Personnalité antisociale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Antisocial » redirige ici. Pour la chanson, voir antisocial (chanson).
Personnalité antisociale
Classification et ressources externes
CIM-10 F60.2
CIM-9 301.7
MeSH D000987
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La personnalité antisociale est un trouble de la personnalité caractérisé par une tendance générale à l'indifférence vis-à-vis des normes sociales, des émotions et droits d'autrui ainsi que par un comportement impulsif. Le terme de trouble de la personnalité antisociale est utilisé par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR)[1], publié par l'Association américaine de psychiatrie (AAP) tandis que la Classification internationale des maladies (CIM-10), publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), parle de trouble de la personnalité dyssociale[2]. La psychopathie et la sociopathie sont considérées comme deux manifestations différentes du trouble de la personnalité antisociale [réf. nécessaire].

Selon Robert Hare, la différence entre psychopathie et sociopathie peut s'expliquer par l'origine du trouble[3]. La sociopathie s'explique par l'environnement social alors que la psychopathie s'explique par un mélange de facteurs psychologiques, biologiques, génétiques et environnementaux. Selon David Lykken, les psychopathes naissent avec des caractéristiques psychologiques particulières comme l'impulsivité ou l'absence de peur, qui les conduisent à chercher le risque et les rendent incapables d'intégrer les normes sociales. Par opposition, les sociopathes ont un tempérament plus réglé; leur trouble de la personnalité tient davantage à un environnement social défavorable (parents absents, proches délinquants, pauvreté, intelligence extrêmement faible ou au contraire développée).

Par extension, le terme est parfois utilisé voire revendiqué pour désigner des personnes se plaçant volontairement en marge de la société[réf. nécessaire].

Description[modifier | modifier le code]

La sociopathie est considérée comme un trouble de la personnalité dont le critère principal d'identification est la capacité limitée, pour les personnes montrant les symptômes du trouble, à ressentir les émotions humaines, aussi bien à l'égard d'autrui qu'à leur propre égard. C'est ce qui peut expliquer leur manque d'empathie quand ils sont confrontés à la souffrance des autres, témoignant d'une incapacité à ressentir l'émotion associée à l'empathie ou la souffrance. Les individus atteints de trouble de la personnalité antisociale ont souvent des problèmes avec les figures d'autorité. Parmi les caractéristiques les plus fréquentes[4].

Dans l'approche de beaucoup de praticiens de la psychologie, de l'aide sociale ou du droit (côté défense), toute personne adoptant des comportements de prédation et/ou de violence relève de la sociopathie. Il s'agit d'un débat à la fois scientifique, philosophique et politique[réf. nécessaire].

D'autres approches, notamment en éthologie appliquée à l'espèce humaine, introduisent des distinctions fondées sur le but recherché par le ou la sociopathe. Certains chercheurs (dont Konrad Lorenz, ainsi que beaucoup de béhavioristes américains) estiment que les personnes adoptant des comportements de prédation et/ou de violence ne le font pas forcément par manque d'émotion ou d'empathie (les séducteurs et les manipulateurs n'en manquent pas), mais par choix narcissique, en vertu du principe du plus grand plaisir et/ou de la plus grande facilité ou rentabilité. D'autres spécialistes de l'éthologie humaine, toutefois, tels Boris Cyrulnik, nuancent ces points de vue[réf. nécessaire].

Un comportement de recherche du risque et d'usage de drogues peut aussi être un moyen d'échapper à un vide émotionnel intérieur. La rage dont font preuve certains sociopathes, de même que l'anxiété associée à certaines formes de trouble de personnalité antisociale, peuvent être vues comme la limite de la capacité à ressentir des émotions. Le diagnostic du trouble de la personnalité antisociale est plus courant chez les hommes que chez les femmes même si on dénombre plusieurs cas chez la femme depuis quelques années[5].

La recherche sur le sujet a montré que les individus ayant un réel trouble de la personnalité antisociale sont indifférents à la possibilité de leur propre douleur physique ou d'une quelconque peine, et ne montrent aucun signe de crainte lorsqu'ils sont menacés de souffrance[réf. souhaitée].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

DSM-IV-TR[modifier | modifier le code]

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR), un manuel très utilisé pour le diagnostic de divers troubles du comportement et maladies mentales, définit le trouble de la personnalité antisociale comme un motif pervasif d'indifférence et d'invasion des droits de l'autre depuis l'âge mental de 15 ans, indiqué par trois ou plus des signes suivants[1],[4] :

  1. Incapacité à se conformer aux normes sociales quant aux comportements licites, effectuant de manière répétée des actes pouvant être motifs d'arrestation ;
  2. Tromperie, indiquée par l'usage répété du mensonge, l'utilisation d'alias, l'escroquerie d'autrui pour le profit personnel ou le profit ;
  3. Impulsivité, ou incapacité à prévoir ;
  4. Irritabilité et agressivité, indiquée par des conflits et agressions physiques ;
  5. Dédain complet pour la sécurité de soi ou d'autrui ;
  6. Irresponsabilité chronique, indiquée par l'incapacité à maintenir un comportement cohérent face au travail ou à honorer des obligations financières ;
  7. Absence de remords ou de culpabilité, indiquée par l'indifférence ou la rationalisation d'avoir peiné, maltraité ou volé autrui.

Le manuel liste également les critères nécessaires suivants[1] ; il existe trace de troubles comportementaux remontant à avant l'âge de 15 ans. La fréquence du comportement antisocial n'est pas limitée à des épisodes de manie ou de schizophrénie.

CIM-10[modifier | modifier le code]

Le chapitre V de la dixième révision de la CIM offre un ensemble de critères pour diagnostiquer le trouble de la personnalité dyssociale[2],[4]. Le trouble de la personnalité dyssociale (F60.2), habituellement remarqué à cause d'une disparité flagrante entre le comportement et les normes sociales usuelles, caractérisé par :

  • Dédain froid envers les sentiments des autres,
  • Attitude flagrante et permanente d'irresponsabilité et d'irrespect des règles, normes sociales et engagements pris,
  • Incapacité à maintenir des relations durables, bien que n'ayant aucune difficulté à les établir,
  • Tolérance très faible à la frustration et seuil faible à la décharge de l'agressivité, y compris par la violence,
  • Incapacité à ressentir la culpabilité ou à profiter de l'expérience, en particulier des punitions,
  • Tendance marquée à rejeter la faute sur les autres, ou à rationaliser des excuses plausibles, pour des comportements amenant le sujet en conflit avec la société.

Il peut aussi y avoir une irritabilité permanente associée. Un trouble comportemental pendant l'enfance et l'adolescence, quoique parfois absent, peut renforcer le diagnostic.

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Plusieurs conditions coexistent communément avec le trouble de la personnalité antisociale[6]. Elles incluent troubles anxieux, états dépressifs, troubles des habitudes et des impulsions, troubles liés à une substance, troubles de somatisation, troubles de la personnalité borderline, troubles de la personnalité histrionique, troubles narcissiques et trouble de la personnalité sadique[6].

Lorsqu'elles sont combinées à l'alcoolisme, les individus peuvent montrer des déficits fonctionnels frontaux lors de tests neurologique plus grands que ceux associés à chaque condition[7].

Causes[modifier | modifier le code]

La cause du trouble n'est pas connue, mais des facteurs biologiques et génétiques[réf. nécessaire] pourraient être en cause. La maltraitance pendant l'enfance ou l'exposition à la violence en bas âge peut aussi compter. Des antécédents de ce trouble du comportement dans la famille augmentent la probabilité de développer le trouble. Un nombre de facteurs environnementaux présents au domicile, à l'école et dans les lieux de vie, comme une atmosphère très stricte à la maison ou à l'école, peuvent aussi y contribuer.

Robbins (1996) a découvert une incidence plus élevée des caractéristiques sociopathes et de l'alcoolisme chez les pères d'individus atteints du trouble de la personnalité antisociale. Il a aussi découvert que, dans une même famille, les hommes avaient une incidence plus élevée, tandis que les femmes, en revanche, montraient une incidence plus élevée du trouble de somatisation [4]. Bowlby (1944) a observé une relation entre le trouble de la personnalité antisociale et la distanciation maternelle pendant les cinq premières années de la vie. Les Glueck (1968) ont observé que les mères d'enfants développant le trouble montraient généralement une absence de discipline cohérente et d'affection, et une tendance anormale à l'alcoolisme et à l'impulsivité. Ces facteurs contribuent tous à l'échec de la création et du maintien d'une relation familiale stable établissant une structure et des limites au comportement[4].

Les études sur les adoptions confirment le rôle des facteurs génétiques comme environnementaux dans le développement du trouble. Les études sur les jumeaux indiquent aussi une part d'héritabilité du comportement antisocial et ont montré que les facteurs génétiques sont plus importants chez les adultes que chez les enfants ou les adolescents antisociaux, pour lesquels les facteurs environnementaux sont prédominants[4].

Signes précurseurs potentiels[modifier | modifier le code]

Bien que le trouble ne puisse être diagnostiqué formellement avant l'âge adulte, il existe trois signes précurseurs du trouble, connus sous le nom de triade Macdonald, qui peuvent être détectés chez certains enfants. Ces signes sont des périodes inhabituellement longues d'énurésie, la cruauté envers les animaux, et la pyromanie[4]. Il est impossible de savoir quelle proportion d'enfants montrant ces signes développent plus tard le trouble de la personnalité antisociale, mais ces signes sont souvent trouvés dans le passé des adultes diagnostiqués.

La valeur prédictive de ces signes ne peut pas être établie sans évaluation du nombre d'enfants qui ne développent pas le trouble. Ces signes sont actuellement inclus dans le DSM-IV sous la rubrique du trouble comportemental. Un enfant qui montre les signes précurseurs du trouble de la personnalité antisociale peut être diagnostiqué comme ayant un trouble comportemental ou un trouble de défiance oppositionnel. Cependant, tous ces enfants ne développent pas le trouble[réf. nécessaire].

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le trouble de la personnalité antisociale est diagnostiqué chez 3 à 30 % des patients en psychiatrie[1],[6]. Une enquête nationale utilisant les critères du DSM-III-R a montré que 5,8 % des hommes et 1,2 % des femmes risquaient de développer le trouble à n'importe quel moment de leur vie[8]. Dans les établissements pénitentiaires, le pourcentage est estimé à un maximum de 75 %. Les estimations de fréquence calculées d'après les critères de diagnostic clinique donnent des résultats variant entre 3 et 30 % suivant les caractères prédominants des populations étudiées, comme les populations carcérales (qui incluent des criminels violents). De même, la fréquence du trouble est plus élevée chez les sujets suivant un traitement de sevrage de l'alcool ou d'autres drogues que dans le reste de la population, ce qui suggère un lien entre la dépendance et le trouble[9].

Traitements[modifier | modifier le code]

Certaines recherches concernant la personnalité antisociale ont été effectuées et montrent des résultats positifs par l'intermédiaire de thérapies[10]. D'autres études montrent que ce trouble n'interfère significativement pas avec le traitement concernant des troubles mentaux autres que la personnalité antisociale comme l'abus substantiel[11], bien que d'autres études montrent le contraire[12]. La schémathérapie est conseillée pour traiter le trouble de la personnalité antisociale[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Association américaine de psychiatrie, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR), 4e,‎ 2000, p. 645–650
  2. a et b Organisation mondiale de la santé (OMS), Classification internationale des maladies, 10e
  3. (en) Robert D. Hare, Without Conscience: The Disturbing World of Psychopaths Among Us, (New York: Pocket Books, 1993) page 23.
  4. a, b, c, d, e, f et g « Le trouble de la personnalité antisociale », sur Maladiesmentales.org,‎ 26 février 2009 (consulté le 13 janvier 2011)
  5. Rapport sur les maladies mentales au Canada, Agence de la Santé Publique du Canada
  6. a, b et c (en) Internet Mental Health – antisocial personality disorder. Mentalhealth.com. Consulté le= 7 octobre 2011.
  7. (en) Oscar-Berman M, Valmas M, Sawyer K, Kirkley S, Gansler D, Merritt D, Couture A, Frontal brain dysfunction in alcoholism with and without antisocial personality disorder, vol. 2009,‎ avril 2009, 309–326 p. (PMID 19557141, PMCID 2699656)
  8. Association américaine de psychiatrie, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-III), 3e,‎ 1994
  9. (en) F. Gerard Moeller et Donald M. Dougherty, « Antisocial Personality Disorder, Alcohol, and Aggression », sur Alcohol Research & Health, National Institute on Alcohol Abuse and Alcoholism,‎ 2006 (consulté le 20 janvier 2007)
  10. (en) Derefinko Karen J., Thomas A. Widiger, Antisocial Personality Disorder,‎ 2008, 213–226 p.
  11. Darke S., Finlay-Jones R., Kaye S. et Blatt T., Anti-social personality disorder and response to methadone maintenance treatment, vol. 15,‎ 1996, 271–6 p. (PMID 16203382, DOI 10.1080/09595239600186011)
  12. (en) Alterman AI, Rutherford MJ, Cacciola JS, McKay JR et Boardman CR, Prediction of 7 months methadone maintenance treatment response by four measures of antisociality, vol. 49,‎ 1998, 217–23 p. (PMID 9571386, DOI 10.1016/S0376-8716(98)00015-5)
  13. (en) Schema Focused Therapy in Forensic Settings: Theoretical Model and Recommendations for Best Clinical Practice, vol. 6,‎ 2007, 169–183 p. (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :