Trouble panique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trouble panique
Classification et ressources externes
CIM-10 F41.0
CIM-9 300.01, 300.21
OMIM 167870
DiseasesDB 30913
MedlinePlus 000924
eMedicine article/287913 
MeSH D016584
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le trouble panique est un trouble anxieux caractérisé par des attaques de panique récurrentes et sévères. Il peut aussi inclure une peur des conséquences ou des inquiétudes d'avoir d'autres attaques, ce que l'on appelle des attaques anticipatoires. Une attaque de panique ne peut pas être prédite mais on peut identifier parfois des facteurs déclenchants[1]. Le DSM-IV-TR différencie l'attaque de panique et l'anxiété. L'anxiété est provoquée par un stress chronique ce qui crée une réaction qui peut durer des jours à quelques mois. L'attaque de panique est un évènement court et intense déclenché par une cause soudaine, inopinée et intense pendant laquelle on peut avoir une peur de mourir[2]. Les attaques de panique peuvent toucher les enfants comme les adultes.

Le trouble panique peut être handicapant et une attaque de panique peut être confondue avec une maladie qui engage le pronostic vital comme une infarctus du myocarde, une embolie pulmonaire ou une autre maladie.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le trouble panique sans agoraphobie se caractérise d'après le DSM-IV-TR par la coexistence des deux critères suivants[3] :

  • des attaques de panique récurrentes et inattendues ;
  • la persistance pendant au moins un mois, d'au moins un des symptômes suivants :
    • une crainte persistante d'avoir d'autres attaques de panique ;
    • une préoccupation à propos des implications possibles de l'attaque ou bien de ses conséquences (par ex. perdre le contrôle, avoir une crise cardiaque, « devenir fou ») ;
    • un changement de comportement important en relation avec les attaques.

Le DSM-IV-TR distingue le trouble panique avec agoraphobie et le trouble panique sans agoraphobie[3].

Un questionnaire diagnostique systématique comme la MINI (en anglais : Mini-International Neuropsychiatric Interview) peut aider à faire ce diagnostic[4]. Des échelles diagnostiques comme la Panic Disorder Severity Scale (en) peuvent être utiles[5],[6].

Facteurs pronostiques[modifier | modifier le code]

La présence d'une agoraphobie est associée à un pronostic défavorable lorsqu'elle est sévère. La dépression ne semble pas avoir d'influence[7].

Selon certains, la présence de comorbidités telles qu'une dépression, un trouble de la personnalité ou une alcoolodépendance sont des facteurs de risque connus d'échec thérapeutique[8].

Échelles d'évaluation[modifier | modifier le code]

Ces questionnaires peuvent permettre de mieux définir et surveiller l'évolution du trouble.

  • Journal de panique pour la fréquence des attaques de panique.
  • Une échelle d'évaluation de la panique et de l'agoraphobie de Pasquale[9].
  • Questionnaire des peurs de Marks et Mathews[10].
  • Inventaire de mobilité de Chambless.
  • Échelle d'évaluation des phobies d’attaques de panique, attaques de panique et anxiété généralisée de Cottraux.
  • Test comportemental d'évitement de Marks ;
  • Questionnaire des cognitions agoraphobiques de Chambless ;
  • Questionnaire des sensations corporelles de Chambless [11]

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

Le diagnostic de trouble panique doit impliquer, d'après le DSM-IV-TR, que les attaques de paniques ne soient pas mieux expliquées par[3] :

  • les effets physiologiques directs d'une substance (par exemple une substance donnant lieu à abus, un médicament) ;
  • les effets d'une affection médicale généralisée (ex. : hyperthyroïdie) ;
  • un autre trouble mental, tel une phobie sociale (par exemple survenant lors de l'exposition aux situations sociales redoutées), une phobie spécifique (par exemple lors de l'exposition à une situation phobogène spécifique), un trouble obsessionnel compulsif (par exemple lors de l'exposition à la saleté chez quelqu'un ayant une obsession de la contamination), un état de stress post-traumatique (par exemple en réponse à des stimuli associés à un facteur de stress sévère) ou à un trouble d'anxiété de séparation (par ex. en réponse au fait d'être éloigné du domicile ou des proches).

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Dans une enquête en population générale dans la région parisienne, la prévalence vie entière du trouble panique est de 1,4 % chez les hommes et de 3,3 % chez les femmes[12]. Une recherche systématique du trouble panique grâce au questionnaire MINI (Mini International Neuropsychiatrie Interview) a trouvé une prévalence de 9 %[13]. La fréquence de ce trouble semble élevée. Il existerait un sous-diagnostic et une consommation de soins somatiques importants de coûts élevés[14],[15],[16], ce qui en fait un problème de santé publique[17]. Dans une étude américaine, 15 % des sujets rapportaient un trouble panique au cours de leur vie, 3 % au cours du mois précédent, 1 % avaient le diagnostic selon le DSM-III-R. Ce trouble serait plus fréquent chez les femmes et les personnes ayant un moindre niveau scolaire[18].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le trouble panique a été décrit dès le XIXe siècle. Le mot panique provient du dieu grec Pan et renvoie à une peur injustifiée[19]. Le trouble fut officiellement décrit dans les classifications internationales en 1980[20]

Mécanismes impliqués[modifier | modifier le code]

Il existerait une diminution du GABA-A dans le système limbique chez les patients atteints de trouble panique[réf. nécessaire].

Le monoxyde de carbone (CO) dont la pression se modifie avec la respiration pourrait avoir un rôle dans les attaques de panique[21]. Des attaques peuvent être reproduites par injection de lactate de sodium chez les patients[22].

Il existerait une asymétrie du gyrus parahippocampique dans le trouble panique[22]. L'amygdale, l'hippocampe, le cortex cingulaire antérieur, le cortex médial préfrontal, certains noyaux du tronc cérébral seraient impliqués[23],[24].

On observe des modifications du fonctionnement cérébral après psychothérapies cognitivo-comportementales. On a observé une diminution de l'utilisation du glucose dans l'hippocampe droit, le cortex cingulaire antérieur gauche, le cervelet gauche et le pont, alors que l'on observe une augmentation de l'utilisation glucose au niveau du cortex préfrontal bilatéral[25]. Une autre étude a montré une diminution dans l'hémisphère droit, dans les gyri frontaux supérieur, moyen, médian, supérieur et inférieur, les gyri temporaux supérieur et médian. Par contre une augmentation dans le cortex gauche et les gyri frontaux médian, moyen et les gyri temporaux moyen et transverse a été observée[26].

On trouve des modifications des fonctions cognitives dans le trouble panique. Les performances en mémoire sont plus faibles, comme les performances dans les tâches émotionnelles de reconnaissance des visages[27].

Facteurs de risque[modifier | modifier le code]

  • Hérédité : les attaques de panique pourraient être héréditaires[28]. Les apparentés de sujets atteints de trouble panique auraient sept fois plus de risque d'avoir un trouble panique[29]. Elles seraient associées à d'autres maladies héréditaires comme le trouble bipolaire[réf. nécessaire].
  • Adrénaline : l'ajout d'adrénaline comme vasoconstricteur comme traitement associé aux anesthésiques locaux dentaires et en rachianesthésie peut déclencher une attaque de panique[30].
  • Alcool : la prise d'alcool peut être souvent antérieure à l'apparition d'attaques de panique[31].
  • Tabac : le tabagisme peut augmenter le risque de développer un trouble panique[32],[33], notamment au début lors de l'adolescence[34],[35],[36].
  • Caféine : la consommation de café pourrait augmenter le risque de trouble panique[37],[38]. Le mécanisme serait l'augmentation du rythme cardiaque causé par la caféine[39],[40],[41],[42].
  • Sevrage en benzodiazépines : un sevrage en benzodiazépines pourrait augmenter le risque de trouble panique[43].

Traitements[modifier | modifier le code]

Le traitement recommandé de premier choix est le traitement par therapies cognitivo-comportementales ou par antidépresseur en fonction des préférences du patients et de la disponibilité de la thérapie[44].

Diminuer les facteurs déclenchants[modifier | modifier le code]

Lorsque des facteurs de risque déclenchants contrôlables sont identifiés, ils peuvent être diminués (café, tabac).

Psychothérapies[modifier | modifier le code]

Les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) sont le traitement de choix pour les attaques de panique[45],[46],[47]. Plusieurs études ont montré que 85 à 90 % des patients souffrant de trouble panique traités par TCC s'améliorent complètement en douze semaines[48],[49].

Le but des TCC est d'aider le patient à comprendre son trouble grâce à l'analyse fonctionnelle des attaques de panique[50], à réorganiser les cognitions par rapports aux stimuli qui déclenchent les attaques. Quand le patient se sent prêt, il est possible de lui apprendre à déclencher des crises d'angoisses pendant la consultation pour l'aider à apprivoiser son trouble, expérimenter ces sensations dans un environnement sécurisé. Cette approche semble efficace chez 87 % des patients[49].

Inductions de symptômes[modifier | modifier le code]

Les inductions de symptômes peuvent être :

  • l'hyperventilation intentionnelle ;
  • tourner sur sa chaise pour déclencher une sensation de vertige ;
  • souffler dans une paille pour créer une sensation de dyspnée, de constriction des voies aériennes ;
  • l'apnée pour créer la sensation de manque d'air ;
  • l'effort physique (monter et descendre des escaliers) pour augmenter le rythme cardiaque ;
  • contraction musculaire pour créer la sensation de tension et de vigilance.

Ces inductions miment des réactions physiologiques qui sont retrouvées dans les attaques de panique. Ces inductions devraient être répétées trois à cinq fois par jour jusqu'à disparition quasi complète de l'anxiété induite par ces sensations.

Contrôle respiratoire et relaxation[modifier | modifier le code]

Des techniques de contrôle respiratoire peuvent être apprises pour éviter que le patient n'hyperventile pendant une crise.

Des techniques vagales pour solliciter le réflexe baro-sinusien de Vasalva en gonflant le ventre pendant 3 à 5 secondes permettent de réduire rapidement le rythme cardiaque et d'éviter le cercle vicieux de l'attaque de panique[51]. Son action est plus rapide que la relaxation.

Les essais cliniques comparatifs suggèrent que les techniques de relaxation ne seraient pas efficaces pour diminuer les attaques de panique[49]. Ces exercices pourraient augmenter le risque de rechute[52].

Thérapies cognitives[modifier | modifier le code]

Elles visent à modifier les pensées automatiques et les idées de danger grâce à des technique de restructuration cognitive (dialogue socratique, recherche de pensées alternatives, technique de la flèche descendante : "Que pourrait-il arriver au pire ?" "et si ça arrive, que pourrai arriver de pire ?". On évalue le degré de la croyance ...)

Thérapies comportementale : exposition[modifier | modifier le code]

Quand une agoraphobie est associée, le traitement de l'agoraphobie consiste en des expositions progressives d'abord en imagination puis in vivo, dans lesquelles le patient est accompagné progressivement de son thérapeute dans des situations qui peuvent provoquer de l'angoisse[49].

Visioconférence[modifier | modifier le code]

Une psychothérapie de TCC par visioconférence a montré une efficacité similaire[53].

Guides d'auto-thérapie[modifier | modifier le code]

Des livres d'auto-aide basé sur les principes des TCC peuvent être utiles[54],[55]. La personne fait des exercices par elle-même, parfois avec l'aide d'un thérapeute[56].

Médicamenteux[modifier | modifier le code]

Un traitement par ISRS est recommandé en première ligne, associé ou à la place de la psychothérapie. Un traitement combiné semble plus efficace[45],[49],[57],[58],[59].

Un traitement par benzodiazépines peut diminuer l'anxiété, mais il n'est pas recommandé car il entraîne un risque d'abus et de dépendance[60].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Phil Barker, Psychiatric and mental health nursing: the craft of caring, Arnold,‎ 7 octobre 2003 (ISBN 978-0-340-81026-2, lire en ligne), p. 215–
  2. « Anxiety Attacks Versus Panic Attacks - Difference Between Panic and Anxiety Attacks », Panicdisorder.about.com (consulté le 28 juin 2013)
  3. a, b et c (en) American Psychiatric Asso, DSM-IV-TR Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux : Texte révisé, Issy-les-Moulineaux, Editions Masson,‎ 2003-12-22 (ISBN 9782294006630)
  4. (en) D V Sheehan, « The Mini-International Neuropsychiatric Interview (M.I.N.I.): the development and validation of a structured diagnostic psychiatric interview for DSM-IV and ICD-10 », The Journal of clinical psychiatry, vol. 59 Suppl 20,‎ 1998, p. 22–33;quiz 34-57 (ISSN 0160-6689, lien PubMed?)
  5. (en) Houck PR, Spiegel DA, Shear MK. & Rucci P. « Reliability of the self-report version of the Panic Disorder Severity Scale » Depression and Anxiety 2002;15(4):183-5. PMID 12112724
  6. (en) Shear MK, Rucci P, Williams J, Frank E, Grochocinski V, Vander Bilt J, Houck P. & Wang, T. « Reliability and validity of the Panic Disorder: Replication and extension » Journal of Psychiatric Research 2001;35(2):293-6. PMID 11591432
  7. (en)Gavin Andrews, Mark Oakley-Browne, David Castle, Fiona Judd et Andrew Baillie, « Summary of guideline for the treatment of panic disorder and agoraphobia », Australian Psychiatry, volume 11, numéro 1, 2013, pages 29-33
  8. (es) J. Seguí, M. Márquez, J. Canet et L. García, « [Causes of failure in psychopharmacological treatment of anxiety disorder] », Actas Esp Psiquiatr, vol. 27, no 4,‎ 1999, p. 250–8 (lien PubMed?)
  9. Pasquale Roberge, « Validation canadienne-française de l'Échelle d'évaluation de la panique et de l'agoraphobie. [Validation of the French Canadian Panic and Agoraphobia Scale.] », Canadian Journal of Behavioural Science/Revue canadienne des sciences du comportement, vol. 35, no 1,‎ 2003, p. 61–66 (ISSN 1879-2669(Electronic);0008-400X(Print), lien DOI?).
  10. Cottraux J, Bouvard M. & Messy, P. « Validation et analyse factorielle d'une échelle de phobies : La version française du questionnaire des peurs de Marks et Mathews » L'Encéphale 1987;13:23-29.
  11. Dianne L. Chambless, « Assessment of fear of fear in agoraphobics: The Body Sensations Questionnaire and the Agoraphobic Cognitions Questionnaire », Journal of Consulting and Clinical Psychology, vol. 52, no 6,‎ 1984, p. 1090–1097 (ISSN 1939-2117(Electronic);0022-006X(Print), lien DOI?)
  12. J. P. Lepine, « L'épidémiologie des troubles anxieux et dépressifs dans une population générale française », Confrontations psychiatriques, no 35,‎ 1994, p. 139–61 (ISSN 0153-9329, lire en ligne)
  13. D. Servant, « Étude sur le diagnostic et la prise en charge du trouble panique en psychiatrie (étude PANDA) », L'Encéphale, vol. 26, no 2,‎ 2000, p. 33–7 (ISSN 0013-7006, lire en ligne)
  14. (en) Leon AC, Portera L, Weissman MM. « The social costs of anxiety disorders » Br J Psychiatry Suppl.1995;166:19-22. PMID 7794589
  15. Salvador-Carulla L, Segui J, Fernandez-Cano P, Canet J. Costs and offset effect in panic disorders. Br J Psychiatry Suppl.1995;166:23-28.
  16. (en) Hofmann S, Barlow DH. « The costs of anxiety disorders » In: Miller NE, Magruder, KM eds. Cost-Effectiveness of Psychotherapy: A Guide for Practitioners, Researchers and Policymakers. New York, NY: Oxford University Press Inc; 1999:224-234.
  17. D. Servant, « Le trouble panique : Un authentique problème de santé publique », La Presse médicale, vol. 29, no 16,‎ 2000, p. 905–910 (ISSN 0755-4982, lire en ligne)
  18. (en) William W. Eaton, « Panic and panic disorder in the United States », The American Journal of Psychiatry, vol. 151, no 3,‎ 1994, p. 413–420 (ISSN 1535-7228(Electronic);0002-953X(Print))
  19. Pichot, P.. « Panique : Attaque et trouble. Historique du mot et des concepts » in Panique, attaque et trouble. Symposium. L'Encéphale 22: 3–8. Consulté le 19 avril 2014. 
  20. Rédaction Prescrire, « Le trouble panique », La revue prescrire, janvier 1993, tome 13, no 125
  21. (en) Meuret AE, Rosenfield D, Hofmann SG, Suvak MK, Roth WT, « Changes in respiration mediate changes in fear of bodily sensations in panic disorder », J Psychiatr Res, vol. 43, no 6,‎ mars 2009, p. 634–41 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  22. a et b (en) Eric M. Reiman, « A focal brain abnormality in panic disorder, a severe form of anxiety », Nature, vol. 310, no 5979,‎ 1984, p. 683–5 (lien DOI?, lire en ligne)
  23. (en) Jack M. Gorman, « Neuroanatomical Hypothesis of Panic Disorder, Revised », FOCUS: The Journal of Lifelong Learning in Psychiatry, vol. 2, no 3,‎ 2004, p. 426–39 (ISSN 1541-4094)
  24. (en) Antonio Del Casale, « Structural neuroimaging in patients with panic disorder: findings and limitations of recent studies », Psychiatria Danubina, vol. 25, no 2,‎ 2013, p. 108–14 (ISSN 0353-5053, lien PubMed?)
  25. (en) Yojiro Sakai, « Changes in cerebral glucose utilization in patients with panic disorder treated with cognitive-behavioral therapy », NeuroImage, vol. 33, no 1,‎ 2006, p. 218–26 (ISSN 1053-8119, liens PubMed? et DOI?)
  26. (en) Ján Prasko, « The change of regional brain metabolism (18FDG PET) in panic disorder during the treatment with cognitive behavioral therapy or antidepressants », Neuro endocrinology letters, vol. 25, no 5,‎ 2004, p. 340–8 (ISSN 0172-780X, lien PubMed?)
  27. (en) Mariana Rodrigues Poubel Alves, « Cognitive functions in patients with panic disorder: a literature review », Revista brasileira de psiquiatria (São Paulo, Brazil: 1999), vol. 35, no 2,‎ 2013, p. 193–200 (ISSN 1809-452X, lien PubMed?)
  28. Tracy Johnson, « Panic Disorder and Pharmacological Treatment Options » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 1997, sur Undergraduate Engineering Review. Consulté le 12 mai 2012 - « Panic Disorder and Pharmacological Treatment Options » (version du 15 avril 2012 sur l'Internet Archive))
  29. Gorwood, P.; J. Feingold, J. Ades. « Épidémiologie génétique et psychiatrie (I): Portées et limites des études de concentration familiale exemple du trouble panique » in Association Française de Psychiatrie Biologique. Réunion de Paris. L' Encéphale 25: 21–29. Consulté le 2014-04-19. 
  30. R. Rahn and B. Ball. Local Anesthesia in Dentistry, 3M ESPE AG, ESPE Platz, Seefeld, Germany, 2001, 44 pp.
  31. Department of Family Practice, University of Texas Health Science Center, San Antonio, « Relationship between substance abuse and panic attacks », pubmed.gov,‎ 1999 (consulté le 26 mars 2014)
  32. Roy-Byrne PP, Craske MG, Stein MB, « Panic disorder », The Lancet, vol. 368, no 9540,‎ septembre 2006, p. 1023–32 (liens PubMed? et DOI?)
  33. Cosci F, Knuts IJ, Abrams K, Griez EJ, Schruers KR, « Cigarette smoking and panic: a critical review of the literature », Journal of Clinical Psychiatry, vol. 71, no 5,‎ mai 2010, p. 606–15 (liens PubMed? et DOI?)
  34. Johnson JG, Cohen P, Pine DS, Klein DF, Kasen S, Brook JS, « Association between cigarette smoking and anxiety disorders during adolescence and early adulthood », JAMA, vol. 284, no 18,‎ novembre 2000, p. 2348–51 (liens PubMed? et DOI?)
  35. Isensee B, Wittchen HU, Stein MB, Höfler M, Lieb R, « Smoking increases the risk of panic: findings from a prospective community study », Arch. Gen. Psychiatry, vol. 60, no 7,‎ juillet 2003, p. 692–700 (liens PubMed? et DOI?)
  36. Goodwin RD, Lewinsohn PM, Seeley JR, « Cigarette smoking and panic attacks among young adults in the community: the role of parental smoking and anxiety disorders », Biological Psychiatry, vol. 58, no 9,‎ 1 novembre 2005, p. 686–93 (liens PubMed? et DOI?)
  37. Hughes RN, « Drugs which Induce Anxiety: Caffeine », New Zealand Journal of Psychology, vol. 25, no 1,‎ juin 1996, p. 36–42 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  38. Marina Machado Vilarim, Daniele Marano Rocha Araujo et Antonio Egidio Nardi, « Caffeine challenge test and panic disorder: A systematic literature review », Expert Review of Neurotherapeutics, vol. 11, no 8,‎ août 2011, p. 1185–95 (liens PubMed? et DOI?)
  39. (en) Halter, Foundations of Psychiatric Mental Health Nursing: A Clinical Approach,‎ 2008
  40. Lara DR, « Caffeine, mental health, and psychiatric disorders », J. Alzheimers Dis., vol. 20, no Suppl 1,‎ 2010, S239–48 (liens PubMed? et DOI?)
  41. « Anxiogenic effects of caffeine on panic and depressed patients », American Journal of Psychiatry, vol. 145, no 5,‎ mai 1988, p. 632–35 (lien PubMed?, lire en ligne)
  42. « Caffeine challenge test in panic disorder and depression with panic attacks », Comprehensive Psychiatry, vol. 48, no 3,‎ May–June 2007, p. 257–63 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  43. Ashton H, « Protracted withdrawal syndromes from benzodiazepines », Journal of Substance Abuse and Treatment, vol. 8, no 1–2,‎ 1991, p. 19–28 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  44. (en) Toshi A Furukawa, Norio Watanabe, Rachel Churchill, Cochrane Database of Systematic Reviews, John Wiley & Sons, Ltd,‎ 1996 (ISSN 1465-1858), « Combined psychotherapy plus antidepressants for panic disorder with or without agoraphobia »
  45. a et b Marks IM, Swinson RP, Başoğlu M, et al., « Alprazolam and exposure alone and combined in panic disorder with agoraphobia. A controlled study in London and Toronto », Br J Psychiatry, vol. 162, no 6,‎ juin 1993, p. 776–87 (liens PubMed? et DOI?)
  46. (en) Milrod BL, Leon AC, Barber JP, Markowitz JC, Graf E, « Do comorbid personality disorders moderate panic-focused psychotherapy? An exploratory examination of the American Psychiatric Association practice guideline », J Clin Psychiatry, vol. 68, no 6,‎ juin 2007, p. 885–91 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  47. (en) Barlow DH, Gorman JM, Shear MK, Woods SW, « Cognitive-behavioral therapy, imipramine, or their combination for panic disorder: A randomized controlled trial », JAMA, vol. 283, no 19,‎ mai 2000, p. 2529–36 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  48. (en) Susan Nolen-Hoeksema, Abnormal Psychology, McGraw-Hill (ISBN 0078035384), p. 132
  49. a, b, c, d et e Choy Y, « Treatment Planning for Panic Disorder », Psychiatric Times, vol. 25, no 2,‎ 1 février 2008 (lire en ligne)
  50. Attaques de panique et hyperventilation Jacques Van Rillaer (2012) La nouvelle gestion de soi. Bruxelles : éd. Mardaga Pages 124 à 131 & 260.
  51. Dianne L. Chambless, « Assessment of fear of fear in agoraphobics: The Body Sensations Questionnaire and the Agoraphobic Cognitions Questionnaire », Journal of Consulting and Clinical Psychology, vol. 52, no 6,‎ 1984, p. 1090–1097 (ISSN 1939-2117(Electronic);0022-006X(Print), lien DOI?)
  52. (en) Schmidt NB, Woolaway-Bickel K, Trakowski J. et al., « Dismantling cognitive-behavioral treatment for panic disorder: questioning the utility of breathing retraining », J Consult Clin Psychol, vol. 68, no 3,‎ 2000, p. 417–424 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  53. Micheline Allard, « L'efficacité de la psychothérapie pour le trouble panique en vidéoconférence : Réplication et alliance thérapeutique », Revue québécoise de psychologie, vol. 28, no 2,‎ 2007, p. 43–64 (ISSN 0225-9885, lire en ligne)
  54. C Lewis et Pearce, J; Bisson, JI, « Efficacy, cost-effectiveness and acceptability of self-help interventions for anxiety disorders: systematic review », The British journal of psychiatry : the journal of mental science, vol. 200, no 1,‎ janvier 2012, p. 15–21 (liens PubMed? et DOI?, lire en ligne)
  55. Koszycki D., Taljaard M., Segal Z., Bradwejn J., « A randomized trial of sertraline, self-administered cognitive behavior therapy, and their combination for panic disorder », Psychological Medicine, vol. 41, no 2,‎ 2011, p. 373–383 (lien DOI?)
  56. PubMed Health, « Featured review », PubMed Health, NCBI
  57. Barlow DH, Gorman JM, Shear MK, Woods SW, « Cognitive-behavioral therapy, imipramine, or their combination for panic disorder: A randomized controlled trial », JAMA, vol. 283, no 19,‎ mai 2000, p. 2529–36 (liens PubMed? et DOI?)
  58. Wiborg IM, Dahl AA, « Does brief dynamic psychotherapy reduce the relapse rate of panic disorder? », Arch. Gen. Psychiatry, vol. 53, no 8,‎ août 1996, p. 689–94 (liens PubMed? et DOI?)
  59. van Apeldoorn F.J., van Hout W.J.P.J., Mersch P.P.A., Huisman M., Slaap B.R., Hale W.W.III, den Boer J.A., « Is a combined therapy more effective than either CBT or SSRI alone? Results of a multicenter trial on panic disorder with or without agoraphobia », Acta Psychiatrica Scandinavica, vol. 117, no 4,‎ 2008, p. 260–270 (liens PubMed? et DOI?)
  60. (en) Norio Watanabe, Rachel Churchill, Toshi A Furukawa, Cochrane Database of Systematic Reviews, John Wiley & Sons, Ltd,‎ 1996 (ISSN 1465-1858), « Combined psychotherapy plus benzodiazepines for panic disorder »