Francis Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Francis Mer
Francis Mer, en 2003
Francis Mer, en 2003
Fonctions
Ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie
22e ministre des Finances de la Ve République
7 mai 200230 mars 2004
Gouvernement Jean-Pierre Raffarin I et II
Prédécesseur Laurent Fabius
Successeur Nicolas Sarkozy
Biographie
Date de naissance 25 mai 1939 (75 ans)
Lieu de naissance Pau (Pyrénées-Atlantiques)
Nationalité Française
Parti politique Sans étiquette / Divers droite
Profession Industriel

Francis Mer, né le 25 mai 1939 à Pau, est un industriel et homme politique français. Il fut notamment ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie de 2002 à 2004.

Études[modifier | modifier le code]

Francis Mer est ancien élève de l'École polytechnique[1] et ingénieur au corps des mines. Il est le neveu du docteur Paul Mer, président du Comité départemental de Libération de la Mayenne en 1944-45.

Industrie[modifier | modifier le code]

Francis Mer est entré dans le groupe Saint-Gobain Pont-à-Mousson en octobre 1970.

Il fut responsable du Plan de Saint-Gobain Industries (1971), directeur du Plan à la Compagnie de Saint-Gobain Pont-à-Mousson (1973) et directeur général de Saint-Gobain Industries (1974-1978), avant d'être nommé en septembre 1978 directeur général adjoint du groupe Saint-Gobain, chargé de la politique industrielle.

En juillet 1982, il devient président directeur général de Pont-à-Mousson SA et directeur de la Branche Canalisations et Mécanique du groupe Saint-Gobain. En septembre 1986, l'État, actionnaire, décide de fusionner Usinor et Sacilor et confie à Francis Mer la présidence du nouveau groupe sidérurgique.

En juillet 1995, Usinor Sacilor est privatisé et Francis Mer est nommé président par le nouveau Conseil d'administration le 10 octobre 1995[2]. Par ailleurs, depuis juin 1988, Francis Mer est président de la Fédération Française de l'Acier.

Il a également présidé Eurofer (association des producteurs d'acier européens) de 1990 à 1997.

D'octobre 1997 à octobre 1998, il a présidé l'International Iron and Steel Institute.

Depuis 2005, il est membre du directoire de Vale Inco. Depuis janvier 2007, il est président du conseil de surveillance du groupe Safran[3]. Depuis le 21 avril 2011 et le changement de structure de l'entreprise, qui adopte un fonctionnement avec conseil d'administration, il est vice-président du groupe Safran[4].

Enseignement supérieur et recherche[modifier | modifier le code]

De 1989 à 1997, il fut président du conseil d'administration du Conservatoire national des Arts et Métiers[5].

Politique[modifier | modifier le code]

Du 7 mai 2002 au 30 mars 2004, Francis Mer est membre du premier et du deuxième gouvernement de Jean-Pierre Raffarin en tant que ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie[6]. Lors de la constitution du troisième gouvernement Raffarin, il est remplacé par Nicolas Sarkozy à ce poste.

En 2004, il est le président de la Fondation pour l'innovation politique[7].

En septembre 2004, il devient président du Comité d'évaluation des stratégies ministérielles de réforme[8].

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche bio Francis Mer », L'Express,‎ 7 mai 2002 (lire en ligne)
  2. Isabelle Mandraud, La privatisation d'Usinor-Sacilor bouclée en un mois, Libération, 2 juin 1995
  3. Francis Mer reprend Safran en main, L'Usine nouvelle, 30 mars 2007
  4. Barbara Leblanc, Safran change de gouvernance, L'Usine nouvelle, 21 avril 2011
  5. « Francis Mer, président de la commission des affaires internationales: un humaniste parfois brutal », Les Echos,‎ 18 décembre 1996 (lire en ligne)
  6. Fiche de Francis Mer, Gouv.fr, 2 octobre 2012
  7. Jean-François Polo, Jérôme Monod, l'ombre du président, Les Échos, 8 octobre 2004
  8. Jean-François Polo, Nominations : quand la politique s'en mêle, Les Échos, 8 mars 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :