Hans von Obstfelder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans von Obstfelder
Hans von Obstfelder (à droite avec Erwin Rommel (au centre), 1944
Hans von Obstfelder (à droite avec Erwin Rommel (au centre), 1944

Naissance 6 septembre 1886
Steinbach-Hallenberg
Décès 20 décembre 1976 (à 90 ans)
Wiesbaden
Origine Allemand
Allégeance Flag of the German Empire.svg Empire allemand
Flag of Germany.svg République de Weimar
Flag of German Reich (1935–1945).svg Troisième Reich
Arme War Ensign of Germany 1903-1918.svg Deutsches Reichsheer
Flag of Weimar Republic (war).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Wehrmacht, Heer
Grade General der Infanterie
Années de service 1906 – 1945
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Commandement 28. Infanterie-Division
XXIX. Armeekorps
LXXXVI. Armeekorps
1. Armee
19. Armee
7. Armee
Faits d'armes Seconde Guerre mondiale
Distinctions Croix de chevalier de la Croix de fer avec Feuilles de chêne et Glaives
Croix allemande

Hans von Obstfelder (6 septembre 1886 à Steinbach-Hallenberg20 décembre 1976 à Wiesbaden) est un General der Infanterie allemand qui a servi au sein de la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il combat lors de la Première Guerre mondiale comme sous-lieutenant. Il est nommé Oberstleutnant (lieutenant-colonel) en 1930[1].

Au début de la Seconde Guerre mondiale, il commande la 28. Infanterie-Division lors de la campagne de Pologne[1] puis prend le commandement du 24. Armeekorps qui participe à la campagne de France[1]. À la tête de cette unité, il participe à l'invasion de l'URSS et va combattre dans le Caucase[1]. En août 1944, il prend le commandement du 86. Armeekorps qui est alors stationné en Aquitaine[1]. Dès le débarquement de Normandie, cette unité rejoint la zone entre Caen et la Seine. Fin juillet 1944, elle s'oppose au 1st British Corps[1] lors de l'opération Goodwood lancée par les Alliés pour dégager Caen. Plus tard, il parvient à extraire les restes du 86. Korps dont la 21. Panzerdivision de la poche de Falaise[1]. À l'automne, il combat dans les Vosges à la tête de la 1. Armee[1]. Il commandera la 7. Armee pendant les 3 derniers mois de la guerre[1]. Il est fait prisonnier par les Américains en mai 1945[1].

Pendant sa période de captivité, de 1945 à 1947, il sert d'officier de liaison pour l'US Army[1].

Il meurt à Wiesbaden en décembre 1976 à 90 ans.

Décorations[modifier | modifier le code]

Cette décoration avec ses grades supérieurs - les Feuilles de chêne et Glaives - sont attribuées pour récompenser un acte d'une extrême bravoure sur le champ de bataille ou un commandement militaire avec succès.

Références[modifier | modifier le code]

Citations
  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Claude Quétel (sous la direction de), Dictionnaire du débarquement, Rennes, éditions Ouest-France,‎ 2011, 725 p. (ISBN 978-2-7373-4826-6), p. 504
  2. Fellgiebel 2000, p. 328.
  3. Fellgiebel 2000, p. 69.
  4. Fellgiebel 2000, p. 46.
Source
Bibliographie
  • (de) Berger, Florian (2000). Mit Eichenlaub und Schwertern. Die höchstdekorierten Soldaten des Zweiten Weltkrieges. Wien, Autriche: Selbstverlag Florian Berger. ISBN 3-9501307-0-5.
  • Fellgiebel, Walther-Peer (2000). Die Träger des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939-1945. Friedburg, Allemagne: Podzun-Pallas. ISBN 3-7909-0284-5.
  • Patzwall, Klaus D. and Scherzer, Veit. Das Deutsche Kreuz 1941 - 1945 Geschichte und Inhaber Band II. Norderstedt, Allemagne: Verlag Klaus D. Patzwall, 2001. ISBN 3-931533-45-X.
  • Scherzer, Veit (2007). Ritterkreuzträger 1939–1945 Die Inhaber des Ritterkreuzes des Eisernen Kreuzes 1939 von Heer, Luftwaffe, Kriegsmarine, Waffen-SS, Volkssturm sowie mit Deutschland verbündeter Streitkräfte nach den Unterlagen des Bundesarchives. Jena, Allemagne: Scherzers Miltaer-Verlag. ISBN 978-3-938845-17-2.
Liens externes