Trouble de la personnalité schizotypique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trouble de la personnalité schizotypique
Classification et ressources externes
CIM-10 F21
CIM-9 301.22
MeSH D012569
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le trouble de la personnalité schizotypique, ou simplement trouble schizotypique, est un trouble de la personnalité caractérisé par un besoin d'isolement social, d'anxiété durant des situations sociales, accompagné de pensées ou d'un comportement bizarres ainsi que de délires.

Causes[modifier | modifier le code]

Génétiques[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit listé dans le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) sur l'Axe II, le trouble de la personnalité schizotypique est grandement perçu comme étant un trouble du « spectre de la schizophrénie ». Les statistiques indiquent que ce trouble est beaucoup plus fréquent chez les individus atteint de schizophrénie que chez les individus atteint d'un autre trouble mental ou ne souffrant pas forcement d'un trouble quelconque. Techniquement parlant, le trouble de la personnalité schizotypique est un « phénotype étendu » qui aide les généticiens à tracer la transmission génétique des gènes impliqués dans la schizophrénie[1].

Il existe une douzaine d'études montrant que les individus atteints de trouble de la personnalité schizotypique marquent un point similaire aux individus atteints de schizophrénie sur un très haut rang de tests neuropsychologiques. Les troubles cognitifs chez les patients sont similaires, mais quelque part moins importants, à ceux des patients atteints de schizophrénie[2].

Société et environnement[modifier | modifier le code]

Les individus atteints de trouble de la personnalité schizotypique, comme pour les patients atteints de schizophrénie, peuvent être sensibles et hostiles aux critiques.

Les liens de parenté, les séparations prématurées et les négligences faites durant l'enfance peuvent également conduire au développement de caractéristiques schizotypiques[3],[4].

Critères diagnostiques[modifier | modifier le code]

Le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) décrit le trouble de la personnalité schizotypique comme étant un mode général de déficit social et interpersonnel marqué par une gêne aiguë et des compétences réduites dans les relations proches, par des distorsions cognitives et perceptuelles, et par des conduites excentriques. Le trouble apparaît au début de l'âge adulte et est présent dans des contextes divers, comme en témoignent au moins cinq des symptômes suivants :

  • idées de référence (à l'exception des idées délirantes de référence) ;
  • croyances bizarres ou pensée magique qui influencent le comportement et qui ne sont pas en rapport avec les normes d'un sous groupe culturel ;
  • perceptions inhabituelles, notamment illusions corporelles ;
  • pensée et langage bizarres ;
  • idéation méfiante ou persécutoire ;
  • inadéquation ou pauvreté des affects ;
  • comportement ou aspect bizarre, excentrique ou singulier ;
  • absence d'amis proches ou de confidents en dehors des parents du premier degré ;
  • anxiété excessive en situation sociale qui ne diminue pas quand le sujet se familiarise avec la situation et qui est due à des craintes persécutoires plutôt qu'à un jugement négatif de soi-même.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme spécifique schizotype est crédité par Sandor Rado en 1956 en tant qu'abréviation de phénotype schizophrène[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fogelson, D.L., Nuechterlein, K.H., Asarnow, R.F. et al. (2007). « Avoidant personality disorder is a separable schizophrenia-spectrum personality disorder even when controlling for the presence of paranoid and schizotypal personality disorders: The UCLA family study » Schizophrenia Research 91, 192-9. PMCID 17306508
  2. (en) Matsui, M., Sumiyoshi, T., Kato, K., et al., (2004). Neuropsychological profile in patients with schizotypal personality disorder or schizophrenia. Psychological Reports, 94(2), 387-397.
  3. (en) Deidre M. Anglina, Patricia R. Cohenab, Henian Chena (2008) Duration of early maternal separation and prediction of schizotypal symptoms from early adolescence to midlife, Schizophrenia Research Volume 103, Issue 1, Pages 143-150 (août 2008)
  4. (en) Howard Berenbaum, Ph.D., Eve M. Valera, Ph.D. and John G. Kerns, Ph.D. (2003) Psychological Trauma and Schizotypal Symptoms, Oxford Journals, Medicine, Schizophrenia Bulletin Volume 29, Number 1 Pp. 143-152
  5. (en) Millon, Theodore, Personality Disorders in Modern Life, 2004