Orthoptie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Orthoptie
Squint.jpg
Appellation
Orthoptiste
Secteur d'activité
Paramédical
Niveau de formation
Certificat de capacité d’orthoptiste
Obtenu en 3 ans dans les facultés de Médecine.
Salaire
Drapeau : France : entre 1 500 et 3 000
Codes
ROME (France)
J1407

L’orthoptie consiste à dépister, analyser et traiter les troubles visuels moteurs, sensoriels et fonctionnels. Pour cela, selon le contexte, les besoins et les caractéristiques du patient, l’orthoptiste évalue les capacités visuelles, effectue des examens d’explorations comme des photos du fond d’œil, mesure de la tension oculaire, évaluation du champ visuel, réalise et propose des projets thérapeutiques personnalisés… 

Etymologiquement, orthoptie vient du grec ortho : droit et opsie : vision ou œil

Définition[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

L'orthoptie consiste en des actes d'exploration, de rééducation et de réadaptation de la vision utilisant éventuellement des appareils et destinés à traiter les anomalies de la fonction visuelle. Dans son activité, l'orthoptiste est habilité à réaliser un interrogatoire et à recueillir les informations concernant le patient et son entourage dans le respect du secret professionnel. La prise en charge orthoptique est accompagnée, le cas échéant, de conseils appropriés à l'entourage proche du patient.(Décret 2016-1670 du 5 décembre 2016 - Art.R.4342-1)[1]

Au 1er janvier 2016, il y avait 4 409 orthoptistes (France métropolitaine + DOM), dont 65 % exerçant en libéral et 54 % ayant moins de 40 ans[2]

Champs d'intervention[modifier | modifier le code]

L'orthoptiste est spécialisé en exploration, rééducation et en réadaptation .

L’exploration de la fonction visuelle[modifier | modifier le code]

Les orthoptistes sont ces professionnels que vous pouvez rencontrer dans les cabinets d’ophtalmologie et qui interviennent en amont de la consultation du médecin, pratiquant différentes mesures de votre œil et différents examens de votre vision. Il peut réaliser entre autres l’acuité visuelle, la réfraction, participer à l'adaptation et à la manipulation des lentilles de contact, mesurer la pression intra-oculaire, réaliser une tomographie à cohérence optique, effectuer des photos du fond d’œil, etc

Dans un contexte de diminution démographique importante du nombre d’ophtalmologistes, de l’augmentation des actes techniques ainsi que de l’accroissement et du vieillissement de la population, la filière visuelle a dû se réorganiser. Les partenaires privilégiés que sont les ophtalmologistes confient trois quarts des mesures techniques à l’orthoptiste. Ils peuvent ainsi passer moins de temps avec chacun de leurs patients et donc recevoir plus de patients au cours d’une même journée.

Et c’est dans le même esprit que les orthoptistes peuvent aussi réaliser de nouveaux actes comme le contrôle entre deux rendez-vous de pathologies chroniques, le bilan visuel avant prescription ou renouvellement de lunettes, le dépistage de la rétinopathie diabétique, qui est le premier acte de télémédecine remboursé par la Sécurité sociale, dont le but est d’éviter de ne découvrir la pathologie que trop tard.

La rééducation[modifier | modifier le code]

Les orthoptistes, historiquement, prennent en charge les déséquilibres oculaires, les strabismes, les amblyopies, les nystagmus… et soulagent les patients de leurs céphalées, de leurs douleurs oculaires, de leurs problèmes de mise au point, de leur vision floue, de leur vision double, qu’ils travaillent sur écran ou qu’ils soient obligés de fixer de manière importante. Se sont ajoutées, des bilans orthoptiques spécifiques, réalisés en fonction de la problématique du patient (bilan de basse vision, malvoyance, troubles neurovisuels, troubles des apprentissages, posturaux, dans le cadre de pathologies chroniques ou du développement…).

La réadaptation[modifier | modifier le code]

Les orthoptistes sont responsables des patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) et de basse vision en général (glaucome, rétinopathie diabétique…) ainsi que de ceux qui sont atteints de troubles neurovisuels ou de conséquences neuro-ophtalmologiques des pathologies générales.

Entrent dans ces catégories de nombreuses pathologies neurodégénératives telles que la sclérose en plaques, les séquelles d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou la maladie de Parkinson sur lesquelles l’orthoptiste œuvre dans le but de rendre aux patients des capacités de fixation et de traitement de l’information visuelle restantes les plus efficaces possibles.

Ce type de prises en charge contribue à un maintien à domicile plus aisé pour ces patients ainsi que pour la population vieillissante.

La prise en charge orthoptique se conçoit très souvent dans un cadre pluridisciplinaire. L’orthoptiste réalise et propose des projets thérapeutiques personnalisés. 

L’orthoptiste participe également à des projets d’adaptation à la scolarisation pour les enfants, en lien avec l'Education Nationale et entretient à ce titre des relations avec tous les professionnels de santé et avec le corps enseignant (professeurs des écoles, enseignants référents de M.D.P.H.…) et les établissements spécialisés (IME, IEM, SESSAD, CAMSP, etc.)

Modalités d'accès[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Il est possible d’accéder à une consultation orthoptique de trois manières :

  • Par protocole organisationnel établi entre un(e) orthoptiste et un ou plusieurs médecins ophtalmologistes d’un même établissement
  • En cas d’urgence et en l’absence d’un médecin, l’orthoptiste est habilité à accomplir les premiers actes de soins nécessaires en orthoptie 

L'exercice de l'orthoptie, quel que soit son mode, salarié ou libéral, est réglementé par un Décret de compétences fixant la liste des actes professionnels pouvant être accomplis par lui-elle (cf  Décret 2016-1670 du 5 décembre 2016 du code de la Santé Publique).

Trouver l'orthoptiste près de chez vous ici

Mode d'exercice[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

L’orthoptiste peut exercer en libéral et/ou salarié.

L’installation et le droit d’exercer l’orthoptie en libéral ne sont pas limités ni soumis à condition de lieu.

  • On peut donc créer son cabinet orthoptique libéral ou succéder à un(e) orthoptiste qui arrête son activité.
  • On peut aussi s’associer avec un(e) orthoptiste déjà installé
  • On peut aussi devenir collaborateur d’un orthoptiste
  • On peut aussi remplacer, de façon temporaire et pour une raison précise (vacances, formation, mandat politique ou syndical, maladie, maternité), un(e) orthoptiste qui arrête momentanément son activité.

L’orthoptiste peut être salarié dans le secteur public ou privé:

  • Dans le secteur public, il s’agit essentiellement des hôpitaux de l’assistance publique ou des armées, les CHU ou les CHR.
  • Dans le secteur privé, il peut s’agir des hôpitaux privés, des cliniques, des centres municipaux, des cabinets médicaux, des établissements médico-sociaux

Formation[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

L’organisation et le contenu de la formation en vue de l’obtention du certificat d’orthoptiste sont fixés par l'arrêté du 20 Octobre 2014[3].

Pour exercer l’activité d’orthoptiste, le professionnel doit être titulaire du Certificat de capacité d’orthoptiste. Ce diplôme se prépare en 3 ans dans 14 unités de formation et de recherche de sciences médicales ou de techniques de réadaptation. La formation, accessible sur examen, après l’obtention du baccalauréat, comporte 6 semestres de formation validés par l’obtention de 180 crédits européens, dont 1968h de cours magistraux et de travaux dirigés, et 1400h de stages. L’enseignement comprend entre autres de l’anatomie, de la physiologie oculaire, de l’optique, des pathologies ophtalmologiques et générales, des techniques d’instrumentation, de la psychologie, etc.

Le nombre d’étudiants admis en première année d’étude est fixé par un arrêté annuel conjoint du ministre chargé de la santé et du ministre chargé de l’enseignement supérieur.

Conditions d'accès[modifier | modifier le code]

Aucune limite d’âge n’est imposée, les études pouvant s’entreprendre après une précédente formation ou une réorientation.

Les candidat(e)s doivent justifier, soit du baccalauréat, soit du diplôme d’accès aux études universitaires (DAEU), soit d’un diplôme français ou étranger admis en dispense ou équivalence du baccalauréat en application de la réglementation nationale, soit d’une qualification ou d’une expérience jugées suffisantes, conformément aux dispositions de l’article L. 613-5 du code de l’éducation. 

Les universités peuvent sélectionner les candidats selon l’un des 2 modalités suivantes :

  • Modalité 1 : Sélection sur dossier suivi d’un entretien de motivation avec le jury. Les pièces constitutives du dossier sont fixées par chaque université. L’entretien a une durée minimum de 30 min
  • Modalité 2 : Examen écrit suivi d’une épreuve orale avec le jury. L’examen écrit comporte deux épreuves anonymes sur la physique et les sciences de la vie (programme de terminale S) affectées d’un coefficient 1. L’épreuve orale consiste en un exposé discussion avec le jury d’une durée maximale de 30 minutes affectée d’un coefficient 2.

Département universitaire de formation[modifier | modifier le code]

Il existe 14 départements universitaires intégrées aux UFR de Médecine et de Techniques de Réadaptation en France dispensant cette formation, dans les villes suivantes:

Enseignements[modifier | modifier le code]

Le référentiel de formation de ce certificat comprend 41 Unité d’Enseignements (UE) dont par exemple: Biologie moléculaire et cellulaire, génétique, histologie et anatomie, Optique géométrique, optique physiologique, Réfraction, Physiologie du système visuel, physiologie neuro sensorielle, Anatomie et histologie de l'appareil oculomoteur et de la vision, Troubles neurovisuels, vision et équilibre, Communication, éducation thérapeutique, Prise en charge orthoptique des pathologies neuro ophtalmologiques.

Organisation de la profession[modifier | modifier le code]

  • Union Nationale pour la Recherche et l’Information en Orthoptie (UNRIO): www.unrio.fr
  • Société Francophone d’Etude et de Recherche en Orthoptie (SFERO) : www.sfero.pro

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Décret n° 2016-1670 du 5 décembre 2016 relatif à la définition des actes d'orthoptie et aux modalités d'exercice de la profession d'orthoptiste, (lire en ligne)
  2. « Beyond 20/20 WDS - Affichage de tableau », sur www.data.drees.sante.gouv.fr (consulté le 3 mars 2017)
  3. Arrêté du 20 octobre 2014 relatif aux études en vue du certificat de capacité d'orthoptiste (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]