Nicole Ameline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicole Ameline
Nicole Ameline, en mars 2008.
Nicole Ameline, en mars 2008.
Fonctions
Députée de la 4e circonscription du Calvados
En fonction depuis le
Prédécesseur Yves Boisseau
Prédécesseur Yves Boisseau
Successeur Yves Boisseau
Prédécesseur Michel d'Ornano
Successeur Yves Boisseau
Ministre de la Parité et de l'Égalité professionnelle
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin III
Prédécesseur Elle-même
Successeur Catherine Vautrin (indirectement)
Ministre déléguée à la Parité et à l'Égalité professionnelle
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin II
Prédécesseur François Fillon (indirectement)
Successeur Elle-même
Secrétaire d'État à la Mer
Président Jacques Chirac
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin I
Prédécesseur François Patriat (indirectement)
Successeur Dominique Bussereau
Secrétaire d'État chargée de la Décentralisation
Président Jacques Chirac
Gouvernement Alain Juppé I
Prédécesseur Poste nouvellement créé
Successeur Poste supprimé
Biographie
Date de naissance (61 ans)
Lieu de naissance Saint-Vaast-en-Auge, Calvados
Nationalité Française
Parti politique UDF
UMP
Profession Directrice territoriale

Nicole Ameline, née le à Saint-Vaast-en-Auge (Calvados), est une femme politique française. Militante de la cause des femmes, elle appartient à l'aile dite libérale de l'UMP.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un doctorat en droit, spécialisée dans l'environnement, elle entre au cabinet du ministre de l'Environnement et du Cadre de vie, Michel d'Ornano. Homme puissant du Calvados, il la convainc de s'investir dans ce département dont elle est originaire. Après des postes administratifs à Honfleur puis au conseil général du Calvados, elle entre en politique en étant suppléante de Michel d'Ornano à l'Assemblée nationale en 1988, et devenant députée à la mort de celui-ci en 1991.

En 1993, avec Yves Boisseau pour suppléant, elle est largement élue au second tour sous l'étiquette UDF, face à un candidat du Front national, alors que ni la gauche ni Corinne Lepage ne se sont qualifiés pour le second tour.

En mai 1995 à la victoire de Jacques Chirac, elle laisse son mandat de députée pour entrer dans le premier gouvernement Juppé. La même année, elle mène la liste de la Majorité présidentielle à Honfleur pour les municipales mais est battue de 37 voix par son adversaire écologiste indépendant. Elle quitte le gouvernement en novembre avec les autres « juppettes », et se représente en décembre pour retrouver facilement son siège de députée.

Réélue après la dissolution de 1997, elle est la seule députée de droite du Calvados. L'année suivante, elle entre au Conseil régional de Basse-Normandie, en tant que vice-présidente, sur la liste de René Garrec, président de la région depuis 1986.

Réélue députée au premier tour en 2002 sous la bannière de l'Union pour la majorité présidentielle nouvellement créée qui donnera naissance à l'UMP, elle est ministre dans les gouvernements Raffarin, déléguée durant un mois de la Mer, puis de plein exercice à la Parité et l'égalité professionnelle jusqu'à la démission de Jean-Pierre Raffarin, le .

En tant que Ministre chargée de l’égalité professionnelle et de la parité, Nicole Ameline a mené les actions suivantes[1]:

  • Adoption de mesures législatives contre les violences faites aux femmes comme la mise en place du dispositif d’éviction du conjoint violent, le renforcement des peines délictuelles et criminelles.
  • Loi plaçant au même rang le racisme, le sexisme et l’homophobie.
  • Loi établissant l’égalité salariale sous la forme du dialogue social, et à défaut visant à l’expiration d’un délai de 3 ans, à l’instauration éventuelle d’une taxe, en cas d’échec des négociations au sein des entreprises et des branches professionnelles.
  • Instauration d’un label égalité, marque de reconnaissance pour les entreprises qui font de l’égalité un principe actif de management des ressources humaines et de responsabilité sociale[2].
  • Soutien à la mise en œuvre des premières crèches d’entreprises.
  • Élaboration en lien avec le Ministère de la Justice d’un document à usage des services judiciaires pour la lutte contre les violences conjugales.
  • Création d’un partenariat étroit avec le Ministre de l’intérieur dans la mise en lumière de statistiques sur les violences, sur la situation des victimes de la prostitution, sur les graves difficultés des femmes issues des quartiers.
  • Avec Fadela Amara, ex-Présidente de « Ni putes, ni soumises », elle a financé un livre sur le « respect » et soutenu le relogement de jeunes filles contraintes par leurs familles de se voiler ou de souscrire à un mariage forcé[3].

Aux régionales de 2004, la liste de René Garrec, sur laquelle elle figure en seconde position pour le Calvados, est battue. Pour la première fois de son histoire, la Basse-Normandie bascule à gauche, notamment à cause d'une triangulaire avec le Front national. À la suite de ce résultat, le président sortant décide de ne pas siéger dans l'opposition, laissant la fonction de chef de file du groupe Centre et droite républicaine à Nicole Ameline.

En août 2005, elle est nommée ambassadrice en mission, chargée des questions sociales et de la parité dans les relations internationales[4], puis conjointement, déléguée du Gouvernement français au conseil d'administration du Bureau international du travail, basé à Genève, en novembre de la même année[5].

Elle retrouve son siège de députée le , au premier tour des élections législatives dans la 4e circonscription du Calvados, avec 53,37 % des votes, et le maire de Trouville-sur-Mer, Christian Cardon, pour suppléant. Elle quitte alors son poste d'ambassadrice internationale. C'est elle qui a notamment défendu à l'Assemblée Nationale le budget de la Présidence française de l'Union européenne en 2008. Par ailleurs, elle est également présidente du groupe d'amitié Grande-Bretagne et Irlande du Nord à l'Assemblée nationale[6]

Elle est également présidente de l'Institut européen des risques, à Honfleur[7].

Militante contre les violences faites aux femmes, elle est élue le avec 138 voix sur 182, à la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW)[8]au siège de l’ONU à New York[9].Elle prend la présidence du CEDAW en février 2013. Par ailleurs, depuis avril 2011, elle est membre d'honneur du think tank « Des femmes au service de l'Homme »[10], un Think Tank exclusivement féminin.

Candidate à l'investiture UMP pour la tête de liste dans le cadre des élections régionales de 2010 en Basse-Normandie, les militants lui préfèrent Alain Lambert. Malgré une avance confortable dans le Calvados (69,42 %), elle n'a pu faire face au vote favorable à Alain Lambert dans la Manche (58,97 %), et à un très large plébiscite des Ornais pour leur président (89,8 %). Finalement, elle obtient sur la totalité de la région 45,4 % soit 1152 voix contre 54,6 % pour Alain Lambert soit 1385 voix avec un taux de participation de 57 %. Après le désistement d'Alain Lambert en septembre 2009, l'UMP lui privilégie Jean-François Le Grand, président du Conseil général de la Manche comme chef de file régional et Manchot et Philippe Augier (Nouveau Centre) pour le Calvados. Nicole Ameline annonce à la suite de cela qu'elle apporte un soutien de principe au tandem Le Grand-Augier mais qu'elle ne sera pas présente sur la liste, regrettant de ne pas avoir été investie alors qu'elle seule « réunissait toutes les conditions de la victoire pour la droite[11] ».

En 2013, elle s'abstient lors du vote à l'Assemblée nationale instituant le mariage homosexuel.

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Fonctions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Secrétaire d'État

  • 18/05/1995 - 07/11/1995 : secrétaire d'État auprès du ministre de la réforme de l'État, de la décentralisation et de la citoyenneté, à la décentralisation
  • 07/05/2002 - 16/06/2002 : secrétaire d'État auprès du ministre de l'équipement, des transports, du logement du tourisme et de la mer à la mer

Ministre

  • 17/06/2002 - 30/03/2004 : ministre déléguée auprès du ministre des affaires sociales, du travail et de la solidarité à la parité et à l'égalité professionnelle
  • 31/03/2004 - 31/05/2005 : ministre de la parité et de l'égalité professionnelle

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

Député

  • 09/03/1991 - 18/06/1995 : députée de la 4e circonscription du Calvados
  • 17/12/1995 - 07/06/2002 : députée de la 4e circonscription du Calvados
  • Depuis le 10/06/2007 : députée de la 4e circonscription du Calvados

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseil régional

  • 20/03/1998 - 03/2010 : membre du conseil régional de Basse-Normandie
  • 20/03/1998 - 02/04/2004 : vice-présidente
  • 2004 - 2010 : chef de file du groupe d'opposition de la Majorité présidentielle « Centre et Droite républicaine »

Mandats politiques[modifier | modifier le code]

  • 1997 - 2002 : présidente de la fédération Démocratie libérale du Calvados
  • 2002 - 2005 : présidente de la fédération UMP du Calvados

Fonctions internationales[modifier | modifier le code]

  • 2005-2007 : Ambassadrice en charge des questions sociales et de la parité - Déléguée de la France auprès de l'Organisation Internationale du Travail
  • 2008-2012 : Experte au CEDAW - Organisation des Nations Unies (Comité de lutte contre les discriminations faites aux femmes
  • Depuis 2013 : Présidente du CEDAW

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]