Pharmacopsychose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pharmacopsychose
Classification et ressources externes
CIM-10 F10.5-F19.5
CIM-9 292.1
MeSH D011605
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une pharmacopsychose ou « psychose induite par une substance » est un syndrome délirant induit par la prise de toxiques hallucinogènes (cannabis, LSD). L'effet est souvent temporaire et s'arrête avec l'arrêt de la consommation. C'est un diagnostic différentiel fréquent de la schizophrénie. Des substances psychoactives légales et illégales sont impliquées dans la cause, l'exacerbation et/ou la précipitation de troubles psychotiques. Certains médicaments sont aussi retrouvés.

Classification internationale des maladies ICD-10[modifier | modifier le code]

  • F10.5 alcool[1],[2],[3] : l'alcool est un risque fréquent d'épisodes psychotiques qui peuvent apparaître lors d'une intoxication aiguë, d'une consommation chronique ou d'un sevrage[4]. L'abus d'alcool augmente de 8 fois le risque de troubles psychotiques chez les hommes et de 3 fois chez les femmes[5],[6]. La majeure partie de ces troubles sont temporaires mais certains peuvent devenir persistants[4]. On peut la confondre avec la schizophrénie[7].
  • F12.5 liée au cannabis : le cannabis, notamment certaines variétés contenant de fortes concentration de THC et de faibles proportions de CBD[8], peuvent diminuer le seuil de psychose[9]. Des études précédentes avaient été critiquées car elles ne prenaient en compte ni les autres drogues (comme le LSD) que les participants avaient consommé avant ou pendant l'étude ni d'autres facteurs comme une maladie mentale pré-existante. Des études plus récentes, avec de meilleurs contrôles, ont cependant toujours retrouvé cette augmentation du risque de psychose chez les utilisateurs de cannabis[10]. Il n'est pas clair s'il s'agit d'un lien causal ou pas. Il est possible que le cannabis ne fasse qu'augmenter le risque de psychose chez les personnes déjà prédisposées. Il est possible que les personnes déjà psychotiques consomment du cannabis pour avoir un soulagement temporaire de leur souffrance psychique. L'utilisation de cannabis a augmenté dramatiquement depuis quelques dizaines d'années mais a diminué plus récemment. Cependant la fréquence des psychoses n'a pas augmenté. Ceci suggèrerait que ce ne soit pas la seule cause chez la plupart des utilisateurs[11].
  • F13.5 hypnotiques et sédatifs (barbituriques[12],[13] et benzodiazépines)[14],[15],[16]). Les effets des traitements sédatifs peuvent être paradoxaux[17]. On peut estimer l'incidence de ces effets indésirables à 5 %, même en cas d'utilisation de courte durée[18]. Les réactions paradoxales peuvent consister en une dépression, avec ou sans risque suicidaire, des phobies, de l'agressivité, un comportement violent et parfois d'autres symptômes parfois considérés comme psychotiques[19],[20]. Cependant, des troubles psychotiques sont plus fréquents lors d'un syndrome de sevrage[21].
  • F 14.5 cocaïne[22].

Le code F15.5 inclut aussi les psychoses induites par la caféine, qui n'est pas listée dans le DSM IV, même s’il y a des preuves que la consommation de caféine à des doses extrêmement élevées ou un abus sévère pendant de longues périodes peut induire une psychose[24],[25].

  • F 16.5 autres hallucinogènes : LSD et autres.

Le code F11.5 est réservé aux psychoses induites par les morphiniques. Le code F17.5 est réservé aux psychoses induites par le tabac. Cependant, aucune de ces substances n'est traditionnellement associée à l'induction de psychose.

Autres[modifier | modifier le code]

  • On a montré que des antibiotiques de type fluoroquinolone étaient liés à des cas sévères de psychoses toxiques qui étaient rapportées comme irréversibles et permanentes[26],[27],[28],[29],[30],[31],[32],[33]. La méfloquine (Lariam), une substance proche, a été associée aux psychoses[34],[35].
  • Certains traitements accessibles sans ordonnance
    • Dextromethorphane[36],[37] ;
    • Certains anti-histaminiques à forte dose[38],[39],[40],[41] ;
    • La Phénylpropanolamine[42], interdite en France.
  • Des médicaments sur ordonnance :
    • La prednisone et les autres cortiostéroïdes[43] ;
    • Les médicaments anti-cholinergiques[44],[45] :
      • atropine, scopalamine[46].
    • La L-dopa[47] ;
    • des anti-épileptiques[48].
  • des drogues illégales (en plus de celles citées plus haut) :
    • MDMA (ectasy)[49] ;
    • Phencyclidine (PCP)[50] ;
    • Kétamine.
  • Des composés chimiques utilisés à des fins récréatives :
    • Les JWH-018 et d'autres dérivés du cannabis (par exemple "Spice", "Kronic", "MNG" or "Mr. Nice Guy", "Relaxinol")[51]. Des composés variés JMH-XXX ont aussi été retrouvés[52] ;
    • La méphedrone et des drogues amphétamine-like vendues comme "sels de bains" ou "nourriture de plante"[53].
  • Des plantes :
  • Des solvants volatiles et des gaz :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)Michael Larson, « Alcohol-Related Psychosis », eMedicine, WebMD,‎ 2006-03-30 (consulté le September 27, 2006)
  2. (en) Michael Soyka, « Psychopathological characteristics in alcohol hallucinosis and paranoid schizophrenia », Acta Psychiatrica Scandinavica, vol. 81, no 3,‎ mars 1990, p. 255–9 (PMID 2343749, DOI 10.1111/j.1600-0447.1990.tb06491.x)
  3. (en)William Gossman, « Delirium Tremens », eMedicine, WebMD,‎ November 19, 2005 (consulté le October 16, 2006)
  4. a et b http://emedicine.medscape.com/article/289848-overview Alcohol-Related Psychosis
  5. (en) Tien AY, Anthony JC, « Epidemiological analysis of alcohol and drug use as risk factors for psychotic experiences », J. Nerv. Ment. Dis., vol. 178, no 8,‎ août 1990, p. 473–80 (PMID 2380692, DOI 10.1097/00005053-199017880-00001)
  6. (en) Cargiulo T, « Understanding the health impact of alcohol dependence », Am J Health Syst Pharm, vol. 64, no 5 Suppl 3,‎ mars 2007, S5–11 (PMID 17322182, DOI 10.2146/ajhp060647)
  7. (en) Schuckit MA, « Alcoholism and other psychiatric disorders », Hosp Community Psychiatry, vol. 34, no 11,‎ novembre 1983, p. 1022–7 (PMID 6642446)
  8. (en)[PDF]THC and Psychosis from Neuropsychopharmacology 35, 764–774, 1er fevrier 2010.
  9. (en) Degenhardt L, « The link between cannabis use and psychosis: furthering the debate », Psychological Medicine, vol. 33, no 1,‎ janvier 2003, p. 3–6 (PMID 12537030, DOI 10.1017/S0033291702007080)
  10. (en) Moore TH, Zammit S, Lingford-Hughes A, et al., « Cannabis use and risk of psychotic or affective mental health outcomes: a systematic review », Lancet, vol. 370, no 9584,‎ juillet 2007, p. 319–28 (PMID 17662880, DOI 10.1016/S0140-6736(07)61162-3)
  11. (en) L. Degenhardt, W. Hall et M. Lynskey, « Comorbidity between cannabis use and psychosis: Modelling some possible relationships », National Drug and Alcohol Research Centre, Sydney « Technical Report No 121 »,‎ 2001 (lire en ligne [PDF])
  12. (en) de Paola L, Mäder MJ, Germiniani FM, et al., « Bizarre behavior during intracarotid sodium amytal testing (Wada test): are they predictable? », Arquivos De Neuro-psiquiatria, vol. 62, no 2B,‎ juin 2004, p. 444–8 (PMID 15273841, DOI 10.1590/S0004-282X2004000300012)
  13. (it) Sarrecchia C, Sordillo P, Conte G, Rocchi G, « [Barbiturate withdrawal syndrome: a case associated with the abuse of a headache medication] », Annali Italiani Di Medicina Interna, vol. 13, no 4,‎ 1998, p. 237–9 (PMID 10349206)
  14. (en) White MC, Silverman JJ, Harbison JW, « Psychosis associated with clonazepam therapy for blepharospasm », The Journal of Nervous and Mental Disease, vol. 170, no 2,‎ février 1982, p. 117–9 (PMID 7057171, DOI 10.1097/00005053-198202000-00010)
  15. (en) Jaffe R, Gibson E, « Clonazepam withdrawal psychosis », Journal of Clinical Psychopharmacology, vol. 6, no 3,‎ juin 1986, p. 193 (PMID 3711371, DOI 10.1097/00004714-198606000-00021)
  16. (en) Hallberg RJ, Lessler K, Kane FJ, « Korsakoff-Like Psychosis Associated With Benzodiazepine Overdosage », The American Journal of Psychiatry, vol. 121,‎ août 1964, p. 188–9 (PMID 14194223, lire en ligne)
  17. (en) Hall RC, Zisook S, « Paradoxical reactions to benzodiazepines », British Journal of Clinical Pharmacology, vol. 11 Suppl 1, no Suppl 1,‎ 1981, p. 99S–104S (PMID 6133541, PMCID 1401636)
  18. (en)Lader M, Morton S. Benzodiazepine Problems. British Journal of Addiction 1991; 86: 823-828
  19. (en)Benzodiazepines: Paradoxical Reactions & Long-Term Side-Effects
  20. Hansson O, Tonnby B. [Serious Psychological Symptoms Caused by Clonazepam.] Läkartidningen 1976; 73: 1210-1.
  21. (en) Pétursson H, « The benzodiazepine withdrawal syndrome », Addiction, vol. 89, no 11,‎ novembre 1994, p. 1455–9 (PMID 7841856, DOI 10.1111/j.1360-0443.1994.tb03743.x)
  22. (en) K. T. Brady, « Cocaine-induced psychosis », Journal of Clinical Psychiatry, vol. 52, no 12,‎ décembre 1991, p. 509–512 (PMID 1752853)
  23. a, b et c (en)Diaz, Jaime. How Drugs Influence Behavior. Englewood Cliffs: Prentice Hall, 1996.
  24. (en) Hedges DW, Woon FL, Hoopes SP, « Caffeine-induced psychosis », CNS Spectrums, vol. 14, no 3,‎ mars 2009, p. 127–9 (PMID 19407709)
  25. Cerimele JM, Stern AP, Jutras-Aswad D, « Psychosis following excessive ingestion of energy drinks in a patient with schizophrenia », The American Journal of Psychiatry, vol. 167, no 3,‎ mars 2010, p. 353 (PMID 20194494, DOI 10.1176/appi.ajp.2009.09101456)
  26. (en) Cohen JS, « Peripheral Neuropathy Associated with Fluoroquinolones », Ann Pharmacother, vol. 35, no 12,‎ décembre 2001, p. 1540–7 (PMID 11793615, DOI 10.1345/aph.1Z429, lire en ligne [PDF])
  27. (en) Adams M, Tavakoli H, « Gatifloxacin-induced hallucinations in a 19-year-old man », Psychosomatics, vol. 47, no 4,‎ 2006, p. 360 (PMID 16844899, DOI 10.1176/appi.psy.47.4.360, lire en ligne)
  28. (en) Mulhall JP, Bergmann LS, « Ciprofloxacin-induced acute psychosis », Urology, vol. 46, no 1,‎ juillet 1995, p. 102–3 (PMID 7604468, DOI 10.1016/S0090-4295(99)80171-X, lire en ligne)
  29. (en) Reeves RR, « Ciprofloxacin-induced psychosis », Ann Pharmacother, vol. 26, no 7–8,‎ 1992, p. 930–1 (PMID 1504404)
  30. (ja) Yasuda H, Yoshida A, Masuda Y, Fukayama M, Kita Y, Inamatsu T, « [Levofloxacin-induced neurological adverse effects such as convulsion, involuntary movement (tremor, myoclonus and chorea like), visual hallucination in two elderly patients] », Nippon Ronen Igakkai Zasshi, vol. 36, no 3,‎ mars 1999, p. 213–7 (PMID 10388331, DOI 10.3143/geriatrics.36.213)
  31. (en) Azar S, Ramjiani A, Van Gerpen JA, « Ciprofloxacin-induced chorea », Mov. Disord., vol. 20, no 4,‎ avril 2005, p. 513–4; author reply 514 (PMID 15739219, DOI 10.1002/mds.20425)
  32. (en) Kukushkin ML, Igonkina SI, Guskova TA, « Mechanisms of pefloxacin-induced pain », Bull. Exp. Biol. Med., vol. 137, no 4,‎ avril 2004, p. 336–8 (PMID 15452594, DOI 10.1023/B:BEBM.0000035122.45148.93)
  33. (en) Christie MJ, Wong K, Ting RH, Tam PY, Sikaneta TG, « Generalized seizure and toxic epidermal necrolysis following levofloxacin exposure », Ann Pharmacother, vol. 39, no 5,‎ mai 2005, p. 953–5 (PMID 15827068, DOI 10.1345/aph.1E587, lire en ligne)
  34. Marsepoil T, Petithory J, Faucher JM, Ho P, Viriot E, Benaiche F, « [Encephalopathy and memory disorders during treatments with mefloquine] », Rev Med Interne, vol. 14, no 8,‎ 1993, p. 788–91 (PMID 8191092)
  35. (en) Phillips-Howard PA, ter Kuile FO, « CNS adverse events associated with antimalarial agents. Fact or fiction? », Drug Saf, vol. 12, no 6,‎ juin 1995, p. 370–83 (PMID 8527012, DOI 10.2165/00002018-199512060-00003)
  36. (en) Lawrence H. Price, Jacqueline Lebel, « Dextromethorphan-Induced Psychosis », American Journal of Psychiatry, vol. 157, no 2,‎ septembre 2000, p. 304 (PMID 10671422, DOI 10.1176/appi.ajp.157.2.304, lire en ligne)
  37. (en)Leonard Lachover, MD Deciphering a Psychosis: A Case of Dextromethorphan-Induced Symptoms, based on Primary Psychiatry2007;14(1):70-72
  38. (en) Sexton JD, Pronchik DJ, « Diphenhydramine-induced psychosis with therapeutic doses », The American Journal of Emergency Medicine, vol. 15, no 5,‎ septembre 1997, p. 548–9 (PMID 9270406, DOI 10.1016/S0735-6757(97)90212-6)
  39. (de) K. Lang, H. Sigusch, and S. Muller, « [An anticholinergic syndrome with hallucinatory psychosis after diphenhydramine poisoning] », Deutsche Medizinische Wochenschrift, vol. 120, no 49,‎ 8 décembre 1995, p. 1695–1698 (PMID 7497894, DOI 10.1055/s-2008-1055530)
  40. (de) W. Schreiber, A. M. Pauls and J. C. Kreig, « [Toxic psychosis as an acute manifestation of diphenhydramine poisoning] », Deutsche Medizinische Wochenschrift, vol. 113, no 5,‎ 5 février 1988, p. 180–183 (PMID 3338401, DOI 10.1055/s-2008-1067616)
  41. (en) Charles Timnak, Ondria Gleason, « Promethazine-Induced Psychosis in a 16-Year-Old Girl », Psychosomatics, vol. 45, no 1,‎ janvier-février 2004, p. 89–90 (PMID 14709767, DOI 10.1176/appi.psy.45.1.89)
  42. (en)Official Journal of American Pediatrics - Pediatrics Vol. 108 No 3 septembre 2001, p. e52
  43. Modèle:Pmid
  44. (en) K. R. Bergman, C. Pearson, G. W. Waltz, and R. Evans III, « Atropine-induced psychosis. An unusual complication of therapy with inhaled atropine sulfate », Chest, vol. 78, no 6,‎ décembre 1980, p. 891–893 (PMID 7449475, DOI 10.1378/chest.78.6.891)
  45. (en) S. Varghese, N. Vettath, K. Iyer, J. M. Puliyel, and M. M. Puliyel, « Ocular atropine induced psychosis--is there a direct access route to the brain? », Journal of the Association of Physicians of India, vol. 38, no 6,‎ juin 1990, p. 444–445 (PMID 2384469)
  46. (en) Segev Barak, Ina Weiner, « Scopolamine Induces Disruption of Latent Inhibition Which is Prevented by Antipsychotic Drugs and an Acetylcholinesterase Inhibitor », Neuropsychopharmacology, vol. 32, no 5,‎ 13 septembre 2006, p. 989–99 (PMID 16971898, DOI 10.1038/sj.npp.1301208)
  47. http://www.biologicalpsychiatryjournal.com/article/0006-3223%2894%2900378-5/abstract
  48. (en)Ettinger AB.Psychotropic effects of antiepileptic drugs. Neurology. 12 décembre 2006;67(11):1916-25.
  49. (en)F.J. Creighton, D. L. Black and C. E. Hyde'Ecstasy' Psychosis and Flashbacks.
  50. http://www.minddisorders.com/Py-Z/Substance-induced-psychotic-disorder.html Substance-induced psychotic disorder
  51. http://www.airforcetimes.com/news/2011/06/air-force-spice-users-risk-psychosis-says-doctor-061111w/ Spice users risk psychosis, doctor says By Gidget Fuentes - Staff writer Accessed 06-25-2011
  52. en:Synthetic cannabis http://en.wikipedia.org/wiki/Synthetic_cannabis
  53. http://www.addictions.com/bath-salt-addiction Bath Salt Addiction, Accessed 06-25-2011
  54. (en) Alberto Kurzbaum, Claudia Simsolo, Ludmilla Kvasha and Arnon Blum, « Toxic Delirium due to Datura Stramonium », Israel Medical Association Journal, vol. 3, no 7,‎ juillet 2001, p. 538–539 (PMID 11791426, lire en ligne [PDF])
  55. (en) Peter Przekop, Timothy Lee, « Persistent Psychosis Associated With Salvia Divinorum Use », American Journal of Psychiatry, vol. 166, no 832,‎ juillet 2009, p. 832 (PMID 19570943, DOI 10.1176/appi.ajp.2009.08121759, lire en ligne)
  56. (en) M.J. Tarsh, « Schizophreniform Psychosis caused by Sniffing Toluene », Journal of the Society for Occupational Medicine, vol. 1979, no 29,‎ 1979, p. 131–133 (lire en ligne [PDF])
  57. (en) Naren P. Rao, Arun Gupta, K. Sreejayan, Prabhat K. Chand, Vivek Benegal, and Pratima Murthy, « Toluene associated schizophrenia-like psychosis », Indian Journal of Psychiatry, vol. 51, no 4,‎ 2009, p. 329–330 (PMID 20048466, PMCID 2802388, DOI 10.4103/0019-5545.58307)
  58. (en) Jung IK, Lee HJ, Cho BH, « Persistent psychotic disorder in an adolescent with a past history of butane gas dependence », European Psychiatry, vol. 19, no 8,‎ décembre 2004, p. 519–20 (PMID 15589716, DOI 10.1016/j.eurpsy.2004.09.010)
  59. (en) Carlos A. Hernandez-Avila, Hector A. Ortega-Soto, Antonio Jasso, Cecilia A. Hasfura-Buenaga, and Henry R. Kranzler, « Treatment of Inhalant-Induced Psychotic Disorder With Carbamazepine Versus Haloperidol », Psychiatric Services, vol. 49, no 6,‎ 1998, p. 812–815 (PMID 9634163, lire en ligne)