Bonnes (Charente)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnes.
Bonnes
Vue de Bonnes depuis la route des Essards.
Vue de Bonnes depuis la route des Essards.
Blason de Bonnes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Arrondissement Angoulême
Canton Tude-et-Lavalette
Intercommunalité Communauté de communes Tude et Dronne
Maire
Mandat
Stéphane Béguerie
2014-2020
Code postal 16390
Code commune 16049
Démographie
Gentilé Bonnois
Population
municipale
400 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 14′ 28″ nord, 0° 09′ 02″ est
Altitude Min. 32 m – Max. 136 m
Superficie 14,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte administrative de la Charente
City locator 14.svg
Bonnes

Géolocalisation sur la carte : Charente

Voir sur la carte topographique de la Charente
City locator 14.svg
Bonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnes
Liens
Site web www.bonnes.fr

Bonnes (prononcer [bɔn]) est une commune du Sud-Ouest de la France située dans le département de la Charente (région Nouvelle-Aquitaine).

Ses habitants sont appelés les Bonnois et les Bonnoises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation et accès[modifier | modifier le code]

Bonnes est une commune du Sud Charente, située à 3,5 km au sud d'Aubeterre-sur-Dronne et dans la vallée de la Dronne qui sépare le département de la Charente de celui de la Dordogne.

Bonnes, située à 45 km au sud d'Angoulême, est aussi à 4 km de Saint-Aulaye, 9 km de Chalais, 15 km de Ribérac, 45 km de Périgueux et 72 km de Bordeaux[2].

La commune est principalement desservie par la D 17, route de Villebois-Lavalette à Saint-Aulaye par Aubeterre. Des routes départementales transversales de moindre importance traversent aussi la commune, comme la D 139 qui passe au bourg et traverse la Dronne, la D 77 au sud et la D 137 au nord[3].

La gare la plus proche est celle de Chalais, desservie par des TER à destination d'Angoulême et de Bordeaux.

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hormis le bourg, la commune ne compte pas de hameau important, mais de nombreuses fermes : Nadelin, le Fraisse, la Gauterie, le Gâtinaud, le Pible, le Monjat, Fontaubier, le Massou, Labinaud, la Grande Métairie avec le Moulin de Bonnes, etc.[3]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Bonnes est limitrophe de cinq autres communes, dont deux dans le département de la Dordogne.

Communes limitrophes de Bonnes
Saint-Romain Aubeterre-sur-Dronne
Les Essards Bonnes Saint Privat en Périgord
(Dordogne)
Saint Aulaye-Puymangou
(Dordogne)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La partie nord-ouest de la commune est occupée par les coteaux du Campanien (Crétacé supérieur), calcaire crayeux qui occupe une grande partie du Sud Charente. La partie basse de la commune, vallée de la Dronne, est occupée par des alluvions du Quaternaire, dont les plus anciennes se sont accumulées en terrasses, comme au bourg, et les plus récentes constituent la partie inondable[4],[5],[6].

Article connexe : Géologie de la Charente.

Le relief de la commune est celui d'un plateau doucement vallonné bordé à l'est par la vallée de la Dronne. Le point culminant de la commune est à une altitude de 136 m, situé près de la limite ouest, au Breuil. Le point le plus bas est à 32 m, situé à l'extrémité sud à l'endroit où la Dronne quitte la commune. Le bourg, au bord de la Dronne, est à 47 m d'altitude[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Dronne, affluent de l'Isle et sous-affluent de la Dordogne. Le bourg et la plus grande partie de la commune se trouvent sur sa rive droite.

La vallée de la Dronne est occupée par endroits par de petits étangs correspondant à d'anciennes sablières[3].

Climat[modifier | modifier le code]

Article connexe : Climat de la Charente.

Comme dans les trois quarts sud et ouest du département, le climat est océanique aquitain.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Une forme ancienne est de Bonas, à une date non précisée du Moyen Âge[7].

Bonna- est un thème de nom de lieu gaulois[8]. D'après Jullian, bona doit signifier: "marché" ou "port sur fleuve" [9]. D'après Dauzat, bona signifierait fondation en gaulois, donc peut-être un gué ou passage sur la Dronne serait à l'origine du nom[10].

Bonnes est situé dans la partie occitane de la Charente qui en occupe le tiers oriental, et se nomme Bonas en dialecte limousin[11].

Articles connexes : Langues de la Charente et Charente occitane.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, la seigneurie de Bonnes était une dépendance de celle d'Aubeterre.

Principalement aux XIIe et XIIIe siècles, Bonnes se trouvait sur une variante nord-sud de la via Turonensis, itinéraire du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle qui passait en Charente par Nanteuil-en-Vallée, Saint-Amant-de-Boixe, Angoulême, Mouthiers, Blanzac, Puypéroux, Montmoreau et Aubeterre. Elle continuait au sud à Saint-Aulaye, en direction de Sainte-Foy-la-Grande. Une stèle a été érigée à la limite départementale en 2007 par l'Association des Amis de Saint-Jacques en Charente[12].

Après la mort de François d'Esparbes de Lussan, maréchal d'Aubeterre, en 1628, un procès en 1650 arbitrant la succession entre ses deux fils aînés décida que le marquisat d'Aubeterre resterait aux mains de l'aîné, et le cadet, François Bouchard d'Esparbes de Lussan, prit le titre de comte d'Aubeterre et vint résider au château de Bonnes. Comme son père, celui-ci fut un homme de guerre remarquable, entre l'Allemagne, Arras et Agen où il obtint la charge de sénéchal et gouverneur, et mourut dans son château le âgé de 75 ans. Ses descendants s'illustrèrent aussi jusqu'aux guerres du règne de Louis XV[13].

Dans le nord de la commune et près de la Dronne, le hameau de Nadelin était le siège d'un petit fief qui appartenait au XVIIIe siècle à la famille de La Chaise.

Au début du XXe siècle, l'industrie était représentée par une centrale électrique sur la Dronne appartenant à M. Duvignaud. La commune de Bonnes était aussi desservie par la ligne ferroviaire de Parcoul à Ribérac (gare de Bonnes - Saint-Privat)[13].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti, au I), écartelé au premier et quatrième d'argent à une fasce de gueules accompagnée de trois merlettes de sable, posées 2 et 1 ; au deuxième, de gueules à trois léopards d'or posés l'un sur l'autre ; au troisième, losangé d'or et d'azur à un chef de gueules ; au II), d'azur à trois tours d'argent crénelées et maçonnées de sable, posées deux et un.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La nouvelle mairie en 2010
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
depuis 1989 en cours Stéphane Béguerie SE Acheteur SNPE
Les données manquantes sont à compléter.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Dans son palmarès 2016, le Conseil national de villes et villages fleuris de France a attribué une fleur à la commune au Concours des villes et villages fleuris[14].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[16],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 400 habitants, en augmentation de 8,7 % par rapport à 2009 (Charente : 0,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
978 960 818 995 1 065 1 026 977 964 895
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
882 901 809 836 810 763 744 717 659
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
646 655 584 549 512 502 502 482 470
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 -
448 449 362 341 333 346 368 400 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Bonnes en 2007 en pourcentage[19].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
1,0 
11,2 
75 à 89 ans
18,1 
29,6 
60 à 74 ans
28,1 
18,3 
45 à 59 ans
17,1 
16,6 
30 à 44 ans
12,6 
12,4 
15 à 29 ans
11,1 
11,8 
0 à 14 ans
12,1 
Pyramide des âges du département de la Charente en 2007 en pourcentage[20].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,6 
8,2 
75 à 89 ans
11,8 
15,2 
60 à 74 ans
15,8 
22,3 
45 à 59 ans
21,5 
20,0 
30 à 44 ans
19,2 
16,7 
15 à 29 ans
14,7 
17,1 
0 à 14 ans
15,4 

Économie[modifier | modifier le code]

Commerces[modifier | modifier le code]

Nouveaux commerces près du centre du bourg

Équipements, services et vie locale[modifier | modifier le code]

Rue principale du bourg

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école est un RPI entre Aubeterre, Bonnes et Laprade. Aubeterre accueille l'école primaire, et Bonnes et Laprade les écoles élémentaires[21].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre puis Sainte-Radegonde a été construite au tout début du XIIIe siècle. Elle était dès la fin du XIIe siècle le siège d'une vicairie perpétuelle dépendant du chapitre cathédral de Périgueux[22]. Au XVIe siècle ont été ajoutées deux chapelles. La cloche du XVIe siècle a été réparée en 1892. Des aménagements intérieurs ont eu lieu au XVIIe siècle puis au XIXe siècle dont la construction de la sacristie en 1896. Elle a été inscrite monument historique le 4 décembre 1995[23].

L'église Sainte-Radegonde
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Le château

Le château de Bonnes possède une aile datant du début du XVIe siècle un pavillon quadrangulaire à couverture en pyramide et une aile construite au XVIIe siècle. Une autre aile et une tour ont disparu. Il est inscrit monument historique en 1974 puis 1995[24],[25].

Article détaillé : Château de Bonnes.

Le moulin de Bonnes est un ancien moulin situé le long de la Dronne, au sud du bourg[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site habitants.fr, « Les gentilés de Charente », (consulté le 29 mars 2014)
  2. Distances orthodromiques prises sous ACME Mapper
  3. a, b, c, d et e Carte IGN sous Géoportail
  4. Carte du BRGM sous Géoportail
  5. Visualisateur Infoterre, site du BRGM
  6. [PDF] BRGM, « Notice de la feuille de Ribérac », sur Infoterre, (ISBN 2-7159-1757-0, consulté le 30 décembre 2011)
  7. Jean Nanglard, Pouillé historique du diocèse d'Angoulême, t. III, Angoulême, imprimerie Despujols, , 582 p., p. 116
  8. Georges Dottin, La langue gauloise, , 381 p. (lire en ligne)
  9. Augustobona, dans Camille Jullian, Histoire de la Gaule, vol. VI, Hachette, (lire en ligne), p. 421
  10. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Librairie Guénégaud, (1re éd. 1963), 738 p. (ISBN 2-85023-076-6), p. 95.
  11. (oc) Jean Urroz, « Les noms des communes en Charente occitane », (consulté le 29 mars 2014)
  12. Joël Guitton et al., Les chemins de Saint-Jacques en Charente, éditions Sud Ouest, , 254 p. (ISBN 978-2-8177-0053-3, présentation en ligne), p. 237
  13. a et b Jules Martin-Buchey, Géographie historique et communale de la Charente, édité par l'auteur, Châteauneuf, 1914-1917 (réimpr. Bruno Sépulchre, Paris, 1984), 422 p., p. 85
  14. Site des villes et villages fleuris, consulté le 24 décembre 2016.
  15. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Evolution et structure de la population à Bonnes en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de la Charente en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 29 juillet 2010)
  21. Site de l'inspection académique de la Charente
  22. Christian Gillet, Églises et chapelles de la Charente, imprimé à Rioux-Martin, Le vent se lève, , 387 p. (ISBN 978-2-7466-7404-2), p. 77,78
  23. « Église paroissiale », notice no PA00135581, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. Châteaux, manoirs et logis : La Charente, éditions Patrimoine et Médias, , 499 p. (ISBN 2-910137-05-8), p. 321
  25. « Château de Bonnes », notice no PA00104252, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]