Le Coteau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Le Coteau
Le Coteau
La mairie du Coteau
Blason de Le Coteau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Sandra Creuzet
2020-2026
Code postal 42120
Code commune 42071
Démographie
Gentilé Costellois, Costelloise [1]
Population
municipale
6 880 hab. (2019 en augmentation de 1,55 % par rapport à 2013)
Densité 1 407 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 01′ 41″ nord, 4° 05′ 15″ est
Altitude Min. 265 m
Max. 317 m
Superficie 4,89 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Roanne
(banlieue)
Aire d'attraction Roanne
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton du Coteau
(bureau centralisateur)
Législatives Sixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative d'Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Le Coteau
Géolocalisation sur la carte : Loire
Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Le Coteau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Coteau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Coteau
Liens
Site web www.mairie-lecoteau.fr

Le Coteau est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes. C'est le chef-lieu du canton du Coteau.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Elle se situe à environ une heure de Saint-Étienne, de Lyon et de Clermont-Ferrand.

Topographie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est bordée par le fleuve Loire, sur sa rive droite. Elle est aussi arrosée par la rivière Le Rhins sur l'est de son territoire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Le Coteau est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Roanne, une agglomération intra-départementale regroupant 15 communes[5] et 79 928 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Roanne, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 88 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (62,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (59,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (40,9 %), prairies (37 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (20,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (1 %), terres arables (0,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 2020 la commune choisit comme nouvelle signature « Le Coteau, ville en action » pour marquer son ouverture sur l'agglomération. Le slogan « La vie du bon côté » est définitivement abandonné [11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le , est mise en service la troisième ligne de chemin de fer de France entre Andrézieux et Roanne (1re ligne d'Europe continentale), mais elle arrive aux Varennes, en rive droite de la Loire, c'est-à-dire au Coteau.

Le Coteau fut érigé en commune le par un décret du roi Louis-Philippe

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1845 1849 Étienne Legrand    
1849 1852 Pierre Lièvre    
1852 1855 Auguste Busson    
1855 1871 Simon Gontier    
1871 1878 Joanny Pomey    
1878 1886 Joseph Grangette    
1886 1900 André Robert-Vivier    
1904 1912 Didier Remontet    
1912 1914 Félix Terrenoire    
1914 1919 Antoine Bert    
1919 1941 Antoine Bécot    
1941 1943 Jean Clermont    
1943 1944 Francisque Passager    
1944 1952 Antoine Bécot    
1952 1975 Charles Gallet UDSR  
1975 1989 Lucien Burdin UDR puis RPR Directeur de banque
1989 2001 Pierre Fernier   Ingénieur SNCF
2001 2014 Jean-Paul Burdin SE Instituteur
2014 2020 Jean-Louis Desbenoit SE Dessinateur
2020 En cours Sandra Creuzet DVC Mandataire judiciaire en structure hospitalière

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2020[modifier | modifier le code]

Le 15 mars 2020, le maire Jean-Louis Desbenoit (Divers droite) est battu au premier tour par la liste (Divers centre) de Sandra Creuzet, à l'époque conseillère régionale de 34 ans, ex-Les Républicains[12]. Une troisième liste (Divers centre) était soutenue par Bernard Gabert. Résultats des élections des 15 et 22 mars 2020, pour Le Coteau, sur le site du ministère de l'Intérieur.

Élections municipales de 2014[modifier | modifier le code]

Le maire Jean-Paul Burdin ne se représente pas en 2014[13]. Pour la première fois aux municipales depuis 2001, trois listes se présentent, et non une seule. L'une de centre-droit avec Bernard Gabert, l'autre avec Jean-Louis Desbenoit, dessinateur industriel et septième adjoint sortant[12], et le Front national, liste menée par Véronique Passé[14].

Découpage électoral[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 2014, la commune du Coteau est rattachée au canton de Perreux. Lors du nouveau découpage territorial de la Loire, le canton du Coteau est créé ; il entre en vigueur à l'occasion des élections départementales de 2015. Il est défini par le décret du [15]. Le Coteau en est le chef-lieu de canton.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1846. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[17].

En 2019, la commune comptait 6 880 habitants[Note 3], en augmentation de 1,55 % par rapport à 2013 (Loire : +1,18 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
1 5341 6781 8172 0322 4932 5652 4472 6212 780
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936
3 0923 7144 4624 5904 6245 1135 3655 5005 626
1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006
6 1436 2226 5717 6138 4888 3597 4697 3757 065
2011 2016 2019 - - - - - -
6 8716 8456 880------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

La commune abrite le siège social de 340 entreprises dont 7 réalisant un chiffre d'affaires de plus de 10 millions d'euros avec une dominante commerciale : concessions automobiles et grandes surfaces alimentaires[20].

La population du Coteau perçoit un revenu médian de 17 680 euros par an (2012), tandis qu'il était de 17 566 euros en 2011. Ce chiffre est moins élevé que le revenu médian national par an (19 785 euros)[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église Saint-Marc.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Rhins XVIIe siècle/XVIIIe siècle : corps de logis classique flanqué de deux pavillons ; parc.
  • Hôtel de ville de facture classique, parc.
  • Armoire style Louis XIV dans un hospice de la ville.
  • Pont XVIIIe siècle sur la Loire. Situé sur le territoire de Roanne, son appellation « Pont du Coteau » est impropre.
  • Église Saint-Marc d'inspiration classico-baroque, reprise au XIXe siècle ; à l'intérieur de cette église se trouve une toile datant de 1827.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

La commune est labelisée « deux fleurs » depuis 2005 au Concours des villes et villages fleuris [11].

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville du Coteau est jumelée avec :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Personnalités nées dans la commune[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

  • Marc Louis de Tardy (1769-1857), homme politique mort au Coteau.
  • Pierre Troisgros (1928-2020), cuisinier mort au Coteau et honoré le 13 juillet 2021 par la municipalité d'une fresque géante.
  • Claude Devernois (1899-1972), industriel et dirigeant sportif, mort au Coteau.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Le_Coteau
Blason de Le_Coteau Blason
Parti: au 1er d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au lambel de cinq pendants du même brochant sur le tout, au 2e de gueules au dauphin d'or.
Détails
Création Henri Dupont. Adopté en 1953.

Diaporama d'hier[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/loire-42
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Unité urbaine 2020 de Roanne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. a et b http://www.mairie-lecoteau.fr/
  12. a et b https://c.leprogres.fr/edition-loire-nord/2020/03/16/sandra-creuzet-slepcevic-devient-la-premiere-femme-maire
  13. http://www.leprogres.fr/loire/2013/05/06/municipales-2014-jean-paul-burdin-ne-repartira-pas
  14. Résultats des élections des 23 et 30 mars 2014, pour Le Coteau, sur le site du ministère de l'Intérieur
  15. Décret no 2014-260 du 26 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Loire.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  20. « Créer des listes personnalisées d'entreprises avec Verif.com », sur www.verif.com (consulté le ).
  21. « Le Coteau - 42120 », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  22. « Jean-Pierre Jeunet - Site officiel », sur Jean-Pierre Jeunet (consulté le ).
  23. « Henri Giraud Sosie de Coluche accueil », sur lien.henrigiraud.com (consulté le ).
  24. Roanne Passionnement, « Roanne Passionnement », sur www.roannepassionnement.fr (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]