoulême [« Liber feodorum »], t. 5, Société archéologique et historique de la Charente, (1re éd. 1273), 404 p. (lire en ligne), p. 59,62,65,69,70,74,169,283
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 405.
  10. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 129
  11. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 217-218
  12. Site des villes et villages fleuris, consulté le 27 décembre 2017.
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  17. « Evolution et structure de la population à Linars en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  18. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 28 juillet 2010)
  19. [PDF] Union générale des viticulteurs pour l'AOC Cognac, « Crus du cognac par communes », (consulté le 6 décembre 2015)
  20. « Cognac Pineau Roussille », (consulté le 6 décembre 2015)
  21. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 1er juillet 2012)
  22. « Église Saint-Pierre », notice no PA00104398, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 décembre 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]