Étude de jumeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les études de jumeaux ou gémellologie[1] (terme inventé par le médecin Luigi Gedda (it) en 1952[2]) font partie des modèles d'étude du comportement qui aident à mettre en évidence les rôles respectifs de l'environnement et de la génétique.

Position du problème[modifier | modifier le code]

Si nous observons que les enfants d'une même famille ont plus de similarités que l'on pourrait attendre de deux enfants choisis au hasard, les similarités peuvent être attribuées aux influences de l'environnement commun aux membres de la famille — classe sociale, attitude des parents, éducation, etc. — mais aussi aux gènes qu'ils partagent, qui sont hérités des parents.

Les études de jumeaux comparent les similitudes entre jumeaux monozygotes ou identiques, qui partagent près de 100 % de leur génotype, avec celles qu'il y a entre jumeaux dizygotes ou fraternels, qui peuvent ne partager en moyenne que 50 % de leur génotype. En étudiant plusieurs centaines de familles de jumeaux, les chercheurs peuvent ensuite mieux comprendre les rôles respectifs de la génétique et de l'environnement.

Psychologie[modifier | modifier le code]

Constatant que le modèle de développement des enfants jumeaux était ramené systématiquement à celui de l'enfant unique alors que les jumeaux sur une même tranche d'âge par rapport à un enfant unique avaient un QI inférieur à la moyenne standard aux alentours de 6 ans, le psychologue cognitif et gémellologue Fabrice Bak construit, avec une équipe de recherche universitaire dans les années 1990, le premier modèle développemental des jumeaux[3].

Les jumeaux passent, selon ce modèle, par plusieurs étapes :

  • étape de fusion ou d'unification gémellaire (entre 0 et 2 ans) : les parents, par nécessité vitale, considèrent les jumeaux comme une entité gémellaire ;
  • étape de complémentarité (entre 2 et 6 ans) : un rapport de dominant à dominé, qui peut s'inverser, favorise le développement en parallèle des compétences de chacun des jumeaux ;
  • première étape d'autonomie (à partir de 6/7 ans) : la séparation lors de l'entrée à l’école permet de positionner chaque jumeau en tant qu’individu à part entière ;
  • seconde étape d'autonomie (à l'adolescence).

Conclusions[modifier | modifier le code]

Les études modernes de jumeaux ont montré que pratiquement tous les traits biologiques sont en partie influencés par la génétique, avec certaines caractéristiques montrant une forte influence (par exemple la taille), d'autres une influence de niveau intermédiaire (par exemple, le quotient intellectuel) et certaines héritabilités plus complexes, impliquant différents gènes — par exemple l'autisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. gémellité, du latin geminatio, jumeau
  2. Jean-Claude Pons, Christiane Charlemaine, Émile Papiernik, Le guide des jumeaux : la conception, la grossesse, l'enfance, Odile Jacob,‎ 2006, 322 p. (lire en ligne), p. 268
  3. Mathieu Vidard, Les jumeaux, émission La tête au carré sur France Inter, 31 mars 2011