DSM-5

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le DSM-5, version originale anglaise, avec son prédécesseur, le DSM-IV-TR, version française

Publiée le 18 mai 2013, la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM, de l'anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) de l'Association Américaine de Psychiatrie (APA), communément intitulée DSM-5 (anciennement connue sous le titre DSM-V) remplace la quatrième édition du DSM (DSM-IV, 1993 ; textes révisés en 2000, DSM-IV-TR) après consultation, révision et préparation[1],[2]. L'APA possède un site de développement officiel des versions antérieures du DSM-5[3].

Développement[modifier | modifier le code]

En 1999, une conférence de recherche sur le DSM–5, sponsorisée par l'APA et le National Institute of Mental Health (NIMH), se tient dans le but d'établir des priorités. Six différents groupes de chercheurs se focalisent chacun sur un sujet : nomenclature, neuroscience et génétiques, diagnostics et problèmes développementaux, relationnels (en) et de la personnalité, handicap et troubles mentaux, ainsi que problèmes interculturels. Pour la première fois dans l'historique de révision de ce manuel, l'APA exige des psychiatres qui travaillent sur la nouvelle édition qu'ils signent un accord de stricte confidentialité[4]. Dans une lettre ouverte, Robert Spitzer, éditeur du DSM-III, réclame que l'obligation de secret soit levée afin que des observateurs extérieurs puissent analyser les débats scientifiques derrière les diagnostics nouveaux et révisés. Darrel Regier, coéditeur de la nouvelle version, soutient que le travail d'élaboration doit rester privé[4].

Le , l'APA annonce à ses membres qu'il superviserait le développement du DSM-5. La rédaction de l'ouvrage est effectuée par 28 membres sous la direction de David Kupfer professeur de neurosciences à faculté de médecine de l'Université de Pittsburgh. Les scientifiques travaillant sur la révision textuelle du DSM sont expérimentés en recherches, soins cliniques, biologie, génétiques, statistiques, épidémiologie, santé publique et dans la défense des consommateurs.

La nouvelle organisation des chapitres vise également à rapprocher davantage les domaines de diagnostics qui semblent liés, comme illustré par la création d'une catégorie spécifique pour le trouble bipolaire et les troubles reliés (auparavant classés dans les troubles de l'humeur avec la dépression) qui sont placés immédiatement après les troubles du spectre de la schizophrénie et les autres troubles psychotiques[5].

Dans chaque catégorie de diagnostics, les troubles généralement diagnostiqués durant l'enfance sont listés en premier[5].

Modifications majeures[modifier | modifier le code]

Schizophrénie[modifier | modifier le code]

Article principal : Schizophrénie.

Les troubles suivants ont été retirés de la 5e édition du DSM[6] :

  • 295.30 Schizophrénie - Type paranoïde
  • 295.10 Schizophrénie - Type désorganisé
  • 295.20 Schizophrénie - Type catatonique
  • 295.90 Schizophrénie - Type indifférencié
  • 295.60 Schizophrénie - Type résiduel
  • 297.3 Trouble psychotique partagé

Syndrome d'Asperger[modifier | modifier le code]

Article principal : Syndrome d'Asperger.

Le syndrome d'Asperger n'est plus classé en tant que trouble à part, et, à la place, est classé dans la section du trouble du spectre autistique (TSA). Sous cette nouvelle proposition de classification, les cliniciens noteraient la sévérité des symptômes cliniques présents dans le TSA (sévère, moyen ou modéré). Cependant, cette proposition a fait l'objet de plusieurs critiques de la part de spécialistes du syndrome d'Asperger tels que Tony Attwood et Simon Baron-Cohen[7],[8],[9].

Trouble bipolaire[modifier | modifier le code]

Article principal : Trouble bipolaire.

Des suggestions ont été faites pour approfondir les troubles bipolaires (Akiskal and Ghaemi, 2006). Ces propositions incluent notamment un critère plus détaillé pour le diagnostic du trouble bipolaire chez l'enfant[10],[11],[12].

Troubles de la personnalité[modifier | modifier le code]

Article principal : Troubles de la personnalité.

Une « reconceptualisation majeure » est proposée concernant les troubles de la personnalité[13],[14]. L'APA rend publique le , sur son site internet, une version préliminaire des critères pour les différents diagnostics de trouble de la personnalité [13]. Ceux-ci sont basés sur une approche dimensionnelle plutôt que sur l'approche traditionnelle, dite « catégorielle », en vigueur depuis l'apparition des troubles de la personnalité dans le DSM-III (1980). Bien que prometteuse[15], l'approche dimensionnelle a été mise en section 3 du DSM-5, en guise d'alternative à l'approche catégorielle, toujours préconisée.

La catégorisation dimensionnelle se distingue nettement de celle catégorielle : les trois regroupements (clusters) ont disparu de même que quatre troubles types, soit le Trouble de la personnalité schizoïde, le Trouble de la personnalité paranoïaque, le Trouble de la personnalité histrionique et le Trouble de la personnalité dépendante. La catégorisation alternative offre donc six diagnostiques prototypiques :

  • Trouble de la personnalité schizotypique
  • Trouble de la personnalité borderline (limite)
  • Trouble de la personnalité antisociale
  • Trouble de la personnalité narcissique
  • Trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive
  • Trouble de la personnalité autre - Spécifié à partir des traits

Contrairement à la catégorisation catégorielle pour laquelle le clinicien doit uniquement postuler sur la présence ou l'absence de traits caractéristiques pour chacun des troubles de la personnalité investigué, la catégorisation dimensionnelle se subdivise en trois parties. La première partie consiste en une évaluation de l’atteinte du fonctionnement personnel et interpersonnel du patient à l'aide d'un continuum. La deuxième partie vise l’identification de ses traits de personnalité pathologiques, de même que leur degré de sévérité. Ces traits sont au nombre de cinq : affectivité négative, détachement, antagonisme, désinhibition et psychoticisme, chacun d'eux étant composé de trois à neuf facettes de la personnalité. Cette partie utilise des approches classificatoires différentes : catégorielle et dimensionnelle. En un premier temps, on vise à identifier si le patient possède ou non les traits pathologiques (approche catégorielle), puis, en un second temps, on tente d’en évaluer la sévérité en leur assignant une note sur un continuum allant de faible à très sévère (approche dimensionnelle). Finalement, la troisième partie consiste en la création d’un portrait général de la personnalité du patient en se basant sur les données recueillies dans les deux premières parties, puis en la comparant aux portraits prototypiques des différents troubles afin d’en évaluer la correspondance. Cette comparaison permet d’évaluer le degré de similarité (approche dimensionnelle) entre la personnalité du patient et l’un ou l’autre des portraits prototypiques des différents Troubles de la personnalité[16].

Trouble du déficit de l'attention[modifier | modifier le code]

Quelques propositions ont été faites pour améliorer le critère diagnostique lié à l'âge lorsque les symptômes apparaissent. Cette proposition vise à changer le critère diagnostique des symptômes présents avant l'âge de sept ans en symptômes présents avant l'âge de douze ans[17].

Il est suggéré que, dans les problèmes de concentration et d'hyperactivité/impulsivité, un minimum de quatre symptômes devaient être identifié chez les individus âgés de 17 ans ou plus. Le critère actuel du DSM-IV-TR visant à identifier six symptômes serait appliqué chez les adolescents âgé de 16 ans ou moins[17].

Trouble hypersexualité[modifier | modifier le code]

Le trouble hypersexualité[18] est proposée en tant que nouvelle catégorie. Le diagnostic s'appliquerait aux individus faisant l'expérience des symptômes indiqués (majeure partie du temps utilisée pour les accomplissements sexuels, utilisation du sexe en compensation de la déprime ou du stress, efforts répétés mais infructueux pour contrôler ou réduire de façon significative ces fantasmes, etc.)[18],[19]. Par ailleurs, il serait uniquement appliqué si le problème persiste durant six mois ou plus, lorsqu'un individu est en présence d'une détresse personnelle ou se sent complexé à cause de ces symptômes, et lorsque le problème n'est pas directement causé par une substance médicamenteuse ou par d'autres critères[18]. Cette suggestion présente un diagnostic officiel qui serait également spécifié et désignerait le(s) comportement(s) problématiques liés aux cas suivants : masturbation, pornographie, cybersexeetc.[18],[19].

Le terme de « trouble hypersexualité » a été choisi car il ne désigne aucune cause (connue) de l'hypersexualité[20]. Une suggestion faite pour ajouter l'addiction sexuelle à la classification du DSM a été rejetée par l'APA[21],[22].

Le DSM-IV-TR montre le « trouble sexuel non spécifié », s'appliquant à, parmi d'autres conditions, « un désarroi découlant d'un mode de relations sexuels répétitives impliquant une succession de partenaires sexuels que l'individu ne perçoit que comme des objets dont on se sert[23]. »

Addictologie[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Désormais, les notions d'abus et de dépendance sont obsolètes. L'expression « troubles liés à l'usage de substances » est définie par l"existence d'au moins deux des critères suivants sur une période d'un an :

  • consommation importante ou sur période plus longue que prévue ;
  • efforts infructueux d'arrêt ;
  • chronophagie ;
  • craving ;
  • altération des obligations ;
  • persistance d'usage malgré problème qu'il cause ;
  • abandon des autres activités ;
  • situations dangereuses ;
  • tolérance
  • et sevrage.

La sévérité se côte par tranches : légère si 2-3 symptômes, modérée si 4-5 symptômes, sévère au-delà.

Critiques[modifier | modifier le code]

Avant même sa publication, le DSM-5 est critiqué et fait l'objet de polémiques et de controverses. Aux États_Unis, la fronde est notamment venue d'un ancien rédacteur de DSM-IV-TR : Allen Frances[2],[24] et de Thomas R. Insel[25],[26],[27],[28]. Le NIMH est par ailleurs en train de mettre sur pied une classification concurrente nommée Research Domain Criteria ou RDoC qui est en cours d'élaboration et qui vise à rendre les diagnostics psychiatriques plus scientifiques, notamment à l'encontre des DSM[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « DSM-5, publication reportée à mai 2013 » (consulté le 23 mars 2011)
  2. a et b « DSM-5 : le livre qui rend fou », sur Le Monde (Blog),‎ 25 février 2010 (consulté le 16 octobre 2011)
  3. (en) Site officiel dans le développement du DSM-5
  4. a et b Gestion, « Révision du DSM-V (bible des diagnostics psychiatriques): transparence réclamée », sur Psychomédia.qc.ca,‎ 28 décembre 2008 (consulté le 20 octobre 2011)
  5. a et b Gestion, « DSM-5: une nouvelle organisation des diagnostics est proposée », sur Psychomédia.qc.ca,‎ 18 juillet 2011 (consulté le 20 octobre 2011)
  6. (en) « Schizophrenia and Other Psychotic Disorders », sur Association Américaine de Psychiatrie (consulté le 5 mai 2010)
  7. (en) « Away With the Asperger's Diagnosis: What's It All About? », sur Psychology Today (consulté le 16 octobre 2011)
  8. (en) « A Powerful Identity, a Vanishing Diagnosis », sur New York Times (consulté le 16 octobre 2011)
  9. (en) « Proposed Revision - APA DSM-5 - Asperger's Disorder », sur Association Américaine de Psychiatrie,‎ 13 février 2010
  10. (en) Benedict Carey, « Revising Book on Disorders of the Mind », sur The New York Times,‎ 10 février 2009
  11. (en) « Proposed Revision - APA DSM-5 - Temper Dysregulation Disorder with Dysphoria », sur Association Américaine de Psychiatrie,‎ 13 février 2010
  12. (en) Benedict Carey, « Revising Book on Disorders of the Mind », sur The New York Times,‎ 20 février 2010 (consulté le 1er mai 2010)
  13. a et b « DSM-V: nouvelle définition des troubles de la personnalité proposée »,‎ 12 février 2010 (consulté le 20 octobre 2011)
  14. (en) « Personality and Personality Disorders », sur Association Américaine de Psychiatrie,‎ 13 février 2010
  15. (en) Skodol et al., « Rationale for the Proposed Changes to the Personality Disorders Classification in DSM-5 », sur Association Américaine de Psychiatrie,‎ 2012
  16. Louis Thivierge. Changement de paradigme et terminologie des troubles de la personnalité. Mémoire de maîtrise. Université Laval. 2013, p. 65-68 (en révision).
  17. a et b (en) « Proposed Revision - APA DSM-5 - 314.0x Attention Deficit/Hyperactivity Disorder », sur Association Américaine de Psychiatrie,‎ 20 mai 2010
  18. a, b, c et d Gestion, « Qu'est-ce que l'hypersexualité (nouveau diagnostic proposé pour le DSM-5) ? », sur Psychomédia.qc.ca,‎ 1er mars 2010 (consulté le 20 octobre 2011)
  19. a et b (en) « American Psychiatric Association DSM-5 Development Page for Hypersexual Disorder », sur Association Américaine de Psychiatrie (consulté le 20 octobre 2011)
  20. (en) Kafka MP. (2010) « Hypersexual Disorder: A proposed diagnosis for DSM-V » Archives of Sexual Behavior, 39, 377–400.
  21. (en) Rita Rubin, « Psychiatry's bible: Autism, binge-eating updates proposed for 'DSM' », sur www.usatoday.com,‎ 9 février 2010
  22. (en) « Sex addiction, obesity, Internet addiction not included in proposed changes to APA diagnostic manual », sur nydailynews.com,‎ 10 février 2010
  23. Association Américaine de Psychiatrie, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-IV-TR), Washington, DC
  24. (en) Frances, Allen : Saving Normal: An Insider's Revolt Against Out-of-Control Psychiatric Diagnosis, DSM-5, Big Pharma, and the Medicalization of Ordinary Life. William Morrow. p. 336. ISBN 978-0062229250
  25. (en) La position de la NIMH
  26. (en) David Kupfer, M.D., Responds to Criticism of DSM-5 by NIMH Director
  27. Geyer M. « La psychopathologie face au DSM 5. Une délicate histoire de consensus » Psychoscope 2013;34(11)
  28. Steeve Demazeux. « L’échec du DSM-5, ou la victoire du principe de conservatisme » L'information psychiatrique 2013;89(4):295-302.
  29. RDoC

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) American Psychiatric Association, DSM-5 : diagnostic and statistical manual of mental disorders, 5e édition, Washington D.C. American Psychiatric Association, 2013 (ISBN 9780890425541)
  • Steeve Demazeux : Qu'est-ce que le DSM ? Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie, Coll.: Philosophie, anthropologie, psychologie, 2013, (ISBN 291612036X)

Liens externes[modifier | modifier le code]