Hypomanie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hypomanie
Classification et ressources externes
CIM-10 F30.0
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L’hypomanie (littéralement, « sous-manie ») est un état psychologique caractérisé par un trouble de l'humeur, laquelle peut être irritable, excitée, persistante et omniprésente, ainsi que par des pensées et des comportements concomitants. Un individu atteint d'hypomanie, appelé hypomaniaque, possède en général un moins grand besoin de dormir et de se reposer, est très extraverti, très compétitif, et manifeste une énergie importante. Contrairement aux maniaques, ils sont régulièrement productifs et ne présentent pas de symptômes psychotiques. Une forme moins marquée d'hypomanie est l'hyperthymie.

Un nombre important d'individus possédant une créativité élevée ont rapporté avoir des symptômes de bipolarité néanmoins on s’aperçoit de plus en plus que ce sont des hyperactifs (TDAH), et affirment en être tributaires. Les hypomaniaques sont également davantage sujets à l'hypersexualité.

Définitions[modifier | modifier le code]

L'hypomanie est également un effet secondaire dû à la prise de substances médicamenteuses, souvent — mais pas toujours — utilisées en psycho-pharmacothérapie. Les patients souffrant d'une forte dépression atteints d'hypomanie sous l'effet des médicaments (par exemple) peuvent exposer une forme de trouble bipolaire non-catégorisée.

Occurrence[modifier | modifier le code]

Souvent chez les patients ayant fait l'expérience d'un premier épisode d'hypomanie (qui peut avoir un niveau moyen à modéré) — généralement sans symptômes psychotiques apparents — il existerait un antécédent dépressif qui aurait pu conduire à des symptômes maniaques, ceux-ci survenant communément durant l'adolescence. Les patients peuvent possiblement exposer des changements d'humeur et le trouble bipolaire déjà installé pourrait ne pas être diagnostiqué malgré une phase maniaque/hypomaniaque évidente[1].

L'hypomanie peut également survenir en tant qu'effet secondaire dû à la prise de substances médicamenteuses prescrites pour des conditions/maladies autres que psychologiques. Par conséquence, dans le cas d'épisodes hypomaniaque causés par des médicaments chez les patients atteints de dépression unipolaire, l'hypomanie pourrait presque être invariablement éliminé en diminuant le dosage médicamenteux, en sevrant entièrement le médicament ou en changeant de médicament si la prise ne peut être arrêtée[2].

Certains, comme le psychologue John Gartner, expliquent que l'hypomanie est mieux perçue en tant que tempérament non-pathologique plutôt qu'en épisode d'une maladie mentale[3][réf. incomplète]. Le DSM, cependant, définit clairement l'hypomanie en tant que comportement aberrant.

Symptomatologie[modifier | modifier le code]

Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR) définit l'épisode hypomaniaque durant une durée de quatre jours, impliquant une humeur positive ainsi que trois des symptômes suivants OU une humeur irritable ainsi que quatre des symptômes suivants :

Cas notoires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Drug-Induced Dysfunction in Psychiatry. Matcheri S. Keshavan & John S. Kennedy, Editors (Taylor & Francis, 1992).
  2. (en) Bipolar Disorder: A Summary of Clinical Issues and Treatment Options. Bipolar Disorder Sub-Committee, Canadian Network for Mood and Anxiety Treatments (CANMAT). Avril 1997.
  3. http://johngartner.com
  4. (en) « Hypomanic Episode », BehaveNet Clinical Capsules (consulté le 3 janvier 2008).
  5. http://us.macmillan.com/insearchofbillclinton/JohnGartner
  6. a et b www.nytimes.com/2010/09/19/business/19entre.html
  7. http://www.psychologytoday.com/blog/the-roving-psychologist/200908/the-amazing-emanuel-brothers
  8. http://www.psychologytoday.com/blog/the-roving-psychologist/201103/charlie-sheen-hypomanias-poster-boy
  9. Olivier Corpet, Yann Moulier Boutang, L'avenir dure longtemps suivi de Les faits, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2013, p. 13.

Liens externes[modifier | modifier le code]