Hospitalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'hospitalisme est un état dépressif qui se manifeste chez certains enfants séparés précocement de leur mère. Ce trouble affectif a été théorisé par le psychanalyste René Spitz.

Étude de Spitz[modifier | modifier le code]

Spitz compare le développement psychoaffectif de deux populations d'enfants :

(A) des enfants nés de mères en prison, mais s'occupant de l'enfant pendant la journée, avec l'aide d'une soignante expérimentée ;
(B) des enfants nés et placés en orphelinat, recevant des soins de manière anonyme, mais privés totalement de liens affectifs.

Il décrit alors trois phases de l'hospitalisme, apparu chez les sujets du groupe (B) et, temporairement, chez les sujets du groupe (A) lorsque les enfants étaient séparés de leur mère :

  • phase de pleurs (car l'enfant sait qu'avant, les pleurs faisaient revenir sa mère) ;
  • phase de glapissement, de perte de poids et d'arrêt du développement ;
  • phase du retrait et du refus de contact, aboutissant alors à la dépression anaclitique.

Documentaire[modifier | modifier le code]

Le film britannique de James et Joyce Robertson intitulé : « John (17 mois) - Séparation brève en pouponnière », (durée 45 minutes, formation continue pour les professionnels de la petite enfance et de la famille, Paris : COPES, 2004) — montre ce processus.

Critique et évolutions[modifier | modifier le code]

Le travail de Spitz a été critiqué du point de vue méthodologique. L'effet de cette étude porte sur toutes les questions touchant aux séparations de l'enfant et de sa mère et a permis de modifier les conditions de vie des nourrissons dans les services hospitaliers, pénitentiaires et autres.

Articles connexes[modifier | modifier le code]