Terreur nocturne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Terreur nocturne
Classification et ressources externes
Goya-El sueño de la razón.jpg
Un enfant sur dix vit une terreur nocturne une fois par mois[1].
CIM-10 F51.4
CIM-9 307.46
MeSH D020184
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une terreur nocturne est une parasomnie consistant en un trouble paroxystique et spectaculaire du sommeil survenant en début de nuit et en phase de sommeil lent profond. Le sujet a ensuite une amnésie complète de l'épisode. La terreur nocturne se rapproche du somnambulisme. Cependant, elle est très différente du cauchemar qui survient plutôt en fin de nuit, en phase de sommeil paradoxal et dont le sujet garde le souvenir.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Des terreurs nocturnes répétées sont observées chez 1 à 3 % des enfants de moins de 15 ans, chez 6 % des enfants d'âge préscolaire, et sont sans doute encore plus fréquentes chez le très jeune enfant, mais elles seraient alors moins facilement identifiées[2].

Moins de 1 % des adultes en sont affectés[3].

Description[modifier | modifier le code]

La terreur nocturne commence en début de nuit ou de siestes longues (dans les une à trois heures après l'endormissement) par un cri de panique. L'enfant est souvent assis sur son lit, les yeux écarquillés et fixes, en mydriase. Il a l'air terrifié, hurle, et est insensible aux tentatives de ses parents pour le rassurer : il se débat, lorsqu'on tente de le toucher pour le calmer. La crise dure de une à 20 minutes et s'accompagne de tachycardie, polypnée, agitation, sudation, cris, rougeur du visage ou parfois pâleur. Il prononce parfois des propos incohérents. Généralement, en fin de crise, l'enfant s'apaise spontanément et se rendort. Il ne garde aucun souvenir de la crise sauf dans certains cas exceptionnels, mais elle laisse en général ses parents très inquiets et désemparés.

Selon le DSM-IV, pour être considérées comme pathologiques, les terreurs nocturnes doivent être répétées et causer une détresse ou une gêne au fonctionnement affectif et social notable[4].

Diagnostic différentiel[modifier | modifier le code]

  • Les cauchemars sont des rêves au contenu angoissant qui se présentent à l'image d'un rêve courant avec une histoire (ou pseudo-histoire), des émotions : anxiété, stress, angoisse, peur… À l'extrême ils sont effrayants. Le rêveur peut se souvenir de son cauchemar lors du réveil ou plus tard et le raconte volontiers. Les souvenirs de cauchemars peuvent d'ailleurs générer une crainte chez les enfants avant le coucher. Le cauchemar survient en phase de sommeil paradoxal.
  • Chez l'adulte, le trouble du comportement en sommeil paradoxal survient durant le sommeil paradoxal, le plus souvent en seconde partie de nuit. Une polysomnographie est parfois nécessaire pour les différencier.
  • La paralysie du sommeil génère des symptômes d'angoisse, de peurs, du même ordre que ceux des terreurs nocturnes, mais il existe en plus des phénomènes hallucinatoires connexes non décrits dans les terreurs nocturnes (du fait de l'amnésie de ces dernières)[réf. nécessaire].

Physiopathologie[modifier | modifier le code]

Selon Marie Josèphe Challamel, ces manifestations correspondent « à un éveil dissocié, survenant au sommeil lent profond, à la fin du premier ou du deuxième cycle de sommeil, peu avant l'apparition d'une première phase de sommeil paradoxal qui sera généralement ratée. Éveil dissocié avec activation motrice (somnambulisme) et/ou neurovégétative (terreurs nocturnes et somnambulisme terreur) alors que le cortex reste probablement en sommeil lent profond ce qui explique l'amnésie[2]. »

Traitement[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
  • La première mesure est de rassurer les parents sur l'absence de danger de ces crises nocturnes, notamment en expliquant leur physiopathologie.
  • Si les crises sont répétées un enregistrement polysomnographique peut être réalisé.
  • Le traitement privilégie la psychothérapie plutôt que les médicaments chez ces enfants lorsque les crises sont répétées et surtout si elles s'associent à d'autres signes de souffrance psychologique comme une inhibition.
  • Il faut éviter de réveiller l'enfant, sans quoi il recommencera son cycle de sommeil en se rendormant et fera une autre terreur nocturne quelques heures plus tard. Il faut parler tout doucement à l'enfant et le renvoyer au sommeil.
  • Allumer une veilleuse durant la première moitié de la nuit peut diminuer considérablement le nombre de terreurs nocturnes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (pt) Rubens Reimão, Antonio B. Lefèvre et Aron J. Diament, [www.pediatriasaopaulo.usp.br/upload/pdf/780.pdf Prevalência De Distúrbios Do Sono Na Infância], Pediatria (São Paulo), 1983
  2. a et b Marie Josèphe Challamel, « Sommeil et manifestations paroxystiques, non épileptiques chez l'enfant », site de l'Université Lyon I.
  3. Michel Billiard, Yves Dauvilliers, Les troubles du sommeil, Paris, Masson,‎ 2005, p. 191.
  4. (en) critères diagnostiques du DSM-IV (en anglais)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]