Schizophrénie paranoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peinture faite par une personne souffrant de schizophrénie paranoïde

La schizophrénie paranoïde, également appelée la schizophrénie de type paranoïaque est un sous-type de schizophrénie tel que défini dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, le DSM-IV du code 295.30[1]. Il est le type le plus commun de schizophrénie[2],[3]. La schizophrénie est définie comme « une maladie mentale chronique dans laquelle une personne perd contact avec la réalité (psychose)[4] ». La schizophrénie est divisée en sous-types sur la base de la « symptomatologie prédominant au moment de l'évaluation[4]. » Le tableau clinique est dominé par un nombre relativement stables, souvent paranoïaques, de délires, généralement accompagnés par des hallucinations, en particulier auditives (entendre des voix), et des troubles de la perception. Ces symptômes peuvent avoir un effet énorme sur le fonctionnement et peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de vie d'une personne. La schizophrénie paranoïde est une maladie dont on ne guérit pas, mais avec un traitement approprié, une personne en souffrant peut avoir une meilleure qualité de vie[4].

Bien que la schizophrénie paranoïde soit définie par ces deux symptômes, elle l'est aussi par le manque de certains symptômes (symptômes négatifs). Les symptômes suivants ne sont pas de premier plan: « discours désorganisé, comportement désorganisé ou catatonique, ou affect inapproprié ou inexistant[réf. nécessaire] ». Ces symptômes sont présents sous une autre forme de schizophrénie, la schizophrénie désorganisée. Les critères pour le diagnostic de la schizophrénie paranoïde doivent être présents depuis au moins six mois[réf. nécessaire]. Cela permet de différencier la schizophrénie d'autres maladies, telles que le trouble bipolaire[réf. nécessaire]. On s'assure également que la maladie est chronique et non aiguë, donc qu'elle ne disparaîtra pas avec le temps.

La schizophrénie paranoïde est définie dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 4e édition, mais il a été retiré de la 5e édition. L'American Psychological Association a choisi d'éliminer les sous-types de schizophrénie parce qu'ils « limitaient le diagnostic, manquaient de fiabilité, et des validités faibles[5]. » Les symptômes et l'absence de symptômes qui ont été utilisés pour classer les différents sous-types de schizophrénie n'étaient pas suffisamment concrets pour être en mesure d'être diagnostiqués. L'APA a également estimé que les sous-types de schizophrénie devaient être supprimés, car « ils ne semblent pas aider à fournir un traitement mieux ciblé, ou à prédire la réponse au traitement[5]. » Traitement ciblé et réponse au traitement varient de patient à patient, en fonction de ses symptômes. Il est plus avantageux, par conséquent, d'examiner la gravité des symptômes lors de l'examen des options de traitement.

Symptômes[modifier | modifier le code]

La schizophrénie paranoïde se manifeste dans une série de symptômes. Les symptômes courants de la schizophrénie paranoïde incluent des hallucinations auditives (entendre des voix), des délires paranoïdes (croire que tout le monde veut vous nuire)[4]. Toutefois, deux symptômes séparent cette forme d'autres formes de schizophrénie.

Un critère pour séparer schizophrénie paranoïde d'autres types est le délire. Les délires peuvent mener la personne à se comporter d'une manière qui pourrait nuire à elle-même ou aux autres. Un délire est une croyance forte, même lorsqu'une preuve démontre le contraire. Quelques délires couramment associés à la schizophrénie paranoïde: "croire que le gouvernement surveille chaque mouvement que vous faites, ou qu'un collègue empoisonne votre déjeuner[4]". Ces croyances sont irrationnelles, et peuvent inciter la personne qui les détient à se comporter de façon anormale. Un autre type fréquent de délire est une illusion de grandeur, ou « fixe, fausse croyance que l'on possède des qualités supérieures telles que le génie, la célébrité, la toute-puissance, ou de la richesse[6]. » Plus couramment encore « la croyance que vous pouvez voler, que vous êtes célèbre, ou que vous avez une relation avec une personne célèbre[4]. », n'importe lequel de ces délires pourrait conduire la personne à faire du mal aux autres ainsi qu'à elle-même.

Un autre critère présent chez les patients souffrant de schizophrénie paranoïde est les hallucinations auditives, dans lequel la personne entend des voix ou des sons qui ne sont pas présents réellement. Le patient entendra parfois plusieurs voix qui peuvent s'adresser à lui-même ou aux autres[4]. Ces voix que le patient entend peuvent l'amener à se comporter de manière particulière. Des chercheurs de la Fondation Mayo pour l'éducation médicale et de la recherche font la description suivante: « elles [les voix] peuvent continuellement formuler des critiques sur ce que vous pensez ou faites, ou faire des commentaires cruels sur vos fautes réelles ou imaginaires. Les voix peuvent également commander de faire des choses qui peuvent être nocifs pour vous-même ou pour les autres[4] ». Un patient présentant ces hallucinations auditives peut être observé à se parler à lui-même parce qu'il croit que les voix sont effectivement réelles. Tous les symptômes de la schizophrénie peuvent conduire la personne à passer à l'acte. Un diagnostic précoce est important pour le succès du traitement de la schizophrénie.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les critères du DSM-IV pour le diagnostic de la schizophrénie requièrent la présence de symptômes sur un certain temps afin de diagnostiquer avec certitude une schizophrénie. Une personne doit présenter deux ou plusieurs symptômes de base pendant au moins un mois, comme les délires, les hallucinations, discours désorganisé, comportement extrêmement désorganisé ou catatonique, ou symptômes négatifs. Il faut aussi une détérioration significative sur le travail de la personne,ses performances scolaires, les relations interpersonnelles, et la capacité de prendre soin de soi. Ces symptômes doivent durer un minimum de six mois avec les premiers symptômes continu pendant au moins un mois. La schizophrénie paranoïde se distingue par des hallucinations et délires de présence impliquant un sentiment de persécution ou au contraire de grandeur dans leurs croyances sur le monde.

Les personnes atteintes de schizophrénie paranoïde semblent souvent plus adaptées ou « normales » comparées aux autres formes de schizophrénie, comme les personnes souffrant d'une schizophrénie hébéphrénique[7]. Le diagnostic de schizophrénie paranoïde est donnée avec la présence d'idées délirantes ou des hallucinations bizarres qui défient les lois naturelles des processus logiques de la pensée, ou troubles de la pensée et de repli en raison de ces pensées et ces délires[8]. Les gens qui sont diagnostiqués schizophréniques paranoïdes sont souvent donnés comme ayant un meilleur pronostic que les autres types, car ils sont généralement plus à même de prendre soin d'eux-mêmes et sont plus équilibrés mentalement.

Avec la suppression des sous-types de la schizophrénie, la schizophrénie paranoïde ne sera plus utilisée en tant que catégorie de diagnostic. Si une personne présente des symptômes de la schizophrénie, y compris les symptômes de paranoïaque, ils seront simplement diagnostiqués schizophrénique et seront traités avec des antipsychotiques en fonction de leurs symptômes individuels.

Prévention[modifier | modifier le code]

Selon la clinique Mayo, il est préférable de commencer à recevoir un traitement pour la schizophrénie paranoïaque le plus tôt possible et de le maintenir tout au long de sa vie[9]. Cette poursuite du traitement aidera à garder les symptômes graves sous contrôle et permettra à la personne de mener une vie plus épanouissante. On ne peut pas réduire le risque de contracter la schizophrénie paranoïde. Cette maladie est généralement inévitable.

Il a une forte composante héréditaire avec un premier degré,chez un des 2 parents, frères ou sœurs. Il pense qu'il peut exister des influences environnementales, y compris « l'exposition prénatale à une infection virale, un faible taux d'oxygène pendant l'accouchement (travail prolongé ou naissance prématurée), l'exposition à un virus pendant la petite enfance, la perte ou la séparation des parents prématurée, et abus physique ou sexuel dans l'enfance[10]. » L'élimination de l'un de ces facteurs peut aider à réduire le risque de contracter une schizophrénie paranoïde.

Traitement[modifier | modifier le code]

La schizophrénie paranoïde est une maladie qui nécessite un traitement constant avec des neuroleptiques afin de permettre à la personne d'avoir un mode de vie relativement stable et normale[11]. Une personne schizophrène devrait demander l'aide de la famille ou des soins précoces assurés par un médecin, psychiatre, psychothérapeute, pharmacien, membres de la famille, infirmier psychiatrique, ou un assistante sociale[11], à condition qu'il ou elle soit dans la capacité de le faire, en raison de l'incapacité de nombreux schizophrènes à accepter leur maladie. Les principales options qui sont offertes pour le traitement de la schizophrénie paranoïde sont les suivantes: neuroleptiques, la psychothérapie, hospitalisation, ECT ., etbilan de compétences[11].

Il existe des troubles avec des symptômes similaires à ceux de la schizophrénie paranoïde, conduisant parfois à des erreurs de diagnostic. Il existe des tests que les psychiatres effectuent pour essayer d'obtenir un diagnostic correct. Ils comprennent une "évaluation psychiatrique, dans laquelle le médecin ou le psychiatre pose une série de questions sur les symptômes du patient, des antécédents psychiatriques et des antécédents familiaux de problèmes de santé mentale, les antécédents médicaux et l'examen", dans laquelle le médecin interrogera sur la situation personnelle et familiale, l'anamnèse et effectuera également un examen physique complet afin de vérifier les problèmes médicaux qui pourraient être à l'origine ou qui pourraient contribuer au problème; des analyses de sang et d'urine simples peuvent écarter d'autres causes médicales de symptômes[10] ». Il existe des effets secondaires liés à la prise d'antipsychotiques : Les neuroleptiques peuvent être la cause d' hypertension artérielle et hypercholestérolémie[réf. nécessaire]. Les neuroleptiques favorisent également la prise de poids et augmentent le risque de développer un diabète[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le début des années 1800, la schizophrénie a été reconnue comme un trouble psychologique, le cas le plus célèbre étant celui de James Tilly Matthews décrit par John Haslam en 1810. Il a été ensuite décrit pour la première fois en 1883, par Emil Kraepelin comme une démence précoce, ou la détérioration prématurée du cerveau. Elle est considérée comme incurable et irréversible. À cette époque très peu de diagnostiques sont posés pour une démence précoce en raison du peu de symptômes caractérisant ce trouble. Des années plus tard, Eugen Bleuler a inventé l'expression schizophrénie, qui signifie littéralement « esprit divisé ».

Bleuler pense que le trouble amenant une personne à ne plus être en possession de ces pleines capacités mentales est du à une déficience dans les associations mentales entre la pensée, le langage, les émotions, la mémoire et la résolution de problèmes, en raison de l'éclatement de leur esprit[7]. Finalement, le diagnostic de schizophrénie a été réduit à un ensemble de types spécifiques de symptômes nécessaires à diagnostiquer le trouble, et a également été divisé en plusieurs types: paranoïde, désorganisé, et catatonique (chacune avec leurs propres symptômes spécifiques ), et une schizophrénie dite indifférenciée ou résiduelle, qui présente peu de symptômes résiduels de la schizophrénie.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale le parti nazi a tenté d'éradiquer la schizophrénie par la stérilisation et tuer les patients psychiatriques[12].

À partir de 2013, avec la publication de la nouvelle DSM-5, les différents sous-types de la schizophrénie ne sont plus spécifiés ou différenciés de la schizophrénie dans le manuel. Au lieu de cela, la schizophrénie est considérée comme un trouble mental avec un éventail de symptômes différents. Le traitement pour les personnes souffrant de schizophrénie est décidée sur la base des types de symptômes qui sont exposés dans chaque cas particulier[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. DSM-IV
  2. (en) Varcarolis, Elizabeth. « Psychiatric nursing care plans » 2006
  3. « Schizophrenia », University of Michigan Department of Psychiatry (consulté le 24 juin 2013)
  4. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Mayo Foundation for Medical Education and Research (2013) « Paranoid Schizophrenia » Mayo Clinic. Consultable à http://www.mayoclinic.com/health/paranoid-schizophrenia/DS00862/DSECTION=symptoms
  5. a et b (en) Grohol, John M. (2013) « DSM-V changes: schizophrenia and psychotic disorders » Psych Central. Consultable à http://pro.psychcentral.com/2013/dsm-5-changes-schizophrenia-psychotic-disorders/004336.html#
  6. (en) Grohol, John M. (2012) « Delusion of grandeur » Psych Central. Consultable sur http://psychcentral.com/encyclopedia/2008/delusion-of-grandeur/
  7. a et b (en) Nolen-Hoeksema, S. Abnormal Psychology, New York, NW: McGraw-Hill, 4e Modèle:Éd, 2008, p. 375-418.
  8. (en) Torgersen S. « Paranoid schizophrenia, paranoid psychoses, and personality disorders » Journal for the Norwegian Medicine Association. New York, NY. 2012;132(7):851-2.
  9. (en) Mayo Foundation for Medical Education and Research (2013) « Paranoid Schizophrenia » Mayo Clinic. Consultable à http://www.mayoclinic.com/health/paranoid-schizophrenia/DS00862/DSECTION=Prevention
  10. a et b (en) Smith, M., Segal J. (2013) « Schizophrenia signs, symptoms, and causes » http://www.helpguide.org/mental/schizophrenia_symptom.htm#causes
  11. a, b, c et d Mayo Foundation for Medical Education and Research (2013). Paranoid Schizophrenia. Mayo Clinic. Retrieved from http://www.mayoclinic.com/health/paranoid-schizophrenia/DS00862/DSECTION=Treatment
  12. (en) Fuller Torrey et Robert H. Yolken « Psychiatric Genocide: Nazi Attempts to Eradicate Schizophrenia » Schizophr Bull. 2010 January; 36(1):26–32.
  13. American Psychiatric Association. (2000). Diagnostic and statistical manual of mental disorders (4th ed., text revision). Washington, D.C.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lectures complémentaires[modifier | modifier le code]

  • Cas, Jenifer R. & Case, Donn T. Jalons et Avenues: A Story of Loss and Recovery: Un récit biographique de la vie de schizophrénie paranoïde (2006)
  • Kraepelin, Emil Paranoidal formes de démence précoce [schizophrénie paranoïde] (histoire de la psychiatrie) (1906)
  • Miller, Carolyn Straight From the Heart: A Mother Battles schizophrénie paranoïde, et une fille luttes à Grow Up (2006)
  • Parker, James N. & Parker, Philip M. schizophrénie paranoïde: A Medical Dictionary, Bibliography, et Guide de recherche annotée de références Internet (2004)
  • Podsobinski, Larry (2007). En proie à la schizophrénie paranoïde: Métamorphoses d'un homme par la psychose. Lulu . ISBN 1430322314 .  
  • Zucker, Luise J. Ego Structure en schizophrénie paranoïde: Une nouvelle méthode d'évaluation projective Matériel (1958)