Saint-Romain (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Romain.
Saint-Romain
Mairie de Saint-Romain.
Mairie de Saint-Romain.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Tude-et-Lavalette
Intercommunalité Communauté de communes Tude et Dronne
Maire
Mandat
Lucette Terracol
2014-2020
Code postal 16210
Code commune 16347
Démographie
Gentilé Rominois
Population
municipale
567 hab. (2014)
Densité 25 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 37″ nord, 0° 08′ 56″ est
Altitude Min. 54 m – Max. 168 m
Superficie 22,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Romain

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Saint-Romain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Romain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Romain

Saint-Romain (Sent Roman en occitan) est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont les Rominois et les Rominoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Saint-Romain est une commune du Sud Charente située à 2 km au nord-ouest d'Aubeterre-sur-Dronne et 41 km au sud d'Angoulême.

Le bourg de Saint-Romain est aussi à 8 km au nord de Saint-Aulaye, à 9 km à l'est de Chalais, à 14 km au sud de Montmoreau, à 15 km à l'ouest de Ribérac[2].

Saint-Romain est bien desservie par les routes qui rayonnent depuis Aubeterre. La D 2 qui va à Chalais passe à 100 m du bourg. Les autres départementales importantes passent en limite de commune : la D 10 qui va au nord vers Montmoreau, Villebois-Lavalette et Angoulême, et la D 17 qui va au sud à Bonnes et Saint-Aulaye. Il y a aussi la D 21 qui va vers Blanzac, la D 137, et la D 198, routes moins importantes, et des routes communales[3].

La gare la plus proche est celle de Chalais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

L'habitat est dispersé et la commune compte de très nombreux hameaux et fermes.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-Romain
Courlac Bellon Pillac
Rouffiac Saint-Romain Laprade
Les Essards Bonnes Aubeterre-sur-Dronne

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue aux environs du lieu-dit Chariaud

La commune est dans les coteaux du Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux qui occupe une grande partie du Sud Charente. Le quart nord-est de la commune est occupé par des dépôts du Tertiaire (argile, sable, galets)[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

En surface, la commune est la plus vaste de son canton, et elle arrive jusqu'à 200 m du centre-ville d'Aubeterre. Elle est située sur un bas plateau, à l'ouest de la vallée de la Dronne, rivière du bassin de la Dordogne qui fait limite avec le département de la Dordogne.

Le terrain est assez accidenté. Les sommets au nord-est de la commune, peu fertiles, sont boisés, principalement en châtaigniers. Le point culminant de la commune (168 m, borne IGN) est situé en limite ouest avec la commune de Rouffiac. Le point le plus bas est à 54 m, situé en limite sud près de Thiollet. Le bourg est à 90 m d'altitude[3].

Sur le reste de la commune, on cultive principalement des céréales, et il y avait de la vigne avant la crise du phylloxera.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Aucun cours d'eau ne traverse Saint-Romain. Toutefois la Beuronne, petit affluent de la Dronne aux Essards, y prend sa source (à Trie) et coule vers le sud-ouest, ainsi qu'un petit affluent de la Tude au nord, la Grande FontaineSac), et aussi l'Écrevansou et la Fontaine du Poirier, minuscules ruisseaux qui font la limite communale à l'est[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Article connexe : Climat de la Charente.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom est attesté sous la forme latine Sanctus Romanus prope Albam Terram[7], signifiant « Saint Romain près d'Aubeterre ».

Romain était un prêtre confesseur à Blaye, mort en 385[8],[9],[Note 1].

Pendant la Révolution, la commune s'est appelée provisoirement Les Romains[10].

Limite dialectale[modifier | modifier le code]

La commune marque la limite entre la langue d'oïl (domaine du saintongeais) à l'ouest, et le domaine occitan (dialecte limousin) à l'est[11]. Elle se nomme Sent Roman en occitan[12].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les plus anciens registres paroissiaux remontent à 1660.

D'après un inventaire de 1747, une autre église aurait existé sur la commune, au hameau de Villedieu, perdue au milieu des bois au nord-est. Il n'y en avait plus aucune trace en 1910[13].

Sur la colline dénommée les Justices, on a noté la présence de nombreux squelettes sans sépultures[14].

En 1789, à la veille de la Révolution, Saint-Romain émet un cahier de doléances, comme de nombreuses paroisses[15].

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2014 Pierre Ribéreau SE Retraité
2014 en cours Lucette Terracol    

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 567 habitants, en augmentation de 4,81 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
1 235 1 190 1 163 1 258 1 279 1 129 1 114 1 138 1 050
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
990 986 942 920 899 816 821 721 712
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
742 714 610 612 581 626 539 511 522
1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 -
506 506 460 437 512 541 557 567 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 11,9 %, 15 à 29 ans = 16,9 %, 30 à 44 ans = 17,7 %, 45 à 59 ans = 20,4 %, plus de 60 ans = 33,1 %) ;
  • 51,9 % de femmes (0 à 14 ans = 15,7 %, 15 à 29 ans = 13,5 %, 30 à 44 ans = 16,7 %, 45 à 59 ans = 22,1 %, plus de 60 ans = 32 %).

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (32,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (26,6 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

Pyramide des âges à Saint-Romain en 2007 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,2 
90 ans ou +
2,5 
11,5 
75 à 89 ans
9,6 
20,4 
60 à 74 ans
19,9 
20,4 
45 à 59 ans
22,1 
17,7 
30 à 44 ans
16,7 
16,9 
15 à 29 ans
13,5 
11,9 
0 à 14 ans
15,7 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[21]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90 ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Remarques[modifier | modifier le code]

La population de la commune est en hausse depuis les années 1980 de par la proximité d'Aubeterre, et il y a de nombreux résidents britanniques.

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

  • Restaurants
  • Supérette

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Romain possède une école élémentaire publique, Camille-Desvergnes. Elle est située près de la mairie et comprend deux classes. Le secteur du collège est Chalais[22].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale
  • L'église paroissiale Saint-Romain
  • Château de Puycheni, privé, au sud-ouest de la commune.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Véry, né à Bellon, écrivain et auteur des Disparus de Saint-Agil, venait passer régulièrement quelques semaines de ses vacances à Saint-Romain où son père habitait une partie de l'année, vers 1936.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après Dauzat, parmi les saint Romain, seuls Romain de Blaye et Romain de Rouen ont donné leurs noms aux différentes communes françaises Saint-Romain Ce lien renvoie vers une page d'homonymie ou Saint-Rome Ce lien renvoie vers une page d'homonymie.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 16 mai 2015)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b et c Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ribérac », sur Infoterre, (ISBN 2-7159-1757-0, consulté le 30 décembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 131
  8. Jean Talbert, Origine des noms de lieux, 1928
  9. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 627.
  10. Jacques Baudet et Jacques Chauveaud, Bulletins et mémoires, Société archéologique et historique de la Charente, , « Toponymie révolutionnaire en Charente », p. 272-278 [lire sur le site d'André J.Balout (page consultée le 19 juillet 2012)] [PDF]
  11. Jean-Hippolyte Michon, Statistique monumentale de la Charente, Paris, Derache (réimprimé en 1980 par Bruno Sépulchre, Paris), , 334 p. (lire en ligne), p. 55
  12. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 16 mai 2015)
  13. Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 347
  14. Christian Vernou, La Charente, Maison des Sciences de l'Homme, Paris, coll. « Carte archéologique de la Gaule », , 253 p. (ISBN 2-87754-025-1), p. 57
  15. « Cahier de doléances de la paroisse », Histoire - Passion, (consulté le 4 novembre 2009)
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  20. « Évolution et structure de la population à Saint-Romain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  21. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 2 août 2010)
  22. Site de l'inspection académique de la Charente, « Annuaire des écoles » (consulté le 20 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]