Médicament

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gélules.
Ampoules.

Un médicament est toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales. Par extension, un médicament comprend toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme ou l'animal ou pouvant leur être administrée, en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique[1].

Définition élargie[modifier | modifier le code]

Définition officielle[modifier | modifier le code]

La notion de médicament est précisément définie en France par l'article L5111-1 du Code de la santé publique :

« On entend par médicament toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que toute substance ou composition pouvant être utilisée chez l'homme ou chez l'animal ou pouvant leur être administrée, en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique. Sont notamment considérés comme des médicaments les produits diététiques qui renferment dans leur composition des substances chimiques ou biologiques ne constituant pas elles-mêmes des aliments, mais dont la présence confère à ces produits, soit des propriétés spéciales recherchées en thérapeutique diététique, soit des propriétés de repas d'épreuve. Les produits utilisés pour la désinfection des locaux et pour la prothèse dentaire ne sont pas considérés comme des médicaments. Lorsque, eu égard à l'ensemble de ses caractéristiques, un produit est susceptible de répondre à la fois à la définition du médicament prévue au premier alinéa et à celle d'autres catégories de produits régies par le droit communautaire ou national, il est, en cas de doute, considéré comme un médicament. »

On peut distinguer différents types de médicaments selon leur utilisation, leurs composants, leur mode d'enregistrement réglementaire, etc. :

Notions en rapport[modifier | modifier le code]

  • Posologie : c'est la dose usuelle du médicament utilisé. Elle dépend de la maladie, de l'âge du patient, de son poids et de certains facteurs propres : fonction rénale, fonction hépatique. Elle ne doit naturellement être en aucun cas modifiée sans un avis médical ou éventuellement du pharmacien.
  • Pharmacocinétique : c'est la vitesse à laquelle la substance active du médicament va être absorbée, distribuée dans l'organisme, métabolisée (transformée), puis éliminée de l'organisme. Elle conditionne la méthode de prise : orale (par la bouche), intraveineuse ..., le nombre quotidien de prises, leur horaire, la dose journalière (quotidienne). Schématiquement, la pharmacocinétique est l'étude de l'action de l'organisme sur le médicament.
  • Pharmacodynamie : c'est le mode d'action de la substance active qui va entrainer les effets thérapeutiques. Schématiquement, la pharmacodynamie est l'étude de l'action du médicament sur l'organisme.
  • Indication : c'est une maladie ou une situation pour laquelle un médicament est utilisé.
  • Contre-indication : c'est la ou les situations où la prise du médicament peut se révéler dangereuse. Ce dernier ne doit, par conséquent, pas être donné. On distingue les contre-indications relatives où dans certains cas, le rapport bénéfice-risque de la prise de la molécule reste acceptable, et les contre-indications absolues où le médicament ne doit pas être pris, quel que soit le bénéfice escompté.
  • Association déconseillée : à éviter, sauf après évaluation du rapport bénéfice/risque; nécessité d'une surveillance étroite.
  • Précaution d'emploi : c'est le cas le plus fréquent; association possible en respectant les recommandations.
  • A prendre en compte : signalement du risque potentiel; au praticien d'évaluer l'opportunité de l'association; pas de conduite spécifique à tenir
  • Synergie : cela correspond à l'interaction entre deux médicaments présentant une activité pharmaceutique identique. L'intensité de l'activité de l'association est supérieure à celle que l'on pourrait obtenir avec l'un des médicaments administré seul.
  • Potentialisation : elle s'exerce entre deux médicaments dont l'activité pharmaceutique est différente.
  • Antagonisme : il s'agit d'une interaction entre deux médicaments dont l'activité pharmaceutique est identique ou différente. L'administration simultanée de 2 médicaments entraîne l'inhibition partielle ou complète de l'action de l'un d'entre eux.

Actions[modifier | modifier le code]

Un médicament peut avoir une ou plusieurs actions, décrites comme :

  • Action substitutive : consiste à apporter à l'organisme l'élément nutritif ou physiologique déficient (par exemple : méthadone ou vitamine C).
  • Action par reproduction directe ou indirecte des effets d'une substance naturelle : le médicament reproduit ou stimule une fonction cellulaire ou organique, ou encore la transmission d'un influx nerveux au niveau du SNC (système nerveux central) ou autonome (par exemple : sympathomimétique ou parasympathomimétique).
  • Action par antagonisme direct ou indirect des effets d'une substance naturelle : le médicament exerce un blocage partiel ou complet d'une fonction cellulaire ou organique en fixant sur des récepteurs spécifiques (par exemple : sympatholytique).
  • Action mécanique (par exemple : huile de paraffine favorisant le transit digestif).
  • Action sur certains processus métaboliques : action sur la perméabilité cellulaire ou la réactivité de certaines cellules à leur excitant physiologique ou pathologique (par exemple : médicament anticalcique (modifiant la perméabilité des ions calcium)).

Substance active et excipient[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Substance active (médicament) et Excipient.

Le médicament est composé de deux sortes de substances : d'une ou plusieurs substances actives (aussi désigné principe actif — c'est souvent la substance active qui est désignée dans le langage courant par médicament) et d'un ou plusieurs excipients.

La ou les substances actives sont constituées d'une quantité de produit active (dose) ayant un effet pharmacologique démontré et un intérêt thérapeutique également démontré cliniquement. Il est à remarquer que toute substance pharmacologiquement active ne constitue pas nécessairement la base d'un médicament et encore moins d'une thérapie médicamenteuse.

Les excipients sont des substances auxiliaires inertes servant à la formulation de la forme galénique ou destinée à créer une absorption par le corps. Ces excipients sont le plus souvent des substances inertes sur le plan pharmacologique. Les excipients permettent de formuler la ou les substances actives, c’est-à-dire de présenter la substance active sous une forme galénique déterminée. La formulation permet en plus de présenter le médicament sous la forme la plus adaptée pour la voie d'administration souhaitée et éventuellement, le cas échéant, de moduler la vitesse de libération de la substance active vers l'organisme. Comme exemple d'excipients on citera : l'eau et le saccharose sont les deux excipients constituant le sirop simple — ou encore, pour des formes sèches, le ou les amidons modifiés et la ou les celluloses modifiées sont des agents de délitement utilisés dans des formes sèches (comprimés, gélules, etc.) pour accélérer la désintégration (ou encore délitage) de celles-ci une fois arrivées dans l'estomac. Les excipients sont dans leur très grande majorité, des substances chimiquement inertes et pharmacologiquement inactives. Mais il s'avère qu'ils ne sont pas toujours exempts d'effets pharmacologiques sur certains patients. En effet, certains excipients sont connus pour être à l'origine d'effets secondaires (e.g. réactions allergiques ou d'intolérance) chez une minorité de patients particulièrement sensibles. On parle alors d'excipient à effet notoire. On citera en exemple le lactose chez des patients intolérants au lactose. Le prescripteur ou le pharmacien devra en tenir compte lors de la prescription et de la dispensation du médicament. Ceci est très important notamment lors de la substitution d'un produit princeps par une forme générique du produit original. Le produit générique n'étant pas nécessairement formulé avec les mêmes excipients que le produit princeps d'origine. Ceci est une des raisons pour lesquelles un patient peut ne pas tolérer les produits génériques de substitution.

Il est à remarquer qu'une substance active peut être par exemple un produit de contraste (sulfate de baryum) qui n'est pas pharmacologiquement actif car il n'est pas destiné à traiter le patient mais à aider à poser le diagnostic (il est actif sur le rayonnement auquel sera exposé le patient).

La galénique (de Galien, médecin de l'Antiquité) ou « art de formuler les médicaments », va permettre de présenter la substance active à des doses différentes et sous différentes formes galéniques (les formes d'administration de la substance active au patient). On parlera de comprimés, de gélules, de capsules molles, de suppositoires, d'ampoules, de gouttes (orales, oculaires ou nasales), de collutoires, de collyres, de pommades, de gels et crèmes, de solutions, d'ovules, d'emplâtre ou de dispositifs transdermiques, etc. On peut ainsi classer les formes galéniques selon la voie d'administration aux patients pour laquelle elles ont été conçues. On parlera alors d'injectables (ampoules de solution ou de suspension, implants...) destinées aux différentes voies parentérales (sous-cutanées, intraveineuse, intramusculaires, intra-articulaires, ...). Ces formes doivent être stériles, apyrogènes et, parfois, isotoniques. Les autres formes liquides non injectables sont destinées aux voies orales (à avaler per os ou sublinguales, à enrobage entérique ou à désintégration rapide), nasales, auriculaires et oculaires, dermiques mais aussi transdermiques (timbre ou patch). Il existe encore des formes pour la voie, rectale, oculaire, auriculaire, etc.

Une spécialité pharmaceutique est un médicament qui a un nom commercial (qui fait l'objet d'une propriété commerciale, nom commercial dit aussi nom de fantaisie). Chaque spécialité fait l'objet d'un enregistrement auprès des autorités de santé, qui est préparé industriellement selon des normes très strictes (les bonnes pratiques de fabrication) et est vendu par un laboratoire pharmaceutique. Sous son même nom de marque, il existe différentes formes pharmaceutiques et différents conditionnements, chacun faisant l'objet d'un enregistrement spécifique. Une même spécialité pourra être commercialisée éventuellement sous un ou plusieurs noms de marque et restera protégée tant qu'elle fera l'objet d'une propriété intellectuelle et d'une protection des droits intellectuels et/ou commerciaux (brevet, exclusivité commerciale, licence). Une fois la propriété intellectuelle perdue (épuisement des droits du ou des brevets), le médicament peut être commercialisé sous des formes dites génériques (en plus des formes commerciales existantes). Les formes génériques devant être bioéquivalentes au premier produit de marque mis sur le marché appelé encore produit "princeps" ou spécialité originale.

Ce n'est pas parce que l'on absorbe des doses équivalentes d'une même substance active sous des formes différentes (une solution au lieu d'un comprimé par exemple) que l'effet pharmacologique recherché sera équivalent. La prise à jeun ou après un repas change également l'effet pharmacologique de la substance active. On parle alors de disponibilité de la substance active ou encore de "biodisponibilité". Deux formes offrant la même biodisponibilité seront dites bioéquivalentes.

Principe de bioéquivalence[modifier | modifier le code]

Article connexe : Bioéquivalence.

Le principe de bioéquivalence décrit deux médicaments contenant la même quantité de substance active. Les substances actives sont dites bioéquivalentes si, pour un même groupe d'individus, leurs effets thérapeutiques sont estimés biologiquement équivalents. Des différences au niveau des caractéristiques physiques des substances actives (structure cristalline ou polymorphisme, taille des cristaux) ou caractéristiques de formulation (présence de certains excipients, compression, délitement, enrobage, ..) peuvent faire que deux formes galéniques qui contiennent la même quantité de substance active sont très différentes au niveau de leur mise à la disposition de cette substance active au niveau du système digestif. Il en est de même pour des formes injectables où l'on injecte des substances actives en suspension. Mais comme il est difficile et surtout très coûteux de tester une équivalence thérapeutique basée sur des tests cliniques et/ou biologiques, on teste en fait les variations de la concentration plasmatique de la substance active inchangée au cours du temps, variation consécutive à la prise du médicament au t=0. La courbe de biodisponibilité est représentée par la concentration plasmatique en inchangé Cp = f(t). C'est la mesure de l'aire sous la courbe qui donne la biodisponibilité de la substance active tel que présenté dans la forme galénique. Deux médicaments bioéquivalents donnent des moyennes d'aires sous la courbe (donc de concentrations plasmatiques en produit inchangé = f(t) qui sont équivalentes dans une population d'une vingtaine d'individus sains. Pour enregistrer un produit générique, il est nécessaire de démontrer par une étude de bioéquivalence que la forme générique est bioéquivalente à la forme princeps. Les problèmes de bioéquivalence existent cependant et se posent de façon importante pour des substances actives peu solubles (solubilité aqueuse inférieure à 1 mg/ml) lorsqu'elles sont administrées par voie orale ou pour des formes galéniques modifiées telles que les formes à libération prolongée, appelées encore formes retard. Pour des formes en solution vraie et présentées en injectable et injectées par voie IV en bolus, il n'existe par définition aucune différence de bioéquivalence entre formes puisque la biodisponibilité est totale (on dit alors que la biodisponibilité est absolue et égale à 1, quelle que soit la spécialité injectable utilisée. En revanche, pour des solutions orales, la biodisponibilité n'est plus absolue mais relative, car elle est relative à la vitesse de transit gastrique de chaque individu (à jeun, pendant ou après un repas, repas léger ou gras, etc.) et à une fenêtre d'absorption duodénale, si celle-ci existe. Par voie orale, on est donc toujours dans le relatif. Pour assurer une qualité de biodisponibilité des formes galéniques orales, dans la pratique industrielle, on teste la vitesse de dissolution des formes galéniques orales en laboratoire (test de dissolution) et ceci sur chaque lot avant de le libérer vers la distribution.

Les injectables à libération prolongée (formes intra-musculaire, intra-articulaire, implants, ...) peuvent, en revanche, montrer des biodisponibilités fort différentes entre elles et par rapport à la forme IV bolus. Ceci ne signifiant pas nécessairement des effets thérapeutiques essentiellement différents ou nécessairement supérieurs ou inférieurs. Là commence le domaine de la pharmacocinétique en liaison avec la toxicité (animale et humaine) et les études cliniques ((animale et humaine).

Historique[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle n'étaient considérés comme médicaments qu'une douzaine de produits de synthèse et une centaine de produits naturels. Au début du XXIe siècle, nous utilisons des centaines de substances synthétiques et il ne reste que très peu de remèdes courants d'origine exclusivement naturelle. Le XXe siècle a vu l'essor des médicaments de synthèse produits par des laboratoires pharmaceutiques. Depuis peu, les protéines, molécules du vivant, sont de plus en plus utilisées comme médicament.

Développement[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Article connexe : Création des médicaments.

Actuellement, pour une utilisation en santé humaine et animale, de la découverte d'une nouvelle substance active à l'Autorisation de mise sur le marché (AMM) en passant par la mise au point de(s) (la) forme(s) galénique(s) (le médicament délivré en officine), généralement une période de 10 à 15 ans se sera écoulée et plusieurs centaines de millions d'euros auront été investies.

Le processus de développement peut être décrit selon les étapes suivantes :

  • Recherche d'une substance originale candidate au statut de candidat médicament selon plusieurs méthodes : modélisation informatique, criblage (screening), observation de médecines traditionnelles (medicine man (en)), étude des caractéristiques des plantes ou substances naturelles (pharmacognosie), et parfois par les faveurs du hasard (sérendipité) lors d'observations cliniques.
  • Les substances candidates sont alors le plus souvent brevetées ce qui confère, dans ce cas, à l'inventeur une propriété intellectuelle permettant l'exploitation commerciale du médicament pour une durée maximale de 20 ans. Cependant, depuis 2009, commence à se développer aux États-Unis des coopératives de conception libre de médicaments, notamment génétique[2].
  • Étude de l'effet de la substance in vitro sur des micro-organismes en culture, "ex vivo" sur des organes isolés ou sur des récepteurs biologiques purifiés, puis in vivo, c'est-à-dire sur l'animal de laboratoire vivant.
  • Recherche d'une forme galénique adaptée. On cherche tant que possible à obtenir une forme orale stable, celle-ci étant la plus simple à prendre par le futur patient.

Les dernières phases de recherche enclenchées dans le développement d'un nouveau médicament sont les études cliniques : Depuis près de vingt ans, les différentes études cliniques qui doivent être réalisées à l'appui d'une demande d'enregistrement (demande d'AMM) font l'objet d'une standardisation internationale (ICH) reconnue par tous les pays. Elles sont structurées en trois phases avant la mises sur le marché et une, la phase IV, après cette mise sur le marché. Pour chaque nouvelle indication et parfois aussi par catégorie de formes galéniques (IV, Orale, topique, ...), il sera nécessaire de reconsidérer le plan clinique existant et de voir si les études cliniques existantes peuvent être utilisées à l'appui de la nouvelle indication / forme pharmaceutique ou si de nouvelles études sont nécessaires et doivent être entreprises avant d'aller plus avant. Lors de la mise sur le marché de copie, les études de bioéquivalence seront entreprises. Une substance active va donc faire l'objet d'études cliniques quasiment de façon continue pendant toutes les années de sa présence sur le marché.

Études cliniques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Essai clinique.

Les différentes études cliniques se font par phases.

  • Phase I : La phase I est dite d'innocuité et elle est menée chez des volontaires sains. Elle vise à établir la dose minimale active et la dose maximale tolérable. Il est bien entendu que pour des produits comme des antibiotiques, des anticancéreux, etc., l'utilisation de volontaires sains est exclue. On cherche à connaître la pharmacocinétique ADME de la molécule (c'est-à-dire la vitesse d'absorption (A = la vitesse de passage dans le sang à partir d'une solution orale), M = la vitesse de métabolisation (transformation biologique par le foie et d'autres organes), D = la vitesse de distribution et de répartition dans les différents tissus à partir du compartiment plasmatique et E = la vitesse d'élimination de la molécule par l'organisme aussi appelée clearance).

Comme il n'est pas éthique d'exposer des volontaires sains tels des cobayes à des produits très actifs (anti-cancéreux, antithyroïdiens, hormones, antibiotiques, etc.), cette phase I est dans ce cas réalisée en phase II sur des patients qui eux peuvent bénéficier de l'effet thérapeutique supposé du produit en test. Dans tous les cas, l'accord du patient après une information éclairée est indispensable. Aucune expérimentation ne peut se faire à l'insu du patient.

  • Phase II : tests dits de biodisponibilité sur patients volontaires et d'efficacité sur patients volontaires. Elle vise à établir la relation entre dose et effet. On établit le domaine (range) des doses actives à partir des données obtenues sur animaux en toxicologie préclinique. On établit le "range" des doses actives tolérées sans chercher à atteindre une dose maximale qui serait toxique. Ce range deviendra progressivement la posologie du produit pour telle indication. C'est lors de ces tests que l'on détecte les premiers effets secondaires, qui une fois confirmés en phase II et IV seront souvent les effets secondaires principaux du produit. Si ces effets sont trop importants par rapport à l'intérêt de l'effet thérapeutique apporté, le développement du produit sera arrêté.
  • Phase III : le médicament dont l'activité pharmacologique a été confirmée en phase II doit être testé pour évaluer son intérêt clinique réel. Cette phase vise à établir le rapport entre bénéfice et risques. Le candidat médicament est comparé à un médicament de référence et toujours à un placebo (lorsqu'il n'existe pas d'opposition éthique à ne pas administrer de substance active au patient volontaire) dans une plus large étude clinique. Une randomisation (tirage au sort) est effectuée pour déterminer quel bras de traitement sera le patient. L'expérimentation dite « double aveugle » est un standard actuellement (ni le patient, ni le médecin ne savent si c'est un médicament, le placebo ou la référence qui est administrée). Ces méthodes statistiques sont un gage de rigueur et de qualité des données générées dans l'étude.

Les données de toxicologie animale et d'innocuité clinique (innocuité = phase 2), les données cliniques (efficacité) et les données pharmaceutiques (qualité) sont rassemblées en un dossier dit de demande d'enregistrement qui est déposé pour obtenir une autorisation de mise sur le marché (AMM) à l'Agence européenne (EMEA). Si l'autorité estime (évaluation sur dossier uniquement) que les informations déposées à l'appui de la demande d'enregistrement sont suffisantes, elle autorise la commercialisation du médicament mais uniquement dans les indications cliniques approuvées. Si l'autorité estime qu'un complément d'information est nécessaire, elle exigera des compléments d'information à déposer avant de commercialiser la spécialité ou à remettre dans un délai assez court un an deux ans, mais sans empêcher la mise sur le marché du médicament.

Le plus souvent, lorsqu'il s'agit d'un médicament contenant une nouvelle molécule (NCE = New Compound Entity), celle-ci est couverte par des droits de propriété intellectuelle (brevet ou patent). Cette propriété s'obtient par le dépôt d'une demande de brevet. Cette propriété intellectuelle une fois accordée, court sur une période maximale de 18 à 20 ans depuis le dépôt de la demande de brevet. Au bout d'un certain nombre d'années, le brevet de la substance active tombe dans le domaine public, et ainsi ouvre la possibilité de copie par des laboratoires spécialisés dans la production de médicaments génériques. Ces "génériques" doivent aussi faire l'objet d'enregistrement. Ces produits étant (on ne dit plus équivalents mais) essentiellement similaires aux produits originaux, seule la partie pharmaceutique du dossier d'AMM est déposée pour obtenir un enregistrement. Une période dite de protection des données de 5 ans peut être obtenue auprès des autorités de santé pour empêcher les copies génériques d'un produit original, innovateur qui a mis longtemps pour être développé, plus que sa période de protection du brevet.

En France, comme dans la plupart des pays avancés, un médicament expérimental est produit selon des critères de qualité équivalent au produit mis sur le marché. La loi dit que (annexe I de la décision du 26 mai 2006 modifiant l'arrêté du 10 mai 1995 modifié relatif aux bonnes pratiques de fabrication (industrie pharmaceutique)) tout principe actif sous une forme pharmaceutique ou placebo expérimenté ou utilisé comme référence dans une recherche biomédicale, y compris les médicaments bénéficiant déjà d'une autorisation de mise sur le marché, mais utilisés ou présentés ou conditionnés différemment de la spécialité autorisée, ou utilisés pour une indication non autorisée ou en vue d'obtenir de plus amples informations sur la forme de la spécialité autorisée.

Catégories thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Article connexe : Catégories de médicaments.

Parmi les médicaments, des familles thérapeutiques sont notamment retrouvées :

qu'on pourrait regrouper en 6 catégories plus vastes :

Psychisme Infections Réactions fortes Divers
Anesthésiants Antidépresseurs Antibiotiques Diurétiques Antipyrétiques Brochodilatateurs
Antalgiques Anxiolytiques Antiviraux Anti-diurétiques Antihistaminiques Vasopresseurs
Sédatifs Psychotropes Antirétroviraux Laxatifs Anti-inflammatoires

Les hypnotiques (somnifères) et les anxiolytiques sont quelquefois rassemblées sous le nom de « psycholeptiques », terme qui est en fait assez vaste[3]. Cette classification selon Delay et Deniker (1957) a été modernisée plus tard par Pelicier et Thuillier (1991).

Prescription et dispensation[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, les médicaments sont prescrits par les médecins à leurs patients qui vont se les procurer chez leur pharmacien.

Certains médicaments peuvent être obtenus sans ordonnance (automédication ou médication officinale) ; en France, lorsqu'un médicament est acheté sans être prescrit, il n'est pas remboursé par l'assurance maladie, mais il peut l'être par certaines mutuelles. Dans la plupart des pays, un médicament doit avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour être vendu. L'AMM est connue sous l'appellation « NDA » (new drug application) aux États-Unis et sous « NDS » (new drug submission) au Canada.

Les organismes de régulation de la santé dressent des listes de médicaments en fonction des risques que représentent leur prise. Par exemple, En France, il existe plusieurs listes de substances vénéneuses : les médicaments qui renferment ces substances ne peuvent être acquis que sur ordonnance (sauf cas limités d'exonération) :

  • liste I : médicaments toxiques (dans les conditions normales d'emploi) ;
  • liste II : médicaments dangereux, moins toxiques que ceux de la liste I (dangereux en conditions anormales d'emploi) ;
  • stupéfiants : substance psychotrope capable de provoquer une dépendance et des effets délétères sur la santé psychique et physique.
danger pour la santé danger pour la santé
liste II
liste I
risque fort de dépendance
stupéfiants
  • médicaments à prescription restreinte[4] :
    • ceux qui sont réservés à l'usage hospitalier,
    • ceux qui ne peuvent être prescrits que par un médecin hospitalier,
    • ceux nécessitant une surveillance spécifique et une prescription par un médecin spécialisé,
  • médicaments d'exception : médicaments particulièrement onéreux, ils doivent faire l'objet d'un suivi spécifique et de justifications médicales pour la prise en charge ;
  • médicaments restreints et d'exception.

Le tableau suivant récapitule ces différents cas (les 3 dernières colonnes étant également à prescription obligatoire) :

remboursement ? prescription facultative prescription obligatoire prescription restreinte liste II liste I
pas de remboursement
médicament en vente libre,
non prescrits
existent
N/A ?
remb. faible à normal
médicament en vente libre, prescrits
cas très courant
réservés à l'usage hospitalier,
prescrits par médecin hospitalier,
ou par médecin spécialisé
médic.
moins dangereux
que liste I
médic.
dangereux
prise en charge exceptionnelle
N/A
médic. d'exception
médic. restreints et d'exception

Administration[modifier | modifier le code]

Plaquette de comprimés.

Le médicament peut s'administrer, selon sa forme galénique, par plusieurs voies d'administration :

  • de manière globale (systémique) : la substance active passe dans le sang et est transportée partout dans l'organisme, afin d'atteindre sa cible :
    • administration orale, dite per os : comprimé, sirop, gélule, solution buvable, granulé,
    • suppositoire,
    • timbre transdermique (à travers la peau) : par exemple pour pallier l'envie de fumer, ou comme anti-inflammatoire ou antidouleur (morphinique),
    • L'administration par voie parentérale est faite au moyen d'une injection. Elle peut être :
      • intraveineuse, en une fois on dira en bolus ou par une perfusion lente. La veine pouvant être superficielle, habituellement au bras (voie veineuse périphérique) ou profonde (voie veineuse centrale), le plus souvent au niveau du cou (veine jugulaire) ou sous la clavicule (veine sous clavière). La voie intraveineuse permet d'administrer un produit qui doit agir très rapidement (urgence) ou un produit mal toléré avec le risque d'irriter la veine (phlébite),
      • sous-cutanée : sous la peau, fréquemment au niveau du ventre ou des cuisses (insuline),
      • intradermique : dans le derme,
      • intramusculaire : dans un muscle (cuisse) pour un produit qui doit agir lentement.

Efficacité et évaluation[modifier | modifier le code]

L'efficacité et l'évaluation du médicament tiennent compte de la balance bénéfice/risque, des effets secondaires et paradoxaux, des interactions et contre-indications. Le profil de risque est surtout lié à la relation entre les effets secondaires et la maladie soignée.

Rapport bénéfice/risque[modifier | modifier le code]

Le rapport bénéfice/risque est pris en compte - ainsi des effets secondaires sévères seront indéniablement mieux acceptés pour échapper à un cancer que pour éviter la douleur ou l'obésité. Du côté du médecin, celui-ci doit prendre en compte dans ce rapport au risque la durée du traitement (effet cumulatif), et ne pas négliger le risque sur le fœtus quand il s'agit d'une femme enceinte (exemple : thalidomide, mieux connu sous le nom Softenon). La posologie et les effets secondaires connus doivent être inscrits sur la notice accompagnant le médicament.

De plus, certains médicaments sont strictement réglementés et ne peuvent être prescrits que sous certaines conditions (voir Prescription (médecine), distribution). Les données récoltées, touchant un grand nombre de patients, sont transmises aux autorités de santé qui réévaluent la balance bénéfice/risque du médicament. Il peut en ressortir des effets graves qui n'étaient pas apparus lors des études cliniques et ainsi mener le laboratoire ou l'autorité à retirer le médicament.

Événement indésirable[modifier | modifier le code]

Les événements indésirables médicamenteux concernent des effets indésirables iatrogène qui peuvent être graves (Événement indésirable grave (EIG)), qu'ils soient le fait d'une erreur médicamenteuse ou non.

Réactions anaphylactiques[modifier | modifier le code]

Les médicaments peuvent provoquer une réaction anaphylactique ou anaphylactoïde. C'est le cas p. ex. de l'acide acétylsalicylique, des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine et des sartans, des pénicillines, des céphalosporines, des produits de contraste, des anesthésiques locaux, des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Des réactions croisées sont possibles, par exemple entre les pénicillines et les céphalosporines. Les bêtabloquants peuvent aggraver l'évolution d'une réaction anaphylactique et contrecarrer la réponse à l'adrénaline.

Effets paradoxaux possibles[modifier | modifier le code]

La prescription d'un médicament n'est pas neutre - les effets induits ne sont pas toujours légers, ils peuvent être graves. Les effets secondaires peuvent à leur tour être mal interprétés, comme symptômes d'autre chose, ou d'une aggravation de l'état de la personne... ce qui complique singulièrement la situation et conduire à des prescriptions supplémentaires (inadaptées) à d'autres effets secondaires, et aussi à une dépendance.

Les Français sont les plus gros consommateurs au monde de somnifères (3 fois plus que les Britanniques, ou que les Allemands) dont les effets secondaires peuvent être la dépression, avec ou sans tendances suicidaires, des états phobiques, l'agressivité et un comportement violent[réf. nécessaire].

Dans le domaine des antibiotiques, une sur-prescription peut aboutir, à terme, à des infections plus difficiles à traiter du fait de la sélection de germes résistant aux antibiotiques[réf. nécessaire].

Les impacts environnementaux ou secondaires (via l'alimentation) de médicaments humains ou vétérinaires (dont perturbateurs endocriniens) semble avoir été sous-estimés. Certains résidus, via l'urine et les excréments ne sont pas dégradés par les stations d'épuration ou sont ingérés et semblent déjà poser problème, nettement détectable sur la fertilité d'espèces marines ou d'eau douces, notamment vivant en aval des exutoires de stations d'épuration. Certains médicaments (chimiothérapie, désinfectants) contiennent des substances qui ne sont pas dégradables (métaux lourds). La détection et la filtration de ces substances sont encore à leurs débuts[5]. Un suivi des médicaments dans l'eau est mis en place en France[6].

Interactions médicamenteuses[modifier | modifier le code]

Une grande partie de l'étude d'un principe actif concerne la recherche d'interactions avec d'autre substances médicamenteuses ou non. Cette étude se focalise essentiellement sur les cytochromes P450, des enzymes importantes du foie.

Pharmacovigilance[modifier | modifier le code]

Après la mise sur le marché du médicament, les laboratoires pharmaceutiques ont l'obligation de faire des études de pharmacovigilance, c'est-à-dire de continuer l'étude des risques du médicament en récoltant l'ensemble des effets secondaires du médicament ou même d'effectuer des études cliniques dans ce but.

Les médecins prescripteurs doivent aussi notifier également les effets secondaires non attendus, non connus ou graves. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) tient à jour des infos de disponibilité, retraits de médicaments et des messages de pharmacovigilance.

Contre-indications[modifier | modifier le code]

La plupart des médicaments ont une liste de contre-indications à leur utilisation. Il s'agit généralement de pathologies qui seraient aggravées avec la prise dudit médicament.

Aspects commerciaux[modifier | modifier le code]

Appellation[modifier | modifier le code]

De plus en plus, on emploie la DCI ou encore « dénomination commune internationale » pour identifier et prescrire les médicaments en général mais surtout les produits devenus génériques ce qui correspond en fait l'utilisation de l'appellation internationale de la substance active, appellation reprise dans toutes les publications scientifiques. En exemple : acide acétylsalicylique (ASA pour Acetyl Salicylic Acid) pour Aspirine qui était initialement une marque commerciale de la firme Bayer.

Vente[modifier | modifier le code]

Article connexe : Industrie pharmaceutique.

Les 10 médicaments les plus vendus au monde en 2006[7][réf. insuffisante] (en milliards de dollars)

Problèmes soulevés[modifier | modifier le code]

Critiques de l'industrie pharmaceutique[modifier | modifier le code]

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la Commission de la transparence et la revue Prescrire, sur 1 120 principes actifs de médicaments, il en existe la moitié qui pose problème : 35 % qui ont un effet nul et 15 % un effet quasiment nul[8]. Selon le professeur David Healy : « supprimez les dix ou même les vingt médicaments qui se vendent le plus en pharmacies, la santé publique n'en serait pas affectée d'un iota[9]. »

« Les médicaments mis sur le marché sont, d'une façon ou d'une autre, de la fausse monnaie. Le médecin qui prescrit ne sait pas forcément ce qu'il fait. La raison? Les décideurs du système de santé se laissent en grand nombre corrompre par les groupes pharmaceutiques[10]. » Pour Marcia Angell, médecin et ancienne membre de la rédaction en chef du New England Journal of Medecine, « il n'est plus possible de croire les recherches publiées, ni de se fier au jugement de son médecin de famille[11]. »

Un scandale de grande ampleur éclabousse l'OMS à l'heure actuelle, accusée de corruption par l'industrie pharmaceutique dans le cadre de la pandémie grippale, grandement surestimée sous l'impulsion notamment du Dr Albert Osterhaus (surnommé Dr Flu), dans le but de permettre aux laboratoires pharmaceutiques de vendre des stocks considérables de vaccins et de traitements antigripppaux[réf. nécessaire].

Accès et surconsommation[modifier | modifier le code]

Pour les pays ayant signé la charte des Nations unies, la protection des populations (sûreté, protection de la santé) face aux accidents quotidiens, maladies et catastrophes (calamités), est une des fonctions de l'État (articles 3, 22 et 25 de la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948).

Il est donc de la responsabilité de l'État d'assurer un accès aux soins, et notamment aux médicaments, en fonction de l'état de santé de la personne et non pas de ses revenus. Se posent alors deux problèmes : le financement et la régulation de la consommation médicamenteuse. Si des personnes n'ont pas les moyens de s'acheter des médicaments, le coût doit donc en être assuré par l'État, donc par les impôts, cotisations sociales ou taxes d'une manière ou d'une autre (sur le tabac, l'alcool, etc.) ; il s'agit de fait d'un moyen de redistribution des richesses. Les individus ayant des revenus « suffisants », mais ne pouvant pas couvrir des soins très onéreux, peuvent également contracter une assurance organisant la mutualisation du risque.

Par rapport à un produit de consommation courante, le médicament a une particularité : dans la majorité des cas, celui qui l'utilise (le patient), celui qui le choisit (le médecin prescripteur) et celui qui le paye (l'assurance-maladie) sont distincts. L'un des risques est celui de ne plus pouvoir financer d'autres dépenses utiles. Les dépenses liées à l'allongement de la durée de vie, (dont les Affections longue durée (ALD) en France, qui représentent 60 % des dépenses de l'Assurance-maladie) augmentent et continueront d'augmenter fortement, dans les années à venir. C'est tout l'ensemble du système de soins qui est en question...

Médicaments périmés[modifier | modifier le code]

Chaque année, la consommation de médicaments périmés provoque 22 000 intoxications[réf. nécessaire] en France. Les médicaments non utilisés (MNU) peuvent être rapportés chez le pharmacien, qui les transmet à Cyclamed, organisme chargé de les détruire. Les MNU ne sont plus triés pour être réutilisés dans les pays du Tiers-Monde. Ils sont brûlés dans des incinérateurs. Les emballages peuvent être valorisés avec les cartons recyclables, seuls les blisters et restes de médicaments peuvent être envoyés à Cyclamed.

Ils représentent 90 % des 70 000 tonnes annuelles[réf. nécessaire] des déchets issus de médicaments produites en France.

Ceci peut représenter un gachis considérable[12]. L'analyse de médicaments périmés depuis plus de 20 ans a ainsi montré que les principes actifs étaient en majorité toujours présents en quantité acceptable.

Contamination environnementale[modifier | modifier le code]

Des résidus médicamenteux contaminent l'environnement (eau et sol en particulier) via les excrétats d'humains ou animaux traités (urine, excréments, exudats, poils, desquamations, mucus et autres fluides provenant des organismes vivant ou de leurs cadavres). Certains sont des hormones ou des perturbateurs endocriniens rejetés dans le milieu avec les urines, qui peuvent agir à doses infimes et qui sont retrouvées dans des réservoirs destinés à produire de l'eau potable[13]. Quels sont les impacts du viagra retrouvé dans des lacs ou rivières s'interrogeait R. Masters en 2001[14].

Dans les pays riches (dont en France), globalement, les mêmes molécules sont trouvées dans les eaux traitées d’origine souterraines ou superficielle, ce qui montre une contamination déjà générale de l'environnement terrestre, avec des variations pour certaines molécules : par exemple, la caféine, comme on s’y attendait est plus fréquente en surface, de même en France que l’époxycarbamazépine, l’oxazépam et l’hydroxyibuprofène (jusqu’à 85 ng⋅L-1), alors que la carbamazépine est plus souvent trouvée dans les eaux traitées d’origine souterraine (ce qui laisse penser qu’elle se dégrade plus vite en surface).
Du point de vue toxicologique et écotoxicologique, Il faudrait ajouter à ces listes les pesticides (dont les phytosanitaires, qui sont les « médicaments des plantes », et d’autres molécules indésirables, et évaluer les synergies possibles entre ces polluants ; et étudier la capacité de certains organismes à éventuellement bioconcentrer ces produits

En France, selon les données publiées par l'ANSES en 2011[15] 280 échantillons d’eaux traitées ont été prélevés dans tous les départements métropolitains et d’outre-mer (dont 2/3 d’eaux venant de la nappe et 1/3 venant d’eaux superficielles). On y a recherché 76 molécules de médicaments humains ou vétérinaires, dites « prioritaires »[16] dont 45 molécules ont pu être dosées (limites de quantification : 1 à 50 ng·l-1, chromatographie liquide couplée à un spectromètre de masse)[15].

  • 19 molécules ont été détectées 1 fois ou plus, dont 14 à des teneurs dépassant la limite de quantification[15] ;
  • 75 % des échantillons ne contiennent pas de molécule quantifiable[15] ;
  • 25 % des échantillons étaient positifs, avec en général une à quatre molécules simultanément présentes (le plus souvent il s’agissait d’oxazépam qu’on a détecté jusqu’à 91 ng⋅L-1 (comme molécule-mère ou métabolite de la famille des benzodiazépines), d’époxycarbamazépine, de carbamazépine et d’hydroxyibuprofène. L’oxazépam est le plus fréquent.
    La caféine et considérée comme un bon « traceur » ou « marqueur anthropique »[17] ; Elle a été trouvée lors de ces mesures dans 49,6 % des eaux brutes et 28,1 % des eaux traitées (avec un max de 115 ng⋅L-1)[15].

Dans les eaux brutes, il existe plus de molécules que dans les eaux traitées (en général avec moins de 25 ng⋅L-1). En surface 70 % des prélèvements ne renfermaient pas de molécule en quantités mesurables par les moyens utilisés. 30 molécules ont été détectées 1 fois ou plus (dont 16 au-dessus des limites de quantification). Les résidus médicamenteux ont atteint 400 ng⋅L-1 (dans moins de 1 % des échantillons).

Dans les eaux traitées :

  • Plus de 90 % des échantillons présentaient une concentration cumulée inférieure à 25 ng⋅L-1[15].
  • Moins de 5 % des eaux traitées présentaient une teneur cumulée supérieure à 100 ng⋅L-1[15].
  • La teneur maximale cumulée retrouvée dans un échantillon est de 131 ng⋅L-1[15].

Le 30 mai 2011, un premier Plan national sur les résidus de médicaments dans l'eau, a été lancé conjointement par les ministères chargés de l’Écologie et de la Santé pour évaluer et prioriser, en 18 « actions », le risque éventuel lié à la présence de molécules issues de médicaments dans l’eau, les conséquences écosystémiques possibles ainsi que pour a santé et les modes de gestions et de contrôle possibles. Il doit aussi proposer des actions de réduction de la dispersion médicamenteuse dans l’eau[18], tout en développant la recherche. Dans ce cadre, l'AFSSAPS et l'ANSES vont proposer une méthode d'évaluation des risques sanitaires (fin 2011), qui sera appliquée à la carbamazépine puis aux autres molécules identifiées lors de la campagne 2011[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. d'après l'Article L.5111-1 du Code de la Santé Publique, en France
  2. Le monde du jeudi 12 août 2010 page trois
  3. Voir la Classification selon Delay et Deniker (1957), validée par le congrès mondial de psychiatrie en 1961. Sédatifs psychiques, ralentissant l'activité du système nerveux : hypnotiques (barbituriques) ; neuroleptiques ; sels de lithium ; tranquillisants (anxiolytiques), sédatifs classiques (benzodiazépines) et antiépileptiques.
  4. Les 5 catégories de médicaments à prescription restreinte
  5. (en) Lien vers le programme Ecotoxicological assessments and removal technologies for pharmaceuticals in wastewaters (REMPHARMAWATER)
  6. ANSES, Campagne nationale d’occurrence des résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine Ressources en eaux brutes et eaux traitées, Rapport ANSES.
  7. IMS Health
  8. « J'irai jusqu'au bout », Bernard Debré, Le Moniteur des pharmacies (ISSN 0026-9689), no 2875, 26 mars 2011, p. 10
  9. Dossier revue BOOKS avril 2009 : « Le scandale de l'industrie pharmaceutique »
  10. le scandale de l'industrie
  11. « La corruption de la santé américaine » Dossier revue BOOKS
  12. Le Point Le gachis des dates d'expirations, 2012
  13. (en) Janet Raloff (1998) « Drugged Waters: Does It Matter That Pharmaceuticals Are Turning Up In Water Supplies [Eaux droguées : Cela pose-t-il problème que des produits pharmaceutiques se retrouvent dans les approvisionnements en eau] ? » Science News 153:187-189
  14. (en) Robert W. Masters (2001) « Viagra Falls: Pharmaceuticals in Rivers and Municipal Tap Water » Water WellJournal 55(7):16-18
  15. a, b, c, d, e, f, g et h ANSES – Laboratoire d’Hydrologie de Nancy, Rapport sur la campagne nationale d’occurrence des résidus de médicaments dans les eaux destinées à la consommation humaine, Convention G2799 ; 18 mars 2011
  16. Afssa (2008) - Hiérarchisation des résidus de médicaments d’intérêt pour l’analyse des ressources et des eaux traitées.
  17. Seiler RL, Zaugg SD, Thomas JM, Howcraft DL. (1999) « Caffeine and Pharmaceuticals as Indicators of Waste Water Contamination in Wells » Ground Water 37(3):405-410.
  18. Plan national sur les résidus de médicaments dans l'eau, Ministère de l'environnement et de la santé
  19. Sophie Fabrégat, Bulletin Actu-environnement Résidus médicamenteux dans l'eau : une méthode d'évaluation des risques sanitaires est attendue pour fin 2011, 03 août 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Types de médicaments et traitement
Physiologie
Institutions et économie
Autres

Liens externes[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Bases de données[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]